Bilan mensuel de lecture : Février 2018.


J’ai un retard incommensurable dans mes rédactions de chroniques, mais tant pis, je vous présente quand même mon bilan de février et espère pouvoir écrire un peu autour de mes lectures de janvier et février… promis ! Car côté lecture, je me débrouille plutôt mieux que les années précédentes, même si je suis encore loin du nombre de livres que je lisais avant mon retour dans la vie active, il y a quatre ans. Mais qu’importe, le principal est que cette envie, ce besoin de lire ne me quitte jamais et qu’il est même de plus en plus essentiel pour moi, un moyen formidable de me retrouver, de couper un peu le flot continuel de pensées, de tracas qui parfois me submerge. Bref…

(suite…)

Publicités

Premières Lignes #26


premières_lignesRendez-vous initié par Malecturothèque

Cette dernière semaine, j’ai étudié avec mes élèves de Seconde, l’incipit d’un roman de Zola que je vous présente aujourd’hui. Nous avons analysé les fonctions et les formes de l’incipit, puis nous avons mis en pratique les notions sur les deux premières pages de L’Œuvre.  J’ai bien sûr beaucoup pensé à ce rendez-vous pendant mes cours et j’ai eu envie de vous en présenter la première page.

J’ai un lien particulier avec ce roman. Je l’avais moi-même étudié en fac lors d’une UV intitulée « Littérature et peinture ». J’ai, depuis, toujours le même exemplaire (il date de 1991), il part un peu en lambeaux, il est parcouru de notes et de coups de stabilo rose. Mes élèves sont étonnés de voir son état, sa couverture cornée et zébrée de pliures, ses pages détachées et jaunies. Cette année j’en avais acheté un nouvel exemplaire mais je ne suis pas parvenue à me séparer de l’ancien. L’aspect trop neuf, les pages trop blanches et immaculées m’ont paru froids.  J’aime ces livres que l’on maltraite un peu pendant nos études, que l’on a parcouru en tout sens, dont a voulu extraire tous les sous-entendus et tous les implicites, dont on a étudié, feutres de couleur à la main, certains passages…bref, dont on a tenté de percer les mystères…

En voici donc les Premières Lignes…

(suite…)

« Saga » Tonino BENACQUISTA


benacquista sagaQuatre scénaristes sur le carreau sont embauchés pour écrire une série programmée au milieu de la nuit : Saga. Ils bénéficient d’une totale liberté, le taux d’audience de la chaîne étant particulièrement bas à cette heure de la nuit. Le feuilleton n’a pour seul but de combler un tranche horaire laissée vacante. Les contraintes financières sont importantes : très peu de personnages et décors minimum.

Louis, le plus âgé, a travaillé il y a longtemps pour un grand scénariste italien, Mathilde se reconvertit après avoir fait carrière sous pseudonyme dans la romance, Jérôme s’est fait piquer son scénario par les Américains et le narrateur, Mario, rêve d’être scénariste !  Cette équipe de bras-cassés se met au travail et va se prendre à son propre jeu.

(suite…)

« L’Antilope blanche » Valentine GOBY


goby antilopeJ’étais dans une phase où on commence plusieurs livres à la fois et où, au final, on n’en finit aucun. Et puis, j’ai dû lire pour Le Club des lectrices, ce roman de Valentine Goby, acheté très en retard, devant être lu très vite en deux jours, moi qui me traîne Le lys dans la vallée depuis au moins trois semaines. Le première vertu, et non des moindres, de ce roman est qu’il m’a remise sur les rails, que je l’ai lu en trois jours et avec un grand plaisir. Et finir un livre en moins d’une semaine étant devenu un exploit pour moi, je peux vous dire que ça fait du bien !

(suite…)