« Les Sœurs Brontë : La force d’exister » Laura EL MAKKI


On connaît tous le destin tragique de Charlotte, Emily et Anne Brontë. Une vie passée au presbytère de leur père, à écrire ensemble autour d’une table, les promenades dans la lande, les espoirs souvent déçus. Pourtant Laura El Makki, dès l’ouverture de cette triple biographie, veut conjurer ce malheur, montrer au contraire, et comme le sous-titre le révèle, cette force d’exister, cette volonté à toute épreuve dont elles ont fait preuve, cette capacité toujours à se remettre au travail, à concevoir des projets. Elle veut casser le mythe du malheur qui a été créé au départ par Elizabeth Gaskell et sa biographie de Charlotte. Elizabeth est passablement malmenée par Laura :

Elizabeth Gaskell, première biographe attitrée de Charlotte, première faiseuse de mythes (p.13)

Casser le mythe du malheur n’est pas minimiser le malheur et les drames qu’elles ont subis, c’est redonner sa place à des moments de bonheur pour mieux montrer ce qui les caractérisait, leur ardeur à vivre. Ce premier postulat de départ, cette sorte de pacte biographique, n’est pas le seul.

(suite…)

« Passion et repentir » William Wilkie COLLINS


Un titre aux allures d’un roman de Jane Austen et pourtant il s’agit bien d’un roman de William Wilkie Collins, auteur victorien et incontournable pour un mois anglais. Tout commence pendant la guerre de 1870 sur le front franco-allemand. Deux jeunes anglaises se retrouvent bloquées dans une maison. L’une est infirmière de guerre après un passé infamant, Mercy Merrick, l’autre est en transit pour se rendre chez une parente qu’elle ne connaît pas encore à la suite de la mort de son père, Miss Roseberry. Cette dernière se confie à Mercy. Grâce à la recommandation que son père lui a faite avant de mourir, Miss Roseberry va être placée comme dame de compagnie auprès de Lady Janet. Mercy, issue d’un milieu très modeste, écoute et rêve d’une vie meilleure, mais son passé l’a toujours rattrapée et, dans cette société victorienne corsetée, personne ne lui a donné sa chance. Quand une bombe éclate dans la pièce où elles étaient réfugiées et que Miss Roseberry est laissée pour morte, Mercy saisit l’occasion qui se présente à elle. Alors qu’il faut fuir par crainte de l’arrivée des troupes allemandes, elle endosse les vêtements de la Miss, se saisit de la lettre de recommandation et abandonne ses malades.

(suite…)

« Avril enchanté » Elizabeth VON ARNIM – Le Mois Anglais.


Ce roman était dans ma PAL depuis sans doute fort longtemps et, au départ, je n’avais pas prévu de l’intégrer dans ma PAL Mois Anglais. J’avoue que je ne savais même plus dans quelle étagère je l’avais rangé. Et puis Lili_desbellons m’a proposé une LC que j’ai acceptée. Je n’avais jamais lu Elizabeth Von Arnim, ce fut donc l’occasion de découvrir cette romancière anglaise, cousine de Katherine Mansfield.

Mrs Lotty Wilkins en a assez de la pluie qui ne cesse de s’abattre sur Londres en ce mois de février. Réfugiée dans son modeste club de Hampstead, elle parcourt le Times et ses yeux tombent sur une petite annonce : « Particulier loue petit château médiéval meublée bord de la Méditerranée ». Dans un autre fauteuil, une autre jeune femme, Rose Arbuthnot lit la même annonce. Elles font connaissance et décident de s’unir pour y répondre. Elles puisent dans leurs économies et pour réduire les frais, s’adjoignent deux nouvelles compagnes : Mrs Fisher et Lady Caroline. Ces quatre femmes, toutes très différentes, débarquent donc à San Salvatore.

(suite…)

Le Mois Anglais, c’est reparti !


Il aura fallu la perspective d’un nouveau Mois Anglais pour me pousser à réactiver mon blog. Je n’avais pas écrit ici depuis bien longtemps, mais finalement on revient toujours à nos premières amours.

Donc, oui je reprends du service, même si je suis un peu rouillée …  mais George is back !

Lou et Titine sont toujours aux manœuvres et Lamousmé, l’œil de Moscou (c’est pas moi qui le dit, c’est elle) relayera les chroniques sur le compte Insta du groupe. Pour connaître le principe, je vous laisse cliquer sur les liens. Il y a un très beau programme de lecture que vous découvrirez, mais vous pouvez aussi faire sans, ou partiellement… Il existe aussi un compte Facebook ! Bref, tout est bien organisé.

(suite…)

« Ma Cousine Rachel » Daphné Du Maurier.


ma cousinePhilip Asley vit avec son oncle Ambroise. Orphelin, il fut adopté et élevé par cet homme fort et généreux qui lui a servi de père et de modèle.  Leur vie d’hommes célibataires est réglée comme du papier à musique. Ils s’occupent de leur maison, mais surtout du parc, son aménagement, s’intéressent aux plantes, à leur disposition. Depuis quelques années, Ambroise part quelques semaines en Italie à la fois pour son soleil mais aussi parce que ces voyages lui donnent l’occasion de ramener de nouvelles plantes, arbustes. Pourtant cette année-là, Ambroise tarde à rentrer. Bientôt il informe Philip qu’il a fait la connaissance de Rachel, une cousine lointaine, qu’il vient d’épouser. Mais les lettres deviennent plus rares, puis inquiétantes : Ambroise est grièvement malade. Philip décide de partir pour Florence où il découvre que son oncle est mort et Rachel partie. Une haine grandit en lui pour cette femme qui lui a pris son mentor. Que s’est-il réellement passé ? Et qui est cette femme ?

(suite…)

A Year In England 2017 by Titine.


Titine relance, pour la troisième année consécutive, son fameux challenge « A Year In England ». Un an pour lire, voir, manger et boire anglais !

Le principe reste le même que pour le mois anglais, vous pouvez parler de littérature, de cinéma, de séries, de cuisine, de voyage, etc… La seule condition est que ce soit anglais ou que ça se déroule en Angleterre ! comme nous l’explique Titine.

Les festivités ont commencé hier, 1er août, et s’achèveront le 31 mai pour laisser place au Mois Anglais.

(suite…)

« La Vie, quelque part » Anita BROOKNER – A Year in England #2


brooknerJe ne sais pas si on lit encore beaucoup Anita Brookner aujourd’hui. Je constate que ses romans apparaissent peu sur les blogs et même durant les Mois Anglais, je ne me souviens pas l’avoir vue évoquée. Il s’agit d’une romancière anglaise, née en 1928, très prolifique dans les années 80/90, et que j’ai découverte grâce à ma mère dans mon adolescence. Ses romans sont essentiellement psychologiques et racontent souvent l’évolution d’une femme en prise avec ses aspirations intellectuelles et sentimentales, et la vie sociale. Dans La vie, quelque part, premier roman de l’auteure paru en Angleterre en 1983, Ruth Weiss, professeur de littérature, spécialiste de Balzac, fait ce constat pessimiste au début du roman :

A 40 ans, le professeur Weiss, docteur ès Lettres, savait que la littérature avait gâché sa vie. (p.9)

(suite…)

« Emma » Jane AUSTEN


austen emmaJe n’avais plus lu Jane Austen depuis septembre 2010, sans doute parce qu’il me restait seulement deux de ses romans à lire (Emma donc et Mansfield Park) et que cela était un peu triste de me dire qu’après ces deux dernières lecture,s je n’aurais plus de romans de Jane Austen à découvrir. Mais il fallait bien un jour que je m’y remette et c’est le Mois Anglais ainsi que le projet d’une LC avec ma copine Estellecalim qui m’a convaincue que j’étais prête.

(suite…)