« Saga » Tonino BENACQUISTA

benacquista sagaQuatre scénaristes sur le carreau sont embauchés pour écrire une série programmée au milieu de la nuit : Saga. Ils bénéficient d’une totale liberté, le taux d’audience de la chaîne étant particulièrement bas à cette heure de la nuit. Le feuilleton n’a pour seul but de combler un tranche horaire laissée vacante. Les contraintes financières sont importantes : très peu de personnages et décors minimum.

Louis, le plus âgé, a travaillé il y a longtemps pour un grand scénariste italien, Mathilde se reconvertit après avoir fait carrière sous pseudonyme dans la romance, Jérôme s’est fait piquer son scénario par les Américains et le narrateur, Mario, rêve d’être scénariste !  Cette équipe de bras-cassés se met au travail et va se prendre à son propre jeu.

Saga est le quatrième livre que je lis de Benacquista : j’avais adoré Malavita encore et ses nouvelles dont La boîte noire, par contre Homo erectus m’était tombé des mains. Mais Saga m’avait été vanté par plusieurs amies et elles avaient raison.

Chaque scénariste vient avec son histoire personnelle, son style, et tout cela est mélangé dans un joyeux bordel qui manque parfois de vraisemblance certes, mais est-ce si grave ? En lisant, je pensais à Plus belle la vie, bien que ne l’ayant jamais réellement regardé, mais je veux parler de toutes ces séries à rallonge où tous les personnages ont eu des relations entre eux, où soudain l’un devient un serial killer et l’autre découvre que la gentille voisine est en fait sa mère : « JE SUIS TON PERE !!!! » – pardon je m’emballe ! Mais c’est aussi ce qui se passe dans Saga, ça s’emballe !

Les quatre scénaristes finissent par vivre en vase clos dans leur pièce réservée, écrivent sans philtre ou si peu, et se noient dans leur histoire voire s’amusent avec leurs acteurs – il faut dire qu’ils sont joueurs. Ils écrivent d’abord dans un total anonymat, mais petit à petit les choses vont évoluer et les propulser dans une situation qu’ils étaient loin d’envisager.

Conçu en 7 parties, ce roman traite parfaitement de notre addiction aux séries, de nos indentifications aux personnages : « je réalise à quel point les pauvres égarés que nous sommes ont besoin de croire aux histoires » (p.353). Tout est là, c’est le sujet même de ce roman. Et Benaquista nous entraîne dans la petite fabrique des scénarios avec plaisir.

J’aurais juste un petit bémol : la fin et notamment le destin de Mario après la fin de l’aventure Saga. Là Benacquista part un peu loin, même si ce qu’il écrit sur l’auteur voulant rivaliser avec Dieu est assez intéressante.

Un roman foutraque, drôle et intéressant qui nous pousse à nous interroger sur notre propension à nous réfugier dans le fictif !

Lu dans le cadre du Plan Orsec 2015.

plan orsec 2015

Advertisements
Poster un commentaire

20 Commentaires

  1. Je le lirai! J’ai beaucoup aimé Funny Girl de Nick HORNBY, l’histoire d’une comédienne novice dans la première série humoristique de la BBC (années 50 je crois) très sympa comme lecture.

    Répondre
  2. J’adore Benacquista. J’ai tout lu de lui ou à peu près (pas toutes ses nouvelles, c’est un genre que j’affectionne peu). Et j’avais adoré celui-ci. Mais l’ayant lu à sa sortie, je ne me rappelle pas de tous les détails, notamment de ce qui arrive à Mario… En tout cas, ce sont un auteur et un roman qui méritent le détour 😉

    Répondre
  3. Je n’ai jamais lu cet auteur mais pourquoi pas, tu n’es pas la première à me vanter ce titre !

    Répondre
  4. J’avais envie de lire ce roman depuis longtemps. Je l’avais acheté en poche mais il est encore dans ma PAL.Peut-être une lecture 2016

    Répondre
  5. Je crois que je suis totalement passée à côté de cette lecture, ce roman m’avait profondément ennuyée!

    Répondre
  6. Un roman que j’ai lu il y a bien longtemps, (après vérification, il est sorti il y a 20 ans, j’ai dû le lire dans ses eaux-là, jeune étudiante), c’est de loin le roman de Benacquista que j’ai préféré… J’ai bien aimé « Malavita », « Malavita encore » m’est tombé des mains, « quelqu’un d’autre » m’a laissée plutôt indifférente et je n’ai pas lu « homo erectus », n’en ayant entendu que du négatif ou à peu près…

    Répondre
  7. Melanie

     /  janvier 18, 2016

    Je l’ai lu récemment, j’en attendais beaucoup (le sujet me plaisait énormément et j’ai un a priori positif sur l’auteur) et j’ai été déçue. Je l’ai abandonné pendant des semaines avant de le finir, histoire d’être allée jusqu’au bout. Dommage.

    Répondre
  8. Le seul roman que j’aie lu de cet auteur. J’en garde un bon souvenir, c’était drôle et assez intéressant. Finalement, assez révélateur de son époque, je crois.

    Répondre
  9. Je l’ai en plus celui-là mais pas encore lu ! Merci de raviver ma curiosité 😉

    Répondre
  10. Je trouve que « Saga » est un des meilleurs romans de Benacquista que j’ai lu avec « Malavita ». Les deux font honneur au talent d’imagination de l’auteur !

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :