« Un écrivain, un vrai » Pia PETERSEN


Petersen un écrivainGary Montaigu, quand s’ouvre le roman, se prépare à recevoir le prestigieux International Book Prize pour son dernier roman. Dans une atmosphère étouffante de canicule, à New-York, il se prépare à la consécration, à la reconnaissance de son travail, épaulé par sa femme, Ruth qui gère son écrivain de mari comme on gère une entreprise. Pour Ruth, le prix est une première étape, mais le meilleur reste à venir : une téléréalité autour de Gary intitulé Un écrivain, un vrai. Pendant plusieurs mois, l’émission se propose de suivre Gary au jour le jour dans la rédaction de son prochain roman. Les téléspectateurs, en interactivité, pourront donner leur avis. Gary a accepté, il y perçoit la possibilité de promouvoir la littérature et le lecture.

(suite…)

« De Pourpre et de soie » de Mary CHAMBERLAIN


chamberlain pourpre1939 à Londres, Ada Vaughan a une petite vingtaine d’années. Issue d’un milieu modeste, elle rêve de haute couture, se confectionne des robes, des chemisiers, et travaille dans un atelier de mode de Dover Street.  Elle est douée, apprend vite, connaît les tissus, comment les couper pour qu’ils subliment les courbes féminines. Elle rencontre un homme élégant, Stanislaus, qui lui parle de Paris, lui laisse espérer de l’aider dans la création de sa propre maison de couture : La Maison Vaughan. Quand il lui propose un séjour de quelques jours à Paris, elle n’hésite pas. Mais la guerre approche et finit par éclater un matin : Hitler a envahi la Pologne ! Stanilaus et Ada sont bloqués à Paris. Commence alors une longue descente en enfer.

(suite…)

Premières lignes … #3


premières_lignes

Initié par Ma Lecturothèque 

Après une semaine d’absence, je reviens ce dimanche avec les premières lignes d’un roman qui vient de sortir en librairie et qui me passionne. Un prologue qui donnera toute son explication au cœur du roman.

premières lignes #3

chamberlain pourpre

Mary Chamberlain, De Pourpre et de soie, Editions Préludes.

Retrouvez les Premières lignes de Ma Lecturothèque , de  Moka, d’Estelle. et Moglug.

L’âge de raison !


keep clam et write a blogIl paraît que l’anniversaire des 7 ans fête l’âge de raison et je me dis que ce n’est pas si faux que cela !

Aujourd’hui, 17 avril, Blogounet a 7 ans, (Oui, je l’appelle Blogounet, c’est son petit nom.), après cinq années d’euphorie et de billets quotidiens, après la reprise du travail et un rythme nettement ralenti, voici venir le temps de la sérénité. J’en parlais déjà l’an dernier, mais je sens bien aujourd’hui que j’ai réellement trouvé mon rythme. Il m’a fallu un an pour parvenir à concilier le travail et le plaisir de bloguer. Depuis septembre, les choses se sont mises en place et me conviennent bien ainsi. Certes je blogues un peu moins, je lis un peu moins, mais je reste dans une fréquence qui m’empêche de me sentir frustrée. Souvent je me rattrape les week-end et pendant les vacances, autant  pour les lectures que pour la rédaction des billets. Même si je tarde à publier parfois, j’ai repris ma ligne de publier tout ce que je lis. Je n’ai plus l’impression de délaisser Blogounet et il recommence à me le rendre.

Notre relation s’est assagie, apaisée.

Je me dis que l’essentiel est que ce blog existe toujours et qu’il est toujours cette fenêtre, cet espace à moi, protégé de mon moi social, un  endroit où la maman, la femme mariée, la prof se mettent en sommeil, où je suis juste George, cette identité à la fois virtuelle mais en même temps qui est aussi une autre facette de moi-même qui a besoin d’exister tout comme celles énoncées plus haut. Oui, je suis George, maman, Mme X, et la prof de français, et chacune de ces identités me constituent et ont besoin d’exister.

La femme (et dans doute l’homme aussi) ont besoin d’exister différemment, ont besoin de faire parler les nombreux moi(s) qui le constituent.

Mais un blog et une blogueuse ne sont pas grand chose sans toutes les personnes qui les lisent. Alors, pour finir, je tiens bien sûr à remercier tous ceux qui continuent de venir nous rendre visite et tous ceux qui viennent d’arriver. Je remercie aussi tous ceux qui me font confiance, qui me font croire que mes billets ne sont pas vains et qui contribuent à la poursuite de ce blog.

Bon anniversaire Blogounet, on n’en a pas fini tous les deux, on  a tellement de livres à lire …

keep calm books

« Comment j’ai écrit un roman sans m’en rendre compte » Annet HUIZING – Roman Ado.


huizing comment écrire un romanKatinka a 13 ans, elle vit au Pays-Bas avec son père et son petit frère, Kalle. Sa maman est morte quand elle était encore toute petite. La mort de sa maman, elle en parle naturellement : « ça va, ce n’est pas grave ». Elle n’a pas encore réellement pris conscience de ce que cela veut dire, elle a juste vécu jusqu’à présent avec ça. Katinka veut écrire et il se trouve que sa voisine, Lidwine, est écrivain, elle a écrit et publié de nombreux romans, elle a même reçu des prix. Un jour, elle se lance, elle va demander à Lidwine de lui donner des leçons d’écriture.

(suite…)

Premières lignes… #2


premières_lignesPour ce deuxième rendez-vous de Premières lignes… instauré par Ma Lecturothèque, voici l’incipit d’un roman ado qui est sorti en librairie jeudi dernier. Le sujet ? Comment apprendre à écrire un roman tout en le lisant, une super idée ! Un roman qui donne envie d’écrire ! Je pense vous en parler rapidement car il se lit tout seul ! (suite…)

Un Livre dans la Boîte ! #3 – Deuxième épisode.


un livre dans la boîteIl y a presque deux semaines, je présentais les ouvrages jeunesse et ado que j’ai reçu en mars. Aujourd’hui, voici les romans « adulte » reçus sur la même période.

Des romans très variés par leur sujet, venant de différentes maisons d’édition, des auteurs que je connais pour avoir déjà lu un ou plusieurs de leurs romans, d’autres que je vais découvrir, mais tous ont attiré ma curiosité de lectrice.

(suite…)

« Virginia et Vita » Christine ORBAN


Orban virginiaEn 1928, Virginia et Vita vivent, depuis le début des années 20,  une relation amoureuse alors même que toutes les deux sont mariées. Christine Orban propose, dans ce roman, de nous faire partager cette relation saphique. Elle dresse le portrait de deux femmes, l’une écrivain modeste mais géniale, Virginia, l’autre, romancière dilettante fille du baron Lionel Edward Sackville-West. L’année 1928 est aussi l’année où Virginia Woolf entame la rédaction d’Orlando dont le personnage éponyme est inspiré de Vita. J’ai lu Orlando durant mes études universitaires, un roman hors norme, exigeant et étrange, où le personnage, jeune noble au début du roman, va changer de sexe. L’histoire se déroule sur quatre siècles. Si le personnage change de sexe il n’en oublie pas pour autant ce qu’il a vécu en étant un homme.

(suite…)

Premières lignes… #1


premières_lignesLundi dernier j’ai découvert un nouveau rendez-vous littéraire chez Moka. Ce rendez-vous est une belle initiative du blog Ma Lecturothèque. Elle consiste à partager l’incipit d’un roman. Ce rendez-vous hebdomadaire permet de mettre en avant ces toutes premières lignes ou premiers paragraphes qui vont nous donner envie de continuer notre lecture, de nous plonger dans une histoire juste ébauchée, de nous lancer dans une nouvelle aventure littéraire. J’aime les incipit, les phrases qui accrochent dès le début, les ambiances qui se mettent en place, j’aime aussi les hésitations, les interrogations qu’ils suscitent, les mauvaises pistes qu’ils nous font parfois prendre, voire les faux départs. Un roman se joue souvent sur ces premières phrases…

J’avais envie de retrouver un rendez-vous de ce genre sur le blog, j’avais envie d’avoir rendez-vous chaque semaine avec mon blog, mais bien évidement aussi avec vous qui me suivez.

Mon choix d’incipit se fera essentiellement dans mes lectures de la semaine : soit le roman que je viens de commencer, soit celui que je viens de finir… Et peut-être que mes choix vous donneront envie d’en lire plus.

(suite…)

Bilan mensuel de lecture : Mars 2016.


logo-bilan-mensuel1Nous voici déjà en avril ! Même si le printemps a du mal à pointer son nez, mon cerisier, lui, ne se trompe pas et depuis hier s’est couvert de petites fleurs blanches. Avant de profiter de la douceur du soleil printanier, il est temps de tirer le bilan de mes lectures de mars.

Contrairement aux deux mois précédents, je ne suis pas parvenue à chroniquer tous les livres lus. Deux billets de retard qui devraient voir le jour, ce week-end, si les copies amoncelées m’en laissent le temps. Je jetai ce matin un petit coup d’œil sur mon carnet de lecture mensuel et je constate que cette année pourtant je m’en sors mieux, sans doute parce que je parvient à mieux m’organiser dans mon travail et aussi parce que je parviens à me garder un peu de temps pour moi. Je suis moins dans la course.

(suite…)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 184 autres abonnés