« Maine » J. Courtney SULLIVAN.


J. Courtney Sullivan est auteure américaine que j’apprécie beaucoup pour avoir déjà lu deux de ses romans (Les Débutantes et Les Liens du mariage). Je souhaitais lire Maine depuis longtemps, beaucoup parmi mes amies blogueuses m’en ont parlé avec enthousiasme. Et elles avaient raison.

Maine, comme les précédents, est un roman choral centré sur trois générations de femme : Alice, la grand-mère de 80 ans peu aimable, grenouille de bénitier et passablement alcoolique ; Kathleen, sa fille, un peu baba-cool vit en Californie avec Arlo et tient une « ferme » de vers de terre pour produire de l’engrais naturel ; Maggie, sa petite-fille, a un ami qui a du mal à s’engager et Ann-Mary, sa belle-fille, mère de famille modèle qui a tout donné à sa famille et la seule avec laquelle elle s’entend à peu près. Au centre de l’histoire une propriété dans le Maine, avec sa plage privée, que Daniel, le mari d’Alice avait gagnée au jeu. Au fil des années, cette maison est devenue le point de rendez-vous estival et chacun l’occupe à présent un mois de l’été.

(suite…)

Une Décennie passée entre les livres et le blog…


Le 17 avril 2009, j’ouvrais pour la première fois ce blog littéraire. J’étais fébrile, hésitante, enthousiaste, timide aussi devant ces blogueuses que je lisais depuis quelques mois. Dix ans plus tard, je suis toujours là…

(suite…)

« Stabat murder » Sylvie ALLOUCHE.


Il ne faut jamais désespérer devant les piles de livres à lire. La preuve, ce roman attend son tour depuis sa sortie en librairie il y a deux ans. Il me tentait beaucoup, mais vous savez comme les choses se passent et comme un livre est souvent chassé par l’arrivée d’autres livres. Pourtant c’est en recevant le deuxième opus, que je me suis enfin décidée à lire Stabat Murder.

Mia, Mathis, Sacha et Valentin préparent le concours du conservatoire national de musique de Paris. Ils travaillent assidûment, mettent tout le reste de côté pour ne se concentrer que sur cette date prochaine du concours. Pourtant, un jour, ils disparaissent sans laisser de traces… La commissaire Clara Di Lazio est alors chargée de l’enquête.

(suite…)

« Le Roi disait que j’étais le diable » Clara DUPONT-MONOD


Un des rares souvenirs de mes cours d’histoire au collège est quand le prof avait évoqué Aliénor d’Aquitaine. Elle nous avait été présentée comme une femme moderne, particulièrement lettrée et entourée de troubadours. J’ai toujours eu une certaine tendresse pour cette femme ayant vécu dans une époque que l’on imagine assez rude et masculine. Aussi la sortie de La Révolte de Clara Dupont-Monod m’a tenté, mais on m’a dit, à juste titre, qu’il était plus judicieux de lire avant Le Roi disait que j’étais le diable. Je me suis donc docilement rangée à cet avis.

Dans ce premier roman donc, Aliénor est à peine âgée de 15 ans, quand elle devient l’épouse de Louis VII, roi des Francs. Ce mariage la contraint à quitter son Aquitaine natale et chérie, et c’est une vraie déchirure, d’autant que son mari de roi dévot n’a rien de la fougue de la jeune fille. (suite…)

« L’Américaine » de Catherine BARDON


Je prends enfin le temps de rédiger ma chronique sur ce gros pavé qui fut le fil rouge de mon mois de mars. Publié aux éditions Les EscalesL’Américaine est la suite des Déracinés que beaucoup d’entre vous ont sans doute lu. Ce ne fut pas mon cas, mais cela n’a en rien influencé ma lecture, puisque ce second tome est essentiellement centrée sur Ruth et que les allusions au tome précédent sont suffisamment claires pour que la lecture se déroule sans que l’on soit perdu.

Nous sommes en 1961, Ruth quitte la république dominicaine pour New-York, à la fois pour suivre des études de journalisme et un stage au Times. Sur le bateau, elle rencontre Arturo, qui deviendra un ami fidèle. Issue d’une famille d’origine juive autrichienne ayant fui l’Autriche devant la montée du nazisme, Ruth est très attachée à son pays mais également très sensible à l’histoire de sa famille. A New-York, elle est hébergée par sa tante. Ce roman se propose également de donner un aperçu des Etats-Unis dans les années soixante.

(suite…)

Bilan de lecture mensuel : Mars 2019.


Mieux vaut tard que jamais…

Voici un bilan digne d’un mois d’août ! (du moins me concernant). Je pète les scores en ce moment, sans doute parce que j’ai besoin de décompresser et les livres m’offrent cette bouée de sauvetage. Même si j’ai un peu du mal ces derniers temps à prendre le temps de lire en fin de journée, je me rends compte que je lis plus que l’an dernier. Sans doute faut-il aussi prendre en compte le fait que sur les 9 livres lus (oui, oui 9 !!!), trois sont des mangas ; mais j’ai quand même lu un bon pavé de presque 500 pages. Bref, vous l’aurez compris, je suis assez satisfaite de ce bilan, même si je n’ai pas eu le temps de chroniquer tous les romans (deux chroniques en retard).

Mais voyons ça de plus près.

(suite…)

Un Livre Dans la Boîte #14


Retour du rendez-vous mensuel Un Livre dans la Boîte avant le bilan de lecture mensuel à paraître demain (si j’ai le temps). A partir de maintenant, je collerai les liens vers les chroniques parues au fil du mois, pour que vous puissiez non seulement découvrir ces nouveaux romans mais y revenir ensuite pour lire la chronique. Les liens ont donc été rajoutés sur la page du rendez-vous du mois dernier.

Ce mois-ci encore, ma BAL a accueilli de nombreux romans très différents. C’est toujours un plaisir d’enfant que de découvrir une grosse enveloppe dans sa boîte. Avant-hier j’ai même eu la surprise d’en découvrir une dès l’aube avant même de partir en cours, il devait être à peine sept heures et quart du matin. C’est presque un peu magique !

Mais ne tardons pas plus…

(suite…)

« 3000 façons de dire je t’aime » Marie-Aude MURAIL.


Les romans de Marie-Aude Murail sont toujours la promesse d’un moment de lecture parfait. J’ai déjà lu une dizaine de ses romans et je ne m’en lasse pas, tant elle sait varier les genres et nous embarquer aux côtés de personnages que l’on aimerait avoir pour amis. J’avais repéré à sa sortie 3 000 façons de dire je t’aime et j’ai profité de sa sortie en format poche pour enfin le lire.

Chloé, Bastien et Neville se sont connus au collège en 5e. Mme Plantié, leur professeure de français avait l’étrange particularité de ne pas aimer les romans qui finissent bien. Elle emmena sa classe au théâtre voir Dom Juan et là ce fut comme une révélation pour les trois collégiens. Plusieurs années plus tard, le bac passé, ils se retrouvent pour les auditions du conservatoire d’art dramatique de leur ville de province. Ils se reconnaissent et deviennent enfin amis. Le but est d’être remarqué par le professeur Jeanson, le seul qui, d’après les rumeurs, est capable de faire admettre ses élèves aux concours du conservatoire de Paris.

(suite…)

TAG de « A à Z »


Après cette petite matinée de samedi à traîner sur les blogs, j’ai découvert un nouveau TAG sur le blog de Elleag, TAG qu’elle avait elle-même repris du blog de la Lectrice Indienne. Vous savez que j’aime ces moments que procurent les TAG : se poser et réfléchir à nos pratiques, mais aussi remonter dans nos souvenirs de lecture. Ce TAG-là est conséquent : autant de questions que de lettres dans l’alphabet…

(suite…)

« Comment tomber amoureux… sans tomber » Susie MORGENSTERN


Annabelle est lycéenne en Terminale, ambitieuse, elle veut se consacrer à ses études pour intégrer une prépa. Mais c’est un peu le trait de caractère des femmes de la famille. Sa mère, Lulu, professeur en université, passe elle aussi son temps à travailler : préparation de ses cours, correction des copies, écriture d’articles, elle passe son temps sur son ordinateur, à tel point que son mari et son fils se sont installés dans un petit appartement. Du côté de la grand-mère, même combat : Marguerite, chef une étoile, ne vit que pour l’obtention d’une deuxième étoile. Or ces trois femmes, de trois générations différentes, vont devoir revoir leur objectif quand surgit des hommes dans leur vie. C’est d’abord par l’arrivée de Samuel, fils de diplomate américain, dans la classe d’Annabelle, qui va enrailler la mécanique.

(suite…)