« La meilleure d’entre nous » Sarah VAUGHAN


vaughan la meilleure d'entre nousKathleen Eaden est une pâtissière hors pair. Dans les années 60, en Angleterre, son livre L’Art de la pâtisserie, remporte un énorme succès. Dès lors les femmes anglaises se le transmettent de génération en génération, un peu comme le célèbre J’élève mon enfant de Laurence Pernoud en France, mais dans un autre domaine, vous l’aurez bien compris ! Mais pas tellement que cela finalement, puisque Kathleen, tout en confiant ses recettes, distille également quelques conseils bien sentis concernant les enfants et par là même fini par définir ce qu’est une bonne mère. Or une bonne mère, pour Kathleen est une femme qui sait nourrir ses enfants et sa famille. Angleterre de nos jours : Vicki, Claire, Karen, Jenny et Mike (père divorcé), fans de Kathleen (l’une a même récupéré l’exemplaire de sa mère), sont sélectionnés pour un concours culinaire. Le gagnant sera la nouvelle figure de la chaîne d’épicerie fine Eaden, fondée par le mari de Kathleen. Pendant plusieurs mois, les participants vont devoir réaliser les meilleures recettes de Kathleen et seront départagés. Tous vouent un véritable culte à Kathleen et tous veulent lui ressembler. Mais qui se cache véritablement sous le masque de la femme parfaite qu’est Kathleen et quelle influence aura ce concours sur les participants ?

(suite…)

Lettre à mon blog : déjà 6 ans !


Cher ami,

Il y a deux ans, je t’écrivais une lettre en forme de déclaration. En ce 17 avril, jour de ton 6ème anniversaire, notre relation a évolué. Je ne renie rien de ce que je t’ai déclaré alors. Je suis même un peu épatée aujourd’hui par cette lettre qui marque à quel point tu étais important pour moi alors. Mais, tu le sais, depuis plus d’un an, ma vie a pris un virage et aujourd’hui nous vivons une liaison épisodique. J’ai beaucoup moins de temps à te consacrer, je te délaisse, tu m’es moins essentiel, j’ai trouvé ailleurs l’occasion de m’épanouir. Pourtant, je sais tout ce que je te dois et même si nous ne prenons plus notre café tous les matins ensemble, tu restes un lieu hors temps, un espace intime que je veux conserver malgré tout.

Je sais qu’en te désertant beaucoup sont aussi allés voir ailleurs. Je sais que tu languis un nouveau billet, que tu te lamentes des commentaires qui se raréfient, que les stats sont revenus aux temps de nos débuts, qu’il te semble parfois que tu n’es plus lu, plus aimé. Je comprends. Mais tu es toujours là quand tant d’autres ont fermé leur porte. Tu subsistes. Autrement.

 Pourtant il suffit d’un livre qui me transporte pour qu’aussitôt j’ai envie de t’ouvrir et d’écrire. Comme à l’origine, tu lies lecture et écriture et c’est sans doute ce qui fait que je n’ai aucune envie de mettre la clef sous la porte. Car même si je te délaisse, je ne peux me passer de toi. Même si nous nous voyons moins, je pense à toi souvent et j’aspire à plus de temps pour te redonner des couleurs.

Cet éloignement involontaire m’a aussi permis de te reconsidérer, de te voir autrement et finalement de revenir à l’essentiel. Parfois en se voyant moins souvent on apprécie mieux de se voir. Et c’est sans doute ce qui caractérise notre relation de ces derniers mois.

Tu as des amis fidèles, je le sais, des amis qui comprennent, qui sont là quand il faut, et c’est l’essentiel. Je sais que la lois des blogs est difficile, que le temps qui passe sans billet joue contre nous, mais qu’en avons-nous à faire ? Qu’avons-nous à prouver ? Je ne suis plus dans cette course du billet à tout prix. Et sans doute, au final, as-tu retrouvé ta réelle raison d’exister. Alors tant pis si les stats s’écroulent, car ce qui importe, l’essentiel c’est de garder l’enthousiasme : de lire et de partager, de lire et d’écrire, de lire et d’échanger.

Joyeux anniversaire et remercions ceux qui, malgré tout, viennent nous rendre visite, accueillons-les avec notre plus beau sourire, souhaitons la bienvenue aux nouveaux et moquons-nous du reste !

George

Qui va découvrir un fakir dans une armoire IKEA ? Résultats du concours !


le fakirTadam ! voici les résultats du concours lancé la semaine dernière pour remporter un exemplaire du roman de Romain Fuertolas : L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA »  qui vient de sortir au Livre de poche.

Merci à tous d’avoir partagé vos anecdotes qui m’ont bien fait rire. Je constate que nous sommes toutes aussi démunies devant ces meubles en kit : mystère des notices, pièces en double ou manquantes, disputes de couple, temps fou passé à monter un meuble qui soit disant se monte en un tour de main et j’en passe.

Qui parmi vous aura la chance de lire l’histoire du fakir ?

(suite…)

« Quatre soeurs 2 : Hortense » de Cati BAUR d’après Malika FERDJOUKH (BD)


4 soeur t2 BD couvQuatre sœurs, le roman de Malika Ferdjoukh, fait partie du top 5 de mes coups de cœur jeunesse. Après avoir dévoré le roman, j’avais pu dénicher à la bibliothèque municipale, l’adaptation BD du premier tome par Cati Baur, Enid. L’adaptation BD m’avait beaucoup séduite et j’attendais la sortie du tome 2 avec impatience. Je n’ai donc pas résisté et ai fini par acheté le tome 2.

(suite…)

Petit concours inside ! « L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA »


le fakirJe vous reviens ce soir avec un petit concours pour vous faire gagner des exemplaires du fameux roman de Romain Fuertolas : L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoir IKEA »  qui vient de sortir au Livre de poche.

Qui dit concours dit petite investissement de votre part.

(suite…)

Les Colombes du Roi-Soleil : Retrouvailles à Versailles – Les Colombes fêtent leurs 10 ans !


Desplat-Duc les colombres 14Les Colombes du Roi-Soleil est une série incontournable de la littérature jeunesse vendue à plus d’un million d’exemplaires. Les Colombes fêtent cette année leurs 10 ans, l’occasion de célébrer l’événement royalement avec la parution d’un 14e tome qui met en scène des retrouvailles autour de Louise, la fille illégitime de Louis XIV ! Quelles colombes répondront présentes ? Comment se passeront les retrouvailles ?

(suite…)

Salon du Livre de Paris / Dossier refusé…


… tel est l’intitulé du mail que j’ai reçu cette après-midi pour me dire, en termes choisis, que je pouvais aller me rhabiller (ça tombe bien j’ai acheté deux robes et des hauts hyper jolis aujourd’hui), me rhabiller donc pour le SDL 2015, et que non, je n’aurai pas mon accréditation !

Pour la petite histoire, une accréditation permet d’assister au SDL sur toute la durée du salon, d’en sortir et d’y rentrer au cours de la journée librement.

Après voir publié naïvement et plaintivement mon post sur Facebook, je découvre que je suis loin d’être la seule dans ce cas.

(suite…)

« Quinconce : L’héritage de John Huffam (tome 1) » Charles PALLISER


Attention, romanpalisser quiconce tome 1 addictif ! Tout a commencé par une banale visite au Cultura de ma super banlieue. Mis en avant, cinq tomes d’un roman que je ne connais pas, forcément, vous me connaissez, je m’approche et lis la 4ème de couv. : « Dans l’Angleterre que XIXè siècle… » ! Est-il besoin de continuer ? Sur ce, un libraire s’approche de moi au moment même où je lançais un : « Oh la la ça a l’air génial ! ». Et, histoire d’en remettre une couche, le libraire me dit que l’auteur est un grand fan de Dickens et de Wilkie Collins et que ce roman est une sorte d’hommage… Innocemment il me demande si j’ai lu La dame en blanc, ben oui, forcément ! Vous comprenez je pense que je n’ai pas pu résister et que j’ai acheté les deux premiers tomes. Bon, soyons honnête, au départ j’ai pris les 5 tomes d’office et puis en cours de route je tombe sur les DVD de Downton Abbey, donc il a fallu faire des choix ! Une fois rentrée chez moi, j’ai immédiatement commencé le tome 1, et depuis je ne pense qu’à continuer la lecture de ce roman !!!

(suite…)

– 8 mars 2015 – Journée de la femme en Chanson !


« #Bleue » Florence HINCKEL (roman ado)


hinckel #bleueFlorence Hinckel, auteure jeunesse et ado, part souvent d’un postulat un peu philosophique pour créer ses romans. Dans Théa ou l’éternité, elle interrogeait ses lecteurs sur l’éternelle jeunesse, ici dans #Bleue, elle imagine une société où la souffrance est bannie. A chaque fois, elle prend le contre-pied d’une idée qui peut paraître enviable pour la pousser à l’extrême et ainsi la dénoncer. Que serait un homme sans souffrance ?

(suite…)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 5 138 autres abonnés