Premières Lignes #38 – « Ma Cousine Rachel » Daphné DU MAURIER.


premières_lignesMalecturothèque

Voilà bien longtemps que je n’avais lu un roman de Daphné du Maurier. Que ce soit Rebecca, L’Auberge de la Jamaïque ou le très étrange Maison sur le rivage, tous ses romans ont été à chaque fois des lectures passionnantes. Après plusieurs hésitations, j’ai même acheter sa biographie écrite par Tatiana de Rosnay. Daphné Du Maurier fait donc partie de mes auteur-es phares. C’est la sortie de l’adaptation de Ma Cousine Rachel au cinéma (que je n’ai pas vue) et la quête désespérée de ma mère pour mettre la main sur un exemplaire au moment où le film était en salle, qui ont ravivé mon envie de me replonger dans un de ses romans. Ma Cousine Rachel se trouvait dans ma PAL depuis sans doute des années…

En voici les Premières Lignes…

(suite…)

Publicités

« Les Filles de Brick Lane – 2. Sky » Siobhan CURHAM.


Processed with Rookie CamLes filles de Brick Lane sont quatre londoniennes de 16 ans, quatre jeunes filles avec des rêves et pas mal de soucis à résoudre, mais elles ont un atout majeur : leur amitié. Si le premier tome était consacré plus spécifiquement à Ambre, le second met le projecteur sur Sky. Je l’attendais avec impatience ayant littéralement dévoré le premier en décembre dernier. J’ai donc retrouvé Rose, Maali, Ambre et Sky la veille du jour de l’an. Comme chaque année, elles réunissent leur club et cette année, en plus de leur rêve, elles ont toutes une nouvelle à partager. Rose a une révélation de taille à faire, Maali se fait du soucis pour son père, Sky s’inquiète de sa prochaine rentrée au lycée, elle qui a toujours pris ses cours à la maison, elle souhaite aussi que la poésie devienne le centre de sa vie, enfin Ambre aimerait retrouver sa mère biologique pour enfin savoir qui elle est et débloquer sa panne d’écriture.

(suite…)

« Ma vie de bolosse » Dominique SOUTON


Processed with Rookie CamDans un collège, il y a les populaires, peu nombreux mais très influents, les normaux, les plus nombreux, et les bolosses, ceux qu’on ne voit pas et qu’on opprime.

Félix rentre au collège Nicolas-Hulot, mais il traîne derrière lui une réputation de bolosse depuis la primaire, autant dire qu’il n’y a pas des raisons que les choses s’améliorent une fois entré au collège. Pourtant Félix n’a pas dit son dernier mot et compte bien se faire enfin des amis. Comment passe-t-on de bolosse à « bogosse » ?

(suite…)

« Grupp » Yves GREVET


Yves Grevet est un des auteurs de la littérature ado que j’apprécie particulièrement. J’ai dû lire la plupart de ses romans dont le fameux Nox ou encore Méto, sans parler de Celle qui sentait venir l’orage ou encore U4. Bref, je suis fan. Grupp donc est son dernier roman paru, comme tous les autres, chez Syros. C’est un bon gros pavé d’un peu plus de 500 pages mais qui se dévore littéralement.

Yves Grevet place son intrigue au sein d’une société sécuritaire et sanitaire. Grâce à des implants, créés par l’entreprise Longlife, chaque matin les hommes ont un bilan de santé complet et sont pris en charge à la moindre défaillance. Idem pour la sécurité. Pour les enfants et les adolescents, les parents peuvent également limiter leur zones de déplacement et ainsi leur éviter de s’égarer ou de fréquenter des quartiers plus risqués. Donc dans cette société on peut espérer vivre jusqu’à cent ans en toute tranquillité. Sauf que Scott, le frère de Stan, ne l’entend pas cette manière. Pour lui, cette société sécuritaire et sanitaire est une société carcérale. Il aspire à la liberté, aux risques, il veut se sentir vivant. Stan, quant à lui, vit dans cette société de façon paisible, jusqu’au jour où son frère aîné est arrêté et mis en prison pour faire partie d’un groupuscule secret nommé Grupp. Intrigué,  Stan va chercher à en savoir plus…

(suite…)

« Petits secrets, grands mensonges » Liane MORIARTY + Big Little Lies (série)


Je trouve toujours passionnant la façon dont on se décide à lire un roman, c’est pourquoi je prends souvent soin de vous en parler au début de mes chroniques. Pour celui-ci, c’est en regardant une émission de télé sur les séries et notamment sur une série que je ne connaissais pas : Big little lies. Quand le journaliste a annoncé le titre du roman dont cette série est une adaptation, je me suis rappelé que j’avais reçu ce roman. J’ai donc fouillé dans mes piles de livres et assez rapidement (oh miracle !) je l’ai retrouvé. Aussitôt sorti de sa pile, aussitôt commencé.

Petits secrets, grands mensonges se situe à Pirrewee en Australie et plus précisément autour de son école publique. L’intrigue romanesque est construite sur une analepse (un retour en arrière) : un meurtre a été commis, mais le lecteur ignore qui a été tué, par qui et comment. Tout le roman va donc être un long compte à rebours jusqu’au moment du drame.

(suite…)

« Je suis Adèle Wolfe – tome 2 » Ryan GRAUDIN


Je suis Adèle Wolfe est une série en deux tomes entre roman historique et uchronie avec une touche de science-fiction. J’avais dévoré le premier tome l’été dernier et ce fut un réel plaisir de retrouver Yaël/Adèle cet été.

Si les deux tomes ont été publiés avec un an d’écart, Ryan Graudin rattache les fils et nous permet de nous replonger facilement dans le destin fou de Yaël. Je ne me suis donc pas senti perdue en ouvrant ce tome 2.

Comme dans le tome 1, l’auteur fait, du moins au début du roman, quelques va et vient entre passé (1942) et présent (1956). Elle revient cette fois sur l’enfance de principaux personnages : Yaël après sa fuite du camp ; Félix Wolfe et Lucas Löwe. Ces récits rétrospectifs permettent de mieux comprendre, à travers leur éducation et leur drame, la personnalité de ces personnages que nous avions croisés dans le tome précédent.

Dans ce tome 2, après avoir échoué dans sa mission à Tokyo, Yaël est en fuite, poursuivie par Lucas et les soldats allemands. Les SS sont prêts à tout pour stopper la rébellion et démanteler les réseaux de résistance auquel appartient Yaël. De son côté, Lucas, frère jumeau de la vraie Adèle, veut tout entreprendre pour retrouver sa sœur et arrêter l’imposteur, celle qui se fait passer pour sa jumelle.

(suite…)

« Ces rêves qu’on piétine » Sébastien SPITZER – Rentrée Littéraire 2017.


Ces rêves qu’on piétine est un premier roman dont on entend déjà beaucoup parler alors même qu’il vient de sortir en librairie aujourd’hui. Je l’ai lu en juin, il faisait parti des romans présélectionnés et que j’ai reçus dans le cadre du comité de lecture Cultura auquel j’ai participé. De tous les romans reçus pour ce comité, il est incontestablement celui qui m’a le plus bouleversée et qui continue à me marquer.

L’intrigue se situe aux derniers jours du IIIe Reich, en avril 1945. Les hauts dignitaires sont réfugiés dans le bunker de Hitler, parmi eux Magda Goebbels, la femme la plus célèbre du Reich, la plus adulée. Parallèlement, Ava, trois ans, petite fille du KZ-Bordell d’Auschwitz qui fuit avec sa mère et qui n’a jamais connu que le camp. Elle se retrouve dépositaire d’un rouleau en cuir contenant les lettres d’un père à sa fille, un père raflé parmi les premiers et qui n’a jamais cessé d’écrire ses lettres jusqu’à sa mort. Qui est ce père ? Richard Friedländer, le père de Magda.

(suite…)

« Le Professeur » Charlotte BRONTË


Le Professeur est le premier roman écrit par Charlotte Brontë. Il ne trouva pas d’éditeur du vivant de la jeune femme et ne fut donc publié qu’en 1857 à titre posthume. Charlotte Brontë s’inspire très largement de sa propre expérience et de son séjour à Bruxelles en 1842 dans un pensionnat. Ce séjour avait pour but de parfaire ses connaissances en français afin d’ouvrir une école avec sa sœur Emily de retour en Angleterre. Durant ce séjour, Charlotte va s’éprendre du professeur de rhétorique, Mr Heger. Amour cependant qui restera platonique. Dans son roman, Charlotte opère plusieurs changements, mais les références autobiographiques sont largement perceptibles.

(suite…)

Premières Lignes #36 : « Bel-Ami » Maupassant.


premières_lignesRendez-vous initié par Malecturothèque

 

Ce dimanche je vous présente un classique, un roman que j’ai dévoré cette semaine, que j’avais pourtant déjà lu il y a plusieurs années et qui fut un réel plaisir de relecture. Il m’arrive peu de relire, il faut dire que j’ai tant à lire ! Les rares romans que je relis, quand j’ai le temps de relire ou quand il le faut vraiment pour préparer un cours, sont des classiques. Et ce qu’il y a de bien avec les classiques c’est qu’ils ne se livrent jamais tout entier à la première lecture, j’ai même parfois le sentiment que plus on les relit et plus ils s’enrichissent. Cette semaine donc j’ai vécu au XIXe siècle en compagnie d’un homme exécrable et sans scrupules qui a donné son nom au roman : Bel-Ami du génial Guy de Maupassant.

En voici donc les Premières lignes :

(suite…)

Un livre dans la boîte #6


Voilà plusieurs mois que je n’avais plus ouvert cette petite chronique, mais les vacances me laissant le temps qui me manque trop souvent durant l’année, et le facteur ayant été généreux ce matin, c’est avec plaisir que je vous montre les derniers livres reçus.

Trois livres dans le rayon ado et jeunesse parus ou à paraître pour deux d’entre eux chez Flammarion jeunesse, et le troisième à L’école des loisirs.

Je vous rappelle brièvement l’objet de cette chronique : présenter, avant lecture, les Service de Presse que je reçois, histoire de vous donner envie de les découvrir à votre tour.

(suite…)