Un Livre dans la Boîte #12

Il est temps de vous présenter les SP que ma BAL a accueillis ces dernières semaines. Vous pourrez constater qu’il y en a pour tous les goûts, avec une belle égalité entre littérature ado et littérature générale. Ce sont des romans que j’ai choisis, sauf un, mais l’attachée de presse qui me connait bien, ne s’est pas trompée et ce roman est arrivé à point nommé, je vous dis pourquoi plus loin dans la chronique.

Voici donc les huit romans reçus :

Commençons par la littérature ado toujours aussi riche et intéressante, même pour une adulte comme moi.

Les éditions Syros m’ont donc envoyée deux nouveaux romans :

Le premier, Les Yeux d’Aireine de Dominique Brisson, est sorti en librairie le 17 janvier. Il raconte l’histoire d’Aireine, jeune adolescente, qui voit son monde s’écrouler. « De nombreux jeunes changent brusquement de personnalité, se transforment de manière incompréhensible »*, à cela s’ajoute des phénomènes étranges comme des coccinelles qui tombent du ciel et le fait que les adultes disparaissent sans aucune explication. Ecrit à la première personne sous la forme d’un journal intime, ce roman laisse planer le doute entre rêve et réalité et pose la question de « l’impossibilité de faire renaître des amours mortes », comme le souligne l’auteur dans le communiqué de presse. Un roman qui a donc nécessairement attiré ma curiosité, moi que suis une ancienne diariste !

 

Le second roman, 21 printemps comme un million d’années de Camille Brissot est paru depuis le 10 janvier.  Il aborde le thème de la maladie, mais aussi celui de l’entrée dans l’âge adulte. Ce dernier thème m’intéresse du fait de mon métier de prof, parce que je suis mère et aussi car je garde un souvenir étrange de ce passage délicat. Le récit est mené par Victor. Il raconte son histoire, et surtout celle de Juliette, à une bande de filles qui ont connu la jeune fille à l’hôpital. Si le speech a l’air un peu glauque dit comme ça, l’entretien de l’auteure dans le communiqué de presse précise bien qu’il s’agit surtout de mettre en avant la valeur de la vie et que celle-ci est d’autant plus aïgue quand on sait qu’il reste peu de temps à vivre. C’est ce message optimiste et cette vision de la vie qui m’a donné envie de découvrir ce roman qui me promet une lecture bouleversante.

 

Ce qui m’a fait choisir Miss Crampon de Claire Castillon chez Flammarion Jeunesse, réside dans son personnage : Suzine, jeune fille timide et effacée, vit mal sa différence qu’elle cache derrière ses longs cheveux. Lors d’une dispute entre ses amis, elle ne parvient pas à choisir son camp, elle chut, et se trouve rejetée. Mais c’est sans compter le concours de Miss Crampon organisé par le club de foot. C’est peut-être par ce biais que Suzine va pouvoir reconquérir la confiance de ses amies. Ce roman, destiné aux lecteurs entre 10 et 13 ans, traite donc de la différence et de la difficulté à avoir confiance en soi. Ce roman va également me permettre de découvrir la plume de Claire Castillon que je n’ai jamais lue.

Passons maintenant aux romans de littérature générale.

Le premier va me permettre de renouer avec une auteure anglaise que j’apprécie : Kate Atkinson. Son dernier roman, Transcription, paru chez JC Lattès, raconte l’histoire de Juliette Armstrong recrutée par « un département des services secrets pour retranscrire les conversations de sympathisants anglais au nazisme »*. Une fois la guerre achevée, elle devient productrice à la BBC, mais des fantômes vont revenir la visiter et ses actes passés vont avoir des conséquences dont elle va prendre conscience. J’ai hâte de retrouver la plume si particulière de Kate Atkinson.

Les deux suivants sont publiés aux éditions Les Escales qui décidément ont l’art de faire de belles couvertures.

Le premier m’a séduite pour son projet : proposer une suite au roman de Maupassant, Bel-Ami. Oui, le challenge est important, mais je suis curieuse. Belle-Amie  de Harold Cobert, c’est Suzanne, la jeune fille que Georges Du Roy épouse à la fin du roman à l’église de la Madeleine, la fille d’une de ses maîtresses et de son ancien patron de presse. Mais Suzanne semble avoir pris de l’assurance, elle milite pour les droits de la femme ( 😀 ! ). Tandis que Du Roy tente de se frayer un passage dans le monde politique, Suzanne va lui prêter main forte. Je suis vraiment curieuse de voir comment l’auteur parvient à réussir la suite d’un tel roman.

Le second est un roman de Catherine Bardon. L’Américaine propose de plonger son lecteur dans les 60 à New-York. Ruth a quitté la République dominicaine pour devenir journaliste, elle a obtenu un stage au Times et compte bien commencer une nouvelle vie. Mais ce n’est pas facile d’oublier d’où l’on vient. Je n’ai pas lu Les Déracinés, précédent roman de Catherine Bardon et qui a connu un grand succès, mais ce roman-ci me tente notamment pour ce portrait de l’Amérique des années 60, le milieu journalistique et aussi ce personnage féminin qui a l’air assez complexe.

 

Le suivant a également une très jolie couverture. Il est publié par les Editions de La Martinière : Chambre 128 de Cathy Bourdon. Quand j’ai lu la 4e de couverture de ce roman, j’ai tout de suite eu envie de le lire. Anne-Lise réserve la chambre 128 dans un petit hôtel en Bretagne et « découvre un manuscrit sur lequel figure une adresse où elle décide de le réexpédier »*. Quand elle reçoit une très étrange réponse, elle « va tenter de remonter la trace de tous ceux qui ont eu ce livre entre les mains »*. Les intrigues autour des livres et des manuscrits me tentent toujours beaucoup, je suis curieuse de découvrir le mystère de ce manuscrit.

 

 

Le dernier roman m’est parvenu ce matin même. Contrairement aux 7 précédents, il m’a été envoyé directement par l’attachée de presse de Flammarion. Et il faut dire que ce roman est arrivé à point nommé puisqu’il a été écrit par William Lafleur (plus connu sous le pseudo : Monsieur le Prof) et qu’il traite d’un prof de français « lassé par un gouvernement qui détricote l’enseignement, frustré par l’absence de prise en compte des manifestations et des grèves successives »*. Pourquoi à point nommé ? Parce que je suis précisément en grève aujourd’hui ! Par contre je ne choisirai jamais sa solution de contestation : prendre ses classes en otages. Ce roman donc, écrit en collaboration avec Marie Pellan, professeure de lettres, diablement d’actualité, va sans doute trouver beaucoup d’échos en moi.

Bravo à ceux qui sont parvenus à la fin de cette chronique ! Si vous avez lu ou avez envie de lire les romans présentés n’hésitez pas à laisser un petit mot en commentaire.

(* = extraits des 4e de couv. ou des communiqués de presse).

 

 

 

 

Article précédent
Poster un commentaire

9 Commentaires

  1. Mimi21

     /  janvier 24, 2019

    Je ne savais pas que Catherine Bardon sortait un deuxième roman. J’avais ADORE « Les Déracinés », roman qui nous apprend plein de faits historiques souvent méconnus. Alors pourquoi pas ce 2ème livre …

    Réponse
    • Celui-ci a l’air de faire la part belle à l’histoire (assassinat de Kennedy, guerre de Vietnam…). Je vais commencer par celui-ci et sans doute lirai-je « Les Déracinés » après.

      Réponse
  2. Katie

     /  janvier 24, 2019

    Je découvre grâce à vous l’existence du second livre de Catherine Bardon.
    J’ai dévoré « Les déracinés » servi par une belle écriture et qui m’a plongée dans un épisode que je ne connaissais absolument pas.
    J’ai freiné ma lecture en arrivant à la fin de ce livre pour passer encore un peu de temps avec cette famille si attachante.
    Autant vous dire que « L’Americaine » va forcément faire parti de mes prochaines lectures.
    J’ai eu l’occasion de discuter avec Catherine Bardon de son livre, moment privilégié après une lecture qui m’a passionnée.
    Je vous souhaite de magnifiques moments avec la lecture de livre que j’imagine à la hauteur du premier.

    Réponse
    • Katie

       /  janvier 24, 2019

      * faire partie
      et
      * la lecture de ce livre que j’imagine ..

      ah le correcteur automatique 😁

      Réponse
    • Votre enthousiasme pour « Les Déracinés » me donne fortement envie de le lire. J’espère que « L’Américaine » sera aussi enthousiasmant.
      C’est toujours un moment particulier que de pouvoir échanger avec un auteur d’autant plus quand le roman nous a tant plu.

      Réponse
  3. J’ai reçu Belle-Amie aussi. Bonnes lectures !

    Réponse
  4. De beaux moments en perspective !

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :