Bilan de Juin : Le Mois Anglais


Juin tire sa révérence et avec lui le Mois Anglais. Pour cette neuvième édition, nos charmantes organisatrices, Titine, Lou et sur Instagram, Lamousmé, nous avons concocté un programme sur mesure. Un Mois Anglais, ça se prépare comme un marathon, on rassemble ses forces, on s’entraîne à l’avance, et on tient la distance. Cette année a sonné ma 9e participation et sans doute celle où je me suis le plus investie car, pour une fois, j’avais le temps de le faire et une sacrée boulimie de lecture. Je m’en suis donnée à cœur joie et je suis un peu triste que ce soit fini.

Dans cette chronique, on va revenir sur ces 30 jours à l’heure anglaise…

(suite…)

« City Hall » Tome 1 de Guillaume LAPEYRE et Rémi GUERIN – Manga


Je ne suis pas une grande lectrice de manga, mais j’avais acheté celui-ci pour son sujet. L’intrigue se situe en 1902 dans un Londres futuriste. Le cour de l’histoire a été bousculé, il y a deux cents ans, quand on s’est rendu compte que l’écriture manuscrite entraînait la création de créature, les papercuts, obéissant aux volontés des écrivains. Sauf que comme tout le monde est capable d’écrire, les pires hommes ont créé les pires papercuts et ont provoqué une guerre destructrice. Depuis, l’écriture manuscrite est interdite, les stocks de papier ont été détruits. Au moment où l’histoire commence, le ministre des finances a été assassiné car une explosion monumentale. Sur son corps, une feuille de papier avec une menace de destruction. Malcolm Little, le maire de la ville, convoque alors Jules Verne et Conan Doyle et remet à Jules un cahier et un stylo. Leur mission est de déjouer le papercut auteur de l’assassinat du ministre.

(suite…)

« Lady Helen : Le Club des mauvais jours » d’Alison GOODMAN -Tome 1.


Nous sommes à Londres en 1812, sous la Régence de George IV. Lady Helen Wrexhall a été recueillie par son oncle et sa tante, après la mort de ses parents. Tante Leonore lui montre de l’affection, mais son oncle, plus bourru, a une conception du rôle de la femme de son époque. Il faut dire que sa mère, Lady Catherine, a laissé derrière elle une réputation qui pourrait ruiner celle de sa fille si elle n’avait pas quarante mille livres de rente. Accusée d’espionne à la solde de Napoléon-Bonaparte, la mère de Helen est une paria en Angleterre. La perspective de sa présentation à la cour occupe toutes les préoccupations de Helen et de sa tante. Ainsi que la possibilité que la Reine Charlotte lui pose une question sur sa mère. Dans le même temps, plusieurs événements insolites ont lieu : son amie Délia s’est enfuie avec un certain Mr Trent qui a été retrouvé mort dans une auberge après avoir exhalé une lumière brillante, selon quelques témoins. Une de ses servante, la jeune et jolie Berta a, quant à elle, disparu subitement abandonnant son coffre avec ses affaires. Enfin, le sulfureux Lord Carlston, suspecté d’avoir tué sa femme, est de retour à Londres sous la protection du très chic et dandy Brummell. Helen, perturbée par sa future présentation à la cour et tous ces événements, s’interroge sur sa mère et cherche dans le médaillon qu’elle lui a laissé des réponses à ses questions. Alors qu’elle sait avoir ce don de lire les pensées dans la physionomie de ses interlocuteurs, elle commence également, par moments, à percevoir comme un halo bleu autour d’eux. Et puis l’attitude de Lord Carlston envers elle semble de plus en plus suspecte.

(suite…)

Les livres que je n’ai pas chroniqués #1 : les romans ados.


Beautiful way to enjoy the day..... wild flowersBien qu’en vacances, je me retrouve à quelques jours de ma pré-rentrée avec des chroniques en retard. Même si j’ai évoqué mes lectures lors des bilans mensuels, j’avais envie de me mettre à jour avant de reprendre le rythme infernal du travail et parce qu’il serait dommage de ne pas évoquer un peu longuement avec vous ces lectures.

(suite…)

Bilan mensuel de lecture : Juillet 2019.


Si ce mois-ci je suis plus ou moins parvenue à chroniquer les livres lus, je n’ai toujours pas rattrapé mon retard de chroniques des mois précédents (7 romans attendent toujours que je me penche sur eux pour les chroniquer. Je vais essayer de m’y mettre en août).

Comme beaucoup d’entre vous, j’aime les mois estivaux toujours propices à la lecture. Des heures à lire et à tourner les pages, sans me soucier de copies à corriger… mais pas sans séquences à préparer, hélas ! Mais juillet est avant tout pour moi, le mois du fameux lâcher-prise, (enfin, j’essaie) et des lectures de quelques pavés.

A l’exception d’un SP, j’ai essentiellement puisé dans ma PAL ce mois-ci et notamment dans la littérature anglaise, grâce au challenge British heroines lancé par le Forum Whoopsy Daisy qui a pris le relais du Mois Anglais.

(suite…)

Triple Bilan de lectures : Mai – Juin – Mois Anglais 2019.


Entre la fin de l’année scolaire et ses réjouissants conseils de classe, réunions et j’en passe, puis les corrections du bac, les oraux du bac et enfin une perte de connexion d’une semaine, me voilà donc enfin de retour pour un triple bilan car avec tout ça je n’ai pas fait le bilan du mois de mai. Et comme nous sommes déjà le 2 juillet, il me faut également faire le bilan du mois de Juin qui était sous le signe de l’Angleterre.

Il est donc grand temps de nous y mettre. Comme ce billet risque d’être trop long, le mois de mai sera évoqué de façon très rapide et dans l’ordre chronologique. Pour le mois de juin, je serai plus diserte.

(suite…)

Un Livre dans la Boîte #15


Ayant un peu zappé le rendez-vous le mois dernier, je vous propose de vous présenter les SP que j’ai reçus dans ma BAL courant avril et mai. Comme souvent des romans très variés, certains que j’attendais avec impatience, d’autres qui me permettront de connaître de nouveaux auteurs et de nouveaux univers.

J’ai donc reçu sept ouvrages : deux polars historiques ; deux romans ado et donc trois romans de littérature générale. Ce qui nous fait une jolie petite pile à rajouter aux autres livres en attente. Vivement le pont de l’Ascension pour avoir le temps de lire ….

 

(suite…)

Bilan de lecture mensuel : Avril 2019.


En ce premier jour de mai, au son des clochettes du muguet, il est l’heure de faire le bilan de mes lectures. Des lectures un peu moins importantes que le mois dernier, mais qui ont été particulièrement agréables et intéressantes. On peut juste regretter que le fait que je ne suis parvenue à ne sortir que deux livres de ma PAL.

Ce mois-ci donc j’ai lu trois polars, un roman et un livre d’entretiens.

(suite…)

« Stabat murder » Sylvie ALLOUCHE.


Il ne faut jamais désespérer devant les piles de livres à lire. La preuve, ce roman attend son tour depuis sa sortie en librairie il y a deux ans. Il me tentait beaucoup, mais vous savez comme les choses se passent et comme un livre est souvent chassé par l’arrivée d’autres livres. Pourtant c’est en recevant le deuxième opus, que je me suis enfin décidée à lire Stabat Murder.

Mia, Mathis, Sacha et Valentin préparent le concours du conservatoire national de musique de Paris. Ils travaillent assidûment, mettent tout le reste de côté pour ne se concentrer que sur cette date prochaine du concours. Pourtant, un jour, ils disparaissent sans laisser de traces… La commissaire Clara Di Lazio est alors chargée de l’enquête.

(suite…)

« 3000 façons de dire je t’aime » Marie-Aude MURAIL.


Les romans de Marie-Aude Murail sont toujours la promesse d’un moment de lecture parfait. J’ai déjà lu une dizaine de ses romans et je ne m’en lasse pas, tant elle sait varier les genres et nous embarquer aux côtés de personnages que l’on aimerait avoir pour amis. J’avais repéré à sa sortie 3 000 façons de dire je t’aime et j’ai profité de sa sortie en format poche pour enfin le lire.

Chloé, Bastien et Neville se sont connus au collège en 5e. Mme Plantié, leur professeure de français avait l’étrange particularité de ne pas aimer les romans qui finissent bien. Elle emmena sa classe au théâtre voir Dom Juan et là ce fut comme une révélation pour les trois collégiens. Plusieurs années plus tard, le bac passé, ils se retrouvent pour les auditions du conservatoire d’art dramatique de leur ville de province. Ils se reconnaissent et deviennent enfin amis. Le but est d’être remarqué par le professeur Jeanson, le seul qui, d’après les rumeurs, est capable de faire admettre ses élèves aux concours du conservatoire de Paris.

(suite…)