« Les Yeux d’Aireine » Dominique BRISSON

Les Yeux d’Aireine est un roman de la littérature adolescente qui oscille entre réalité et fantastique. Aireine est une jeune lycéenne. Avec son amie Eli, elles forment un duo d’amitié totale fait de légèreté et de complicité. Heureuse dans une famille aimante, elle voit cependant se produire d’étranges changements : une nuée de coccinelles ; des disparitions ; des suicides de masse ; la présence de plus en plus prégnante de personnes aveugles. Mais elle constate également un changement de personnalité chez son amie d’abord, puis chez sa mère et chez d’autres adultes. Aireine ne comprend pas ce qu’il se passe (et le lecteur non plus d’ailleurs), même son petit ami, Aël, jeune homme artiste et ne supportant plus son père qui devient de plus en plus étrange, finit par renier tout ce qu’il est.

Le roman est divisé en quatre parties : le temps d’Aireine (chapitre 1 et 3) et le temps d’Achelle, son arrière petite-fille, dans les deux autres chapitres. Quatre parties pour deux temps différents dont Aireine est le lien. Car entre les deux mondes guère de ressemblances. Si le temps Aireine paraît être envahi par des phénomènes étranges et soudains, celui d’Achelle semble, au contraire très proche du nôtre. Il y a presque deux romans en un, et c’est un peu ce qui m’a gênée.

Dans la première partie, on plonge petit à petit dans un monde fantastique et inquiétant. Mais le lecteur ignore ce qui produit ces changements, quelles en sont les causes. D’autant que beaucoup de phénomènes différents se produisent dont on a parfois du mal à faire les liens : pourquoi cette invasion de coccinelles ? je ne sais pas et même une fois le roman refermé je n’ai pas compris. Toutefois cette première partie est souvent assez poétique malgré l’atmosphère inquiétante qui s’en dégage et la petite Aireine est très attachante sans doute car nous sommes au plus proche d’elle à travers son journal qui nous livre son histoire. Achelle également est touchante, elle qui est touché par le syndrôme blanc, maladie qui efface de sa mémoire ses souvenirs personnels.

Le deuxième chapitre offre enfin quelques explications, mais je regrette cette révélation lâchée brusquement au détour d’une page, même si on l’avait plus ou moins pressentie dans le chapitre précédent.

En fait, ce qui rend mon avis mitigé sur ce roman est que l’on n’a pas véritablement de réponse une fois le roman terminé : pourquoi ont eu lieu ces phénomènes ? pourquoi et comment ont-ils disparu au temps d’Achelle ? Bref, on reste un peu sur sa fin.

Je me demande s’il ne faut pas chercher la clef de l’énigme dans une forme de métaphore de la jeunesse face au monde adulte, ou plus exactement de ce passage difficile entre l’adolescence et le monde adulte, si effrayant, et dans lequel on doit plus ou moins renoncer à ses rêves de jeunesse. Le changement de comportement des parents pourrait alors s’expliquer par une prise de conscience des ado qui constatent que le monde idyllique de l’enfance n’était qu’une illusion. Le roman peut alors trouver une certaine explication si on lui applique cette vision métaphorique, mais je ne suis pas sûre que cette hypothèse soit la bonne et surtout celle-ci ne nous explique pas la raison des coccinelles qui est vraiment une énigme pour moi. On pourra toujours dire que le symbole de la coccinelle est le bonheur et la chance, mais ce symbole ne semble pas bien coller avec ce monde inquiétant qui est dessiné dans le roman.

Je suis donc assez décontenancée par ce roman dans lequel je suis restée simple spectatrice.

 

Article précédent
Poster un commentaire

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :