« Chambre 128 » Cathy BONIDAN

Il est indéniable que ce qui m’a tout de suite attirée vers ce roman est en premier lieu sa couverture. Une femme qui lit entourée de livres et d’un chat, je ne pouvais que m’y reconnaître. Puis j’ai lu la 4ème de couv. et là j’étais conquise :

Anne-Lise découvre, dans la table de nuit d’un petit hôtel breton, un manuscrit. A l’intérieur, l’adresse de l’écrivain. Après l’avoir lu, elle décide de le renvoyer à son propriétaire. Commence alors une correspondance avec Sylvestre, l’auteur, qui lui apprend qu’il avait perdu son livre en 1983 à l’aéroport de Montréal. Anne-Lise commence alors une enquête : quel voyage a bien pu faire ce manuscrit entre 1983 et 2016 ? Et par quels chemins est-il passé pour, depuis le Canada, se retrouver en Bretagne ?

Chambre 128 est un roman épistolaire où l’écrit et le papier voyagent : le manuscrit d’abord, les lettres ensuite. Petit à petit, Anne-Lise va tisser un réseau de correspondants dont elle est le centre. De lettres en lettres, elle recherche tous ceux qui ont pu avoir entre les mains ce manuscrit, mais surtout elle veut savoir qui a écrit la fin du roman. Car, comme elle finit par le découvrir, Sylvestre n’en a écrit que la moitié. Quand il l’a perdu, il ne l’avait pas achevé. Qui est donc cet auteur qu’elle se plaît à appeler Charlie, comme dans les livres de Martin Handford : Où est Charlie ?

Mais cette quête littéraire cache un autre mystère. Anne-Lise se rend compte que les différents lecteurs ont tous été changés après la lecture de ce roman, qu’il a eu sur leur vie un impact décisif. Au fil des lettres, de nouveaux correspondants apparaissent et on se glisse dans leur propre histoire. Des amitiés se nouent, des vernis craquent…

J’ai aimé la détermination d’Anne-Lise, sa franchise, son amitié qu’elle distille sans frein. Le ton est joyeux, la plume est alerte, même si on regrette que le style ne change guère d’un correspondant à l’autre. Mais on se laisse glisser dans cette histoire qui nous ramène au bonheur à la fois de la lecture et de l’écriture, qui nous rappelle la force de littérature et plus généralement de la lecture.

Un roman sans prétention qui se lit avec plaisir.

 

Poster un commentaire

3 Commentaires

  1. Tu es effectivement du même avis que moi. 😊

    Réponse
  2. Oh, je note 🙂 j’aime beaucoup la couverture!

    Réponse
  3. Anaïs

     /  février 24, 2019

    Hâte de le lire ! (Au passage : très joli blog)

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :