« Traces » Florence HINCKEL


hinckel tracesFlorence Hinckel est une auteure jeunesse, ou plutôt une auteure, tout court. Je suis ses romans avec intérêt car elle a la faculté de se saisir des éléments de la réalité pour construire des intrigues futuristes, mais dans un futur qui n’est peut-être pas si éloigné de notre présent. Que ce soit Théa pour l’éternité ou le très bon #Bleue, ou encore le très récent U4 Yannis, Florence Hinckel pousse les ado lecteurs à réfléchir sur leur quotidien, leur réalité et leurs pratiques des nouvelles technologies.

Dans Traces, elle s’inspire d’une idée qui avait traversé l’esprit d’un ancien président et qui, à l’époque, avait fait polémique : détecter les futurs criminels dès la crèche ou presque. Grâce à la mise au point d’un logiciel, le Traces, les autorités sont, dans le roman, désormais capables d’identifier non seulement le criminel à venir, mais connaître le lieu, la date et jusqu’à l’heure à laquelle va être commis le meurtre.

(suite…)

« Treize » Aurore BEGUE.


treizeTreize est un premier roman d’Aurore Bègue, un premier roman qui n’a rien d’un premier roman, tant tout semble maîtrisé : l’intrigue, les personnages, le style.

Alice a treize ans. Comme tous les étés, elle part avec sa sœur Marie, 16 ans, son père et sa mère dans leur maison au bord de la Méditerranée. Mais cet été sera différent. Un collègue et ami de son père décide de partir avec eux, et loue une maison dans la même station balnéaire. Paul est un homme charismatique, charmeur et Alice, une jeune fille qui évolue, qui sent que cet été, elle a grandi, que des choses nouvelles se passent en elle.

(suite…)

« Eh bien dansons maintenant ! » Karine LAMBERT.


lambert dansonsLa couverture de ce roman vous rappellera certainement quelque chose ! Karine Lambert s’est fait connaître avec son précédent roman : L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes, que je n’ai d’ailleurs pas lu. Le motif de l’immeuble, présent sur les deux couvertures, semble donc fonctionner comme une piqûre de rappel. Les romans de Karine Lambert sont classés dans les fameux romans feel good.

(suite…)

« L’Ogre et sa princesse aux petits oignons » Sabrina INGHILTERRA.


Inghilterra l'orgre et sa princesseIl y a des petits plaisirs qu’il ne faut pas se refuser. Hier, j’ai acheté deux chaises longues, regrettant de ne pouvoir être correctement installée pour lire dans mon jardin. Je les ai placées sous l’ombre du pommier. Ce matin, dès huit heures, j’y ai pris place pour finir le roman dont je vais vous parler dans cette chroniques. Ah quelle bonne heure et quel bonheur que cette lecture matinale qui s’est finalement prolongée jusqu’à midi par le début d’une relecture de Nana de Zola, que je compte bien mettre au programme de mes Secondes à la rentrée. Je les entends déjà bougonner devant les 500 pages de la bête ! Bref, les chaises longues, j’adore !

Mais venons-en à ce fameux roman de Sabrina Inghilterra. C’est une merveille ! Ventrerond est un bon gros ogre, né d’un papa humain et d’une méchante ogresse qui aurait fini par dévorer son pauvre mari. (suite…)

« Agatha Raisin enquête : La Quiche fatale » M.C BEATON


beaton Agatha raisin tome 1Agatha Raisin est anglaise, femme d’âge mûr, comme on dit poliment, elle vient de lâcher sa boîte d’événementiels à Londres, pour réaliser son rêve : acheter un cottage et s’installer dans les Cotsworlds, dans les Midlands. Son bonheur se trouve à Moreton-in-Marsh, pittoresque petit village anglais. Après une période euphorique, Agatha va vite déchanter. Si les habitants de Monreton semblent accueillants, elle réalise rapidement que leurs échanges se limitent à la météo. Bien décidée cependant à s’intégrer, elle s’inscrit au célèbre concours de quiche. Mais là encore, les choses ne se passent pas comme prévu. L’arbitre de la compétition est retrouvé mort le lendemain du concours avec auprès de lui les restes de la quiche d’Agatha…

(suite…)

« Les grandes jambes » Sophie ADRIANSEN.


adriansenJe suis une grande gigue. En primaire, je mesurais déjà un mètre soixante et j’ai fini ma croissance à un mètre soixante-dix-huit, autant vous dire que le titre de ce nouveau roman jeunesse de Sophie Adriansen a résonné en moi. Pourtant, contrairement à l’héroïne des Grandes jambes, Marion, je n’ai jamais été complexée par mes jambes et ma taille (je vous rassure, j’ai d’autres complexes.). Si Marion a du mal à trouver un jean à sa taille, qui tombe parfaitement sur ses chaussures et ne laisse pas voir ses chevilles, pour moi, c’est la longueur des manches qui m’a toujours posé un problème. Mais qu’importe, entre grandes, on se comprend.

(suite…)

Bilan mensuel de lecture : Juin 2016.


logo-bilan-mensuel1Je n’ai guère publié durant ce mois de juin et pourtant je n’ai cessé de lire. Autant vous dire que j’ai plusieurs chroniques de retard. Mais ne nous laissons pas abattre, juillet a déjà commencé et si je n’en ai pas encore fini avec les copies de bac, ce premier mois de vacances va voir refleurir le blog, enfin je l’espère.

Juin fut sous le signe des SP. La pile, ou plutôt les piles, montent dangereusement et je m’y suis attaquées mais toujours en privilégiant mes envies. Un seul livre de ma PAL a pris le soleil (enfin, façon de parler), mais un livre qui venait à peine d’y entrer, donc guère d’avancée dans le domaine de la PAL. D’autant que juin est un mois dangereux puisque se tient depuis plusieurs années maintenant Le Salon du livre de poche de Saint-Maur et que je n’ai guère pu résister aux achats après un sevrage de plusieurs semaines  et une fatigue de fin d’année scolaire qui m’a rendue bien faible. Donc, vous l’aurez compris, ce mois de juin a été catastrophique pour PALounette.

Toutefois, et c’est sans doute le plus important, mes lectures furent bonnes et, comme toujours, très variées.

(suite…)

« Ne retournez jamais chez une fille du passé – Tome2 » Nathalie STRAGIER


stragier la fille du futur tome 2Nathalie Stragier nous offre la suite de Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous, premier tome qui m’avait beaucoup plu. Un an après avoir évité le bouleversement mondial de la société, Pénélope a eu envie de retourner voir si ses amis, Andréa et Pierrick, vont bien. Rassurée assez rapidement, elle constate alors qu’elle ne parvient plus à repartir dans son époque. Bien qu’agrégée et experte du voyage dans le temps, Pénélope ne comprend pas ce qui se passe d’autant que les conditions solaires et lunaires sont parfaites. Quelque chose de plus fort retient Pénélope en 2020, mais quoi ?

(suite…)

« Daddy Love » Joyce Carol OATES


Oates daddy loveIl faut toujours un certain courage pour se lancer dans un roman de Oates, accepter le choc à venir, accepter d’être tiré de notre confort de lecteur. Lire Oates n’est pas confortable, elle entraîne le lecteur dans les noirceurs de l’âme humaine sans même nous offrir une identification possible à tel ou tel personnage, sans même nous laisser un petit espoir.

Dans Daddy Love, l’auteure américaine nous entraîne dans la pire noirceur où l’innocence d’un enfant n’est pas même épargnée. Robbie, cinq ans, est enlevé sur le parking d’un centre commercial. Arraché à sa mère qui tente tout pour arrêter le kidnappeur, l’enfant va vivre l’enfer pendant six ans aux côtés de Chet Cash, pasteur itinérant, intégré et reconnu au sein de sa communauté. Oates s’attaque aux fausses apparences. Tous les personnages de ce roman sont des Janus : ils ont deux visages, voire deux noms, comme Robbie qui deviendra Gideon Cash durant sa captivité.

(suite…)

Bilan mensuel de lecture : Mai 2016.


logo-bilan-mensuel1Lorsque l’on regarde par la fenêtre on a un peu du mal à croire que l’été se profile, et pourtant nous sommes aujourd’hui le 1er juin et il est déjà temps de faire le bilan des lectures de mai. Ce mois printanier a eu la gentillesse de nous offrir quelques jours supplémentaires de lecture, d’où un bilan m’a foi pas si mal que ça ! Comme toujours, j’ai essayé de varier mes lectures et de respecter mon Plan Orsec. J’y suis parvenue in extremis.

(suite…)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 298 autres abonnés