« Ces Petits riens qui nous animent » Claire NORTON


Aude, Alexandre et Nicolas sont tous les trois dans une mauvaise passe quand le roman commence. Sans se connaître, ils se retrouvent aux Buttes-Chaumont pour faire le point sur leur vie. Aude vient de découvrir son mari dans son lit avec une autre ; Alexandre a reçu un ultimatum de la part de son grand amour et Nicolas s’inquiète du rendez-vous manqué avec son frère. Tous les trois arrivent sur un pont et tombent sur Charlène, accrochée à la rambarde et prête à faire le grand saut. Sans réfléchir, ils se précipitent pour l’empêcher de sauter. Après avoir longuement parlé, ils finissent par accepter d’aider la jeune fille. Pour éviter qu’elle ne saute, et comme son père qui les a rejoint ne semble pas agir, ils promettent de s’unir pour résoudre son problème : retrouver sa mère.

(suite…)

« La Parthénogenèse » Anne-Laure JULIEN.


L’histoire se déroule durant l’été de la canicule, celle de 2003. Sophie, institutrice, est mère célibataire de deux petites filles, Lolita et Ada, de deux pères différents, et ferme son école pour l’été. C’est une femme libre, très sarcastique (et de ce fait très drôle), qui a un penchant pour les hommes mariés (un peu malgré elle) et enfin, qui a une vision du couple, du mariage et des hommes très peu conventionnelle. D’ailleurs le titre du roman résume assez bien la situation : la parthénogenèse consiste à ne se reproduire qu’entre femelles et donc à ne donner naissance qu’à des femelles, c’est une des caractéristiques des phasmes. Sophie donc a fait deux bébés toute seule, comme le chantait Goldman.

(suite…)

« Prendre son courage à deux m@ils » Matt7ieu RADENAC.


Prendre son courage à deux m@ils est un roman épistolaire entre un écrivain et Alex, dont nous ignorons s’il s’agit d’une fille ou d’un garçon. C’est aussi la suite de Des livres et moi dans lequel Alex écrivait au même écrivain, Filippe Cavreini, pour réaliser un devoir de français et ainsi impressionner sa prof. Dans ce deuxième tome, Filippe et Alex se connaissent donc bien et Filippe a même donné le virus de la lecture à son destinataire. Ils se recontactent car chacun a un problème à régler et a besoin de l’autre pour l’aider : Alex veut retrouver son père, père qu’il ne connait pas et dont sa mère refuse de lui parler ; Filippe, quant à lui, apprend qu’un de ses romans va être porté à l’écran, mais il n’est pas sûr d’accepter.

(suite…)

« Un été en liberté » Mélanie EDWARDS.


Les parents de Brune, Paul, Violette et Elise ne cessent de se disputer. Chacun se renvoie la balle sur l’organisation des vacances d’autant que, comme chaque année, les finances sont à plat. Les enfants âgés entre 17 et 6 ans sont solidaires et unis. Leur mère décide alors de les envoyer tous les quatre en Ardèche, dans un petit village où elle a elle-même passé son enfance, Ferréol. Après avoir dépassé les réserves de leur père, les enfants partent. Là ils retrouvent une maison perdue dans la végétation et inondée de soleil, sans grand confort, mais pour eux, et surtout pour Violette, c’est le paradis sur terre. Plus de disputes de ses parents, la liberté s’ouvre à elle. Les enfants s’organisent, se répartissent les taches. Dans la ferme d’à côté, des amis de sa mère sont des présences rassurantes et leur fournissent confitures, légumes, fruits de leur exploitation. La petite rivière non loin de là est une source de fraîcheur et un lieu idéal pour lire. C’est là que Violette fait la connaissance de Bosco

(suite…)

« Victor Kessler n’a pas tout dit » de Cathy BONIDAN


J’avais beaucoup apprécié le précédent roman de Cathy Bonidan, Chambre 128, (qui vient de sortir en poche, profitez-en) j’ai donc été ravie de recevoir Victor Kessler n’a pas tout dit. Dans ce roman, l’auteure change de genre et nous emmène dans les montagnes brumeuses des Vosges.

Bertille mène des enquêtes d’opinion dans un supermarché parisien quand un vieil homme s’écroule à ses pieds. Elle sent chez lui la même peur panique de l’autre. Alors que le vieil homme est emporté à l’hôpital, la jeune femme récupère son cabas. Une fois rentrée chez elle, elle y découvre, cachée dans la doublure, une pile de feuilles, un manuscrit. Poussée par la curiosité, elle commence à lire. Il s’agit d’une confession qui relate des faits remontant aux années 70 : la mort d’un jeune garçon retrouvé dans un lac à Saintes-Fosses. Bertille se sent aspirer par ce récit, les mots résonnent en elle. Le vieil homme sort enfin de l’hôpital et se rend chez Bertille pour récupérer son manuscrit. Se noue alors entre eux un lien, de méfiance, mais aussi de reconnaissance. Monsieur André, le vieil homme du supermarché, n’est rien d’autre que le meurtrier qui a purgé sa peine. Pourtant, il semble que ce ne soit pas si simple que cela. Bertille se rend alors à Saintes-Fosses et, en se faisant passer pour une journaliste, tente de reprendre l’enquête. (suite…)

« A la recherche de Karl Kleber » Daniel SANGSUE


Karl Klebert, professeur de littérature à l’université de Morat en Suisse, a subitement disparu en 1987. Quinze ans plus tard, le narrateur du roman, lui aussi professeur de littérature, âgé de 60 ans, approximativement l’âge auquel Karl a disparu, se rend chez Georges, le libraire du coin, qui vient de racheter une partie de la bibliothèque de Klebert. Intrigué par cette disparition, le narrateur s’intéresse à l’affaire et tente de comprendre ce qui a pu pousser cet homme à partir sans avertir personne. Il se penche alors sur ses livres et commence à analyser les notes laissées à l’intérieur des pages. Très vite il remarque que ces annotations ont un point commun : « plusieurs de ces livres racontent des fuites, des fugues, des disparitions ou évoquent le désir d’échapper à l’ici et au maintenant » (p.45). Il remonte les pistes, découvrant un professeur investi, mais aussi déçu par les changements engagés dans l’université et notamment la lente disparition de l’italien et du grec. Qu’est-ce qui a poussé Klebert à la fuite ?

(suite…)

Mes lectures durant le confinement.


En reprenant l’écriture du blog, j’ai envie d’y laisser une trace de ce confinement historique que nous avons vécu, que nous vivons encore et que nous allons sans doute vivre encore pendant plusieurs semaines voire mois même si notre liberté de nous déplacer, et celle de nous rencontrer ont été un peu étendues.

A l’annonce de ce confinement, passée la stupeur d’une telle mesure, j’ai réalisé que s’ouvraient devant moi des semaines de lecture. Contrairement à beaucoup d’amies qui écrivaient sur les réseaux sociaux leur difficulté à se concentrer et donc à lire, j’ai été prise d’une boulimie de lecture. Pourtant j’ai eu, moi aussi, des problèmes pour me concentrer : impossible de me remettre à mes cours, de corriger des copies, d’envisager des séances… Le blocage complet.

Alors j’ai lu.

(suite…)

Les livres que je n’ai pas chroniqués #1 : les romans ados.


Beautiful way to enjoy the day..... wild flowersBien qu’en vacances, je me retrouve à quelques jours de ma pré-rentrée avec des chroniques en retard. Même si j’ai évoqué mes lectures lors des bilans mensuels, j’avais envie de me mettre à jour avant de reprendre le rythme infernal du travail et parce qu’il serait dommage de ne pas évoquer un peu longuement avec vous ces lectures.

(suite…)

« Feel good » de Thomas GUNZIG – Rentrée littéraire 2019 – #1


J’avoue que je ne connaissais pas Thomas Gunzig, mais une vidéo dans laquelle il présentait son roman m’a furieusement donné envie de le découvrir, lui et son roman.

Donc c’est l’histoire d’Alice, qui après avoir été élevée dans une famille aux problèmes financiers récurrents, devient vendeuse de chaussures puis chômeuse, puis larguée avec un enfant, Achille, puis qui tente par tous les moyens, même les moins recommandables, de trouver de l’argent. Et puis il y a Tom. Tom se rêve grand auteur de best-sellers, il écrit, des trucs improbables, il attend, guette que l’on parle de ses livres dans les magazines lors des rentrées littéraires, mais rien ne vient, il se fait larguer, devient chômeur, rencontre Alice d’une drôle de façon.

(suite…)

« Les Sœurs Mitford enquêtent : Le Gang de la Tamise » Jessica FELLOWES


Le Gang de la Tamise est le deuxième volume de la série policière de Jessica Fellowes, Les Soeurs Mitford enquêtent. Le premier, L’Assassin du train, paru l’été dernier, m’avait beaucoup plu et j’étais contente de retrouver les sœurs et Louisa pour cette nouvelle enquête.

Lors du dix-huitième anniversaire de Pamela Mitford, Nancy, sa sœur aînée a organisé une chasse au trésor costumée. Elle a réuni ses amis londoniens à Asthall Manor, résidence des Redesdale, parents des sœurs Mitford : Adrian et Charlotte Curtis,  Clara Fisher, actrice américaine en herbe, lord De Clifford et Dolly Meyrick, Phoebe Morgan et Sébastien Atlas. La jeunesse dorée est réunie pour un jeu anodin qui va finir en drame : Adrian Curtis est retrouvé mort au pied du clocher de l’église. Aux côtés du corps, la domestique des Curtis, Dulcie. Celle-ci est immédiatement désignée comme la coupable. Mais Louisa doute de sa culpabilité et est décidée à découvrir le vrai coupable.

(suite…)