« Stabat murder » Sylvie ALLOUCHE.


Il ne faut jamais désespérer devant les piles de livres à lire. La preuve, ce roman attend son tour depuis sa sortie en librairie il y a deux ans. Il me tentait beaucoup, mais vous savez comme les choses se passent et comme un livre est souvent chassé par l’arrivée d’autres livres. Pourtant c’est en recevant le deuxième opus, que je me suis enfin décidée à lire Stabat Murder.

Mia, Mathis, Sacha et Valentin préparent le concours du conservatoire national de musique de Paris. Ils travaillent assidûment, mettent tout le reste de côté pour ne se concentrer que sur cette date prochaine du concours. Pourtant, un jour, ils disparaissent sans laisser de traces… La commissaire Clara Di Lazio est alors chargée de l’enquête.

(suite…)

« L’Américaine » de Catherine BARDON


Je prends enfin le temps de rédiger ma chronique sur ce gros pavé qui fut le fil rouge de mon mois de mars. Publié aux éditions Les EscalesL’Américaine est la suite des Déracinés que beaucoup d’entre vous ont sans doute lu. Ce ne fut pas mon cas, mais cela n’a en rien influencé ma lecture, puisque ce second tome est essentiellement centrée sur Ruth et que les allusions au tome précédent sont suffisamment claires pour que la lecture se déroule sans que l’on soit perdu.

Nous sommes en 1961, Ruth quitte la république dominicaine pour New-York, à la fois pour suivre des études de journalisme et un stage au Times. Sur le bateau, elle rencontre Arturo, qui deviendra un ami fidèle. Issue d’une famille d’origine juive autrichienne ayant fui l’Autriche devant la montée du nazisme, Ruth est très attachée à son pays mais également très sensible à l’histoire de sa famille. A New-York, elle est hébergée par sa tante. Ce roman se propose également de donner un aperçu des Etats-Unis dans les années soixante.

(suite…)

Un Livre Dans la Boîte #14


Retour du rendez-vous mensuel Un Livre dans la Boîte avant le bilan de lecture mensuel à paraître demain (si j’ai le temps). A partir de maintenant, je collerai les liens vers les chroniques parues au fil du mois, pour que vous puissiez non seulement découvrir ces nouveaux romans mais y revenir ensuite pour lire la chronique. Les liens ont donc été rajoutés sur la page du rendez-vous du mois dernier.

Ce mois-ci encore, ma BAL a accueilli de nombreux romans très différents. C’est toujours un plaisir d’enfant que de découvrir une grosse enveloppe dans sa boîte. Avant-hier j’ai même eu la surprise d’en découvrir une dès l’aube avant même de partir en cours, il devait être à peine sept heures et quart du matin. C’est presque un peu magique !

Mais ne tardons pas plus…

(suite…)

« Miss Crampon » Claire CASTILLON.


Ce n’est pas le titre, mais le nom de l’auteure qui m’a donné envie de lire ce roman. N’ayant jamais lu les romans de littérature générale de Claire Castillon, j’ai eu envie de la découvrir à travers la littérature jeunesse. Mais je voudrais vous mettre en garde à la fois sur le titre et la 4e de cou., les deux rendant assez mal compte, je trouve après lecture, du contenu de ce roman. Certes l’élection de Miss crampon clôture le roman, mais l’intérêt de cette histoire va bien au-delà et Claire Castillon dresse un portrait très juste des jeunes filles que l’on croise dans les cours de collège, et notamment le personnage de Suzine qui est d’une justesse flagrante.

Suzine, donc, a 14 ans. Elle a deux amies, Violetta et Romane, qui sont amoureuse du même garçon, Tom. Suzine doit prendre parti, mais en est incapable, alors elle chut, elle ne dit rien, s’abstient et ne parvient pas à soutenir l’une ou l’autre, car la peur de perdre ses amies la rend incapable de trancher.Sauf que, par son silence, ses amies lui ont tourné le dos, et Suzine redoute de les retrouver à la rentrée des vacances d’hiver.

Suzine chut depuis des années : avec sa mère, avec sa grand-mère, son père, sa belle-mère :

Je veux que chaque membre de ma famille pense que je l’aime plus que tout. […] J’ai appris à devenir l’incarnation exacte de ce que les gens attendent de moi (p.9)

Alors Suzine ment et c’est le début des problèmes.

(suite…)

« Les Yeux d’Aireine » Dominique BRISSON


Les Yeux d’Aireine est un roman de la littérature adolescente qui oscille entre réalité et fantastique. Aireine est une jeune lycéenne. Avec son amie Eli, elles forment un duo d’amitié totale fait de légèreté et de complicité. Heureuse dans une famille aimante, elle voit cependant se produire d’étranges changements : une nuée de coccinelles ; des disparitions ; des suicides de masse ; la présence de plus en plus prégnante de personnes aveugles. Mais elle constate également un changement de personnalité chez son amie d’abord, puis chez sa mère et chez d’autres adultes. Aireine ne comprend pas ce qu’il se passe (et le lecteur non plus d’ailleurs), même son petit ami, Aël, jeune homme artiste et ne supportant plus son père qui devient de plus en plus étrange, finit par renier tout ce qu’il est.

(suite…)

Un Livre dans la Boîte #13


De petites pépites sont parvenues dans ma BAL ces dernières semaines. Une fois encore, un savant mélange de littérature pour ado, de littérature générale et même des polars, de quoi bien entamer les vacances. Il y a des auteurs que je connais déjà et que j’ai hâte de retrouver, mais aussi des auteurs que je vais découvrir.

Vous êtes prêts ?

C’est parti !

(suite…)

« Le Hussard noir » Marie PELLAN et William LAFLEUR


J’ai reçu ce roman lors d’une journée de grève des professeurs contre la réforme du lycée, il ne pouvait pas mieux tomber. Ecrit à quatre mains, ce roman situe son intrigue dans un lycée classé ZEP (zone d’éducation prioritaire) à Cloîtry, en banlieue parisienne. Thomas Debord, professeur de lettres, est au bord de la rupture : marre de n’être pas écouté par les gouvernements successifs qui ont un évident mépris de son métier. Les grèves, les manifestations ont montré leurs limites, il faut choisir un nouveau mode de pression. Un matin, il décide de prendre en otage une partie de sa classe de première ES, flingue à la main. (suite…)

« Vigile » Hyam ZAYTOUN.


Aucune description de photo disponible.Vigile  est un très court roman d’un peu plus de 120 pages, mais dont on sent très vite la densité, la tension dramatique. La 4e de couv. donne le ton et j’avoue avoir un peu reculé devant l’obstacle, pour des raisons aussi personnelles. Je me suis enfin décidée dimanche dernier, je l’ai fini dans la journée.

Vigile c’est l’intrusion de l’extraordinaire, au sens étymologique du terme, dans l’ordinaire, le quotidien. La soirée d’un couple, la vaisselle, un sentiment de désillusion du couple, et puis le coucher. Mais dans la nuit, le mari de la narratrice émet des bruits étranges, plaisante-t-il ? Elle a du mal à s’extraire du sommeil… puis comprend qu’il fait une crise cardiaque. Commence alors une longue nuit, puis une longue semaine qui oscille entre désespoir et espoir, présent et passé.

(suite…)

« Chambre 128 » Cathy BONIDAN


Il est indéniable que ce qui m’a tout de suite attirée vers ce roman est en premier lieu sa couverture. Une femme qui lit entourée de livres et d’un chat, je ne pouvais que m’y reconnaître. Puis j’ai lu la 4ème de couv. et là j’étais conquise :

Anne-Lise découvre, dans la table de nuit d’un petit hôtel breton, un manuscrit. A l’intérieur, l’adresse de l’écrivain. Après l’avoir lu, elle décide de le renvoyer à son propriétaire. Commence alors une correspondance avec Sylvestre, l’auteur, qui lui apprend qu’il avait perdu son livre en 1983 à l’aéroport de Montréal. Anne-Lise commence alors une enquête : quel voyage a bien pu faire ce manuscrit entre 1983 et 2016 ? Et par quels chemins est-il passé pour, depuis le Canada, se retrouver en Bretagne ?

(suite…)

« Tranquille comme Baptiste » Yaël HASSAN.


Les romans de Yaël Hassan, du moins ceux que j’ai lus jusqu’ici (La Fille qui n’aimait pas les fins ou Un roman d’aventure (ou presque) ou encore De Sacha @ Macha), ont la belle particularité de mêler les générations, mais aussi de fonder leur intrigue sur des secrets de familles, ou plus exactement des non-dits, ces choses que l’on cache aux enfants pour ne pas les perturber, mais que les enfants ressentent en observant les adultes.

Baptiste est un collégien timide, qui longe les murs dans son établissement, se faisant harceler sans cesse par les autres élèves. Il vit avec sa mère, Amélie, institutrice, et sa grand-mère, Mathilde. Mais Baptiste aime surtout passer son temps libre avec leur vieux voisin : Barnabé. Ensemble, ils adorent chercher et répertorier les mots et les expressions populaires, ils ont d’ailleurs créer, à eux deux, le club des « lexicophile » (= les collectionneurs de mots rares). La vie de Baptiste est donc tranquille, jusqu’au moment où déboule Clara, un gentil petit diable, qui va entraîner bien des bouleversements dans la petite vie tranquille de Baptiste, mais aussi dans celle de Barnabé, Amélie et Mathilde.

(suite…)