« Les locataires de l’été » Charles SIMMONS (Prix des Lectrices 2014).

simmons les locatairesMichael, narrateur de l’histoire, revient sur l’été 1968 : C’est pendant l’été de 1968 que je tombai amoureux et que mon père se noya (p.13). Cette première phrase, détachée du paragraphe suivant, illustre, dès l’ouverture, l’opposition entre le bonheur ressenti grâce aux premiers sentiments amoureux et le drame vécu par la mort du père. Dans les deux cas, elle témoigne déjà du changement qui va s’opérer, en l’espace d’un été, chez ce jeune homme sortant à peine de l’enfance.

Michael et ses parents passent l’été dans leur maison de Cap Bone. Michael et son père, homme charismatique, sont très proches et le jeune homme voue une certaine admiration pour cet homme qui connaît si bien la mer et qui lui a tant appris. Cet été 1968, les parents de Michael louent leur petit bungalow à Zina et à sa mère.

Zina a 20 ans, Michael en a 15 et le jeune garçon tombe immédiatement amoureux de cette jeune femme passionnée de photographie et qui semble si bien comprendre ce lieu particulier qu’est le Cap Bone. Les Locataires de l’été raconte une éducation sentimentale, l’éveil de l’adolescence à l’amour, avec ses émois, ses doutes, ses interrogations, ses jalousies. Sur cette bande de terre, les êtres qui l’habitent le temps d’un été, vont confronter leurs conceptions de l’amour face à un jeune homme qui n’en a pas encore, qui découvre ce sentiment et la façon de le vivre. Le père de Michael est une figure centrale du roman, à la fois parce qu’il est admiré par son fils et qu’il se révèle comme un modèle à suivre, mais aussi parce que, par son charme et sa prestance, il est souvent le centre d’attention de la petite communauté et notamment des femmes.

Bien que l’histoire soit racontée par un Michael plus âgé, reconsidérant les évènements de cet été 68, le narrateur maintient le lecteur dans la perception de Michael adolescent qui est témoin des faits, mais ne comprend pas toujours ce qui se trame en dessous. Au fil des pages, cependant, une atmosphère de plus en plus lourde s’installe, le drame annoncé dans la première phrase avance inexorablement et maintient le lecteur dans l’attente.

Cet été, si précisément daté, est ce moment où la vie de Michael va changer et où Michael lui-même va perdre de sa naïveté et de son innocence. En découvrant de le bonheur de l’amour, il en découvre aussi ses conséquences dramatiques.

Roman lu dans le cadre du Challenge US, du Prix des Lectrices 2014 et du Plan Orsec 2014.

Challenge USPrix des lectrices 2014PAL Orsec 2014

Publicités
Poster un commentaire

12 Commentaires

  1. Je confirme, ce roman me tente beaucoup !!! 😉

    Réponse
  2. La découverte de l’amour … tout un roman … Il me tente aussi !

    Réponse
  3. Mais du coup, l’as-tu aimé?

    Réponse
    • J’ai bien aimé le fait que les évènements soient racontés du point de vue de Michael, avec sa naïveté, les choses qu’ils ne devinent pas toujours ; l’ambiance aussi un peu langoureuse et en même temps tendue, ce n’est pas un coup de cœur mais un bon roman qu’il faut vraiment découvrir !

      Réponse
  4. Bien envie de découvrir ce roman! Tant mieux le salon du livre approche 😀

    Réponse
  5. Et si je te dis qu’il m’avait été conseillé par Blondel ? hein, là je sens que tu es encore plus convaincue 😉 !

    Réponse
  6. Tu en fais un très bel exposé, qui donne d’autant plus envie de découvrir ce livre !

    Réponse
  7. Bon ben va falloir le noter celui-là hein 🙂

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :