« Une avalanche de conséquences » Elizabeth GEORGE – Le Mois Anglais


Première découverte pour moi des romans d’Elizabeth George. Comme je ne fais jamais comme tout le monde, je commence par le tome 18 de la série mettant en scène les inspecteurs Thomas Linley et Barbara Havers. Mais qu’à cela ne tienne, j’ai découvert dans ma PAL abyssale que j’avais les trois premiers tomes, je vais donc pouvoir me rattraper. Alors Elizabeth George est américaine, mais, un peu comme Kate Morton, elle est diplômée de littérature anglaise et ça se sent. Aussi l’intrigue de ce roman se situe-t-elle entre Londres et le Dorset. Les deux inspecteurs appartiennent évidemment à Scotland Yard, sinon c’est moins drôle.

Toute la première partie du roman (jusqu’à la page 176 pour être exacte, sur 758), l’intrigue s’axe sur les membres de la famille Goldcare : les fils, William et Charlie, la mère, Caroline, son mari (mais non le père des garçons), Alestair et les copines des fils : Lily et Inda. Très vite, on voit que la mère Caroline est au centre de cette famille : mère possessive, désagréable, blessante (notamment avec ses futures belles-filles et son mari) et souvent insultante. Les fils semblent dépendants d’elle et notamment William qui fait des crises de logorrhées. Tout s’emballe quand ce dernier se jette du haut d’une falaise du Dorset. Parallèlement à cette famille, on fait rapidement la connaissance de Clare Abbott, féministe et écrivain dont Caroline est une sorte de secrétaire, et de son éditrice Rory. Mais, lors d’une campagne de dédicaces Clare est retrouvée morte dans sa chambre d’hôtel. Interviennent alors Linley et Havers.

(suite…)

Bilan de lecture du mois de mai 2020.


L’heure du bilan a sonné. Vous verrez que les lectures présentes dans ce bilan sont quasi exclusivement liées au Mois Anglais. Pour une fois que, cette année, je parviens à m’organiser en amont. Je vais donc rester très évasive puisque ces romans seront présentés beaucoup plus largement au cours du mois de juin.

Deux d’entre eux ont déjà été présentés dans mon précédent billet sur mes lectures du confinement, je les remets ici quand même.

(suite…)

« Un livre de martyrs américains » Joyce Carol OATES.


Dans une petite ville de l’Ohio, se trouve le Centre des femmes, hôpital dans lequel Dr Augustus Woorhees pratique des avortements. Devant le centre, un groupe d’anti-IVG constitué d’hommes et de femmes brandit des pancartes, dénonce et harcèle les médecins et les femmes qui s’y rendent. Un jour l’un d’entre eux s’avance arme à la main et tue froidement Dr Woorhees. Oates se propose alors de raconter, en alternant les chapitres, le parcours des deux hommes, mais aussi les conséquences de cet assassinat sur leur famille.

Tous les deux pères de famille, Luther et Augustus sont des hommes de convictions, des convictions totalement opposées. Oates ne prend pas parti, elle présente sans jugement leur cheminement. Après avoir dénoncé les conditions carcérales dans Carthage, ou le racisme dans plusieurs de ses romans comme Fille noire, fille blanche, l’auteure américaine traite du sujet brûlant de l’avortement. Bien que ce sujet soit largement polémique aux Etats-Unis, encore plus depuis l’arrivée de Donald Trump à la tête des USA, Oates situe son roman de la fin des années 90 à février 2012. Une fois encore, Oates montre les revers de la médaille, la face sombre de l’Amérique.

(suite…)

Mes lectures durant le confinement.


En reprenant l’écriture du blog, j’ai envie d’y laisser une trace de ce confinement historique que nous avons vécu, que nous vivons encore et que nous allons sans doute vivre encore pendant plusieurs semaines voire mois même si notre liberté de nous déplacer, et celle de nous rencontrer ont été un peu étendues.

A l’annonce de ce confinement, passée la stupeur d’une telle mesure, j’ai réalisé que s’ouvraient devant moi des semaines de lecture. Contrairement à beaucoup d’amies qui écrivaient sur les réseaux sociaux leur difficulté à se concentrer et donc à lire, j’ai été prise d’une boulimie de lecture. Pourtant j’ai eu, moi aussi, des problèmes pour me concentrer : impossible de me remettre à mes cours, de corriger des copies, d’envisager des séances… Le blocage complet.

Alors j’ai lu.

(suite…)

Bilan mensuel de lecture : Juillet 2019.


Si ce mois-ci je suis plus ou moins parvenue à chroniquer les livres lus, je n’ai toujours pas rattrapé mon retard de chroniques des mois précédents (7 romans attendent toujours que je me penche sur eux pour les chroniquer. Je vais essayer de m’y mettre en août).

Comme beaucoup d’entre vous, j’aime les mois estivaux toujours propices à la lecture. Des heures à lire et à tourner les pages, sans me soucier de copies à corriger… mais pas sans séquences à préparer, hélas ! Mais juillet est avant tout pour moi, le mois du fameux lâcher-prise, (enfin, j’essaie) et des lectures de quelques pavés.

A l’exception d’un SP, j’ai essentiellement puisé dans ma PAL ce mois-ci et notamment dans la littérature anglaise, grâce au challenge British heroines lancé par le Forum Whoopsy Daisy qui a pris le relais du Mois Anglais.

(suite…)

« Le Saut de l’ange » Lisa GADNER – Polar.


Durant les vacances d’été, j’ai souvent envie de polars. Cette semaine j’ai lu Le Saut de l’ange de Lisa Gadner, que j’ai acheté sur le lieu de mes vacances. J’avais déjà fini le très beau roman de Gaëlle Nohant, Légende du dormeur éveillé (dont je vous parlerai prochainement) et j’avais envie de tout autre chose. J’avais emporté Le Chagrin des vivants d’Anna Hope, mais le sujet un peu dur sur l’après première guerre mondiale ne me tentait pas tout de suite. Pourtant le sujet du Saut de l’ange s’est révélé au final assez dur aussi.

Tout commence par un accident de voiture. Une femme au volant de sa voiture fait un vol plané sur une petite route dans la campagne un soir de pluie. Elle tente de s’extraire de son véhicule, puis se met à chercher partout une petite fille, Véro, qui est introuvable. La police est appelée sur place : Wyatt et Kevin. Des recherches sont faites pour retrouver l’enfant mais en vain. La femme, Nicky, semble perturbée et souffre de différentes blessures, dont un traumatisme crânien. Or Wyatt découvre qu’elle a déjà subi deux autres traumatismes crâniens : en tombant dans sa cave et sur le perron de sa maison. Désorientée, parfois incohérente, elle ne cesse de parler de cette Véro qui semble parfois être une petite fille, à d’autres moments une adolescente. Que cache-t-elle ? Pourquoi autant de traumatismes crâniens en si peu de mois ? Quel rôle joue son mari Thomas, qui semble avoir un fort ascendant sur sa femme ?

(suite…)

Triple Bilan de lectures : Mai – Juin – Mois Anglais 2019.


Entre la fin de l’année scolaire et ses réjouissants conseils de classe, réunions et j’en passe, puis les corrections du bac, les oraux du bac et enfin une perte de connexion d’une semaine, me voilà donc enfin de retour pour un triple bilan car avec tout ça je n’ai pas fait le bilan du mois de mai. Et comme nous sommes déjà le 2 juillet, il me faut également faire le bilan du mois de Juin qui était sous le signe de l’Angleterre.

Il est donc grand temps de nous y mettre. Comme ce billet risque d’être trop long, le mois de mai sera évoqué de façon très rapide et dans l’ordre chronologique. Pour le mois de juin, je serai plus diserte.

(suite…)

« Le Petit paradis » Joyce Carol OATES.


Un nouveau roman de Joyce Carol Oates est toujours une bonne nouvelle. Aussi quand j’ai appris la sortie du Petit paradis, je me suis ruée en librairie. D’autant que le sujet était très prometteur : une dystopie, genre auquel Oates s’est peu frottée.

En 2039 aux Etats-Unis, devenus les Etats d’Amérique du Nord (EAN), un gouvernement totalitaire s’est installé avec tout ce que cela entraîne : surveillance à outrance ; livres interdits ; suspicion portée sur les intellectuels… Adriane Strohl est une brillante étudiante, fille d’un médecin devenu IM (Individu Marqué) et nièce de Tobias qui, après avoir organisé une manifestation pour la liberté d’expression a été Supprimé. Major de sa promotion, Adriane va franchir la ligne rouge lors de son discours à la remise des prix. Elle se fait arrêter puis exiler…. en 1959.

(suite…)

Bilan de lecture mensuel : Avril 2019.


En ce premier jour de mai, au son des clochettes du muguet, il est l’heure de faire le bilan de mes lectures. Des lectures un peu moins importantes que le mois dernier, mais qui ont été particulièrement agréables et intéressantes. On peut juste regretter que le fait que je ne suis parvenue à ne sortir que deux livres de ma PAL.

Ce mois-ci donc j’ai lu trois polars, un roman et un livre d’entretiens.

(suite…)

Descente en librairies parisiennes…


Les vacances sont certes faites pour se reposer mais aussi pour aller se promener notamment à Paris et plus précisément avec ma sœur qui, âme charitable, accepte de me suivre dans ces lieux de perdition et surtout de m’attendre.

Cette semaine j’ai donc visité quatre librairies.

(suite…)