« Avec vue sur l’Arno » E.M. FORSTER


forster ArnoCe roman de E.M. Forster était dans ma PAL depuis 2010, mais j’ai découvert que je l’avais déjà acheté plus de vingt ans auparavant, peu de temps en fait après la sortie du film en 1986. Autant vous dire que cela fait 28 ans que je projette de le lire ! Pourquoi avoir autant attendu et pourquoi l’avoir acheté trois fois (en 1986, en 2010 et l’an dernier) ? Je crois que la raison principale vient du fait que j’aime tellement l’adaptation cinématographique de James Ivory que j’appréhendais la lecture de ce roman, par peur d’être déçue, de ne pas retrouver toutes les émotions que ce film sublime et complet me procure. Je me suis enfin décidée puisque ce roman est sur la liste du Prix des Lectrices 2014 (proposé par Miss G.).

Lire un roman dont on connaît par coeur l’intrigue et les répliques est une expérience particulière que j’apprécie peu en général, le roman étant souvent plus dense que l’adaptation cinématographique. C’est la troisième fois que je me trouve dans cette situation : la première pour Raison et sentiments de Jane Austen et la deuxième pour La Ferme africaine de Karen Blixen. Cela m’avait gênée pour Raison et sentiments, mais pour La Ferme africaine j’avais eu l’impression que livre et film se complétaient merveilleusement !

Pour le roman de Forster, je dois dire que mes craintes se sont révélées justes en partie.

(suite…)

« Les locataires de l’été » Charles SIMMONS (Prix des Lectrices 2014).


simmons les locatairesMichael, narrateur de l’histoire, revient sur l’été 1968 : C’est pendant l’été de 1968 que je tombai amoureux et que mon père se noya (p.13). Cette première phrase, détachée du paragraphe suivant, illustre, dès l’ouverture, l’opposition entre le bonheur ressenti grâce aux premiers sentiments amoureux et le drame vécu par la mort du père. Dans les deux cas, elle témoigne déjà du changement qui va s’opérer, en l’espace d’un été, chez ce jeune homme sortant à peine de l’enfance.

(suite…)