« Les grandes jambes » Sophie ADRIANSEN.

adriansenJe suis une grande gigue. En primaire, je mesurais déjà un mètre soixante et j’ai fini ma croissance à un mètre soixante-dix-huit, autant vous dire que le titre de ce nouveau roman jeunesse de Sophie Adriansen a résonné en moi. Pourtant, contrairement à l’héroïne des Grandes jambes, Marion, je n’ai jamais été complexée par mes jambes et ma taille (je vous rassure, j’ai d’autres complexes.). Si Marion a du mal à trouver un jean à sa taille, qui tombe parfaitement sur ses chaussures et ne laisse pas voir ses chevilles, pour moi, c’est la longueur des manches qui m’a toujours posé un problème. Mais qu’importe, entre grandes, on se comprend.

Après son dernier roman jeunesse, Max et les poissons, qui a connu un vrai succès et remporté de nombreux prix, Sophie Adriansen, dans ce nouveau roman ado, on le devine pour qui la connait, semble avoir mis d’elle-même et c’est ce qui rend cette histoire sensible. On déniche les petits clins d’œil :

Je suis désormais habituée aux « sauterelle », « grande perche », « girafe ». Heureusement que je ne m’appelle pas Sophie !.

Son héroïne, Marion, en plus d’être grande est aussi adolescente et amoureuse, or les trois cumulés forment un gros bazar. Impossible de se faire remarquer par Grégory avec un jean qui donne l’impression d’aller à la pêche aux moules, et encore moins quand on perd ses moyens en présence du dit garçon.

C’est le prof d’art plastique qui va la sortir de ce méandre en organisant un voyage artistique à Amsterdam ! Car ce roman n’est pas qu’un roman sur un complexe, il est aussi un éveil à l’art et notamment aux peintres hollandais et plus particulièrement à Rembrandt. Il est aussi une prise de conscience, une rencontre avec une autre jeune fille d’une autre époque : Anne Frank. Ce petit séjour en Hollande va alors provoquer chez Marion une véritable révélation.

Sophie Adriansen livre ici un roman sur l’adolescence, une adolescence qui dépasse son nombrilisme pour s’ouvrir au monde et qui nous montre que l’art est un miroir profond dans lequel on plonge et qui nous révèle à nous-mêmes.

Merci à Sophie…

Publicités
Article suivant
Poster un commentaire

6 Commentaires

  1. Normalement les livres sur les ados m’attirent assez peu. Ma dernière expérience avec une narratrice ado c’était Et Soudain tout change de Gilles Legardinier, et j’ai été mitigée… Mais là je suis tentée… Je ne saurais pas bien dire pourquoi. ça a l’air sympa…

    Réponse
  2. Merci George pour ce billet qui prend de la hauteur 😉

    Réponse
  3. Un très bon roman oui ! J’ai beaucoup aimé !

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :