« Edmond » Alexis MICHALIK – Rentrée Littéraire 2016 #7 – Théâtre

michalik-edmondCyrano et moi, c’est une longue histoire d’amour. J’ai vu la représentation de la pièce avec Weber, j’ai vu le film de Rappeneau plusieurs fois, j’ai étudié la pièce quand j’étais en 3ème (j’en avais appris la fameuse tirade du nez); je l’ai fait en classe avec ma classe de 4ème l’an dernier et je la refais cette année. Bref, je connais la pièce presque sur le bout des doigts, alors quand une attachée de presse m’a proposé de lire la pièce d’Alexis Michalik, vous pensez bien que je n’ai pas résisté très longtemps.

Edmond Rostand vient de faire un four avec sa pièce La princesse lointaine. Endetté, il cherche à convaincre Coquelin, le plus grand acteur de l’époque de jouer dans sa prochaine pièce, qu’il n’a non seulement pas écrite mais dont il ignore encore le sujet. Or pour convaincre Coquelin, il faut avoir un sujet et un rôle à sa hauteur. Sauf que l’inspiration semble s’être envolée ainsi que sa confiance en lui. Et puis, voilà que son ami Léo tombe amoureux d’une petite costumière très jolie, Jeanne, qui a les yeux qui brillent quand on lui parle des vers d’Edmond. Au fil des rencontres, des situations, notre dramaturge va écrire sa pièce : Cyrano de Bergerac.

Alexis Michalik raconte de façon magistrale l’écriture de Cyrano et sa création au théâtre de la Porte Saint Martin le 28 décembre 1897. Drôle, géniale, fidèle au texte, cette pièce est un grand moment de lecture d’autant plus grand quand on connaît la pièce. Les mises en abîme, le théâtre dans le théâtre, l’écriture, l’univers des répétitions, tout y est et on rit aux répliques bien senties qui n’ont rien à envier à celles de Rostand lui-même. On retrouve le même panache, ce même sens de la dérision, les personnages décalés (notamment les frères corses et le parton de bistrot, Monsieur Honoré), la même sensibilité. L’écriture est juste, on la sent inspirée par Rostand.

Le postulat de Michalik est qu’Edmond Rostand a puisé dans sa vie les éléments de sa pièce. L’idylle de Léo et Jeanne lui inspire Christian et Roxane et lui est un double de Cyrano, auteur sans prestance, pas très beau, mais grand « rimailleur » ; Monsieur Honoré, par sa répartie, lui donne les pistes essentielle du caractère de Cyrano – cette scène 10 est d’ailleurs une de mes préférées . Et ainsi la pièce s’écrit, dans l’urgence, acte après acte, rencontre après rencontre. Au texte de Michalik se mêle les vers de Rostand, les scènes clefs de la pièce : le balcon, le siège d’Arras, ou encore, bien sûr, la scène du couvent. Et tout cela s’unie harmonieusement.

Mais plus encore, si c’est possible, Michalik, en toile de fond, parvient aussi à recréer l’effervescence de la création théâtrale de l’époque. Au détour d’une scène, on y croise Feydeau et Courteline, Anton Tchekhov, Sarah Bernhart, Maurice Ravel, le directeur de la Comédie Française et bien évidemment Coquelin qui créa le rôle de Cyrano.

Bref, vous l’aurez compris, je suis totalement tombée sous le charme de cette pièce, c’est un véritable coup de cœur ! Je rêve à présent de voir la pièce qui se joue en ce moment au théâtre du Palais Royal.

Lu dans le cadre du challenge 1% Rentrée Littéraire

logo-challenge-1-rentree-litteraire-2016

 Un grand merci aux Editions Albin Michel.

Advertisements
Poster un commentaire

13 Commentaires

  1. J’ai adoré Cyrano lorsque je l’ai lu au lycée et ce récit me tente beaucoup car j’aime les histoires de création.

    Répondre
  2. estellecalim

     /  novembre 1, 2016

    On en entend pas mal parlé de cette pièce ! Je te souhaite de la voir en tout cas. J’adore aussi Cyrano et je trouve cela bien de le dépoussiérer un peu dans l’actualité du théâtre.

    Répondre
  3. Sous le charme de cette pièce jubilatoire aussi, j’ai adoré et j’adorerais la voir au théâtre !

    Répondre
  4. Comme toi, « Cyrano » est un incontournable pour le niveau 4e ! Malgré les changements de programme, j’ai quand même trouvé le moyen de le caser quelque part ! Quel texte merveilleux ! Du coup, tu m’intrigues avec cette pièce (dont j’ignorais la sortie)

    Répondre
  5. Aaaah il me faut ce livre!!! Cyrano est mon livre préféré à vie!

    Répondre
  6. Laure Micmelo

     /  novembre 5, 2016

    C’est très tentant dis-moi ? J’avoue, je suis passée à côté de ce livre, et je me demande quand même s’il n’est pas préférable de relire la pièce avant de lire le livre, parce que moi, je ne l’ai pas en tête comme toi 😉

    Répondre
    • Je pense que tu en goûteras mieux l’effet si tu as relu la pièce de Rostand avant, mais le texte est tellement suggéré que les souvenirs vont te revenir facilement.

      Répondre
  7. j’aimerais tellement la voir! Je crois que tout le monde est conquis!

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :