« Chanson douce » Leïla SLIMANI – Rentrée Littéraire 2016 #8 – Prix Goncourt

slimani-chanson-douceMyriam et son mari, parents de deux jeunes enfants, Milla et Adam, couple parisien, installé. Des enfants encore petits, et sa vie de femme au foyer qui finit par peser à Myriam. Une rencontre inopinée, lui remet le pied à l’étrier : et si elle reprenait son métier d’avocate ? Après plusieurs castings infructueux, le couple tombe sur la perle : Louise. Elle répond à tous les critères du couple et plus encore. Petit à petit Louise s’immisce dans leur vie, devient indispensable.

Le roman est déjà tout entier dans son titre : Chanson douce, chanson de l’enfance qui permet de s’endormir avec ce sentiment de sécurité, mais chanson qui endort la réflexion, qui trompe. Louise diffuse tout au long du roman cette chanson douce, que le couple souhaite entendre, oubliant les signes étranges, ne voulant pas voir les comportements inquiétants. A travers ce titre, c’est le personnage de Louise qui est définie. Une femme serviable, attentive aux enfants, mais tendant ses fils comme une araignée qui tend son piège. Le couple pour autant n’est pas innocent, même si l’auteur demeure dans une neutralité qui empêche toute accusation, tout parti pris. Le couple s’endort au son de la berceuse de Louise, abandonne ses valeurs, est pris dans son nouveau confort que leur offre Louise, et est dépassé par ce rôle étrange de patron au cœur de son appartement. Il ne parvient plus à fixer les limites, se laisse vampirisé jusqu’à ne plus être capable de réagir réellement.

L’originalité du roman de Leïla Slimani est de commencer par la fin : la mort des enfants. L’incipit est violent, choquant, les premiers mots vous sautent à la gorge : « Le bébé est mort. » L’auteur rembobine le film, revient au début, à l’origine et déroule les évènements de façon implacable avec un regard fin, presque sociologique : d’un côté un couple aimant, heureux, vivant dans le quartier bobo du Xe arrondissement, de l’autre, une femme seule, qui survit plus que modestement. Par touche successive, Leïla Slimani lève le voile sur Louise, montre les failles du couple. Il y a quelque chose de Joyce Carol Oates dans ce roman, par ce regard distancié et par la mise en place d’une intrigue dérangeante.

Le monstre surgit dans un confort familier et nous renvoie à nos plus terribles craintes, à nos culpabilités. La nounou, être normalement doux, attentif, maternel, se révèle monstrueuse.

Chanson douce, basé sur un fait réel, est à la fois un roman dérangeant et magistral qui saisit notre société moderne, à la fois policée et fragile. Il dénonce les écarts de classe sociale et les préjugés bourgeois parfois bien pensants. Un roman qui mérite son prix Goncourt.

Ce roman fait également partie de la sélection Cultura, « Les talents à découvrir » dont je vous avais déjà parlé dans un précédent article.

Lu dans le cadre du challenge 1% Rentrée Littéraire et du Challenge Femmes de Lettres.

logo-challenge-1-rentree-litteraire-2016dames de lettres

Advertisements
Poster un commentaire

18 Commentaires

  1. J’ai aussi beaucoup aimé ce roman 🙂 Je n’en entends et n’en lis que du bien d’ailleurs, c’est assez rare…

    Répondre
  2. Je ne savais pas qu’il était basé sur des faits réels, je l’ai adoré !

    Répondre
  3. Pas encore lu, je vais me le procurer en même temps que Sauveur et fils tome 2 ☺☺

    Répondre
  4. Il mérite son prix Goncourt, je suis bien d’accord !

    Répondre
  5. Sur ma liste d’attente. J’avais beaucoup aimé son précédent et premier livre

    Répondre
  6. Me voilà conquise ! Je le lirai dès que possible, je suis très intriguée et séduite par la présentation qui en est faite dans cet article.
    Merci 🙂

    Répondre
  7. En citant J.C. Oates, tu es la première à me tenter un tant soit peu… mais rien ne presse.

    Répondre
  8. Un roman difficile à reposer quand on l’a commencé ! J’en parle bientôt 😉

    Répondre
  9. eimelle

     /  novembre 7, 2016

    j’ai beaucoup aimé aussi!

    Répondre
  10. J’ai beaucoup aimé ce roman aussi pour les mêmes raisons que toi, même s’il y en a d’autres que j’ai préférés dans cette rentrée littéraire.

    Répondre
  11. estellecalim

     /  novembre 8, 2016

    pas envie de le lire 😉

    Répondre
  12. Je ne savais pas qu’il était basé sur des faits réels!!! Je le commence bientôt.

    Répondre
  13. Pas convaincue par ce prix, je ne le lirai pas !

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :