« Sexy » Joyce Carol OATES.

oates-sexyDarren fait partie du club de natation de son lycée. Très bon nageur, il en est la coqueluche d’autant que le jeune homme se fait également remarquer pour sa beauté et ce côté un peu maladroit et timide qui fait fondre les filles. Elève moyen, il apprécie cependant les cours d’anglais de Mr. Tracy, professeur érudit et quelque peu efféminé. Lowell Tracy, qui fait l’unanimité auprès des filles de sa classe, ne manque aucune  compétition de natation, et prend des photos des nageurs. Un soir d’hiver, il propose à Darren de le raccompagner chez lui en voiture, Darren accepte mais se sent mal à l’aise par cette proximité à tel point qu’il n’en parlera pas, comme pris en faute. Mais les choses vont se corser quand pour se venger du renvoi d’un de leurs camarades du club de natation pour mauvaise note en anglais, trois amis de Darren adressent un courrier anonyme au proviseur accusant Mr Tracy de pédophilie et d’homosexualité

Sexy est paru en France en 2007, deux ans après sa sortie aux USA, d’abord dans une édition ado de Gallimard, « Scripto » puis dans la collection Folio en 2009. Les romans dits ado de Oates ont souvent cette double édition en France. Ce fut également le cas avec Zarbie les yeux verts. Dans les deux cas, les personnages sont des adolescents, voilà peut-être une raison suffisante.

Joyce Carole Oates inscrit son intrigue dans un collège américain, lieu qu’elle connaît bien et que l’on retrouve très souvent dans ses romans. Dans cette institution, elle se plait à soulever le voile de la pudibonderie et du puritanisme en s’attaquant à l’homosexualité et à la pédophilie. Elle crée une atmosphère qui au fil des pages s’alourdit, devient pesante, un malaise qui se communique du personnage au lecteur alors même que tout semble sous-entendu, diffus et donc encore plus étouffant.

Le courrier anonyme, le montage mal finalisé, la lettre contrefaite, objets de la vengeance, auraient pu être démontés d’un seul coup d’œil. Mais les peurs bien pensantes, les petites lâchetés, les préjugés, les sous-entendus vont alors mener au drame, en tissant une toile autour de Darren pris malgré lui dans un cercle infernal. Petit à petit les masques tombent, et Oates mène alors une critique acerbe contre les préjugés qui entourent l’homosexualité. Comme dans Fille noire, fille blanche dans lequel Oates traitait du racisme dans une université, ici elle dénonce les réputations que l’on monte de toute pièce et qui prennent racine sur le terreau des préjugés. Encore un grand roman de Oates !

Lu dans le cadre du challenge Femmes de Lettres et du Plan Orsec 2016.

dames de lettresphoto libre plan orsec (2)

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

11 Commentaires

  1. Ce livre doit être dur, et en même temps ancré dans une réalité certaine qu’il n’est pas toujours bon d’éviter, d’occulter. Je ne connaissais pas Joyce Carol Oates, qui est visiblement assez connue, donc merci de cette découverte 🙂

    Réponse
  2. J’ai lu Zarbie et c’est peut-être la taille des romans qui leur permet d’être destinés aux ados 😉
    Mais plus sérieusement, le style est un peu plus simple, tout en n’était pas simpliste tout de même et c’est appréciable. Par contre, je vois que comme dans Zarbie, c’est un peu cousu de fil blanc comme intrigue (mais je sais ton amour pour Oates ;D )

    Réponse
    • 😀 ! oui on sait que les certains jeunes jugent un livre essentiellement sur son nombre de pages 😉 !
      Je crois que plus que l’intrigue, Oates crée une atmosphère pesante et même si on sait le fin de mot de l’histoire avant la fin, on se laisse prendre, enfin moi 😉 !

      Réponse
  3. Il y a tellement de romans de J.C. Oates à découvrir ! J’aime beaucoup ses romans qui se passent dans les universités américaines. J’ai lu Fille noire, fille blanche, et Délicieuses pourritures, qui se situent dans ce contexte. Je note donc ce roman 🙂

    Réponse
    • « Délicieuses créatures » est le premier roman que j’ai lu de Oates et depuis je suis fan. Tu devrais aimer celui-ci même s’il se passe dans un collège et non dans une fac.

      Réponse
  4. Catherine

     /  septembre 21, 2016

    Je n’ai pas encore lu ses romans destines aux ados. A lire alors! Tu me conseillerai de commencer par lequel?

    Réponse
  5. Je l’ai lu il y a quelques année et je me souviens qu’il m’avait mise assez mal à l’aise.

    Réponse
  6. C’est le 2e Oates que j’avais lu après « Blonde » (j’aime bien alterner petit roman et gros pavé en ce qui la concerne) et j’avais été époustouflé par l’ambiance qu’elle met en place, en si peu de pages. Et le sujet me parlait beaucoup, forcément.

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :