« Zarbie les Yeux Verts » Joyce-Carol OATES.

oates zarbieZarbie les Yeux Verts est un roman ado de Joyce Carol Oates. Rien, dans l’édition Folio que je possède, ne le laisse préjuger. En France, il fut en effet édité par Gallimard Jeunesse ainsi que chez Syros. Quoiqu’il en soit ce roman est donc le premier roman ado que je découvre de Oates, bien que Le Mystérieux Mr Kidder, m’avait également paru plus adapté, dans l’écriture, à des adolescents : moins d’analyse approfondie des personnages et une narration plus factuelle.

Le roman est divisé en trois grandes parties et s’étend du 18 avril au 12 septembre. Francesca, Franky pour ses amis, adolescente d’une quinzaine d’années, en est la narratrice. Elle se surnomme Zarbie les Yeux Verts depuis qu’elle a su réagir à l’empressement violent d’un garçon. Zarbie les Yeux Verts est un double révolté, la Franky qui ne se laisse pas faire. Car Franky, en famille, est le contraire d’une révoltée. Reid Pierson, le célèbre journaliste sportif et ancien champion de foot, est un père à la fois admiré et redouté. Il use d’une autorité qui repose aussi bien sur la manipulation morale que sur la violence physique. Sa mère, seconde épouse de Reid, est une femme qu’une quarantaine d’années, qui souhaite s’adonner davantage à ses aspirations artistiques. Lasse des dîners mondains et des réceptions dans lesquelles elle doit accompagner son célèbre mari, Krista veut donner une autre orientation à sa vie. En l’espace de cinq mois, la vie de Franky va être totalement bouleversée.

Les évènements, rétrospectifs, sont perçus à travers le regard et les pensées de Franky. Joyce Carol Oates, par ce procédé de la focalisation interne, décrit comment, petit à petit, Franky va prendre conscience de ce qui se trame dans sa famille. D’abord totalement sous l’emprise de son père, aveuglée par l’admiration que tous lui vouent, elle ne perçoit que subrepticement les disputes de ses parents : Il n’y avait pas encore de problèmes entre mes parents. En fait, ils avaient déjà dû commencer, mais je n’en saisissais par les signes. Je ne voulais pas. (p.13). Tout l’enjeu du roman réside dans cette prise de conscience de Franky et dans sa décision de faire ou non parler Zarbie les Yeux Verts, celle qui se rebelle et fait éclater la vérité.

Ce roman s’offre à la fois comme une chronique familiale et un polar psychologique. Car la tension qui règne dans cette famille faussement unie va être à son comble quand Krista disparaît.

La figure paternelle est centrale dans ce roman, et plus largement les figures masculines. Que ce soit Reid, ou Todd, le demi-frère de Franky, ou encore le jeune homme abuseur du début, les hommes ont le mauvais rôle : violents, misogynes et sexistes, autoritaires envers les femmes, ils ne supportent pas que celles-ci leur échappent. Et c’est bien le problème avec Krista. En voulant s’adonner à la sculpture, en retapant un petit bungalow pour en faire son atelier dans un paisible petit village, elle échappe à Reid géographiquement, mais, en s’éloignant, elle échappe aussi à son emprise psychologique. Franky et sa petite soeur, Samantha, se retrouvent alors totalement endoctrinées par leur père qui prend soin de dénigrer leur mère, leur faisant croire à un abandon de sa part. Il se cesse de leur répéter que leur mère est dans son univers, un univers dont elles ne feraient plus partie.

Comme toujours dans les romans de Oates, les phrases en italique, témoignent des pensées profondes des personnages, et bien souvent c’est dans ces phrases qu’apparaît Zarbie. Elle dresse un portrait violent de la famille, dénonce l’emprise des hommes sur les femmes et la manipulation des personnalités perverses sur les enfants. Lu en à peine trois jours, ce roman est difficile à lâcher tant la tension qu’il renferme pousse le lecteur à en savoir plus. L’intrigue policière n’en est pas le principal intérêt, le lecteur devine assez vite ce qui est arrivé à Krista, non tout réside dans l’évolution psychologique de Franky.

Une fois encore, Joyce Carol Oates a su combler mes attentes de lectrice.

Roman lu dans le cadre du Challenge Joyce Carol Oates, du Challenge Thrillers et polars, du Challenge US, du Challenge Romancières Américaines et du Challenge Petit Bac 2014 (cat. insulte). Sans oublier le Plan ORSEC 2014.

challenge Oateschallenge thrillers et polars 2013Challenge USchallenge romancières américaineschallenge petit bac 2014PAL Orsec 2014

Publicités
Poster un commentaire

43 Commentaires

  1. Voilà un roman ado qui semble d’une grande richesse ! Je note !

    Réponse
  2. erf, il va vraiment falloir que je me motive à la lire… pour le moment, ces romans servent toujours à embellir mon étagère :-/

    Réponse
  3. Toujours pas lu JCO malgré tes billets toujours élogieux mais un jour je finirai bienpar sauter le pas

    Réponse
    • Oh oui il faut sauter le pas, ce n’est pas toujours des lectures très faciles, mais il y a une telle densité… Je crois que c’est vraiment mon auteur préférée, et à chaque nouvelle lecture elle me bluffe.

      Réponse
  4. J’ai prévu (sur tes conseils) de lire Mudwoman très prochainement…Joyce Carol Oates n’a pas fini de nous surprendre et de nous fasciner…

    Réponse
  5. Oates pour les ados, pas évident, non ? Ses univers sont souvent si torturés…

    Réponse
  6. Moi j’ai adoré les deux romans que j’ai lus où Oates parle de la famille, des liens visibles et invisibles tissés entre les personnages (liens d’amour, lien de peur/domination, etc…) : « Petite sœur mon amour » et « Nous étions les Mulvaney »… les deux restent à ce jour (avec « Blonde » quand même ?) mes préférés… Du coup je note « Zarbie », je tâcherai de le trouver pour le lire.

    Réponse
    • Je n’ai pas encore lu « Petite soeur mon amour », mais j’ai beaucoup aimé « Nous étions les Mulvaney » qui est le 1er roman que j’ai lu de Oates. « Blonde » est pour moi aussi un des romans que je préfère de Oates. J’espère que tu aimeras « Zarbie », j’ai hâte de connaître ton avis.

      Réponse
  7. J’ai vu le roman en jeunesse à la média 🙂
    Je vais commencer par Oates via une adaptation au théâtre 🙂 Mais promis, après je commence en version papier et pourquoi pas avec celui là 🙂

    Réponse
  8. LaFée

     /  mars 16, 2014

    Quel magnifique billet pour un livre que je donne chaque année en classe et que je trouve formidable 🙂

    Réponse
  9. Décidément, 2014 est l’année où je dois (enfin) lire du Joyce Carol Oates ! En tout cas je note ce titre, ton avis m’a convaincue.

    Réponse
  10. Un très bon livre sur les violences conjugales et qui explique bien ce qu’est un pervers narcissique manipulateur.

    Réponse
  11. Tiens donc, je ne savais pas que c’était un roman ado ! J’ai toujours un peu de mal avec cette catégorie alors que j’ai adoré ce roman. Oates sait comment mener son histoire, c’est impressionnant !

    Réponse
    • J’ai appris aussi après l’achat de mon exemplaire en Folio que c’était un roman jeunesse, mais ça ne me dérange pas, j’aime bien les romans jeunesse et puis c’est Oates quand même !

      Réponse
  12. Julie / LaMainEnchantée

     /  mars 17, 2014

    Voilà un roman de plus de Joyce Carol Oates avec une critique plutôt bonne ! Un de plus qui me fait dire qu’il me faut découvrir cet auteur… J’ai essayé avec « Nous étions les Mulvaney », mais impossible de passer la page 50… J’ai un sacré blocage sur l’auteur, et je ne m’attache pas à son écriture. Peut être une histoire de timing, ou de casting. Un jour peut-être !

    Réponse
    • Avec Oates on accroche ou on n’accroche pas, mais je crois qu’il faut que tu réessayes !

      Réponse
      • Julie / LaMainEnchantée

         /  avril 28, 2014

        Je viens de dévorer Les Mulvaney finalement ! Il suffisait d’attendre le bon moment et prendre le temps de s’adapter à son écriture. J’aime beaucoup les auteurs qui écrivent des phrases longues, mais il faut toujours un petit temps d’adaptation ! En tout cas, je relirais cet auteur, avec plaisir !

        Réponse
        • Ah je suis ravie que tu aies aimé les Mulvaney que j’avais beaucoup apprécié aussi. Tu as encore de nombreux romans de Oates à découvrir ! Bonne lecture

          Réponse
  13. Un roman à ajouter à ma liste 🙂 La tension présente dans les romans de Oates est très bien maîtrisée et j’en reste à chaque fois scotchée.

    Réponse
  14. J’avais beaucoup apprécié ce roman. De toute façon, Oates ne m’a jamais déçu (pour le moment). Il faut d’ailleurs que je pense à en lire cette année. Déjà Mars et je n’ai pas encore ouvert un seul roman de Mrs Oates. (Pas bien ! ). En même temps, en ce moment, j’ai un petit coup de mou avec mes lectures. Cela fait une semaine et demi que je suis dans « A l’est d’Eden » de Steinbeck (ce roman est pourtant passionnant mais mon envie de visionnage de série à pris le dessus.(J’ai rattrapé mon retard sur la saison 3 de « Revenge » et j’ai surtout adoré regarder la série « Looking » (qui est un véritable coup de cœur pour ma part): une série de très belle qualité qui ne parlera forcément pas à beaucoup de monde vu son sujet (« le quotidien de 3 amis gays à San Francisco ».) Donc, je lis mais tout doucement).

    Réponse
    • J’ai lu « Mudwoman » et celui-ci mais j’ai l’intention d’en lire d’autres. Tu l’as lu Mudwoman ? il est génial !
      J’ai lu « A l’Est d’Eden » dans mon adolescence, dans ma période fan de James Dean, c’est un bon pavé, mais j’en garde un bon souvenir, par contre effectivement si tu es dans une phase où tu n’as pas trop envie de lire mieux vaut opter pour des romans courts, c’est ce que je fais en général dans ces cas-là !

      Réponse
      • Je n’ai pas encore « Mudwoman » dans ma PAL (mais il y sera un jour, obligé).
        Je pense qu’après le roman de Steinbeck, je vais me focaliser sur des petits livres, afin de refaire démarrer « la machine à envie livresque ».
        Tiens, d’ailleurs, cela me fait penser que j’ai lancé un petit concours sur mon blog, hier où il y a un roman de Mrs Oates en jeu.(« Petit oiseau du ciel »), entre autres. (Voici le lien du billet: http://kabaretkulturel.blogspot.fr/2014/03/un-petit-concours-avec-les-editions.html).

        Bon Salon, ma chère George et à demain (qui sait?)

        Réponse
  15. Moi aussi c’est le premier (et pour l’instant le seul) roman ado que j’ai lu d’elle. Ses autres romans ados sont dans ma PAL : Un endroit où se cacher, Nulle et Grande Gueule et le dernier en date : Ce que j’ai oublié de te dire.
    D’ailleurs en parlant de Oates, as-tu déjà attaqué celui que je t’avais prêté ? 🙂

    Réponse
    • J’ai les trois autres aussi dans ma PAL 😉 !
      Pour ton livre, je lis très vite et je te le renvoie, il était planqué sous une grosse pile et du coup je l’avais oublié, le pauvre 😦 !

      Réponse
      • Il se lit vite effectivement et j’ai hâte de connaître ton avis car c’est vraiment un ouvrage à part dans l’oeuvre de Oates me semble-t-il 🙂

        Réponse
  16. chaplum2

     /  mars 21, 2014

    Il ne faisait pas partie de mes priorités vu que c’est un roman ado, je vais peut-être revoir mon jugement.

    Réponse
  17. J’ai adoré celui-ci mais je suis encore traumatisée par le père !

    Réponse
  18. Je note le titre, ta critique donne envie de le lire! Mais je vais déjà me mettre à Mudwoman ce serait bien!

    Réponse
  19. Je viens tout juste de l’acheter grâce à ton article 🙂

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :