« La Liseuse » de Paul FOURNEL

Fournel la liseuseGrâce aux livres prêtés par Charlotte, je suis plongée dans la vie des éditeurs depuis plusieurs jours. Après le très réjouissant Petits bonheurs de l’édition de Bruno Migdal, j’ai lu ce week-end La Liseuse de Paul Fournel, roman sorti en janvier 2012 chez P.O.L.

Si le premier donnait le point de vue du stagiaire, dans ce roman-ci, nous avons le point de vue de l’éditeur. Robert Dubois a créé sa maison d’édition il y a bien des années, il approche même de la retraite et son « entreprise » est gérée par un personnage qui n’a pas tout à fait la même vision que lui du métier, il est avant tout un gestionnaire d’entreprise.

Robert Dubois, surnommé ironiquement Gaston (réf. à Gaston Gallimard, sans doute!), est l’éditeur ancienne génération. Il connait le milieu comme sa poche, a mille anecdotes à raconter, cultive ses habitudes, passe son temps à lire des manuscrits, constate la difficulté de son métier… Quand un jour, une stagiaire lui apporte une liseuse avec, à l’intérieur, les nouveaux manuscrits à lire et trier. Robert Dubois va alors faire l’expérience de cette nouvelle façon de lire, délaissant le papier pour une tablette froide et impersonnelle qui va l’amener à revoir ses habitudes.

Cette lecture fut moins joyeuse que les Petits bonheurs. Il faut dire que je n’ai pas été très séduite par cette figure de l’éditeur. Non que les valeurs qu’il représente ne me correspondent pas, bien au contraire, je suis comme lui (du moins au début du roman) fidèle au papier et la liseuse ne me fait pas fantasmer, mais il y a dans ce livre quelque chose qui me dérange, comme un goût de capitulation, de « tombé de rideau » qui teinte le livre d’une certaine tristesse. Alors oui, c’est vrai, les petits stagiaires sont bien sympathiques, leur jeunesse, leur enthousiasme pour les nouvelles technologies sonnent le renouveau, mais c’est un renouveau que je trouve dérisoire. En lisant ce livre, j’ai eu le sentiment de lire un testament. Oui, il y a ce passage de relai, cette intrusion de la modernité dans l’univers séculier de l’éditeur, avec sa vieille sacoche, son stylo fixé sur l’oreille, ses manuscrits papier qu’il trimballe un peu partout, mais cette dichotomie entre les anciens encore attachés au papier et les modernes rivés à leur tablette, m’a semblé un peu caricaturale. Un vieux dinosaure qui s’éteint, voilà à quoi m’a fait penser cet éditeur. Or si le renouveau de l’édition consiste à reprendre les jeux littéraires de l’Oulipo pour les adapter aux tablettes et ainsi conquérir un nouveau public, j’ai bien peur que ce soit un peu court. Mais sans doute cela vient-il du fait que les jeux littéraires, aussi géniaux soient-ils ne m’ont jamais vraiment convaincue. Je dois être un dinosaure d’une génération encore plus ancienne que celle de l’éditeur. Car, finalement, la littérature du XXIème semble être réduite à : des devinettes ou des feuilletons (comme au XIXè) sur tablette et les succès en librairie sont des romans écrits par des gamines qui passent bien à la télé. Je sais que je réduis un peu le propos, mais l’éditeur réduit également la littérature moderne à l’histoire d’un garçon qui rencontre une fille. Je sais qu’en même temps il n’a pas vraiment tort puisque le roman raconte toujours cette même histoire, que le romanesque devient de plus en plus synonyme de romance et perd son sens premier. Mais, non, je ne peux me résoudre à cet abandon, à cette capitulation.

Je préfère de bien loin la réflexion de Hubert Nyssen dans Lira bien qui lira le dernier, je préfère la lutte à la capitulation, je préfère un éditeur qui lutte qu’un éditeur qui s’enferme chez lui. Je pense à cette citation tirée du livre de Nyssen :

Pour les affairistes qui, petit à petit, mettent la main sur l’industrie de l’édition, et pour les négociants qui la gouvernent, la question de la création littéraire compte moins que celle d’un lectorat considéré comme un marché qu’il importe d’affourcher et d’exploiter.

Je suis sans doute utopiste ou naïve, mais Robert Dubois fait ce que Nyssen déplore dans la citation ci-dessus, et moi ça me dérange. Et finalement il en a bien  conscience car ne revient-il pas, à la fin, aux livres et aux auteurs, n’en revient-il pas à Cohen, à Rabelais ? Oui, la lecture est un divertissement, mais la littérature est aussi autre chose qu’un petit jeu en application sur une tablette ou une jolie romance.

Cela dit, il y a quand même certaines choses qui m’ont plu et pas des moindres : un style, cela est indéniable, une langue merveilleuse ; une façon de nous faire vivre la vie d’un éditeur, de nous révéler toute la chaîne depuis l’écriture avec la figure de l’écrivain, en passant par la lecture et l’élection des manuscrits, puis la publication (les tirages), la présentation aux représentants, les libraires et les médias avec l’indétrônable Pivot ! Oui, tout cela est savoureux ! Comme l’est également la contrainte que s’est imposée Paul Fournel et que nous découvrons en postface de l’ouvrage.

Je sais que ce billet va à l’encontre de nombreux autres bien plus enthousiastes, je vous livre ici un ressenti peut-être un peu brut et qui cependant ne devrait pas vous dissuader à lire ce roman. C’est bien là tout le paradoxe, mais aussi tout l’intérêt de ce roman. Car, quoiqu’il en soit il questionne sur la lecture et c’est bien la lecture qui triomphe avant tout (même si elle est un peu crépusculaire à la fin du roman).

Roman lu dans le cadre du Challenge Le Nez dans les livres.

challenge-le-nez-dans-les-livres

Publicités
Poster un commentaire

27 Commentaires

  1. Je lis ton billet en diagonale, j’ai eu ce livre lors d’un swap et je l’ai mis sur ma pile à lire express du premier semestre. Mais je reviendrai quand je l’aurai lu 🙂

    Réponse
  2. Effectivement, ton billet est bien plus négatif que ceux que j’ai pu lire et qui m’ont donné envie de découvrir cet ouvrage. Néanmoins, je me retrouve bien dans tout ce que tu exprimes et ce que tu dis me semble donc très sensé. De toute façon, moi aussi je suis un dinosaure, je crois.

    Réponse
  3. argali2

     /  janvier 28, 2013

    Je comprends ton ressenti. Mais pour moi aussi, le livre est triste aujourd’hui. Les petites maisons d’édition disparaissent, soit mangées par les grosses, soit capitulant sous les coups du sort ; il n’y a jamais eu tant de publications et on a l’impression de plus en plus, que tout se ressemble ; on refait à l’envi la querelle des anciens et des modernes… Oui, je trouve le monde de l’édition triste, sans joie, sans utopie, sans originalité. Finalement, je le comprends ce Dubois. Il a passé sa vie à rêver et se sent désormais dépasser. Mais il aime toujours autant le Livre. Et c’est merveilleux. Non ?

    Réponse
    • Oui c’est vrai, mais finalement l’éditeur finit par se retrancher chez lui pour lire les livres qu’il n’a pas pu lire durant sa vie, et ça aussi je trouve cela triste ! Je trouve ce livre défaitiste ou je n’ai pas compris l’ironie ou je suis une indécrottable optimiste !

      Réponse
  4. argali2

     /  janvier 28, 2013

    dépassé. Sorry.

    Réponse
  5. Billet très intéressant. J’avais beaucoup envie de lire ce livre, mais finalement je crois que j’ai envie de rester sur celui de Nyssen !

    Réponse
    • Je trouve que finalement il ne va pas assez loin avec cette Liseuse, il nous dit l’aspect froid, technologique, puis l’adopte, regrette au départ de ne pas pouvoir annoter et retrouver ses notes, mais finalement ça s’arrête un peu là. Je trouve que le texte de Nyssen est certes moins ludique mais bien plus intéressant sur la lecture ! Nyssen reste optimiste et pour moi c’est important, je crois qu’il avait une vue juste sur son métier !

      Réponse
  6. Très intéressant. Par contre à l’inverse d’argali2, je trouve que les petites maisons d’édition sortent des livres d’une grande qualité régénératrice

    Réponse
    • Argali a raison quand on voit par exemple qu’une maison comme Les Allusifs a dû mettre les clefs sous la porte, mais c’est vrai aussi qu’il y a plein de nouvelles petites maisons qui proposent des textes intéressants. D’un autre côté les éditions e-book me semblent de moindre qualité, encore trop d’auto-édition, il manque un vrai regard d’éditeur, me semble-t-il mais je peux me tromper !

      Réponse
  7. A la lecture du titre, j’avais en tête d’une part le marque-page et d’autre part, le vêtement du même nom qui sert à être bien au chaud pour lire ses romans papier… Bref, encore plus dinosaure que toi sur ce coup-là ! Alors tu penses bien que la liseuse électronique ne me tente pas mais alors pas du tout ! Et pas plus un roman à son sujet !

    Réponse
  8. J’avoue que j’ai plutôt envie de lire autre chose que ce livre-là et d’ailleurs je ne sais pas si j’aime trop lire sur la lecture en elle-même ou sur la modernité car aujourd’hui quoi qu’on en dise, il y a de très beaux romans.

    Réponse
    • J’aime bien les romans qui traitent de la lecture ou parlent des livres ou de la littérature, je trouve que c’est toujours intéressant mais il ne faut pas que ce soit juste un prétexte ! Quant au bilan défaitiste sur la mort du livre, je suis comme toi, je n’y crois pas !

      Réponse
  9. Bien joli billet pour ce livre qui est dans ma LAL, tu as un avis tranché mais justifié à mon sens. Je le lirais bien un jour mais je ne suis pas pressée, je vais commencer par le Nyssen qui lui m’attend patiemment dans ma PAL 🙂

    Réponse
    • « La liseuse » fait partie de ces livres avec lesquels nous ne sommes pas forcément d’accord mais qui nous apporte quand même quelque chose, nous fait réfléchir ! J’ai hâte d’avoir ton avis sur le Nyssen que j’ai adoré !

      Réponse
  10. Tu peux m’inscrire au camp des Dinosaures !!! 😀 Et comme j’ai envie de rester optimiste pour ce qui touche aux livres, je ne me précipiterai pas dessus ! Je relirai bien celui de Nyssen en revanche ! 😉

    Réponse
  11. Je partage ta réticence (sans aller jusqu’au rejet) face aux livres électroniques, mais ton billet m’a (paradoxalement) donné envie de découvrir ce roman (un roman sur l’édition ? Je ne peux pas ne pas le lire !)

    Réponse
    • Je ne rejette pas non plus la Liseuse, j’ai juste l’impression que je n’aurais pas l’occasion de m’en servir. Comme, je le disais même si plusieurs choses m’ont un peu dérangée dans ce roman, il est bien de le lire pour cette plongée dans une maison d’édition notamment !

      Réponse
  12. Une belle critique, très argumentée.

    Réponse
  13. j’ai ma carte d’adhérente au club des dinosaures, je n’arrive pas à être convaincu que l’intérêt d’avoir une liseuse, alors que tourner des pages est vraiment trop important pour moi !

    Réponse
  14. Pour ma part, je fais partie des déçues par ce livre, alors que Paul Fournel m’enchante généralement…. Ah, ses nouvelles…

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :