« Secrets d’Histoire : Madame George » – Stéphane Bern

george sand nadarHier soir était diffusée l’émission Secrets d’Histoire, présentée par Stéphane Bern, consacrée à George Sand. Vous pensez bien que j’étais rivée à ma télé dès  20h50. Une émission entière consacrée à Sand, ce n’est pas si fréquent et j’avais hâte de voir ce qu’il allait en ressortir.

Je vous propose ce matin un petit débrief faisant état de mes impressions.

Commençons par les intervenants de l’émission, puisque le principe de celle-ci est de faire intervenir des « spécialistes » pour éclairer le téléspectateur. Nous trouvions donc quatre biographes, mais certains d’entre eux sont bien plus que des biographes : je pense notamment à Martine Reid et à Béatrice Diaz qui ont, certes travaillé sur la vie de George Sand, mais qui sont surtout des universitaires spécialistes de l’œuvre de Sand. Martine Reid a par exemple publié un très bon ouvrage intitulé Signer Sand et Béatrice Diaz a fait toute une étude sur sa correspondance et elle est également la présidente de l’association Les Amis de George Sand. Elles font partie d’un groupe universitaire, auquel j’ai moi-même participé, sur l’œuvre de Sand. Madame Bloch-Dano, autre biographe, a également publié une biographie de Sand, Le dernier amour de George Sand, sur sa relation avec Manceau, son dernier compagnon. Enfin Bernadette Chovelon avait publié en 1999, deux biographies sur les séjours de Sand à Venise et à Majorque.

Autre intervenante légitime, Mme Michelle Perrot, historienne qui a beaucoup travaillé sur la place de la femme dans l’histoire avec notamment un ouvrage passionnant  : L’histoire des femmes en Occident comportant cinq volumes, et a donc travaillé également sur la place de Sand et son influence. J’ai eu le plaisir de la rencontrer et d’assister à plusieurs de ses interventions, c’est une femme passionnante et elle a vraiment donné, je trouve, un éclairage intéressant lors de l’émission d’hier soir.

Pour le reste des intervenants, Georges Buisson ancien administrateur de Nohant, mais que l’on a bien peu entendu. Eve Ruggieri, soit, pour évoquer Chopin ou encore Catherine Hermary-Vieille qui a publié une biographie en 2014, George Sand : les carnets secrets d’une insoumise, que j’avais reçue mais que je n’ai pas encore lue. Les autres intervenants m’étaient inconnus du moins dans leur rapport à Sand.

L’émission débute à Majorque où George Sand et Frédéric Chopin ont passé l’hiver 1838-1839. Etrange de commencer une émission consacrée à Sand à Majorque et non à Nohant, quand on sait que Sand en a énormément voulu aux Majorquins pour leur hostilité à leur égard et que Nohant fut le refuge de Sand durant toute sa vie. Passons… Ce n’est pas là le plus regrettable dans cette émission.

Mais avant de voir les points négatifs, commençons par le « positif » : les vues des lieux où a vécu Sand. Nohant, en premier, et notamment la visite de l’atelier de Maurice, très rarement accessible aux visiteurs à cause d’un petit escalier tortueux. C’était donc la première fois que je voyais ce lieu. La maison en elle-même est assez bien filmée et j’étais heureuse de revoir ce si bel endroit. On peut regretter peu de points de vue sur le jardin. Dommage aussi qu’il y ait eu peu de prises de vue de la petite maison de Gargilesse, du moins l’intérieur. Je l’avais visitée il y a 4 ans. Il y a notamment des affiches du théâtre de Nohant et la collection de papillons.

Mais cette présentation des lieux a des manquements : pas de vue de la Mare au diable et surtout pas de vue large de la campagne berrichonne, et notamment de la Vallée Noire, comme l’appelait Sand et qu’elle aimait tant et qui a été la source d’inspiration de beaucoup de ses romans.

D’un point de vue biographique, là aussi, on peut noter des éléments positifs mais aussi beaucoup de points négatifs. Finalement, s’il fallait résumer cette émission sur George Sand, on pourrait le faire ainsi : George Sand fumait le cigare, s’habillait en homme, avait beaucoup d’amants et faisait des confitures. Donc exactement ce que l’on dit de Sand depuis des décennies et ce que tout le monde sait à peu près de sa vie. Sand a été présentée à travers les deux entités traditionnelles de la femme : la maman et la putain. Car l’axe principal de l’émission a été de présenter Sand comme une grande amoureuse ayant eu des amants célèbres : Musset et Chopin. D’ailleurs l’histoire de ces amours est bien traitée, dans l’ensemble, il faut le reconnaître.

Mention spéciale aussi pour son engagement politique et sa désillusion, ce qui est un élément de sa vie assez peu évoqué, mais de plus en plus aujourd’hui. Là encore l’éclairage de Mme Perrot a été salutaire.

Le problème de l’émission, que j’avais déjà noté sur d’autres sujets, est une construction confuse avec des retours en arrière, beaucoup d’ellipses, d’oublis et de raccourcis (ce qui peut être normal dans un format d’une heure et demi). Prenons l’exemple de sa relation avec Solange, sa fille. L’émission nous dit que Sand l’aimait beaucoup moins que son fils Maurice, sans vraiment l’expliquer. Solange était une jeune fille frivole, coquette, tout ce que Sand n’était pas. Elle était sans cesse en conflit avec sa mère. Il est dommage cependant que sa petite-fille Jeanne, surnommée Nini n’ait pas même été évoquée. Sand aimait énormément cette petite fille, fille de Solange, qui mourut à 5 ans de la scarlatine par la faute de Clésinger, le mari de Solange. Cette mort tragique a aussi été une raison fatale de sa rupture avec sa fille. Sand fut tant affectée de la mort de sa petite fille qu’elle cessa d’écrire et que sa graphie même en fut modifiée.

Mais tous ces points négatifs somme toute compréhensibles étant donné les nombreux évènements qui ont jalonnés la vie de Sand, ne sont rien à côté d’un oubli majeur : son œuvre !

Et nous revoilà réduit au sempiternel problème dès que l’on évoque George Sand. Sa vie écrase son œuvre. Mais là, ils ont fait très fort ! En effet, hormis Indiana  et une allusion à son autobiographie, Histoire de ma vie, aucun titre de roman n’a été cité durant toute l’émission. C’est fou de raconter la vie d’un écrivain sans parler de son œuvre. Et ce qui est encore plus fou c’est de citer Confessions d’un enfant du siècle de Musset sans citer Elle et lui de Sand qui raconte également son histoire avec Musset. D’évoquer les œuvres que Chopin a composées à Majorque, sans parler des romans que Sand a également écrits durant ce séjour, et sans même citer : Un hiver à Majorque, ou même Lucrezia Floriani largement inspiré de sa relation avec Chopin. Mais pire encore car même La Petite Fadette ou François le Champi ont été évacués, un comble! Parler de son engagement « féministe », de ses convictions socialistes, sans dire que son œuvre traite de ces thématiques et que Sand a toujours travaillé à instruire les jeunes filles et les femmes à son service et que son œuvre est pleine de ses jeunes filles instruites, volontaires, indépendantes, me semble une aberration !

En définitive, il semble que tout ait été fait pour ne pas évoquer l’œuvre de George Sand. Certes on nous dit qu’elle a écrit plus de 70 romans, mais lesquels ? Au lieu du développement sur les instruments utilisés par les pianistes pour se muscler les doigts, n’aurait-il pas été plus judicieux de faire un reportage sur son œuvre, sur son importance ? La liberté de George Sand trouve son explication dans son choix d’écrire, c’est par l’écriture qu’elle s’est forgée un nom, son nom, un nom si important qu’elle l’a donné à ses enfants, supprimant ainsi le patronyme marital. Ce nom vient de son œuvre, de son travail d’écrivain. Sa liberté s’incarne dans ce choix d’écrire, réelle transgression à l’époque pour une femme, la moindre des choses aurait été de parler de ses romans.

Bref, vous l’aurez compris mon avis est plus que mitigé. Certes Secrets d’Histoire est une émission de vulgarisation, elle a sans doute permis de faire découvrir la vie de George Sand, mais elle est encore symptomatique de la façon dont on aborde encore et toujours George Sand, à travers les clichés de sa vie.

Advertisements
Poster un commentaire

29 Commentaires

  1. J’ai vu la première moitié de l’émission. Ayant visité Nohant l’année dernière, je n’ai pas appris beaucoup de nouvelles choses, mais pour qui ne connait pas l’auteur, ou qui s’intéresse à la littérature, l’émission a dû être intéressante. Mis à part pour les amateurs et les spécialistes, comme toi, j’ai l’impression que la femme est bien plus intéressante que ses livres. Il faut dire qu’elle a pas mal écrit au kilomètre pour l’argent, surtout avant son divorce. J’ai lu un titre de Sand, j’ai oublié le titre, une belle histoire , un bon moment de lecture mais après, pas de quoi de relever la nuit comme on dit. Je la relirai pour avoir une deuxième impression.

    Répondre
    • Toute œuvre est critiquable, sauf que celle de Sand est très très peu connue, sans doute aussi parce qu’elle est peu éditée sauf les romans les plus connus que l’on a longtemps catalogués comme romans jeunesse. « Il faut dire qu’elle a pas mal écrit au kilomètre pour l’argent » c’était également le cas pour Balzac et Dumas 😉 ! Pour avoir lu plus d’une quarantaine de romans de Sand, je peux te dire que plusieurs romans sont aussi passionnants que sa vie et qu’ils véhiculent des pensées, des idées importantes, majeures du XIXe, tout autant que les romans de Balzac.

      Répondre
  2. Je comprends ton ressenti pour toi qui est, à mes yeux, LA spécialiste de l’oeuvre de George Sand. Cependant je maintiens que cette émission « Secrets d’Histoire » est une émission grand public et qu’elle a le mérite d’exister et de faire connaître (un peu) l’Histoire au plus grand nombre. Alors, oui, il y a eu un gros manque quant à l’oeuvre littéraire de Sand. C’est un fait flagrant. Cependant si, ce matin, des personnes qui, peut-être, n’avaient jamais entendu parler de George Sand, retiennent à présent son nom, je me dis que c’est déjà un beau pas en avant!

    Répondre
    • Mais je suis entièrement d’accord avec toi et je crois l’avoir signalé dans mon billet, oui évidemment que tout ce qui peut la faire connaître est bien, mais… 😉 !

      Répondre
  3. Je n’étais pas devant ma télé hier soir car sinon j’avais prévu de regarder ce numéro de Secret d’Histoire. J’avais déjà remarqué, sans mettre clairement de mots dessus, des problèmes dans les sujets qui sont abordés. Ton avis éclairé et argumenté est très intéressant du coup. Et effectivement, c’est assez aberrant de ne pas citer les œuvres des romans (même les plus connus !) d’un écrivain ! Il faudrait comparer finement avec le numéro dédié à Balzac pour voir s’ils avaient mieux traité le sujet dès lors qu’il est masculin…

    Répondre
    • « Il faudrait comparer finement avec le numéro dédié à Balzac pour voir s’ils avaient mieux traité le sujet dès lors qu’il est masculin… » écoute c’est exactement ce que je me disais 😉 !

      Répondre
  4. Martine-Claire Pouchain

     /  août 3, 2016

    Bonjour et merci pour votre analyse dont je partage bien évidemment la critique la plus importante!
    Je ne suis pas une spécialiste de G. Sand mais j’aime passionnément ses livres, sa correspondance , sa maison, sa personnalité riche et contradictoire et j’ai été déçue que seuls les aspects les plus « choquants » de sa vie aient été évoqués , pour satisfaire une curiosité presque malsaine qui donne faussement l’idée de connaître une femme de lettres alors même que la gloire qu’elle a connue et qui a été très largement soulignée pouvait apparaître  » sans substance »…comme vous , j’aurais aimé que l’on parle des boîtes qu’elle peignait pour se libérer financièrement de C. Dudevant. , de ses LIVRES, du lien charnel à la campagne berrichonne, à la terre ,au jardin qui nourrit la maisonnée mais qui guérit aussi ses tourments…j’aurais aimé que soit évoqué l’amour qu’elle portait à ses enfants et à ses petits enfants…comme vous l’avez souligné . Sa vie de femme libre ne fut pas exempte de tourments et d’immenses chagrins et seuls le travail incessant et une ténacité puisée dans l’épreuve de son enfance( résilience?) lui donnèrent la force de continuer!
    Ayant eu parfois l’impression que cette émission allait pousser certains téléspectateurs à aller faire du tourisme culturel dans le Berry , je me prends à espérer qu’ils passeront par la boutique et achèteront quelques romans!
    Bien à vous ,

    Répondre
    • Merci infiniment pour votre commentaire qui dit très bien ce que je ressens aussi ! oui, souhaitons que les touristes qui auront senti les ondes de Nohant liront son œuvre. J’ai pour ma part découvert Sand après une visite à Nohant il y a environ vingt ans, ensuite j’ai dévoré beaucoup de ses romans, son autobiographie, pas mal de biographies et une bonne part de sa correspondance. Dire connaître un auteur sans avoir lu son œuvre est-ce vraiment le connaître ?

      Répondre
  5. Je n’ai pas pu regarder cette émission, mais venant de Stéphane Bern, je ne suis pas plus surprise que cela. Il est distrayant certes, mais plutôt superficiel dans sa manière de traiter les sujets. Une de mes libraires a une véritable vénération pour Sand, qu’elle considère comme une auteure majeure. Pour ma part, j’ai relu il y a quelques mois « la petite fadette » avec beaucoup de plaisir. Je ne l’avais pas lu depuis l’école primaire et l’ai trouvé tellement plus riche que dans mon souvenir et résistant très bien à une lecture adulte !

    Répondre
    • J’aimerais bien la connaître ta libraire 😉 !
      L’œuvre de Sand souffre de trop de préjugés alors qu’elle est assez peu lue. Je suis contente que la Fadette t’ait plu !

      Répondre
  6. estellecalim

     /  août 3, 2016

    Mais l’émission était sur sa vie, pas son oeuvre 😀

    Répondre
  7. Je n’ai pas manqué de regarder cette émission, moi qui, ai découvert quelques uns de ses romans, chez ma Grand-mère étant petite… (ma grand-mère avait peut-être une dizaine de titres de GS ou plus). Il faut dire que cette partie de ma famille est de Palaiseau et que j’entendais parler de cette femme, qui a fait un séjour dans la ville. J’ai donc, aimé revoir Nohant, Gargilesse, etc. Effectivement, je suis de votre avis sur cette émission frustrante, mais je sais qu’il y a quelques personnes de mon entourage qui ont découvert cette écrivaine (dont mon mari, un Anglais qui n’avait jamais entendu parler d’elle et aussi deux voisines qui étaient devant la TV) et qui vont aller chercher un roman à la bibliothèque dans les jours à venir ! Bon nombre de ces romans ont été mis en scène a Palaiseau (il y a déjà quelques années) au théâtre de la Mare au diable. Un bon moment tout de même !

    Répondre
    • Je ne suis pas critique envers la vertu de découverte de cette émission et si elle a permis aux téléspectateurs d’éveiller leur curiosité sur l’œuvre de Sand, tant mieux. J’espère que vos amis aimeront ses romans.

      Répondre
  8. Martine Reid! Ma prof de fac et maître de mémoire! 🙂

    Répondre
  9. J’ai loupé le tout début de l’émission, mais pour le reste, je suis tout à fait d’accord avec toi. J’ai notamment été déçue de ne pas voir le Berry plus évoqué, et les œuvres, bien sûr ! Je ne sais pas si c’est l’émission qui se dégrade de numéro en numéro, ou si c’est moi qui deviens plus exigeante, mais j’avais également peu apprécié la précédente sur Cléopâtre. Quand il s’agit d’Antiquité, tous les clichés sont bons à prendre, et les intervenants sont parfois des plus farfelus (pour ne pas dire illuminés…)

    Répondre
    • Je la regarde régulièrement cet été souvent avec mes enfants, quand je ne maîtrise pas trop le sujet j’apprends toujours quelque chose mais pour cette émission là comme je connais bien le sujet je suis plus critique.

      Répondre
  10. J’ai beaucoup pensé à toi devant mon écran hier et je suis contente de lire ton analyse aujourd’hui. Effectivement, son oeuvre a été trop peu évoquée, et c’est bien dommage… je suis cependant ravie d’avoir revue cette belle maison qu’elle habitait et qui incarnait une partie de son univers le plus intime. Effectivement, c’est dommage de n’avoir pas eu plus de vue sur son beau jardin qu’elle aura contemplé jusqu’à la fin de sa vie. J’ai été aussi très émue, quand je suis allée à Nohant d’apprendre que George Sand reposait dans cette propriété, une façon de lui rendre hommage et de pouvoir aussi aller à sa rencontre. Belle soirée à toi !

    Répondre
    • J’aime beaucoup Nohant, je l’ai visité deux ou trois fois. Il y a quelque chose dans cette propriété qui nous touche. La première fois que je l’ai visitée j’avais été très émue de voir sa tombe. C’est émouvant de voir toutes les tombes de sa famille aussi.

      Répondre
  11. Bonjour George, je sors de ma retraite pour lire ton billet bien étayé. Je te rejoins sur certains points critiques, mais peut-on tout retracer dans une seule émission ? Pas évident. Sand a une personnalité très complexe. J’ai aimé les vues prises par les drones. Le jardin a une autre dimension, ainsi que la demeure. On aurait dit que le domaine était en pleine campagne ! Alors que la grande route le borde. Et puis j’ai vu l’atelier !
    Bise

    Répondre
  12. C’est évidemment, comme je l’ai dit dans mon billet, que le format d’une heure et demi de l’émission ne permettait pas de tout dire, d’ailleurs on ne peut pas tout dire, mais l’oubli de l’œuvre me semble une vraie lacune.

    Répondre
  13. pas fan du tout de S Bern mais pour George je vais faire un effort
    A la décharge du réalisateur ce n’est pas facile de mêler les lieux, les personnes, les oeuvres mais je suis d’accord avec toi Sand sans le Berry et sans ses livres …..
    je vais malgré tout me fendre d’une vision en replay juste pour le fun

    Répondre
  14. Lilas

     /  août 4, 2016

    Ton analyse est intéressante. Pour que cette émission marche auprès du grand public il faut survoler en une heure et demie l histoire de George Sand et faire un peu de sensationnel. S ils ont réussi à susciter au moins la curiosité des téléspectateurs c est un point positif. J ai été aussi étonnée que l’émission commence par Majorque.

    Répondre
  15. Je l’ai regardé en replay ce matin avant de lire ce que tu en pensais. En général j’aime bien les « Secrets d’Histoire », émissions qui me donnent toujours envie dans savoir un peu plus mais malheureusement pas toujours le temps de le faire. Cette émission n’a pas dérogé à cette règle, par exemple, je ne connaissais pas l’engagement politique de George Sand, auteure que j’apprend à connaître depuis que je visite ton blog. J’ ai donc bien apprécié cette émission mais je suis heureuse de la voir d’une autre façon par ton analyse. Encore beaucoup à découvrir pour moi. Bises

    Répondre
    • L’engagement de Sand en effet est souvent occulté et c’est bien qu’ils en aient parlé dans l’émission, c’est un point positif. On apprend toujours quelque chose en regardant cette émission.

      Répondre
  16. arenes marie

     /  août 28, 2016

    Bravo et merci pour le très beau portrait que vous nous avez fait de Madame George Sand

    Répondre
  17. arenes marie

     /  août 28, 2016

    Très beau portrait de Madame George Sand

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :