« Bouquiner : Autobibliographie » Annie FRANCOIS

françois bouquinerDans ma PAL titanesque, il y a des livres qui, de façon inexplicable, attendent depuis des années que je me décide à les lire, alors même qu’ils semblent comporter tout ce que j’aime. C’est précisément le cas de ce livre-ci repéré sur plusieurs blogs de mes amies, acheté presque compulsivement, puis, une fois arrivé chez moi, placé dans la bibliothèque et mis en attente. Le fait de l’avoir chez moi, ayant apaisé mon besoin compulsif de l’avoir, j’ai laissé passer le temps. Il aura fallu le RAT pour qu’enfin, je le sorte de son étagère et il avait un petit air si réjoui alors, que j’avais presque honte de l’avoir délaissé tant d’années (3 ans !).

Annie François est avant tout une lectrice, et c’est à travers ce vice qu’est la lecture qu’elle nous raconte sa vie au milieu des livres. Elle est une lectrice dans sa vie personnelle, mais aussi professionnelle, puisqu’elle travailla pendant 30 ans aux Éditions du Seuil, pour, dit-elle, pouvoir bénéficier des 30% de remise sur les livres. Dans ce livre jubilatoire, elle raconte tout ce qui fait la vie d’une lectrice en cinquante-deux petits chapitres, allant de l’angoisse suscitée par les livres que l’on prête et la crainte de ne jamais les récupérer, en passant par des considérations sur les pavés, les marque-pages, la façon dont on choisit ses livres, l’abandon de certaines lectures, etc.

Elle montre à quel point les livres et la lecture sont constitutifs de sa vie. Il lui paraissait alors normal, pour raconter sa vie, de raconter son rapport aux livres. En lisant ces pages, je ne pouvais m’empêcher de me pencher sur mon propre rapport à ce vice, sur les similitudes ou les différences, ces mots, ces phrases, ces réflexions j’aurais pu les écrire et j’ai même eu envie de faire comme elle, de reprendre les titres de ses chapitres et d’écrire ma propre autobibliographie, mais finalement je crois qu’on aurait pu m’accuser de plagiat (qui aurait était bien pâle par rapport à l’original, je n’ai pas son talent) tant la plupart de ce qu’elle écrit me correspond.

C’est un livre que j’ai lu crayon et post-it à portée de main, que j’ai lu le sourire aux lèvres même si se lit à travers les lignes une maladie qui finira par l’emporter. Mais il y a une telle légèreté et en même temps une telle intelligence dans ce livre qu’Annie François nous devient familière, comme une amie avec laquelle on passerait une soirée à parler livre ! Comment ne pas se retrouver quand elle écrit : A part le tas-du-lit, après lecture, les livres devant monter ou descendre [de sa chambre au salon] obstruent l’escalier le plus proche (p.111), comment ne pas me reconnaître dans les jugements à l’emporte-pièce de la personne dans le métro qui lit un SAS : je louche, l’air de rien, sur le titre courant qui file – théoriquement – en haut du livre et je me perds en conjectures grossières, en analyses sauvages, en réflexions débiles.  » Belle gueule, mais pour lire SAS broie du noir, faut vraiment être taré. » (pp.121/122), comment ne pas reconnaître même ma sœur et notre private joke dans cette phrase : Si un livre n’arrive pas à me tenir après trente pages, je l’évacue. (p.184), comment ne pas sourire à cette remarque : J’ai la conviction que si la lecture rapproche les gens qui en parlent, elle nuit […]. Et même dans le couple, à l’heure des petits câlins (« Juste une petite minute, je termine mon chapitre »). Une demi-heure plus tard, l’autre dort. (p.168). Qui peut comprendre cela, à part les lecteurs ?

J’ai adoré aussi le chapitre Vice ou vertu dans lequel elle conseille aux parents de prohiber les bibliothèques, les librairies, seule solution, par l’interdit, pour donner une furieuse envie de lire à ses enfants ! Surtout prohiber l’accès à leur bibliothèque à leurs lardons et à les houspiller de la manière la plus outrageante : « ça n’a pas de poil au zizi et ça voudrait lire hors programme ! » et de donner aux parents cet ultime conseil capital : J’incite donc vivement les parents anxieux à se plonger dans Comme un roman de Daniel Pennac (p.165).

Je crois que je pourrais écrire un livre entier sur ce livre d’Annie François tant il aurait à dire, comme l’espace d’un billet de blog est trop restreint, je ne peux que vous conseiller de vous ruer cette autobibliographie.

Livre lu dans le cadre du Challenge Le Nez dans les livres saison 2.

challenge-le-nez-dans-les-livres_saison2

Publicités
Poster un commentaire

34 Commentaires

  1. J’avais aussi adoré même si je ne me reconnaissais pas dans tout 🙂

    Réponse
  2. Marjolaine

     /  octobre 18, 2013

    J’ai adoreee!
    Boulimique de lectures comme l’auteur !

    Réponse
  3. Je ne connaissais pas du tout ce titre mais ton billet ne peut me laisser indifférente, la lecture est à la fois un vice et une vertu, elle rapproche et éloigne parfois les gens c’est vrai, mais quel bonheur de lire !!

    Réponse
  4. C’est bien ce que je pensais, il faut absolument que je me le procure… Merci pour ton avis.

    Réponse
  5. il a l’air génial ce titre…je me doute bien que tu as pu te retrouver dans la plupart de ces réflexions 😉

    Réponse
  6. J’avais lu ce livre en début d’année et il m’avait ravie. Mais fêtes de fin d’année obligent, je n’avais pas trouvé le temps de le chroniquer. Heureusement que tu es là pour en parler !

    Réponse
  7. Tata tricot

     /  octobre 18, 2013

    J’ai adoré ce livre , je crois que tu m’as donné envie de le relire! merci

    Réponse
  8. Ta façon de l’évoquer est jubilatoire.

    Réponse
  9. J’ai adoré Comme un roman ! Celui-ci pourrait me plaire aussi !

    Réponse
  10. Il me semble l’avoir lu, mais je ne m’en souviens guère… pourtant il me semble que ça m’a plu !

    Réponse
  11. J’ai vraiment adoré ma lecture! (mon exemplaire était un exemplaire tout vieux et abimé d’une bibliothèque) et je me souviens l’avoir dévoré plusieurs fois! Je me suis souvent reconnu (par contre, moi, je prête sans souci mes livres et j’adooooooore utiliser des marque-pages!). Je l’ai donc acheté, cela fait partie des livres que j’ai toujours envie d’avoir dans ma bibliothèque!

    Réponse
  12. Dans ma PAL aussi depuis un certain temps… mais ton billet me donne envie de l’en sortir bien vite 😉

    Réponse
  13. Qu’il est plaisant d’écrire de beaux billets sur des livres qui parlent de la lecture, hein ? 🙂
    ça coule tout seul, ça fait plaisir ..

    Réponse
  14. Noté depuis des années! Pour une raison étrange, il n’a jamais rejoint ma pile. Sans doute parce qu’on le comparait à celui de Pennac auquel j’avais accroché… mais moins qu la majorité des gens.

    Réponse
  15. Eh ben gagné, tu m’as sacrément donné envie de le lire !

    Réponse
  16. « Le fait de l’avoir chez moi, ayant apaisé mon besoin compulsif de l’avoir, j’ai laissé passer le temps. »
    Je suis pareil!
    Je crois que ce livre-ci est encore seulement dans ma LAL. Il faudra y remédier!

    Réponse
  17. Je ne me suis pas toujours reconnue mais ce livre est génial. Il donne envie de faire la même chose!

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :