Samedi Sandien (un dimanche) #11: « Le Péché de monsieur Antoine » 1845

Emile Cardonnet se rend à Gargilesse un soir d’orage, rejoindre son père et sa mère installés depuis peu dans la région. En chemin, il rencontre Jean Jappeloup qui l’emmène au manoir en ruine de son ami, l’ancien noble Antoine de Châteaubrun, que tout le monde aime à appeler M. Antoine.
Lors du repas improvisé, Emile ne dévoile pas son identité, et celle de Jean est également dissimulée. La conversation tourne autour du père d’Emile qui vient de construire une usine moderne au bord de la Gargilesse. Si Antoine se réjouit de cette modernité, Jean dénonce l’esclavagisme patronal, les méthodes de travail, et la main mise de M. Cardonnet sur les différents pouvoirs de la commune… Emile tente de défendre son père sans révéler son lien de parenté, mais on sent chez lui beaucoup de désillusions filiales.
gilberte Chateaubrun 001.jpg

Le lendemain, Emile reprend sa route, non sans avoir aperçu dans l’encadrement d’une fenêtre, le joli visage de Gilberte, fille d’Antoine…

Je ne vous raconerai pas la suite, j’ai juste posé les jalons.
Le Péché de Monsieur Antoine est le dernier roman socialiste écrit pas George Sand. Elle commence la rédaction en juillet 1845, le roman paraît en feuilletons d’octobre à novembre 1845.
Le thème est donc engagé. George Sand est dans sa grande période socialiste, elle crée plusieurs journeaux, est amie avec Pierre Leroux, philosophe, réfléchit à une solution favorable au bien-être d’un peuple en souffrance. Elle dénonce ou du moins critique le Saint-Simonisme, mais aussi certaines idée de Fourier, donne son opinion sur les Associations…
Dans ce roman, s’oppose le capitalisme de M. Cardonnet, et le communisme de Emile et de son ami le marquis de Boisguilbault. C’est une réflexion sur le travail, sur la démocratie…
Mais pas seulement ! Le Péché de Monsieur Antoine c’est aussi le roman du premier amour, de ses obstacles… mais à la façon sandienne. L’héroïne, si elle est jeune, belle et blonde, est aussi une jeune fille qui lit, qui s’interroge aussi sur les préceptes socialistes, en elle rien d’épurée, elle fait le jardin et notamment les boutures, elle court les champs, et évite un viol de justesse !
C’est aussi un beau roman sur le lien père/enfant… sur les oppositions qui naissent quand l’enfant grandit et s’émancipe et commence à regarder le père avec plus de recul… Contester l’autorité paternelle à l’époque de Sand, devient de plus en plus fréquent, ce qui commence à ébranler l’équilibre des familles. George Sand prend souvent le parti de la contestation, les familles légitimes sont souvent les moins bien loties… vous en verrez ici une belle illustration !
Il ne faut pas vous laisser impressionner par le thème du socialisme, l’histoire nous emporte facilement. Emile est un jeune homme formidable, enthousiaste, amoureux… Gilberte et sa famille deviennent nos propres amis. Le marquis de Boisguilbault est une figure spectrale fascinante, un homme en mal d’enfant, solitaire, et pourtant terriblement soucieux d’autrui. Sans doute le personnage le plus énigmatique de ce roman et sans doute, aussi, le plus fascinant.
Antoine est un bonhomme que j’adore pour ses maladresses et son hospitalité ! Sand le décrit avec humour, il fait parti de ces pères, un peu maladroits, tendres envers sa fille, et accueillant, bon vivant, avec un petit penchant pour le vin rouge…
J’ai lu ce roman 5 ou 6 fois, et je dois dire qu’à chaque fois j’ai découvert un nouvel aspect, une nouvelle phrase à méditer.
Pour le lire vous pouvez trouver l’édition De l’Aurore (celle présentée en haut de cette note).
Poster un commentaire

18 Commentaires

  1. Il faudra que tu ailles à Gargilesse. C’est charmant l’été.
    Un roman que je note…

    Réponse
  2. Voilà encore un roman de Mme Sand dont je n’avais jamais entendu parler!… Au-delà de ces récits sur la société qui l’entoure, j’aime que l’auteur dénonce les travers des Hommes, des relations humaines, des conditions de travail… Tes « Samedis Sandiens » (même s’ils paraissent un Dimanche ;-)) m’ouvre l’esprit et me font réfléchir… J’aime ça!… 🙂

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 4, 2011

      alors c’est que j’ai atteint mon but ! merci pour ton enthousiasme !

      Réponse
  3. Samedi le dimanche, c’est bien aussi.
    Et chaque fois, j’ai une furieuse envie de retrouver les livres de George Sand qui trainent chez moi 🙂

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 4, 2011

      Allez allez!!!! c’est un plaisir qui ne se refuse pas !

      Réponse
  4. Le sujet du socialisme ne m’effraie pas le moins du monde, au contraire, je trouve que c’était la moindre des choses d’y réfléchir au moment de l’industrialisation. L’histoire d’amour est un plus, surtout si l’héroïne a du caractère !

    Réponse
  5. Oui, pourquoi serions-nous « rebuté(e)s » par le socialisme ? Il fait aussi partie de l’Histoire et laisse augurer ce qui va se passer en 1870… Encore un Sand à découvrir !! Il n’y a pas une série avec les Oeuvres Complètes, ça irait plus vite… Ah, oui si c’est la Pléïade par contre, ça va faire un peu cher !!^^

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 4, 2011

      ben oui en fait pourquoi ??? disons que je pensais que le sujet pouvait dissuader, mais pour ma part j’aime beaucoup l’optimisme de Sand en matière politique !!!

      Réponse
  6. Encore un à acheter, ils me tentent tous sauf le précedent.
    Tu nous le decris à merveille.

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 4, 2011

      Merci Clémentine, il faut dire que c’est (encore) un de mes préférés.

      Réponse
  7. Si je trouve cette fameuse édition de l’Aurore, je le lis car les romans socialistes de Sand l’intéresse…

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 4, 2011

      C’est une édition que tu peux trouver chez Gibert à Paris 😉 !mais il existe une autre édition aussi dont j’ai perdu le nom !

      Réponse
  8. PS : quelle sacrée lectrices sandienne tu fais ! Tu vas arriver à en faire le tour du sujet ! Hélas, il m’en reste deux dans ma PAL et je désespère de trouver du temps pour les lire !

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 4, 2011

      Ce sont des lectures anciennes mais toutes conservées dans de petits carnets…. une bonne quarantaine de romans… 🙂

      Réponse
  9. Un nouveau à acheter !

    Réponse
  10. Conquise je suis madame!

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :