« Sous haute tension » de Harlan Coben

Myron Bolitar est un agent très soucieux de ses clients. Aussi quand l’ex-joueuse de tennis, Suzze T., enceinte de huit mois, vient lui demander de retrouver le futur père musicien de son enfant, Myron ne peut qu’accepter. Ce qui se présentait comme une demande assez simple à honorer, va entraîner Myron sur un chemin semé d’embuches, sur lequel il croisera son passé, sa famille, quelques junkies, une star de rock et plusieurs ex-mafieux, mais pas si ex que cela.

Pour ma défense, je dois avouer que c’est le premier roman de Harlan Coben que je lis. Je ne connaissais donc pas ce personnage récurrent bien que ce nouveau roman soit le dixième de la série. Se sont posés alors plusieurs petits problèmes dont le principal est cette impression, qui ne m’a pas lâchée, de prendre en cours une série télé dont j’aurai loupé les cinq saisons précédentes. Une impression d’avoir sauté dans un train en route après avoir couru derrière, il faut reprendre son souffle, et cela demande un petit temps d’adaptation.

Le deuxième petit problème fut de m’adapter au style. Bon, il faut avouer que passer d’Edith Wharton à Harlan Coben relève de l’exploit, mais Harlan Coben n’y est sans doute pour rien, c’est comme faire son exposé après avoir entendu celui du meilleur élève de la classe, on part déjà avec un sacré handicap. Car finalement, le style reste assez efficace, si on oublie les blagues un peu vaseuses, et la succession de petites actions qui n’apportent pas grand chose.

Enfin, et je finirai là les remarques mitigées (j’ai bien dit « mitigées »), l’intrigue ne m’a guère passionnée, d’abord parce que Myron lève plusieurs lièvres en même temps, et pendant une bonne partie du roman, je me suis demandé quel était réellement le sujet du roman, ensuite parce que le nœud de l’intrigue n’a pas été un long mystère pour moi puisque je l’avais suspecté à la première allusion. Il faut peut-être que je me reconvertisse.

Mais, je dois avouer que je ne me suis pas ennuyée. Disons que je pensais lire un roman plus prenant, au suspens plus prononcé, et j’ai eu l’impression par moment de lire une chronique familiale plus qu’un roman policier. Si Myron m’avait été plus familier, je pense que j’aurais pris plus de plaisir à suivre ses problèmes familiaux. Reste que certains personnages secondaires sont bien saisis, notamment son acolyte Win, ami milliardaire de Myron, sorte de tête brûlée et de noceur invétéré, qui a souvent ravivé mon intérêt, tout comme Big Cindy qui, malgré une certaine surcharge pondérale n’hésite pas à endosser le costume de Cat Woman. Il y a donc des ingrédients assez sympas, mais pas de quoi non plus entraîner un réel enthousiasme.

Quoiqu’il en soit, cette première lecture pour moi de cet auteur me donne envie d’en savoir un peu sur ce Myron Bolitar, et il n’est pas exclu que je lise les premiers tomes de la série, ne serait-ce que pour mieux comprendre les éventuelles allusions que je n’aurais pas saisies à la lecture de ce roman-ci.

Vous pouvez découvrir la page FB officielle de Harlan Coben, en cliquant sur le lien.

Romans lu dans le cadre du Challenge Thriller et du S.T.A.R 4.

Merci aux Editions Belfond Noir qui ont pris soin stipuler dans leur mail de demande de partenariat la chose suivante : nous souhaiterions que vous rédigiez un post pour promouvoir l’ouvrage et livrer votre critique, en toute liberté. (c’est moi qui souligne).

Poster un commentaire

46 Commentaires

  1. Cela fait bien longtemps que je n’ai pas lu d’Harlan Coben, j’en ai encoore quelques uns dans ma PAL. J’aime Myron Bolitar mais j’ai lu les premiers romans. Je n’ai pas lu celui-ci.
    Bonne journée (espérant te lire un jour sur mon blof au moins pour me dire ce que tu en penses sans concession car mes billets sont moins longs que les tiens alors je voudrai savoir ce que tu en penses, mais ce n’est pas une obligation car de toute façon je continuerai à venir lire tes billets très intéressants).
    Je te souhaite une très bonne journée.

    Réponse
    • Chère Astrid comme je te le disais dans un précédent commentaire je vais régulièrement sur ton blog mais c’est vrai que je n’ai pas toujours le temps de laisser un com. J’y vais donc de ce pas ! Merci pour tes visites, je te souhaite aussi une belle journée et on se retrouve chez toi !

      Réponse
      • Je voudrai surtout avoir ton avis sur mes billets (leur rédaction, leur longueur) et en toute honnêteté.
        Merci d’avance. Tes autres lecteurs aussi peuvent me dire ce qu’ils en pensent (car c’est comme cela qu’on s’améliore en se remettant en cause).
        Merci à vous tous.

        Réponse
  2. « sur mon blog » c’est mieux.

    Réponse
  3. Vous soulevez là un problème important du polar actuel, surtout américain mais les autres nationalités ne sont pas en reste: c’est une mode, on doit faire partie de la famille, connaître les arcanes douloureuses de fragiles enquêteurs au passé chargé…
    Et cela marche!
    Difficile de savoir ce qui appartient à une stratégie de marketing ou à la fragilisation des auteurs…
    Conan Doyle ou Agatha Christie nous avaient habitués aux héros récurrents mais leur fiche d’identité était beaucoup plus sommaire, le lecteur n’était pas perdu s’il avait raté les premiers épisodes. Maintenant on est perdu si on ne connaît pas l’enfance douloureuse du flic ou du privé.
    Quelle meilleure façon de fidéliser son lectorat que de sous-entendre qu’il est devenu le soutien, l’ami de l’enquêteur? Vous-même, ne concluez-vous pas: « il n’est pas exclu que je lise les premiers tomes de la série, ne serait-ce que pour mieux comprendre les éventuelles allusions que je n’aurais pas saisies à la lecture de ce roman-ci » ?
    .

    Réponse
    • C’est un peu à double tranchant ! Pour les séries TV par exemple, si je n’ai pas suivi les premières saisons, généralement, je me détourne des saisons suivantes. Alors c’est vrai que concernant les séries TV, il est plus difficile de se procurer les premières saisons, alors que concernant les livres, il suffit d’aller en librairie ou en bibliothèque. Le second problème est que, comme le prouve mon billet, on est du coup déçu par notre première lecture, et soit, comme je l’ai dit on aura envie de lire les précédents, soit on s’en détournera. Cela dit, je suis assez persuadée aussi que, prenant d’ailleurs sans doute appui sur les séries TV, les auteurs de polars ont trouvé là une façon de fidéliser les lecteurs, avec un risque cependant, pour les plus fidèles, de les lasser.

      Réponse
  4. Alors, à quand un mystère fait maison ? 😉

    Réponse
  5. j’ai lu deux aventure de Myron Bolitar si je me souviens bien…les premières, c’est vrai que démarrer directement au 10e volume était peut-être un risque de ne pas saisir tous les détails..mais bon… LIS « ne le dis à personne », Myron n’y est pas en plus ! 😉

    Réponse
  6. Lu et c’est vrai pas le meilleur Myron Bolitar. Mais c’est toujours très efficace

    Réponse
  7. Je les ai tous lus. Les derniers en VO. J’abandonne définitivement cette série.

    Réponse
    • Je pense que c’est un auteur dont on doit se lasser à force ! difficile de se renouveler !

      Réponse
      • Ce n’est pas tant cela le soucis que ce qu’il a fait de ses personnages. Je n’aime pas la façon dont il les a fait évoluer, rajoutant des personnages par-ci, par-là, même s’ils ne collent pas avec ce que l’on sait du héros dans les premiers tomes.

        Réponse
  8. Chaque fois que je vois un roman de Harlan Coben sur un blog, je me dis que je n’ai encore jamais lu cet auteur… Et j’en suis toujours là ! Mais ça viendra bien un jour. J’ai beaucoup aimé la répétition de mitigé 😉 Bonne fin de semaine et bon weekend.

    Réponse
  9. J’avais lu « Ne le dis à personne » bien avant qu’on en reparle avec l’adaptation ciné. Récemment, j’ai lu « Dans les bois ». A chaque fois, j’ai la sensation de lire un bon auteur de page turner pour bon public mais qui, vu mon débit de lecture, me semble un peu fade…

    Réponse
  10. Je ne connais pas du tout cet auteur, à part de nom, et ce n’est pas le genre de livre qui m’intéresse, à première vue, mais pourquoi pas, si l’occasion se présente !

    Réponse
  11. Je n’ai pas lu du Harlan Coben depuis longtemps, j’en garde des souvenirs de lectures plaisantes, plus de vacances mais pour l’instant je ne ressens pas l’envie d’en relire.

    Réponse
  12. J’aime Myron Bolitar, à part celui-là je pense que je les ai tous lus !

    Réponse
  13. J’apprécie beaucoup Myron mais un petit côté répétitif se fait parfois sentir…

    Réponse
  14. J’ai lu un titre de Coben, où intervient d’ailleurs ce personnage. Je ne me souviens pas du titre, ni de l’histoire, qui ne m’avait pas suffisamment impressionnée pour avoir envie d’en lire d’autres.

    Réponse
  15. Je comprends cette impression de prendre une serie en cours de route. C’est pourquoi j’essaye toujours de prendre une série au début dans la mesure du possible.
    Je n’ai rien lu de cet auteur mais moi je suis toujours bon public et je ne trouve jamais le coupable avant le dénouement… J’attends donc de découvrir ton premier roman policier ;-))

    Réponse
  16. Tu me fais penser que je ‘lai reçu depuis pas mal de temps. Zut … je l’avais oublié. 😉

    Réponse
  17. Ton avis rejoint plus ou moins ce que j’ai pu lire et attendre un peu partout. Cela fait longtemps que je pense donner une chance à cet auteur mais je ne l’ai toujours pas fait. Apparemment, mieux vaut commencer par un autre roman.

    Réponse
  18. Ton avis rejoint à peu près le mien sur Promets-moi que j’ai lu l’été dernier : j’avais l’impression d’avoir raté les épisodes précédents et ça m’a gênée, et je suis ressortie sur une impression assez mitigée, c’était sympathique, ça se lisait bien, mais ça ne m’a pas vraiment passionnée et j’ai trouvé qu’il y avait de grosses ficelles.
    Cet après-midi je suis passée à La griffe noire et j’ai fureté un peu partout (l’auteur qui a attaqué Alice est prix Griffe noire du roman historique de l’année!) et j’ai pensé à toi au rayon polars : il y avait toute une étagère d’Harlan Coben avec ça et là des cartons sur lesquels étaient simplement écrit « Coben », avec une seule exception pour un roman qui était qualifié de « son plus… célèbre! ». J’ai trouvé cette sobriété des commentaires très parlante!

    Réponse
    • Justement je me demandais ce que pensait La Griffe de Lenormand, j’ai ma réponse, merci. Pour Coben, je suis d’accord avec toi, seul le nom suffit sans doute pour faire vendre 😉 !
      ça fait longtemps que je ne suis pas allée à la Griffe, ça me manque !

      Réponse
  19. Ah oui ils t’ont dit ça les éditons Belfond, il manque pas d’air !!! Sinon moi de Coben j’ai lu le célèbre « Ne le dis à personne » je ne l’ai pas aimé du tout. Mise à part le style très moyen, mais moi je m’en fou si l’énigme tient la route. Mais là, c’est une histoire hyper compliquée, avec des ramifications à n’en plus finir, enfin bref moi je n’ai pas compris pourquoi l’auteur faisait ce montage incroyable pour cacher ce secret. En tout les cas c’est très vendeur !!! Je préfère un bon Agatha Christie c’est simple et efficace au moins.

    Réponse
    • J’ai apprécié le « en toute liberté », mais même s’ils ne l’avaient pas stipulé j’aurais pris cette liberté ! Je voulais le souligner pour montrer que les maisons d’édition, même s’elles nous envoient des SP nous laissent libres dans notre avis.
      Sinon pour le roman de Coben, je suis entièrement d’accord avec toi, je pense que toutes ces ramifications sont un peu là pour noyer le poisson et justement parce que l’énigme n’est pas franchement difficile à percer !

      Réponse
  20. Anne et sespassions

     /  avril 15, 2012

    J’aime bien cet auteur mais j’avoue ne pas avoir tout lu de lui et lu certainement peut-être que les meilleurs ce qui fait que je ne me suis pas encore lassée !! Mais en lisant les avis sur ce dernier sorti et même les deux ou trois précédents, il semblerait que l’auteur perde de sa verve !! Ou alors peut-être que nous lisons tellement que nous devenons plus exigeant(e)s au fur et à mesure ?! De toute façon, pour moi, Harlan Coben, je le classe plutôt dans les lectures faciles à lire quand je ne veux pas me torturer l’esprit plutôt qu’à un grand écrivain de policiers !! Ce qui m’a plu dans ton article, c’est tout d’abord que tu as lu ce livre sans préjugés et que même si pour certaines raisons, tu n’as pas été totalement conquise par cet auteur, tu es prête à en lire un autre avant de le cataloguer.

    Réponse
    • Je connaissais Coben que de nom, je pensais que son univers était plus noir, je suis toujours hésitante sur les polars étant une vraie poule mouillée. Il faudra que je tente un de ses romans plus anciens pour comparer, il me fait un peu penser à Douglas Kennedy dans un autre genre !

      Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :