Ces auteurs qui me hérissent le poil…

Je le sais d’avance, cet billet va augmenter le nombre de mes ennemis, mais tant pis j’assume ! Ce matin une personne sur le page FB de mon blog s’est retirée de mes « amis » suite à une remarque (que je jugeais anodine) sur les romans de Marc Lévy. Cette attitude pour le moins (peu) surprenante (oui je ne m’étonne plus de grand chose ces derniers temps!), a suscité en moi une envie de mettre les choses au point concernant ces auteurs que j’avoue ne pas supporter, et cela pour différentes raison, qu’elles soient objectives ou (pire) totalement subjectives. Autant vous prévenir tout de suite ce billet sera d’une excessive mauvaise foi.

Voici mon palmarès (profitez-en c’est sans doute l’une des rares fois où vous verrez leur tête sur mon blog!)

Voyez la belle brochette. Dans l’ordre d’entrée en scène pour ceux qui vivraient dans la forêt amazonienne sans télé et sans presse : Marc Lévy, Guillaume Musso, Amélie Nothomb, Jean Teulé et (cerise sur le gâteau!) Eliette Abécassis.

Quel problème puis-je bien avoir avec ces auteurs ??? ils sont beaux, ils sont beaucoup beaucoup lus (parfois même dans le monde entier), ils sont célèbres, ils sont médiatiques, photogéniques etc etc. Bref ils ont tout pour plaire. Ces auteurs font la joie des éditeurs et des libraires, ce sont des auteurs qui, comme disent les libraires « se vendent tout seul », inutile de préparer un argumentaire sur leurs romans, on les empile en tête de gondole et les lecteurs n’ont plus qu’à se servir et à passer à la caisse… une vraie manne ! Il faut dire que les médias traditionnels ont fait tout le boulot : émissions télé de tout genre (littéraire, de divertissement…), presse (interview, articles, pub insérées…), radio, mais aussi affiches diverses et variées vous annoncent la parution de leur nouvel opus ! Impossible de l’ignorer même quand vous vivez à l’étranger ! On pourrait se dire que c’est merveilleux, que le livre se porte encore bien, qu’il est encore générateur de ventes, que la culture française se porte décidément très bien !!! certes… mais en fait, non !

Marc Lévy et Guillaume Musso sont venus à l’écriture sur le tard : Lévy en 2000, Musso en 2001. Avant d’épouser la carrière d’auteur, le premier a fait des études de gestion et d’informatique, le second des études d’économie. Leur carrière dite littéraire débute par un roman qui remporte un grand succès. jusque là pas grand chose à dire (quoique…). J’avoue n’avoir pas lu en entier un roman de Lévy ou de Musso, mais j’ai pu entendre la lecture d’un roman du premier, et parcourir quelques pages d’un du second. Bien sûr ce n’est pas la même chose que de lire un livre en entier, mais quand je lis une page prise au hasard d’un Balzac ou d’une Oates, il se trouve que je parviens à apprécier le style, donc cela doit pouvoir être le cas pour ces messieurs. Le problème que j’ai avec Lévy et Musso relève précisément de ce manque de style que leur écriture révèle. Prenons l’exemple de l’incipit de ce roman de Lévy, Vous revoir et appliquons-nous à une lecture (à peu près) stylistique :

« Arthur régla sa note au comptoir de l’hôtel. Il avait encore le temps de faire quelques pas dans le quartier. Le bagagiste lui remit un ticket de consigne qu’il enfouit dans la poche de sa veste. Il traversa la cour et remonta la rue des Beaux-Arts. Les pavés lavés à grands jets d’eau séchaient sous les premiers rayons de soleil. Dans la rue Bonaparte, quelques devantures s’animaient déjà. Arthur hésita devant la vitrine d’une pâtisserie et poursuivit son chemin. Un peu plus haut le clocher blanc de l‘église de Saint-Germain-des-Prés se découpait dans les couleurs de cette journée naissante. Il marcha jusqu’à la place de Fürstenberg, encore déserte. Un rideau de fer se levait. Arthur salua la jeune fleuriste vêtue d’une blouse blanche qui lui donnait une ravissante allure de chimiste. Les bouquets anarchiques qu’elle composait souvent avec lui fleurissaient les trois pièces du petit appartement qu’Arthur occupait il y a deux jours encore.« 

Que remarque-t-on ? Comme tout incipit qui se respecte le qui? Quoi? Où? Quand? sont bien respectés, voire même exagérés notamment pour le Où puisque l’accumulation des noms de rue et  de lieu dans quatre phrases successives ressemble bien à une faute de style… donc, vous l’aurez compris, le roman se situe à Paris et dans un quartier très connu et chargé de connotations culturelles : oui la rue Bonaparte, Saint-Germain des Près incarnent le Paris de Sartre et des années 50, derrière la place de Fürstenberg on devienne l’ombre de Delacroix qui y avait sa maison… on sent du lourd culturel ! Mais chez Lévy, il s’agit avant tout d’évoquer (décrire serait impropre) un quartier archi connu car très prisé des touristes, un quartier inscrit dans tous les guides touristiques. Bref un quartier qui ne risque pas de désorienter le lecteur. Si l’on observe les actions effectuées par le personnage, on remarque (en gras dans le texte) une accumulation de verbes d’action, et voilà bien le propre du style de Lévy : le récit des menues actions du personnage, tout est dit dans le détail, mais cela n’apporte rien. Quel est l’intérêt au fait qu’il mette le ticket de consigne dans sa poche ? ;  l’hésitation devant la pâtisserie témoigne, sans nulle doute, d’une certaine gourmandise du personnage… mais bien sûr !!! Enfin la dernière phrase est à elle seule une perle : quelques termes sont très parlants : « chimiste » par exemple, terme suscité par la « blouse blanche » mais pourquoi pas « médecin » ou « infirmière », pourquoi « chimiste » ? quel rapport entre une fleuriste et une chimiste ? on ne sait pas ! on se dit que cette énigme va être éclaircie dans la phrase suivante par une autre métaphore qui filerait la première, mais on tombe alors sur « anarchique » ??? donc cette fleuriste est une chimiste qui fait des bouquets anarchiques??? quel rapport ? Autre étrangeté qui stoppe ma lecture : « Les bouquets anarchiques qu’elle composait souvent avec lui« que vient faire ce « avec lui »??? certes on devine bien le lien entre cette fleuriste chimiste à tendance  anarchiste et le personnage gourmand, mais avouez que la manière d’annoncer ce lien est bien maladroit. C’est ce que l’on appelle un cheveu sur la soupe, d’autant que la phrase ne comporte aucune virgule ce qui lui donne une allure étrange qui gêne la compréhension. N’aurait-il pas fallu écrire : Les bouquets anarchiques, qu’elle composait souvent avec lui, fleurissaient les trois pièces du petit appartement qu’Arthur occupait il y a deux jours encore. La répétition du pronom relatif (qu’elle composait ; qu’Arthur occupait) n’arrange rien !!! Quand je tombe sur ce genre de phrase dès l’incipit, je referme le bouquin ! Relisons plutôt l’incipit de La Curée de Zola (oui je sais tout le monde n’est pas Zola!), voilà bien un écrivain dans le sens plein du terme (et cela même s’il n’aime pas George Sand).

Mais qu’en est-il des autres auteurs cloués à mon pilori ? Nothomb, Teulé et Abécassis appartiennent à une autre catégorie. Ce n’est pas tant leur style qui me gêne, et j’ai tendance à les croire écrivains. Ce qui me dérange c’est l’engouement qui les entoure et qui me semble surtout motivé par une médiatisation à outrance. Amélie Nothomb tout d’abord publie chaque année au mois de septembre son nouveau roman, comme les journaux télévisés traitent sempiternellement fin août du chassé-croisé des vacanciers, en septembre de la rentrée scolaire, en juin du bac et de ses révisions… bref  Nothomb est le marronnier littéraire ! Certes la dame écrit beaucoup et tout le temps, mais je reste dubitative sur une qualité annuelle. Curieuse, j’ai lu L’Hygiène de l’assassin et Les combustibles (je parle donc de ce que je connais!); sans être désagréable ces lectures ne m’ont rien apporté. Dans le premier, il faut attendre la moitié du roman pour s’intéresser à l’histoire, pour le second, si l’idée est intéressante, Nothomb ne l’assume pas ! N’aurait-il pas été plus courageux de prendre des romans et des auteurs existant ou ayant existé, plutôt que d’en créer de toute pièce. L’intérêt du sujet se perd alors. Concernant Teulé, dont j’ai lu Le Montespan et Les lois de la gravité, là encore je trouve sa réputation sur-estimée. Je prendrais pour exemple Le Montespan. Sous couvert de renouveler le genre du roman historique, Teulé se complaît dans une vulgarisation démagogique qui aurait surtout tendance à nuire à son sujet  (lisez par exemple la critique de Marie du dernier de ses romans Charly 9) ! Cette tendance à la vulgarité sous couvert de modernité a le don de m’horripiler dans la mesure où cette vulgarité est totalement gratuite, et ne sert qu’à offusquer la bourgeoise !

Enfin, Eliette Abécassis est un cas à part ! et c’est là que je vais être totalement subjective et d’une grande mauvaise foi ! son image médiatique est pour moi un frein puissant à la lecture de ses romans ! Pour avoir vu et entendu Eliette Abécassis dans diverses émissions de télé, pour avoir lu aussi certains entretiens dans quelques journaux, je suis désolée de vous dire que je trouve cette femme bécassine,  et minaudière… Si Nothomb me semble toujours intéressante dans ces interventions télévisuelles à tel point que je serais presque prête à retenter la lecture d’un de ses romans, Eliette Abécassis, à chacune de ses apparitions, me désole. Et le summum fut atteint cet hiver quand je l’ai vue dans un spot de pub pour la chaîne de vente de fleurs par correspondance très connu. Dans ce spot, en pleine période pré-Saint-Valentin, on la voyait écrire un texto à son « amoureux » dont un mémorable : « ce matin tu es parti en oubliant quelque chose : moi » !! wahou!! ça c’est la preuve d’un écrivain au style dévastateur… bon, oui je sais je suis très méchante…

Je suis certaine que vous ne manquerez pas de défendre avec enthousiasme ces auteurs si cruellement attaqués dans ces quelques lignes ! Pour moi la vraie littérature rime avec rareté, et le nombre de lecteurs n’est pas forcément signe de qualité, je pourrais vous trouver des exemples à la pelle. Je crois aussi que Lire de bons livres vous empêche d’apprécier les mauvais (Le Cercle des épluchures de patates p.80), c’est là mon grand problème, j’ai sans doute lu trop de bons livres …

Au fait, et vous ? quels sont les auteurs qui vous hérissent le poil ???

Poster un commentaire

305 Commentaires

  1. Delphinesbooks

     /  avril 27, 2011

    Pour les premiers, je n’aurais même pas utilisé le mot « auteur » moi… Enfin, surtout pour Lévy, car je l’ai lu en entier pour voir, c’est du sous harlequin…. Les autres, je n’ai pas d’avis, mais comme toi, le côté médiatique me gêne, moi j’en rajoute un de plus que je ne peux piffrer, c’est Houellebecq
    Et bah dis donc ça fait du bien !!

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      j’ai lu le dernier Houellebecq et je me suis dit beaucoup de bruit pour rien !

      Réponse
    • Je suis entièrement d’acord avec toi…moi je peux pas ..trop léger, lecture trop facile…junk words…lâche pas Georges…je t’appuie!

      Réponse
      • leslivresdegeorgesandetmoi

         /  avril 28, 2011

        j’ai mes têtes j’ai voulu m’en expliquer, et je constate que tout cela débouche sur des commentaires assez intéressants donc c’est bien finalement ! merci Patricia !

        Réponse
  2. Euh… le dernier roman de Teulé est Charly 9… 😀
    Et moi, je l’aime bien cet auteur. En outre, il a donné une interview fort sympathique à Babelio pendant le salon du livre ! 😀

    Sinon, j’approuve ton billet. Ce n’est pas parce qu’on n’aime pas les meilleures ventes qu’on est snob ou illettrés. On attend seulement plus, même si ce plus est bien difficile à définir !

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      zut ! j’ai rectifié tout de suite !!!
      J’essaie de donner un avis sur des auteurs, je ne juge pas les personnes qui les lisent, mais visiblement je touche la corde sensible, ça a au moins le mérite de faire régir !

      Réponse
  3. Et bien, moi je ne les défendrai pas, je ne les ai jamais lus et surtout cela m’intéresse pas.
    Je n’aime absolument pas lire les auteurs en tête de gondole sauf Harlan Coben

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      les têtes de gondoles, notamment dans les grandes surfaces me rendent les romans proposés douteux !

      Réponse
      • il ne faut pas….il y a parfois de bons romans ;)….faut juste savoir allier qualité avec meilleures ventes (ce qui ne veut pas dire que meilleures ventes ne riment jamais avec qualité!)

        Réponse
      • leslivresdegeorgesandetmoi

         /  avril 27, 2011

        Marion@ : disons que les grandes surfaces tablent sur le vendeur, avec les palmarès des meilleures ventes qui ne sont pas forcément les meilleurs livres ! l’exemple du « club des épluchures de patates » nous prouvent que certaines têtes de gondoles valent le coup !

        Réponse
  4. Aill Aill Aill… 😉
    J’ai lu « et si c’était vrai » et j’ai destesté, j’ai trouvé que ça ressemblait à un senario de film. Je ne comprends pas les auteurs français qui situent leurs romans aux USA avec des personnages s’appelant Brad ou Kelly (j’exagère à peine) et j’ai une mauvaise impression immédiate quand j’entends une pub radio pour un livre avec une voix de présentation de bande annonce de film américain…j’ai l’impression qu’on me vend de la lessive… Je n’ai pas lu de Guillaume Musso (mais c’est surement par snobisme de ma part, je le reconnais… Mais en même temps, il cumule : la pub radio et les personnages américains 😉

    Réponse
    • Enna, tu me fais bien rire, c’est si vrai! ^^

      Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      L’Amérique ça fait rêver !!!! effectivement les pub radio sur le suspens insoutenable de l’un ou la terrible et sensible histoire d’amour de l’autre sont insupportables et ta comparaison avec la lessive est totalement exacte !

      Réponse
  5. FaFa

     /  avril 27, 2011

    J’ai lu un roman de Lévy : et j’en ai eu toute de suite marre parce que j’avais eu l’impression d’avoir déjà vu le livre en feuilleton sur M6 l’après-midi !

    Quant à Musso, je ne peux pas le blairer, à cause de la pub que l’on fait sur lui ! même sur les colonnes dont j’ai oublié le nom où d’habitude il y a les affiches de films bientôt en salle ! c’est terrible ! et écrire un roman tous les six mois ça me laisse perplexe ! j’en ai acheté un pour ma maman qui n’a pas été si emballée que ça donc je l’ai revendu sans le feuilleter !

    Amélie Nothomb, j’ai aimé beaucoup de ses romans mais lorsque j’ai lu « biographie de la faim », j’ai bien cerné un coté du personnage : nombriliste ! et je déteste ça ! dans le même box, je mettrais Beigbeder !

    c’est bon la mauvaise foie ! lol

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      Série B, feuilleton M6 pour toi, pauvre Lévy !!!
      Disons que ce sont des auteurs qui ont trouvé le bon filon comme Sullitzer en son temps !
      Beigbeder, j’avais testé « 99 francs », bof bof, roman marketing sans grand intérêt !

      Réponse
  6. Certains écrits de certains auteurs ne me plaisent pas mais je ne me permettrai pas de dire qu’ils sont mauvais car je n’ai pas de formation littéraire. Donc quand je n’aime pas un livre je ne sais s’il est mauvais ou s’il n’est pas fait pour moi tout simplement. Le 1er Levy paru je l’ai dévoré jusqu’à 2h du matin et je l’ai adoré, je l’ai trouvé original, mon avis est plus mitigé depuis, idem pour Musso, je ne suis pas fan de Nothomb mais il y en a quelques uns que j’ai quand même sur ma LAL.
    Et tant mieux pour les auteurs cités si ça marche pour eux, il en faut pour tous les goûts, et sans vouloir te vexer je trouve ça un peu méprisant pour ceux qui apprécient ces livres là (ne te vexe pas hein ???). Voila ce que je peux dire sur le sujet. BIZ

    Réponse
    • sur les blogs j’aurais presque honte de dire que j’aime bien certains auteurs, c’est dommage

      Réponse
      • calypso

         /  avril 27, 2011

        Quel dommage ! La littérature est un espace de liberté et tu trouveras de nombreuses blogueuses qui partagent tes goûts, peut-être n’oseront-elles pas intervenir cependant…

        Réponse
      • leslivresdegeorgesandetmoi

         /  avril 27, 2011

        il ne faut pas Sandrine ! il ne faut pas avoir honte de ce qu’on aime, ce serait bien triste ! ce n’est pas parce que tu aimes les romans de ces auteurs que je te jurerai mal ! j’avoue beaucoup aimé Dan Brown, mais je le prends pour ce qu’il est et pour ce qu’il me donne : un moment de détente !

        Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      j’aime bien tes pincettes : « certains écrits, certains auteurs »!! la formation littéraire permet juste de comprendre pour parfois le style cloche… mais comme tu es une très grand lectrice, que tu lis des romans très variés, je suis sûr que tu es capable d’analyser un ressenti.
      Je ne crois m’en être pris aux lecteurs, j’ai tenté d’expliquer pourquoi certains auteurs ne me plaisaient pas, je n’interdis personne de les lire, je donne juste mon avis ! et non je ne suis pas vexée, ce genre de billet, je le savais aller susciter beaucoup de réactions, je ne suis pas déçue (et j’adore ça!!!)

      Réponse
  7. Pour ma part, j’aime bien quand les gens disent ce qu’ils pensent ! C’est ton cas et c’est une belle qualité. On peut ne pas être d’accord mais ça a au moins le mérite d’être dit ! Pour ma part, je ne déteste pas ces auteurs.. je déteste peu de monde en réalité ^^ Mais je lis bien peu leurs livres. Comme toi, je n’ai pas le temps…j’ai trop de bons livres à lire avant… oups…
    Bisous 🙂

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      Je ne suis pas dans la détestation, je suis dans l’énervement, parce que ces auteurs, pour moi (encore une fois) ont une place très en vue pour une qualité très contestable, je préférerais qu’on parle d’auteurs ayant une véritable qualité littéraire (ceci surtout pour Lévy et Musso)

      Réponse
  8. Mouamouamoua

     /  avril 27, 2011

    ce blog devient d’une prétention folle. Le dernier article sur les « droits et le devoirs » était déjà cinglant. Il y était question de ne plus tergiverser sur des broutilles et je vois que les obligations qu’on nous impose, à nous visiteurs, ne sont pas tenues par Madame Thénardier himself. Ça me lasse

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      « les droits et devoirs » n’ont pas grand chose à voir avec ce billet, mais je prends note de votre ras le bol.

      Réponse
  9. Je dis bravo 😀 : tu prêches une convaincue!
    J’ajouterai Christine Angot.
    As-tu la littérature sans estomac de Pierre Jourde? C’est un recueil de pamphlets contre des auteurs actuels.

    Réponse
  10. calypso

     /  avril 27, 2011

    Comme beaucoup, j’apprécie que tu donnes ton avis en toute franchise, mais comme Sandrine, je trouve tes propos assez méprisants envers ceux qui lisent et aiment les écrits de ces auteurs. Est-on obligé de tout décortiquer lorsqu’on lit un roman comme tu le fais avec l’incipit de Lévy ? J’aime les belles phrases, la recherche stylistique et, comme toi sans doute, je suis une littéraire, c’est mon métier. Pour autant, j’aime penser qu’en littérature il y en a pour tous les goûts et je crois vraiment qu’il faut respecter cela.

    Réponse
    • Très bonne intervention !

      Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      Je te dirai comme pour Sandrine, je ne dénigre pas les lecteurs, je m’en prends aux auteurs ! ces auteurs ont beaucoup de succès c’est qu’ils plaisent à une grande majorité mais en aucun cas je reproche à qui que ce soit de lire ces auteurs !
      Pour ce qui est de l’analyse pseudo stylistique, c’est un exercice que j’aime bien car il me permet de mieux comprendre ce qui me dérange dans un roman ! et qu’un style qui me bloque m’empêche d’apprécier une lecture !

      Réponse
      • M’enfin pourquoi est ce que tu t’e***** a ecrire un billet si detaille sur un sujet qui t’enerves tant !
        Je comprends que tu n’aimes pas ce genre de romans mais si en plus tu les analyses… c’est un peu du masochisme dis moi 😉

        Je suis assez d’accord avec Sandrine et Calypso : j’ai un peu l’impression d’etre meprisee (j’ai bien note que tel n’etait pas ton intention). Je ne boude pas un Musso ou un Teule , c’est vrai que le style n’est pas transcendant et alors, c’est comme pour le cinema : il y a des chefs d’oeuvres et puis des des films plus legers, on les choisi en fonction d’un etat d’esprit, d’une envie. On a tous des vies differentes et chacun s’evade a sa facon finalement.

        Pour conclure je dirais qu’on a tous des auteurs qui nous insupporte, pourquoi les lire alors et en parler en plus ? C’est finalement leur accorder bien trop d’interet.

        Réponse
        • leslivresdegeorgesandetmoi

           /  avril 27, 2011

          je ne m’e… pas à écrire un billet sinon je ne l’écris pas 😉 ! j’aime juste comprendre pourquoi je n’aime pas comme pourquoi j’aime ! de plus je trouve intéressant de lancer un peu le débat, et de ne pas toujours parler de ce qui fait l’unanimité ! pour moi le blog est aussi un lieu où l’on parle littérature, où l’on peut débattre de sujet, le ronron m’ennuie. Pour ta comparaisons avec les films je suis d’accord avec toi, sauf que là aussi toutes les comédies ne se valent pas !

          Réponse
      • Tu ne peux pas t’en empecher hein ? Tu dois jubiler devant ton ecran et tu as bien raison, c’est ton blog apres tout 😉

        Réponse
  11. Je te rejoins sur Levy et Musso, que j’ai tenté de lire pour faire plaisir à ma mère, et qui m’ont profondément ennuyée ! Nothomb m’indiffère, de Teulé j’ai plutôt bien aimé le magasin des suicides, mais ce n’est pas une lecture non plus cruciale…

    Je suis de toute façon d’accord avec toi, et trouve tout à fait stupide l’attitude de la personne qui s’est retirée de ta page facebook parce que tu as critiqué un auteur… La critique est libre, dieu merci et heureusement que tout le monde n’a pas le même avis, sinon le monde serait bien ennuyeux.

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      j’aime bien mettre un coup de pied dans la fourmilière, parfois le politiquement correct m’ennuie, ça fait du bien de remuer tout ça !

      Réponse
  12. Ah non je ne défendrai aucun de ceux-là puisque je partage tout à fait ton point de vue! J’ai lu un Lévy, le premier, une lecture de « voyage ». Un scénario de série B hollywodienne avec Jennifer Aniston!
    Là où tu m’as le plus fait rire c’est avec l’analyse de l’incipit, le texto d’Abecassis et cette phrase géniale : « Amélie Nothomb tout d’abord publie chaque année au mois de septembre son nouveau roman, comme les journaux télévisés traitent sempiternellement fin août du chassé-croisé des vacanciers, en septembre de la rentrée scolaire, en juin du bac et de ses révisions… bref Nothomb est le marronnier littéraire !  »
    J’étais morte de rire d’autant que je suis tout à fait d’accord! ^^

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      dis donc tu le charges là Lévy, moi j’ai été plus gentille à côté !!!
      contente de t’avoir fait rire 🙂

      Réponse
  13. Je suis snob : je n’ai jamais lu un bouquin de ces auteurs (à part Nothomb, et encore un livre mineur que je n’ai pas aimé…), et ne compte pas en lire.
    Je n’ai donc pas mon mot à dire, à une seule exception près : ton analyse « littéraire » est très bien menée, et démonte en un tour de main toute cette prétendue « littérature ».

    Ensuite, je trouve le débat sur la littéraure-MacDo (appelons là comme ça, puisque les gens qui la lisent le font pour les mêmes raisons qu’on peut s’enfiler un gros MacDo, par confort) complexe. Je me complais parfois dans de la très mauvaise littérature, car j’aime la chick-lit et la fantasy. Et dieu sait que dans ces deux genres, il y a à boire et à manger !
    Je ne jugerai donc pas les gens qui lisent Musso et compères, mais pitié ! ouvrez parfois autre chose pour découvrir le bonheur de lire une œuvre littéraire !!

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      Ta comparaison avec McDo est totalement juste, et j’en consomme aussi mais rien ne vaut une bonne blanquette ou des plats plus raffinés. Plus loin on parle de piquette ou de bon cru… que de métaphores culinaires, mais la nourriture et la littérature font bon ménage c’est bien connu !

      Réponse
    • Ah ben voilà Céline, c’est exactement ça, le fast-food de la littérature… disons qu’une alimentation saine, de qualité et variée c’est tout de même mieux mais parfois on peut aussi s’accorder un repas « réconfort » sans chercher plus…

      Réponse
  14. Merci merci merci!!!!! Je ne les supporte pas non plus!!!! Ouf!!! Je me sens moins seule!!!!
    Bon, je vais devenir Fan de ta page FB: +1..; 😉
    Bisous!!!!

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      bienvenue au club !!!! merci pour ce commentaire souriant !

      Réponse
  15. je ne ma cache pas de dire que Levy, et Musso sont mauvais, très mauvais……

    Je compare la littérature à la consommation de vin:
    il y a ceux qui boivent du Bon vin, et ceux qui boivent de la piquette
    Ceux qui boivent la piquette, c’est par qu’ils aiment cela ( on a le droit d’aimer le mauvais), parce qu’ils n’ont pas les moyens de boire du bon, ou parce qu’ils n’ont pas les papilles adaptées au bon vin…soit…..
    Je respecte cela, chacun fait ce qu’il peut avec les moyens dont il dispose.Mais qu’au moins il ait l’honnêteté de reconnaitre quand c’est mauvais, même s’il aime le mauvais.

    Chacun lit ce qu’il peut avec les moyens intellectuels qui lui sont donné pour comprendre ce qu’il lit…….tout le monde ne peut lire Montaigne couramment( moi la première) .
    Celui qui lit Musso, et qui est touché par ce qu’il « écrit », tant mieux, mais n’empêche que c’est mauvais.
    Un ressenti est dans l’ordre du subjectif, mais la qualité est dans l’ordre de l’objectif.

    Une peinture de qualité, peut être considérée comme belle ou moche, mais elle est de qualité. Un croute, de mauvaise qualité peut être appréciée, ou peut toucher pour de multiples raisons..

    En général plus mes médiats font l’apologie d’un auteur, plus il est mauvais…..Nul besoin de placarder les abris bus avec une couverture de bon livre d’un bon auteur….le bouche à oreille, et les bon libraires suffisent !!!

    Dans le genre de personnes qui m’énervent, il y a Henry Levy…Notomb qui pond un livre à chaque rentrée comme une machine….écrire, et bien écrire nécessite prendre du recul, prendre son temps , de se laisser désirer, de laisser monter l’inspiration…….

    Réponse
    • Commentaire très méprisant à mon avis, je ne dois pas avoir des capacités intellectuelles très élevées ……

      Réponse
      • calypso

         /  avril 27, 2011

        C’est le moins qu’on puisse dire…
        Et que penser alors de ceux qui lisent aussi bien Montaigne que Musso ?

        Réponse
      • @ Calypso : je me pose la question aussi ! Car je n’ai aucun problème pour lire Montaigne dans le texte, personnellement !

        Réponse
      • leslivresdegeorgesandetmoi

         /  avril 27, 2011

        je trouve au contraire que mimipinson explique bien les choses : on peut aimer une oeuvre parce qu’elle nous touche sans que cette oeuvre soit reconnue comme littéraire. Il existe certaines règles qui définissent ce qu’est de l’art et ce qui ne l’est pas !

        Réponse
      • @George : bon ben voilà, on y est : la fameuse fracture du littéraire et du non- littéraire….

        En te lisant, je vois qu’effectivement, je n’ai pas compris que voulait dire Mimipinson. Et je suis bien en peine d’arguments pour débattre…………

        Réponse
      • @Sandrine : moi non plus visiblement …

        @George : comme le dis Cecile :grosse grosse fracture !

        Decidement on vraiment pas les meme facons d’envisager la lecture. Vous vous prenez bien la tete les litteraires. Heureuse d’echapper a ca finalement.

        Réponse
    • @George, on sent bien dans ton billet que tu as la sensibilité littéraire affutée, et ton billet fait une bonne analyse de texte. J’aime lire ce genre de billet, il met en mots ce que je ne parviens à clairement analyser, mais seulement à ressentir. Car je n’ai pas les bases littéraires que tu possèdes ( et oui, je suis une « sale scientifique » ^^)

      @Mimipinson, autant je trouve le billet de George argumenté, autant j’ai du mal à te suivre quand tu dis simutanément : « Un ressenti est dans l’ordre du subjectif, mais la qualité est dans l’ordre de l’objectif. », puis « Mais qu’au moins il ait l’honnêteté de reconnaitre quand c’est mauvais, même s’il aime le mauvais. »

      Si le lecteur aime le mauvais, il ne pourra effectivement pas reconnaître que c’est mauvais (puisqu’il aime !!!)

      Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      Céline parle plus haut de McDo et toi de piquette, j’aime beaucoup ces comparaisons culinaires que je trouve très justes ! ta réflexion est très intéressante, merci de participer au débat !

      Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      Val@ : ce n’est pas une question de se prendre la tête, mais effectivement je crois que quand on a fait des études littéraires on ne lit pas forcément de la même façon, cela ne veut pas dire qu’on lise mieux ou moins bien, mais on lit autrement, comme une personne qui a fait des études d’histoire de l’art ne voit pas un tableau de la même façon que la majorité des personnes qui vont au musée. Parfois il faut que l’on réapprenne à voir la littérature de façon naïve, c’est ce que j’ai dû faire, mais j’ai des vieux restes, auxquels je tiens malgré tout !

      Réponse
      • Tu as bien raison, je suis quand meme une litteraire aussi, et meme si mes etudes ont ete moins poussees, je sais reconnaitre la qualite, mais je t’avoue rechercher avant tout le plaisir de l’evasion, l’histoire et si c’est bien ecrit c’est tout benef.

        J’ai lu des livres extremenent bien ecrits mais ou je me suis ennuyee a mourir et inversement.

        Les joies de la lectures !
        Bises

        Réponse
  16. Bon, je rajouterais que ce n’est pas parce qu’on lit du Musso ou du Levy qu’on est forcément illettrés.
    Moi j’ai déjà lu ces deux là il y a plusieurs années (ainsi que Gavalda) et j’avais apprécié. Certes, c’est facile, c’est léger, c’est même niais, parfois ! Mais et alors ? Si ca peut nous faire passer un bon moment ?
    Ce débat vraie/fausse littérature m’agace profondément.
    Certes ça énerve de les voir en tête de gondole tout le temps, dans les pubs, à la radio et dans les journaux quand on sait qu’il y a des petite perles dont on n’entend jamais parler.

    Mais parfois quand je lis certaines réactions (pas la tienne car elle a le mérite d’être correcte) j’ai l’impression d’être mal jugée/diminuée parce que j’ai apprécié Levy et Musso ou Gavalda…

    Ces livres ont au moins le mérite de faire lire des gens qui ne lisaient pas et puis zut quoi, on n’a pas tous le même niveau, faut-il pour autant dénigrer ceux qui n’ont jamais eu accès à une certaine culture ?

    Nothomb, j’ai essayé mais je n’accroche pas. Les deux dernier, jamais lus.

    Voilà ce que je peux te dire et je me rends compte que je rejoins Sandrine dans son commentaire.

    Réponse
    • Je me sens moins seule !!!!

      Réponse
    • « Ces livres ont au moins le mérite de faire lire des gens qui ne lisaient pas et puis zut quoi, on n’a pas tous le même niveau, faut-il pour autant dénigrer ceux qui n’ont jamais eu accès à une certaine culture ? »

      Ce n’est même pas la question. Enfin, pas seulement en fait…

      Je suis agrégée et docteure en lettres, donc bon, la littérature, c’est un peu mon rayon ! Et ben malgré ça, j’apprécie cette littérature parce que ce que je lui demande, c’est de me distraire et de me raconter de belles histoires, et elle le fait !

      Réponse
      • Tu m’en vois ravie ! Et ton commentaire fait plaisir à lire.

        Réponse
      • leslivresdegeorgesandetmoi

         /  avril 27, 2011

        le problème en ce qui me concerne c’est que le style de Lévy m’empêche de me distraire et que je ne peux pas adhérer à son histoire, ça fait barrage !

        Réponse
    • « Ces livres ont au moins le mérite de faire lire des gens qui ne lisaient pas et puis zut quoi, on n’a pas tous le même niveau, faut-il pour autant dénigrer ceux qui n’ont jamais eu accès à une certaine culture ? »

      Je suis tout à fait d’accord ! Je pense que ces livres peuvent être un bon tremplin pour d’autres horizons, … ou pas d’ailleurs !

      Réponse
      • leslivresdegeorgesandetmoi

         /  avril 27, 2011

        oui lire Lévy c’est lire, et c’est déjà mieux que de ne pas lire du tout ! mais il faut ensuite pouvoir passer à autre chose, évoluer.

        Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      je suis d’accord avec toi et je ne veux pas dénigrer les lecteurs. POur ce qui est du débat vraie fausse littérature, il est pourtant essentiel parce qu ‘on ne peut mettre tout le monde dans le même panier, et dire que tout se vaut ! car ce n’est pas le cas, et je suis sûre que tu le sais ! Austen n’est pas Pancol, on peut y trouver le même plaisir à les lire mais leurs romans n’ont pas la même valeur littéraire !

      Réponse
      • Non tout ne se vaut pas et ne se ressemble pas mais je n’ai encore entendu personne dire cela.
        Levy et Musso ne se prennent pas pour les Zola des temps modernes. Au contraire, ils assument leur littérature qu’ils disent populaire.

        (HS : en ce qui concerne Pancol, je n’ai jamais réussi à aller au bout de son premier roman)

        Réponse
  17. Alors moi, j’aime beaucoup Marc Levy. Ce n’est pas de la grande littérature c’est sûr, mais son style ne me gêne pas, et il fait ce que je lui demande de faire : me distraire.
    Je ne crache pas sur un Nothomb de temps en temps, même si je n’aime pas plus que ça (à part Stupeur et Tremblement que je trouve d’une drôlerie absolue).
    Abécassis, je n’ai lu que la série des Qumran, que j’ai beaucoup appréciée.

    Précaution oratoire : je t’aime bien, tu le sais
    MAIS je trouve ton article un peu snob et élitiste. Et un peu « prof » aussi dans la manière dont tu corriges la prose de Lévy comme si c’était une rédaction ! Je comprends tout à fait qu’on n’aime pas ces auteurs, mais ce qui me chiffonne c’est la manière dont tu sous-entends qu’apprécier ces auteurs, c’est faire preuve de mauvais goût. Or je soutiens qu’on peut aimer les auteurs classiques mais aussi les auteurs contemporains plus populaires. ça n’a rien à voir.

    Et comme Sandrine, je regrette qu’au final, on ait l’impression qu’il est « honteux » d’aimer et de lire certains auteurs. Enfin moi je n’ai honte de rien et d’ailleurs j’ai chroniqué Lévy sur mon blog, mais je suis sûre que certains se retiennent, et c’est dommage !

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      j’aime ta précaution !
      Peut-être suis-je snob et elitiste mais je ne le prends pas comme un défaut. C’est le style de Lévy que je trouve de mauvais goût, et je trouve que c’est méprisant pour les lecteurs d’écrire de telle phrase, c’est surtout cela qui m’énerve en fait ! Oui on peut aimer des classiques et des auteurs populaires, je crois d’ailleurs que mon blog le montre bien, mais là n’est pas la question ! C’est marrant qu’on ne puisse pas critiquer des auteurs sans laisser penser qu’en dénigre leurs lecteurs ! je dis bien que MOI je ne les aime pas et je m’en explique de mon point de vue, mais loin de moi la volonté de dénigrer les personnes qui les lisent et qui les aiment !

      Réponse
      • En même temps, Lévy n’a jamais prétendu être un grand stylisticien. Il écrit des histoires, dans un style simple et compréhensible.

        Après, comme je l’ai dit, tu as tout à fait le droit de ne pas les aimer. Reste que je ne suis pas totalement convaincue par l’utilité d’un article pour les critiquer comme ça, d’autant que je t’assure que même si tu n’en as pas conscience, on a franchement l’impression à te lire que ceux qui apprécient sont un peu crétins vu que c’est si nul.

        J’ai toujours du mal à dire que quelque chose est « mauvais » de toute façon, je préfère dire que je n’aime pas, que ça ne me convient pas, que ça ne me touche pas.

        Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      je réponds à ton deuxième commentaire !
      Sans être un stylisticien je suis sûre que Lévy peut faire mieux quand même !
      J’ai eu envie de faire ce billet parce que le ronron des blogs de lecture m’ennuie un peu parfois et puis aussi parce que l’idée de débattre un peu me plait ! je trouve que c’est plus enrichissant, et la preuve les réactions sont nombreuses et il y a de très bonnes choses à en tirer autant dans les avis pour que contre ! je crois pas avoir fait une critique gratuite ! pour l’impression de dénigrement je vais relire le billet attentivement ! en tout cas ce n’était pas mon intention !

      Réponse
  18. j’ai entendu que Le Montespan était loin d’être l emeilleur Teulé. j’ai lu pour ma part Je, François Villon (un roman limite hors norme pour moi) et Le magasin des suicdes (une bonne idée, mais mal gérée). pour le reste, je n’ai lu qu’un Nothomb qui ne m’a pas emballée plus que cela; Pour le reste, pas lus. Je sais par une amie qui l’a côtoyé pendant plusieurs jours que Lévy est quelqu’un de très modeste, fort sympathique et conscient d’écrire une littérature de moyenne gamme.

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      Et donc ? je suis sûre que Marc Lévy est un homme charmant, reste que je n’aime pas ce qu’il écrit, j’en suis désolée 🙂

      Réponse
  19. Allez j’y vais aussi de mon avis;)

    Pour Musso et Lévy je partage ton avis…pour moi sans grand intérêt et j’avouerais pourtant que je lis le dernier Lévy car on me demande quand même souvent mon avis sur ces 2 auteurs et n’ayant pas lu depuis longtemps (j’ai lu il y a très longtemps « Et si c’était vrai » que j’avais comparé à une lecture de « Nous deux ») et donc je m’ennuie sans parler du style inexistant!!!! Travaillant dans le domaine je sais aussi que ces auteurs se vendent un peu moins quand même…
    Pour Nothomb…je partage totalement ton avis….tout les ans au mois d’aôut je suis horripilée d’avance à devoir présenter son livre.
    Pour Teulé, j’apprécie…j’avais beaucoup aimé le « Montespan » et « Mangez le si vous voulez » et apprécié « Le magasin des suicides » mais j’ai été très déçu par « Charly 9 » aussi bien par le fond que par le style.
    Abécassis je ne dirais rien….mais mon palmarès des insupportables va à Houellebecq, Beigbeder (entre autres)
    Mais surtout heureusemnt que nous n’avons pas tous les mêmes goûts ce serait bien triste…..et puis tant pis même si t’aime pas Teulé et Philippe Besson (je crois) des auteurs que j’aime bien je te lirais encore 😉

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      ah ma libraire blogueuse préférée !
      Je crois qu’à force on finit par reconnaître que Lévy et Musso écrivent toujours un peu le même roman, c’est un peu le cas pour Douglas Kennedy, par exemple !
      Oui pour Besson aussi et notamment un de ses romans que j’avais épinglé 😉 tu as bonne mémoire !

      Réponse
      • Je crois que Kennedy ne se bonnifie pas avec le temps (surtout avec « La femme du Vème ») car ses 1ers romans ne sont pas mauvais…après comme je le lis en français il est un peu plus difficile de juger le style.

        Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      de Kennedy j’avais beaucoup aimé « la recherche du bonheur » ou un truc comme ça ! j’en ai encore deux de lui dans ma PAL mais comme j’en ai lu 3 à suivre, j’ai été un peu lassée !

      Réponse
  20. Je n’aime pas Lévy (que j’ai déjà lu) et Musso (jamais lu), ainsi que Pancol avec ses titres de livres complètement crétins, et j’avoue être assez snob quand il s’agit de littérature, mais que pour moi. La vie est trop courte pour lire de mauvais livres, je ne veux pas perdre mon temps. Après, ce que les autres font, je m’en fous un peu. Je dis juste que j’aime pas, mais je vais pas rire au nez des gens qui me disent qu’ils aiment.

    Après, si ça permet à des gens, des femmes surtout, de lire un peu pendant les vacances ou le soir en rentrant du boulot pour se changer les idées, je vote pour Marc Lévy contre le JT de TF1. La lecture est toujours bonne, peu importe le livre que l’on a entre les mains.

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  avril 27, 2011

      et après on va dire que je dénigre les lecteurs 🙂 !!!
      Disons que pour toi ce sont des pis-allés !

      Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :