« La Piste des Templiers » de William Dietrich

A priori, ce roman s’offre comme un énième roman sur les Templiers, le Moyen-Âge, les manuscrits perdus etc. A priori, oui. Et la couverture est là pour renforcer cet a priori. Et pourtant…

L’intrigue se situe en 1800, en France, d’abord, mais le personnage de William Dietrich va nous faire voyager. Ethan Gage, âgé d’une trentaine d’années, est un disciple de Benjamin Franklin, le fameux Franklin qui étudia les éclairs et leur charge électrique. Ethan se dit donc électricien. Il jouit d’une réputation incroyable, ayant contribué avec succès à la bataille de Marengo, et s’étant illustré lors d’expéditions célèbres comme la campagne d’Egypte ou celle de Jérusalem. A la fois coureur de jupons invétéré et vantard émérite, Ethan est aussi quelque peu espion à la fois pour la France, les États-Unis (étant américain lui-même) et pour l’Angleterre. Pris entre ces trois nations, il va être chargé d’informer Jefferson et Napoléon sur la Louisiane que ces nations se disputent. Sa rencontre avec le Norvégien à la stature de Viking, Magnus Bloodhamme, va le propulser dans des aventures qu’il n’avait pas soupçonnées. En effet, Magnus a une mission et une quête un peu folle. Il est persuadé que des Templiers qui ont fui les persécutions de Philippe Le Bel au XIVème siècle, se sont réfugiés en Scandinavie. De là, guidés par d’anciennes cartes Vikings, ils auraient mené une expédition qui les aurait menés au cœur de l’Amérique plus d’un siècle et demi avant Christophe Colomb.

Ce postulat de départ, assez surprenant et passionnant, va être le prétexte à un voyage semé d’embûches, comme on dit, qui va amener Ethan et Magnus de New-York à Saint-Louis à bord de canoës, en compagnie de trappeurs, d’indiens, des gentils et des méchants, échappant à des supplices, des incendies, des maladies dévastatrices, des combats à coups de hache et de tomahawks, mais les entraînant aussi dans des aventures amoureuses et sexuelles à la fois drôles et terribles.

Ce roman présente des intérêts multiples. Le premier, qui surgit dès les premières pages, est l’humour. Ethan est avant tout un imposteur qui jouit d’une réputation construite un peu malgré lui, un fruit du hasard, des rencontres fortuites. Dietrich s’amuse souvent de son personnage et explique des faits historiques dont il aurait été à l’origine, comme la statue de la liberté par exemple. Son côté hâbleur, son incapacité à résister aux charmes féminins, ses maladresses, en font un personnage décalé qui rompt avec la tradition de ses romans historiques souvent trop sérieux.

L’autre intérêt de ce roman, et qui m’a passionnée, est la description d’une Amérique naissante, où les nationalités se mêlent, où les intérêts entraînent des rivalités. Ainsi les descriptions de New-York ou de Washington en construction sont passionnantes. Et l’on mesure quelle entreprise fut cette édification d’un nouveau pays où tout restait à faire. On y côtoie donc des Anglais, des Français, et des Indiens que la civilisation a petit à petit dénaturés. L’auteur maîtrise son sujet, et les différentes peuplades indiennes y sont décrites dans leurs rites et leurs différences.

Le troisième intérêt est bien évidemment la quête folle de Magnus, décrit comme un géant viking dans toute sa splendeur. Le couple antithétique qu’il forme avec Ethan permet de les rendre plus vivants et attachants.

Quelques figures féminines sont également notables : Pauline Bonaparte, soeur de Napoléon, très attirée par la bagatelle ; Aurora Somerset, anglaise belle et sulfureuse ou l’indienne Namida, timide et douce à la beauté exotique. Elles croiseront la route d’Ethan pour le meilleur ou pour le pire.

Vous l’aurez compris ce roman est une sorte d’ovni, qui vous prend, vous balade, et vous fait tourner les pages encore et encore. Il fut donc une belle surprise pour moi. En fin de roman, l’auteur explique les hypothèses émises par Magnus dans le roman.

Il me reste à préciser qu’Ethan Gage est le personnage récurent des romans de William Dietrich, ce qui me donne bien envie de découvrir ses deux précédents romans : Les Pyramides de Napoléon et Hiéroglyphes.

Roman lu dans le cadre du Challenge ABC 2011-2012 Lettre D.

Merci aux Éditions du Cherche-Midi

Article précédent
Poster un commentaire

22 Commentaires

  1. Quand j’ai vu la couverture je me suis dit… »oh encore une histoire de templiers damned ! »…
    mais tu m’as convaincue…ce n’est pas bien ! et je note !

    Réponse
  2. tu en parles fabuleusement bien, cela ne peut me donner qu’envie de me plonger dans ces aventures ! j’ai très envie de découvrir ce personnage et je vais commencer par le tome 1 alors, j’ai noté les 3 de toute façon…

    Réponse
  3. Cela fait longtemps que j’ai délaissé (sûrement à tord) les romans d’aventure, mais tu me tentes beaucoup avec celui-ci. J’ai pris note de la référence, merci pour l’idée !

    Réponse
  4. Je n’ai pas encore lu de roman sur les templiers donc je note celui ci !

    Réponse
  5. J’adore le logo , que je découvre.
    A priori pas pour moi, au départ, mais s’il y a de l’humour, que c’est un peu foutraque, et qu’il y a l’amérique à ses débuts, je réfléchis…

    Réponse
    • Quel logo ? celui du Cherche-Midi ? En effet j’ai été contactée par les éditions pour faire partie d’une équipe réduite de blogueurs, j’ai accepté notamment car ils nous laissent vraiment libres de notre avis, ce que j’apprécie beaucoup.
      Les trois éléments que tu cites sont vraiment très présents dans ce roman.

      Réponse
  6. Merci pour cet avis intéressant !
    On trouve aujourd’hui trop de romans historiques d’avantures qui déçoivent ou se terminent en eau de boudin !

    Réponse
    • Merci à toi. C’est vrai que le mystère des Templiers est sujet de romans, ici c’est un peu traité différemment car pendant les trois quart du roman personne ne croit à l’histoire de Magnus et cela est l’occasion de répliques et de scènes assez drôles !

      Réponse
  7. Là tu m’intrigues ! et donc je vais lire ce livre immédiatement. 😉

    PS : Ce titre a remporté le prix Pulitzer ? C’est alors une sacrée référence…

    Réponse
  8. Tu es très convaincante, George : je les ai notés, les trois !
    J’ai vu qu’il y avait aussi L’empire des glaces paru avant (1999).
    Bonne fin de semaine.

    Réponse
  9. si ce n’est pas du « dan brown » réchauffé, c’est tentant !

    Réponse
  10. Il me tente bien celui là. De plus, je crois qu’un ami l’a acheté, donc je pourrais lui demander de me le prêter (ou comment lire des livres sans faire grossir la PAL).

    Réponse
  11. Ray

     /  août 18, 2012

    J’ai lu les 2 précédents ouvrages, et vais m’empresser de me procurer le 3ème opus. Il y a un subtil mélange d’histoire de roman et d’humour. Je vérifie systématiquement sur internet les propos du livre, c’est un vrai plaisir comme plonger dans un dictionnaire.

    Réponse
  1. Quelques envies « Le château de Gaby

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :