« La Piste des Templiers » William DIETRICH – Best Of de l’été 2013 #1


la piste pocketJe vous propose de commencer ce Best of de l’été 2013 avec un roman qui vient de sortir en poche et qui sera parfait pour les vacances. Je l’ai lu à la Rentrée 2012. Ne vous fiez pas à la couverture et au titre, car ce roman vous fera voyager aux Etats-Unis et plus exactement en Louisiane à l’époque où plusieurs Nations se disputaient cette nouvelle terre. L’autre atout de ce roman est son personnage à la notoriété acquise bien malgré lui. L’humour est très présent et ce roman historique propose d’élucider une thèse faisant intervenir des Vikings ! Un roman aux allures OVNI littéraire que je ne peux que vous conseiller !

Edité au Cherche Midi, il est aujourd’hui disponible en Pocket !

Voici mon avis publié en  août 2012 :

(suite…)

« La Piste des Templiers » de William Dietrich


A priori, ce roman s’offre comme un énième roman sur les Templiers, le Moyen-Âge, les manuscrits perdus etc. A priori, oui. Et la couverture est là pour renforcer cet a priori. Et pourtant…

L’intrigue se situe en 1800, en France, d’abord, mais le personnage de William Dietrich va nous faire voyager. Ethan Gage, âgé d’une trentaine d’années, est un disciple de Benjamin Franklin, le fameux Franklin qui étudia les éclairs et leur charge électrique. Ethan se dit donc électricien. Il jouit d’une réputation incroyable, ayant contribué avec succès à la bataille de Marengo, et s’étant illustré lors d’expéditions célèbres comme la campagne d’Egypte ou celle de Jérusalem. A la fois coureur de jupons invétéré et vantard émérite, Ethan est aussi quelque peu espion à la fois pour la France, les États-Unis (étant américain lui-même) et pour l’Angleterre. Pris entre ces trois nations, il va être chargé d’informer Jefferson et Napoléon sur la Louisiane que ces nations se disputent. Sa rencontre avec le Norvégien à la stature de Viking, Magnus Bloodhamme, va le propulser dans des aventures qu’il n’avait pas soupçonnées. En effet, Magnus a une mission et une quête un peu folle. Il est persuadé que des Templiers qui ont fui les persécutions de Philippe Le Bel au XIVème siècle, se sont réfugiés en Scandinavie. De là, guidés par d’anciennes cartes Vikings, ils auraient mené une expédition qui les aurait menés au cœur de l’Amérique plus d’un siècle et demi avant Christophe Colomb.

Ce postulat de départ, assez surprenant et passionnant, va être le prétexte à un voyage semé d’embûches, comme on dit, qui va amener Ethan et Magnus de New-York à Saint-Louis à bord de canoës, en compagnie de trappeurs, d’indiens, des gentils et des méchants, échappant à des supplices, des incendies, des maladies dévastatrices, des combats à coups de hache et de tomahawks, mais les entraînant aussi dans des aventures amoureuses et sexuelles à la fois drôles et terribles.

Ce roman présente des intérêts multiples. Le premier, qui surgit dès les premières pages, est l’humour. Ethan est avant tout un imposteur qui jouit d’une réputation construite un peu malgré lui, un fruit du hasard, des rencontres fortuites. Dietrich s’amuse souvent de son personnage et explique des faits historiques dont il aurait été à l’origine, comme la statue de la liberté par exemple. Son côté hâbleur, son incapacité à résister aux charmes féminins, ses maladresses, en font un personnage décalé qui rompt avec la tradition de ses romans historiques souvent trop sérieux.

L’autre intérêt de ce roman, et qui m’a passionnée, est la description d’une Amérique naissante, où les nationalités se mêlent, où les intérêts entraînent des rivalités. Ainsi les descriptions de New-York ou de Washington en construction sont passionnantes. Et l’on mesure quelle entreprise fut cette édification d’un nouveau pays où tout restait à faire. On y côtoie donc des Anglais, des Français, et des Indiens que la civilisation a petit à petit dénaturés. L’auteur maîtrise son sujet, et les différentes peuplades indiennes y sont décrites dans leurs rites et leurs différences.

Le troisième intérêt est bien évidemment la quête folle de Magnus, décrit comme un géant viking dans toute sa splendeur. Le couple antithétique qu’il forme avec Ethan permet de les rendre plus vivants et attachants.

Quelques figures féminines sont également notables : Pauline Bonaparte, soeur de Napoléon, très attirée par la bagatelle ; Aurora Somerset, anglaise belle et sulfureuse ou l’indienne Namida, timide et douce à la beauté exotique. Elles croiseront la route d’Ethan pour le meilleur ou pour le pire.

Vous l’aurez compris ce roman est une sorte d’ovni, qui vous prend, vous balade, et vous fait tourner les pages encore et encore. Il fut donc une belle surprise pour moi. En fin de roman, l’auteur explique les hypothèses émises par Magnus dans le roman.

Il me reste à préciser qu’Ethan Gage est le personnage récurent des romans de William Dietrich, ce qui me donne bien envie de découvrir ses deux précédents romans : Les Pyramides de Napoléon et Hiéroglyphes.

Roman lu dans le cadre du Challenge ABC 2011-2012 Lettre D.

Merci aux Éditions du Cherche-Midi