« Blonde » Joyce Carole Oates

Céline et son beau Blog Bleu ont eu la patience de m’attendre, de changer de date 2 fois pour me permettre de participer avec elle à cette lecture commune, je veux d’abord la remercier…

Attention chef d’œuvre !

Et oui, contre tout attente et après deux mois que je vous baratine avec ce roman je l’ai donc enfin fini, et je n’en suis pas peu fière. Ce roman, cette somme devrais-je dire m’a poursuivie pendant près de 3 mois, et pourtant il s’agit d’un véritable chef d’œuvre, d’une œuvre magistrale, sublime!

Avant d’être une biographie de Marilyn Monroe, il s’agit surtout d’un roman dans sa définition la plus classique : une belle héroïne quasi orpheline, des obstacles, des amoureux, des scènes comiques, d’autres tragiques, des rebondissements…. et c’est bien là tout l’art de Oates dans ce roman. Prendre pour sujet une femme célèbres et en faire une héroïne de roman, la montrer non pas comme tout le monde la voit de l’extérieur, mais comme elle devait être, certainement, dans son âme, dans sa tête.

Des amies m’ont dit qu’elles avaient dû abandonner la lecture, devant trop de scènes dégradantes, et pourtant, Oates prend résolument le parti de Marilyn. Cette femme partagée entre ce corps de rêve, cette beauté fulgurante et sa sensibilité, son intelligence, sa soif de savoir, et en même temps sa timidité maladive. Sans prendre pour vrai tout ce que raconte Oates, il me semble qu’elle a su magnifiquement saisir la personnalité de Marilyn …

Alors bien sûr, le livre est lourd, pesant au sens propre comme au sens figuré ! cependant, pour ceux qui connaissent déjà la plume de Oates, il était difficile de s’attendre à autre chose ! Je crois que Marilyn était LE sujet fait pour Oates, et elle parvient au chef d’œuvre ! grâce à elle nous sommes dans la tête, et presque dans le corps de Marilyn, on sent sa détresse, sa fragilité, sa volonté de vivre, d’avoir des enfants, de se débarrasser de cette « Marilyn Monroe » objet de tous les désirs masculins.

Chose fabuleuse, on a l’impression qu’elle est accessible, presque une femme comme les autres. Je revois ces photos en noir et blanc, sans fard, sans ce rouge à lèvres claquant, et en lisant ce roman j’ai senti qu’Oates ne se trompait pas, parce que la femme qu’elle faisait vivre correspondait à celle que j’avais pressentie ! j’ai toujours préféré ces photos en noir et blanc plutôt que celle en Technicolor!

 

Oates parvient à nous la rendre vivante, à la faire sortir de son rôle de « Marilyn Monroe » qu’elle détestait. Et si finalement la meilleure biographie était un roman ? Tout en faisant de la matière de la vie de Marilyn une matière romanesque, Oates semble celle qui a su le mieux rendre compte de ce qu’était Norman Jane Baker. En plus de tout cela, il y a une analyse des films, une perspicacité à rendre compte de l’époque, une façon de nommer par périphrases, Arthur Miller, le Dramaturge, l’ExSportif, Joe Di Maggio, le  Beau Prince, JFK … Et puis le plus difficile sans doute, comme me le faisait très justement remarqué Will, c’est d’abandonner Norma Jane, de sentir arriver la fin, de sentir qu’elle commence à flancher, à perdre pied, que tout lui pèse et qu’elle ne sait plus comment et quoi faire…

Alors voilà, j’ai refermé le livre, et elle me manque déjà…..

 

 

 

 

 

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

74 Commentaires

  1. Très bon billet, on y ressent toute l’émotion que tu as eu à lire ce livre…
    Oates ne me tente toujours pas, j’ai l’impression qu’elle est trop sombre pour moi…

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  mars 1, 2011

      merci belle Alfie !
      Oates a en effet un style très particulier qui rebute certains, il faut que tu tentes pour voir ! pour moi à chaque fois c’est un choc !

      Réponse
  2. Enfin terminé !! Ta critique me donne très envie de me plonger dans cette lecture en tout cas 🙂

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  mars 1, 2011

      Tant mieux, j’espère que, si tu le lis, il te plaira autant qu’à moi !

      Réponse
  3. c’est presque une déclaration d’amour pour ce roman, que tu viens de faire, et il me donne terriblement envie de passer la cap et de m’y plonger…très beau commentaire d’ouvrage!

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  mars 1, 2011

      Merci Valou, je suis touchée par ton commentaire ! allez hop sort ce roman de ta PAL !!!

      Réponse
  4. je l’ai dans ma PAL, je vais m’y mettre bientôt – merci pour ce joli billet

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  mars 1, 2011

      Merci miss Niki ! j’attendrai ton billet, tu le liras sans doute plus vite que moi ! 😉

      Réponse
  5. un roman que je note, j’ai mis mon blog à l’honneur de marilyn pour cette année et ce livre viendra parfaitement compléter ma lecture de « Fragments »

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  mars 1, 2011

      J’ai vu ça ! Peut-être ne sais-tu pas que j’ai créé un challenge Marilyn, si l’envie te prend de nous rejoindre n’hésite pas !

      Réponse
  6. Tu me donnes évidemment très très envie de le lire celui-ci ! Si tu le préfères à Nous étions les Mulvaney, mon préféré aussi à ce jour, ça doit être une vraie merveille !

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  mars 1, 2011

      C’est vraiment un très très grand roman, et en effet, il prend la première place avant « les mulvaney », mais cela vient peut-être aussi du fait que j’aime beaucoup Marilyn, du moins la Marilyn que justement Oates tente de saisir (et réussit merveilleusement bien), celle qu’on ne voyait pas ! si avec ça tu n’es pas convaincue !

      Réponse
  7. J’ai beaucoup aimé ce livre que je trouve un peu à part dans l’oeuvre de Joyce Carol Oates que j’adore. Ce que j’ai le plus aimé c’est découvrir la femme derrière l’image de papier glacé véhiculée par Hollywood. A l’époque j’avais fait un petit billet en ce sens, mais je comprends que certains puissent être rebutés par le nombre de pages…

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  mars 2, 2011

      Il y a le nombre de pages et aussi le style de Oates qui plait ou non, c’est une plume parfois crue, et une atmosphère souvent sombre, pour moi c’est toujours un choc, et je suis toujours émerveillée, j’aime bien est bousculée par mes lectures!

      Réponse
  8. Nane

     /  mars 2, 2011

    Coucou ! une revenante …
    ton billet me donne presque envie de reprendre ma lecture … j’y réfléchis …
    en tous cas, ce roman t’a emballée, c’est le moins que l’on puisse dire !
    petite aparté : as-tu remarqué combien les romans de Oates « tournent » tous autour de Niagara falls d’une manière ou d’une autre ?

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  mars 2, 2011

      Bonjour ma Belle ! je suis contente de te revoir ! tes enfants sont en vacances ? ce fut une semaine qui est passée trop vite pour moi à Grenoble et je n’ai pas pu t’appeler, c’est dommage !
      J’espère que tu te remettras à « Blonde »…et oui, maintenant que tu me le fais remarquer Niagara semble un élément récurent !! il faudrait approfondir tout cela !

      Réponse
  9. En voilà un que j’ai très envie de lire, mais quand ?

    Réponse
  10. sumayya sousou

     /  mars 5, 2011

    après tout ces élogieux commentaires, et votre magnifique résumé, vous m’avez donné envie de le lire, et un livre de plus dans PAL. et surtout je vais découvrir un auteur que je ne connais pas!

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  mars 6, 2011

      J’espère qu’il vous plaira autant qu’à moi ! le style de Oates est particulier, c’est à chaque fois un choc !

      Réponse
  11. Ce livre me tente depuis longtemps ! Ton avis ne fait qu’accroitre mon envie et ma curiosité !

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  mars 6, 2011

      C’est un chef d’oeuvre, vraiment, plus tu avances dans l’histoire et plus tu perçois l’ampleur de ce roman !

      Réponse
  12. J’ai lu ‘Les chutes’ dernierement (mon premier Oates et un vrai choc litteraire) et j’avoue que ‘Blonde’ me tente E-NOR-ME-MENT !

    Réponse
  13. Bon, comme d’habitude, j’arrive trois guerres plus tard, et pourtant je l’attendais, ce billet ! 😀
    J’aime beaucoup la façon dont tu parles de ce roman, avec une certaine nostalgie j’ai l’impression… Tu me donnes envie de lire un Oates, mais je commencerai peut-être avec un roman plus court.

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  mars 7, 2011

      J’ai une tendresse particulière pour Marilyn depuis mon adolescence, sans être une fan absolue, j’ai toujours aimé cette fragilité que je sentais en elle… Pour Oates, je te conseille aussi un roman plus court, histoire de voir si tu accroches à son style qui parfois déstabilise !

      Réponse
  14. De toute façon moi tu m’as convaincue à 100 % !!! Maintenant il faut absolument que je le lise !!! C’est malin : il fait quand même plus de 1000 pages mais je ferais comme toi, je prendrais mon temps… Marilyn est un personnage qui me fascine littérallement ! Cette enfance qu’elle n’a jamais pu oublié, ce désespoir qui ne l’a jamais quitté… ça me parle beaucoup…

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  mars 11, 2011

      Si en plus, comme moi, tu aimes Marilyn, je pense qu’il te plaira d’autant plus ! on ne la perçoit plus de la même façon après la lecture du roman de Oates.

      Réponse
  15. J’étais déjà passée sur ton blog mais sans commenter, je le fais aujourd’hui. Ton billet me touche, tu parles très bien de ce roman, et tu me donnes envie de m’intéresser à MM. J’ai commencé ce roman, car j’en ai eu l’occasion, et je te remercie car tu as participé à ma motivation.

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  mars 31, 2011

      merci Katia pour ton commentaire, je suis très contente que mon billet t’ait donné envie de t’intéresser à Marilyn, et que tu te sois lancée dans ce beau roman ! bonne lecture !

      Réponse
  16. Nous avons enfin dévoré ce roman ou peut être plus justement ce roman nous a dévoré, tant la lecture est intense, nous avons été impressionnés par ce plongeon dans les méandres de Norma Jeane… c’est sans aucun doute un monument de la littérature américaine.

    Nous venons de voir la pièce de théâtre de John Arnold inspiré de ce roman, c’est plutôt réussi!

    Réponse
    • Je suis très heureuse que ce roman vous ait plu,il fut, pour moi aussi, une grande révélation, et plusieurs mois après sa lecture, je sens qu’il reste très important !

      Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :