« Un monde idéal où c’est la fin » J. HESKA


heska monde idéalEntre J. Heska et moi, c’est une longue histoire ! Il m’avait contactée pour son premier roman (Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir) que même mon homme avait lu et chroniqué à son tour. Puis est venu le deuxième roman (On ne peut pas lutter contre le système) qui donna l’occasion d’un petit entretien sur le blog.

Cet été, J. Heska récidive avec Une monde idéal où c’est la fin. Il s’agit de petits textes, à peine des nouvelles, plutôt des saynètes, bien que le terme s’emploie d’ordinaire pour le théâtre. Chacun de ces textes porte un titre commençant par : un monde idéal où…

(suite…)