Bilan de lecture mensuel : Mars 2013.


logo-bilan-mensuel1Nouveau de bilan mensuel de lecture qui s’accompagne cette année de lapins en chocolat. Le mois de mars fut surtout marqué par les vacances d’hiver et le Salon du Livre de Paris, deux évènements majeurs qui ont été cause d’un rythme de lecture un peu ralenti, mais aussi de lectures orientées. Ce mois-ci, j’ai lu 6 SP, 1,5 livre pour le Club des Lectrices et seulement 3 livres m’appartenant dont 2 BD. Je ne suis pas très satisfaite de ce déséquilibre car il va à l’encontre de ce que je voulais pour cette année 2013. En effet, je souhaite donner la part belle à ma PAL et là je constate que les SP sont majoritaires.

Mais voyons cela dans le détail.

Commençons par les SP. Tout a commencé avec la pièce de théâtre de E.E Schmitt, Un homme trop facile. Pièce décevante à mon goût qui va précisément vers la facilité et passe à côté d’un sujet qui pourtant avait tout pour me plaire.

La fable de Marie-France Chevron, Le Héron et l’escargot, renoue avec brio avec le genre de La Fontaine. Les belles illustrations de Mathilde Magnan et la très édition rendent cette album très agréable et est une bonne initiation pour les plus petits.

J’ai ensuite enchaîné la lecture de trois romans reçus pour préparer une Table Ronde à laquelle j’ai participé lors du Salon du Livre. Si le sujet de cette rencontre ne portait pas sur les romans de ces auteurs, je voulais cependant connaître leur univers. Je me suis donc lancée dans un petit défi : 1 jour, 1 livre. J’ai commencé par le très beau roman de Caroline Vermalle, L’Île des beaux lendemains. Un livre qui m’a vraiment enchantée et m’a fait le cœur plus léger. Une très belle découverte renforcée par la rencontre magique avec l’auteur. Je fus moins convaincue par Le vase où meurt cette verveine de Frédérique Martin, mais plusieurs échanges dans les commentaires furent réconfortants et me convainc un peu plus que la critique négative est possible sur un blog. Notre rencontre fut aussi l’occasion d’en débattre et cela fait du bien de rencontrer des auteurs ouverts aux critiques. Le roman de Béatrice Wilmos, Le Cahier des mots perdus, malgré le sujet un peu délicat et quelques points qui m’ont moins plu, reste un roman intéressant car il évoque la condition des artistes allemands, réfugiés en France pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Enfin j’ai lu un roman ado dont j’avais beaucoup entendu parler sur les blogs et qui m’avait été proposé par Le Livre de Poche. Je l’ai lu en deux temps, l’ayant abandonné plusieurs jours pour des lectures plus urgentes. Ce roman a l’avantage de proposer un arrière historique que j’ai trouvé intéressant, mais les nombreuses longueurs ont largement freiné mon enthousiasme : Sublimes Créatures de K. Garcia et S. Stohl.

schmitt un homme trop facileChevron le héron et l'escargotvermalle l'îlemartin le vase où meurt cette verveine lecture en courswilmos le cahier des mots perdusgarcia sublimes créatures

Viennent ensuite les lectures pour le Club des Lectrices. Pour notre rencontre du mois dernier, nous avions à lire Des Milliards de tapis de cheveux d’Eschbach. Ayant été peu prévoyante et aussi parce que cette lecture SF ne me tentait pas beaucoup, j’ai reporté cette lecture à tel point que je n’avais pas fini le roman pour notre rendez-vous. Je me suis arrêté à la page 160. Je pensais le reprendre plus tard, mais nous voilà déjà fin mars et je ne l’ai toujours pas repris. Je n’ai donc pas fait encore de billet sur ce roman, je pense cependant en faire un, car ces premières pages m’ont plu et a su combattre mes a priori. Par contre, j’ai anticipé cette fois-ci notre prochaine rencontre mi-avril, et j’ai déjà lu La Dormeuse de Naples d’Adrien Goetz, qui m’a beaucoup plu : l’univers des peintres du XIXè, la quête de ce tableau disparu et l’Italie sont autant d’éléments qui m’ont fait passer un très bon moment de lecture.

eschbach tapis de cheveuxGoetz la dormeuse de Naples

Enfin, une lecture commune, réussie et très stimulante : Cranford d’Elizabeth Gaskell. J’ai retrouvé l’humour que j’avais apprécié dans Les confessions de Mr Harrison. Gaskell dresse ici un portrait social d’une certaine société de province avec humour et tendresse.

Fatiguée par quatre jours de Salon du Livre, j’ai voulu une lecture repos. J’ai donc lu Les 7 boules de cristal et Le Temple du Soleil d’Hergé, deux aventures de Tintin que je connais par cœur pour les avoir lues et relues depuis mon enfance.

gaskell cranfordHergé les 7 boules et temple du soleil

Et voilà ! Un bilan donc un peu mitigé et l’impression de n’avoir pas forcément lu ce qui me convenait. Cependant il ne faut pas oublier les belles découvertes même si elles ont été un peu rares ce mois-ci. Avril, le printemps (oui on peut toujours l’espérer!), les fleurs renaissantes, les hirondelles et les jours plus longs seront sans doute un cadre parfait pour mes prochaines lectures.

« Les 7 boules de cristal » et « Le Temple du soleil » HERGE


Hergé les 7 boules et temple du soleilLire les aventures de Tintin et Milou est un plaisir régressif me concernant. J’ai ramené ces deux BD du Salon du Livre, destinées originellement à Antoine et plus tard à Eliot, je les ai lues un soir où j’étais particulièrement fatiguée d’avoir arpenté les allées bondées du Salon. Installée dans mon canapé, je les ai lues alors même que j’en connais presque les moindres détails. Les BD de Tintin sont des lectures que nous nous transmettons de père en fils. C’est mon père qui a commencé à les offrir à mon frère quand il était enfant, puis il les a offertes à son propre fils, puis je les ai offertes à mes fils. Une vraie transmission familiale, une sorte de Madeleine de Proust pour mon frère et moi.

Les 7 boules de cristal pourtant est un album qui me faisait très peur quand j’étais enfant. La momie reprenant vie et entrant par la fenêtre des chambres me terrifiait. C’était l’album que je relisais le moins tant cette momie et sa malédiction m’angoissaient. Bien sûr les années passants, cette momie a petit à petit perdu de son aura sur moi, mais je ne peux lire cette BD sans me rappeler cette appréhension que je ressentais alors.

Lors d’une expédition en Amérique du Sud, sept explorateurs ramènent une momie Incas. Petit à petit, ces scientifiques sont les sujets d’un mal mystérieux qui les plonge dans un étrange état léthargique. Très vite, Tintin fait le lien avec la momie, Rascar-Capac, mais c’est quand son ami Tournesol disparaît que les choses prennent un tour plus dramatique.

Dans cet album les trois principaux personnages d’Hergé sont réunis : Tintin, Haddock et Tournesol. Au commencement Haddock est présenté comme un véritable gentleman farmer, avec monocle et costume de tweed. Mais son emportement et ses gros mots rappellent bien le capitaine au long cours. La disparition de Tournesol le plonge dans un état dépressif qui montre toute l’affection pour ce vieux Tryphon, même si la plus part du temps les rapports entre le capitaine et le scientifique sourd oreille entraînent pas mal d’énervement de la part de Haddock. Tintin, quant à lui, est égal à lui-même, sérieux, réfléchi

Hergé le temple du soleilDans Le Temple du soleil, (suite des 7 boules de cristal), nous retrouvons nos héros en Amérique du Sud, sur les traces du temple Incas et à la recherche de Tournesol. Cet album est beaucoup plus léger et les scènes entre Haddock et les lamas sont des scènes d’anthologie dans notre famille. Hergé, en faisant de Tintin un reporter globe trotter, emmène toujours ses lecteurs dans des pays lointains.

Marches harassantes dans les montagnes, découvertes des souterrains du Temple, des coutumes incas, en font un album dépaysant, même si parfois le rire se fait au dépend des Incas et de leurs croyances. On peut regretter un dénouement un peu facile aux coïncidences un peu grossières, mais ce que j’aime surtout dans ces albums de Tintin réside dans l’humour et notamment dans le comique de Haddock.

Je suis loin d’être une experte en BD, et la facture classique des aventures de Tintin peut paraître aujourd’hui dépassée, mais qu’importe, comme je le disais au début de ce billet, mon plaisir de lire Tintin va au-delà.

BD lu dans le cadre du Challenge Petit Bac 2013 (cat. Phénomène météorologique, SOLEIL).

challenge Petit Bac 2013