« Ligne 15, Ma métamorphose, Tome 1 : Joséphine » Florence Hinckel


Lors de ma visite au Salon de Montreuil, dimanche dernier, j’ai découvert une maison d’édition qui a attiré mon oeil de militante. Il s’agit de la maison d’édition Talents Hauts. Cette petite maison d’édition a deux objectifs : promouvoir des livres bilingues (français/anglais) pour les jeunes, et… lutter contre le sexisme dans la littérature jeunesse. C’est essentiellement ce deuxième objectif qui m’a intéressée. Dans leur collection, les filles combattent aussi les dragons, les mamans sont des femmes modernes qui travaillent, les papas s’occupent de leurs enfants, il y en a pour toutes les tranches d’âge, de 3 ans à 12 ans (comme vous pouvez vous en rendre compte en allant LA). Moi qui m’insurge souvent devant les représentations cliché des mamans à la cuisine, et des papas enfermés dans leur garage, j’ai beaucoup aimé cette idée, aussi me suis-je laissé tenter par le premier tome d’une série de 8, Ligne 15.

Le principe de cette série repose sur une bande d’amis de collège, âgés de 15 ans et prenant régulièrement le bus de la ligne 15 pour se rendre au collège. Pendant une année, la dernière de leurs années collège, ils vont, à tour de rôle rédiger un journal sur un mois.La série s’ouvre sur le journal de Joséphine, Jo. Jeune fille de son temps, chatant sur le net, sœur de Stephan, frère zombi passant ses nuits à jouer en ligne, maîtresse d’un chat asthmatique, Texto, fille d’une mère active ayant repris l’entreprise familiale de Pompes funèbres et d’un père en plein désir de reconversion. Joséphine lit Flaubert, mais s’en cache auprès de ses amis pour ne pas passer pour une intellectuelle, elle s’interroge sur les changements de son corps, sur comment embrasser un garçon quand on a le nez au milieu de la figure…

Ce premier tome dresse un portrait assez réaliste des jeunes gens d’aujourd’hui, reprenant les thématiques de l’amour, du mal-être, du conflit avec ses parents. Mais également réfléchissant sur la relation fille/garçon. Pourquoi Joséphine est-elle traitée d’allumeuse quand elle écarte un garçon, et pas son copain qui a lâchement laissé tomber sa petite amie ? Pourquoi Mélanie est-elle dénigrée parce que son string s’aperçoit quand elle est assise ? Pourquoi les consignes  du collège concernant les tenues correctes semblent viser plus les filles que les garçons ?

Outre le message anti-sexiste qui transparaît dans ce roman, j’ai aimé la légèreté de ton, l’humour, et les réflexions de Joséphine m’ont rappelé une ado que j’ai bien connue !

Une série donc à découvrir, et dont on peut cependant regretter le prix un peu élevé (8€90 !).

Ce roman n’a même pas eu le temps d’entrer dans ma PAL !

Vous pouvez découvrir le site de l’auteur, c’est par LA !