« La Fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette : Millénium 2 » Stieg Larsson


Après ma lecture du tome 1, en 2006, je n’avais pas ressenti le besoin de poursuivre ma lecture de cette trilogie, tant L’Homme qui n’aimait pas les femmes, me paraissait bouclé sur lui-même. L’enquête était résolue, je ne voyais pas bien ce que pouvait amener les deux tomes suivants. Je pense aussi que la violence de la fin du tome 1 m’avait un peu refroidie. Aussi ai-je attendu cinq ans (Mon Dieu que le temps passe vite!) et la proposition de Manu d’une LC(A) pour enfin me décider à ouvrir ce fameux tome deux au titre génial.

La particularité de ce roman est qu’il donne la part belle à Lisbeth Salander, tandis que L’Homme… était davantage centré sur Mikael Blomkvist, célèbre journaliste du magazine Millénium. Et cela tombait plutôt bien puisque cette petit nana, toute maigrichonne, parsemée de piercings et pour le moins déjantée m’avait beaucoup plu dans le tome précédent.

Nous retrouvons donc Lisbeth deux ans après l’intrigue du tome 1. Elle s’est offert une année sabbatique sous le soleil, voyageant au gré de ses envies. Tout bascule quand un couple, Dag et Mia, se fait assassiner dans leur appartement de Stockholm. Plusieurs empreintes de Lisbeth sont retrouvées dans l’appartement et tous les soupçons pèsent sur elle. La Presse se déchaîne, la police est sûre de la culpabilité de Lisbeth. Seul Mikael doute fortement de la culpabilité de son amie, d’autant que Dag et Mia travaillaient à démanteler un réseau de trafic de femmes et de prostitution, préoccupations qui rejoignent celles de Lisbeth.

Quatre enquêtes parallèles vont donc se mettre en branle : celle de la police, celle de Mikael, celle de l’ancien employeur de Lisbeth et celle de Lisbeth elle-même. Le roman est, grosso modo, divisé en trois parties : la première sur la nouvelle vie de Lisbeth, puis survient le meurtre et commencent les enquêtes, et enfin la dernière partie qui dénoue les fils de l’intrigue.

Bien que j’ai mis quinze jours à venir à bout de ce roman de plus de 650 pages, je ne me suis pas ennuyée. Ce qui m’a particulièrement intéressée est bien le personnage de Lisbeth, le doute sur sa culpabilité, ce que l’on apprend sur son passé, la façon dont la police dresse un portrait à partir de dossiers sociaux et judiciaires, interprète les faits tandis que les amis de Lisbeth donnent d’elle une vision bien différente.

Certes Millénium est un polar voire un thriller, et l’intrigue est savamment construite et nous tient en haleine, mais il m’a semblé que l’intrigue était surtout Lisbeth elle-même, et que tout le roman consiste finalement à savoir qui est réellement Lisbeth. Qui est le meurtrier de Dag et Mia ? et pourquoi ont-ils été assassinés ? Ces deux questions trouvent assez vite leur réponse, alors même que Lisbeth reste un mystère jusqu’au bout. La fin même du roman en est d’ailleurs la preuve, car bien que l’enquête sur les meurtres soit achevée, l’existence du tome trois laisse supposer que le mystère principal, Lisbeth, ne l’est pas encore totalement.

Mikael Blomkvist est un peu moins présent que dans le tome précédent, mais, et cela est vrai aussi pour tous les personnages, a une réelle existence romanesque, une réelle épaisseur. Larsson ne tombe pas dans la caricature, et chaque personnage a une certaine complexité, ses faiblesses, ses parts d’ombre et aussi, pour quelques uns, un certain humour.

Depuis hier est sortie l’adaptation américaine de cette trilogie avec le beau Daniel Craig. Physiquement, je trouve que les acteurs correspondent bien aux personnages, mais je m’interroge sur cette adaptation des trois romans dans la mesure où le tome 1 est une intrigue indépendante, mais peut-être aurai-je la réponse en lisant La Reine dans le palais des courants d’air. Pour le film, j’attendrai de le découvrir quand il passera sur Canal + et que j’aurai fini de lire cette trilogie.

Pour finir, j’aurais juste une question : quelle est donc cette manie suédoise de se préparer des tartines à toute heure de la journée ?

Roman lu dans le cadre d’un LC(A), je vous laisse découvrir les avis de Manu, Zarline et DeL, ainsi que dans le cadre du Challenge Thriller organisé par Cynthia, et du Challenge Le Littérature fait son cinéma organisé par Will.