Salon du Livre de Paris / Dossier refusé…


… tel est l’intitulé du mail que j’ai reçu cette après-midi pour me dire, en termes choisis, que je pouvais aller me rhabiller (ça tombe bien j’ai acheté deux robes et des hauts hyper jolis aujourd’hui), me rhabiller donc pour le SDL 2015, et que non, je n’aurai pas mon accréditation !

Pour la petite histoire, une accréditation permet d’assister au SDL sur toute la durée du salon, d’en sortir et d’y rentrer au cours de la journée librement.

Après voir publié naïvement et plaintivement mon post sur Facebook, je découvre que je suis loin d’être la seule dans ce cas.

(suite…)

Bilan de lecture mensuel : Mars 2014.


logo-bilan-mensuel1Encore un mois qui a filé sans que je m’en rende compte : les semaines sont des jours, les jours sont des heures. Mais, après un mois de février que j’ai vécu en pilotage automatique, le mois de mars, sans être plus reposant, fut cependant plus organisé et surtout plus maîtrisé. Ainsi ai-je pu reprendre un certain rythme de lecture. Même si, pour le moment, j’oriente mes choix vers des livres peu épais, je suis contente d’avoir atteint mon objectif mensuel pour le Plan ORSEC et il valait mieux l’atteindre, parce que, lors du Salon du Livre de Paris, malheureusement je n’ai pas été aussi raisonnable que je l’aurais voulu. Enfin, et cela commence à être habituel, quelques romans lus n’ont pas encore été chroniqués sur le blog. Mais venons-en au fait :

(suite…)

« Meurtre au Salon du livre » Martine DELERM


Delerm martine Meurtre au SDLL’un des grands avantages d’organiser des challenges de lecture sur mon blog est que cela me permet de découvrir des romans que je ne connaissais pas sur des thèmes qui me sont chers. C’est ainsi que, grâce Lali, j’ai eu très envie de lire ce roman jeunesse de Martine Delerm. Le titre explique de lui-même ce qui a pu éveiller mon intérêt et comme le Salon du Livre de Paris se profile gentiment, j’ai sorti de ma PAL ce roman jeunesse pour me mettre déjà dans l’ambiance.

Elsa aime les livres et adore les romans policiers publiés par la maison d’édition Garnassière dirigée mollement par Gérard Lefloch. Une amie de sa mère, qui travaille chez Garnassière, lui propose un stage sur le stand de l’éditeur durant le Salon du Livre. Elsa est folle de joie et touche du doigt son rêve : devenir libraire. Mais elle ne se doute pas du drame qui va avoir lieu.

(suite…)

Le Salon du Livre de Paris : Chapitre 1 : « Vernissage ».


Le coup d’envoi du Salon du Livre a donc été lancé hier soir à 17h. Lili Galipette, ma fidèle compagne d’évènements culturels, et moi étions bien à l’heure, voire même en avance. Les portes se sont ouvertes à l’heure dite, et nous avons pénétré dans un salon vide, les livres gentillement rangés sur les stands au milieu des coupes de champagne et des petits fours. Très vite, nous avons sorti notre CB, en commençant par le stand de L’Ecole des Loisirs, une maison d’édition que j’aime particulièrement. Lili m’a mis sous le nez une biographie de Marilyn (vile tentatrice!!!), et elle-même a craqué pour Miss Charity de Marie-Aude Murail.

Miss Bouquinaix nous a rejointes bien vite et nous avons continué nos errances, avec un arrêt au stand 10/18 pour me permettre d’acheter la suite des aventures de Charlotte Pitt, et Miss Bouquinaix (vile tentatrice, 2 le retour) m’a fourré dans les mains deux autres romans.

Chi était là, et je n’ai pas résisté à prendre cette photo qui vous fera pâlir d’envie :

Après quelques coupes de champagne pour moi, et verres de jus de fruits ou de coca, pour les jeunettes, nous avons eu le « plaisir » de croiser monsieur le Ministre de la Culture ! Il faut dire que Miss Bouquinaix et  moi structions les perches des journalistes ! L’occasion d’une petite photo volée :

Mais ce qui importait avant tout était bien sûr les livres, encore les livres, toujours les livres ! Miss Bouquinaix a eu la gentillesse de nous présenter à l’éditrice Sabine Wespieser, femme charmante, avec laquelle nous avons pu parler avec plaisir des auteurs qu’elle édite.

Par chance Michèle Lesbre était sur le stand et nous a dédicacé, à Lili et à moi, un roman acheté sur place. Pour avoir lu et aimé m’asseoir sur son Canapé Rouge, ce fut un moment à part que de rencontrer cette auteure dont le style est une merveille. J’ai également acheté la suite de l’autobiographie de Nuala O’Faolain, et ai pu convaincre un monsieur de lire le premier tome. Ambiance donc très chaleureuse sur ce stand, nous sommes reparties le coeur léger mais les sacs un peu plus lourds.

Nous avons croisé au fil des allées : Nicolas Fargue (il n’y a pas à dire, il est très beau gosse, mais impossible de le saisir sur un photo potable), Chloé Delaume, et d’autres dont le nom nous a souvent échapé malheureusement ! Sauf un, négligemment accoudé à un stand : tandis que j’ajuste mon zoom, celui-ci se tourne vers moi, je lui demande l’autorisation, il opine positivement du chef, prend la pause, clic clac… je me dirige alors vers lui, pour le remercier et lui rappeler notre rencontre à Rouen, il me tend amicalement la main, et dit se souvenir de moi (ce dont je doute, mais je note l’attention!), cet auteur n’était autre que Douglas Kennedy :

C’était un peu la magie du lieu et du moment, des auteurs disponibles, pas encore fatigués par des heures de dédicaces, dégustant une coupette.

En début de soirée, Delphine et une amie à elle, nous ont rejointes, mais pour notre part nous commencions vraiment à fatiguer, les mains sciées par les sacs. Nous avons donc quitté le salon vers neuf heures : heureuses, fatiguées et bien décidées à revenir !

Comme promis, petite photo bilan des achats :

Aujourd’hui au programme : retrouver mes fidèles compagnes ainsi que Valentine, tenter de croiser Jean-Philippe Blondel, rencontrer une attachée de presse de Robert Laffont et sans doute beaucoup de surprises encore !

A ce soir ou demain matin pour le récit de ce deuxième jour !

Bonne journée à vous tous, et n’hésitez pas à m’envoyer un mail si vous êtes au salon aujourd’hui. (mon mail se trouve dans le profil!)