Un livre dans la boîte ! #5


un livre dans la boîteDe nouveaux livres ont atterri dans ma boîte ces derniers jours. Des romans très différents, que je suis ravie de vous présenter avant lecture. Peut-être que, comme moi, vous aurez envie de les découvrir à votre tour.

(suite…)

Publicités

« Les Lois de l’apogée » Jean Le Gall – Rentrée Littéraire 2016 – #10


le-gal-les-loisIl n’est jamais trop tard pour lire un roman de la Rentrée Littéraire même si celle de janvier commence à poindre son nez. Paru chez Robert Laffont en août, ce roman nous plonge dans la vie de Jérôme Vatrigan. En 1988, il a vingt-trois ans et vient de recevoir le Prix Goncourt. Sur des cassettes TDK, il s’enregistre, raconte sa vie. Jusqu’en 2014, le lecteur suit son destin ainsi que celui de sa femme, Greta Violante, au nom révélateur, et de son frère, Antoine, un chirurgien de renom qui brigue les responsabilités politiques.

(suite…)

« Y comme Romy » Myriam LEVAIN et Julia TISSIER (Rentrée Littéraire 2014 #11)


Levain romyRomy appartient à la génération Y, celle des personnes, et en l’occurrence des femmes, nées entre le début des années 80 et le début des années 2000. Romy a donc une trentaine d’années, elle est célibataire, recherche l’amour, travaille et se retrouve dans des plans un peu minables. Elle a fait des études de lettres mais s’occupe du site Web d’une agence de voyage. Elle est hyper connectée sur Twitter, Instragram, et fait des selfies à tout va !

(suite…)

Présentation de la Rentrée Littéraire 2014 chez Robert Laffont !


Robert-Laffont_9041Avec quelques autres blogueuses parisiennes, j’ai été conviée à une présentation d’un partie de la Rentrée Littéraire 2014 des Editions Robert Laffont, qui comprend également Julliard, et la collection Pavillons. Autour d’un petit déj’. savoureux et convivial, neuf romans nous ont été présentés et inutile de vous dire que nous avons eu toutes envie de les lire. Je voulais donc vous faire partager ces découvertes et, peut-être, vous donner l’eau à bouche, mais il faudra être patients, car tous ces romans ne seront en librairie qu’à partir de la mie-août, voire septembre pour l’un d’entre eux.

(suite…)

« Bonne à (re)marier » Sylvie OHAYON (Rentrée Littéraire Janvier 2014).


ohayonBonne à (re)marier raconte l’histoire d’une femme d’une quarantaine d’années, mariée, deux enfants, ayant un poste important dans une agence de communication, une vie toute bien rangée, jusqu’au moment où, à l’ouverture du roman, son mari, Ben, la quitte après l’avoir trompée pendant des années. Et là c’est la dégringolade : le joli décor craquelle, et la jeune femme sombre dans une profonde dépression.

(suite…)

« Un été à Cold Spring » Richard YATES.


yates  un été à cold springJ’ai découvert Richard Yates il y aurait bientôt deux ans avec son roman sans doute le plus connu depuis l’adaptation cinématographique qui en a été faite : Fenêtre panoramique. J’avais apprécié l’analyse à la fois sociale et psychologique de ce couple américain des années 50. Avec Un été à Cold Spring, Richard Yates reprend le thème du couple et de la banlieue américaine, tout en changeant l’époque (nous sommes en 1942) et le niveau social.

(suite…)

Challenge 1% Rentrée Littéraire 2013 By Hérisson


challenge 1% littéraire 2013Cette année encore, je me suis inscrite au célèbre challenge lancé par Hérisson sur la rentrée littéraire. Depuis trois ans, Hérisson nous propose de lire au moins 1% des parutions de la Rentrée Littéraire. Cette année 555 livres sont annoncés, il nous faudra donc lire au moins 6 livres sortis en librairie de mi-août à mi-octobre. Le challenge ne se limite pas qu’aux romans, il inclut également les parutions jeunesse, album, ou encore BD !

Pour vous inscrire et participer à ce challenge communautaire et très vivant, je vous laisse cliquer sur le lien ci-dessus.

(suite…)

Salon du Livre de Paris 2013 : Samedi 23 Mars


salon-livre-paris-2013-22-25-marsTroisième jour de salon… quand on aime…

Ce matin encore Miss Bouquinaix m’accompagne ainsi que mon Antoine. Mais la Miss nous abandonne à Chatelet, nous promettant de nous rejoindre plus tard. Antoine et moi arrivons sur le salon vers 13h. Un monde fou dans le salon, les allées sont noires de monde. Plusieurs rendez-vous sont au programme aujourd’hui.

Antoine souhaite que je lui achète le tome 3 du Journal d’un dégonflé. Croyant au départ que cette série est éditée par Nathan, nous cherchons le stand. Nos recherches nous amènent à proximité de Robert Laffont. Une foule compacte stationne. Le perchiste du Petit Journal est dans le tas. Je devine une personnalité et très vite je comprends qu’il s’agit de Marc Lévy. Je suis ébahie devant la longueur de la file d’attente en accordéon pour les dédicaces et la foule qui s’est massée pour l’apercevoir :

DSCN1574DSCN1573

Et ce qui est encore plus fou est que cette foule fut sans cesse renouvelée, puisqu’à 15h45 il y avait toujours autant de monde sur le stand. Bref ! Tout ça pour dire que le stand Nathan-Bordas cette année ne présentait aucun livre, mais des tablettes : déception. C’est Chrystel, l’attachée de presse de Robert Laffont, que nous rencontrons sur le stand, qui nous donne l’info. Finalement, après recherches, nous découvrons que Le Journal d’un dégonflé est édité par Le Seuil.

DSCN1576

Antoine trouve son bonheur.

Nous allons ensuite sur le stand Casterman, où nous nous en donnons à cœur joie. Les livres commencent à s’accumuler. Nous apercevons Lorent Deutsch en dédicace : barbu et chevelu !

DSCN1572

En repartant nous tombons sur le début de l’émission de Denis Cheissoux, Co2 mon amour, en direct sur le stand de Radio France. Cela permet à Antoine d’assister à une vraie émission de radio et le voilà qui se transforme en photographe :

DSCN1579

Il est 14h30, la dédicace de Jean-Philippe Blondel sur le stand Actes Sud Jeunesse va commencer. Lorsque nous arrivons devant sa table, une jeune femme brune, souriante avec un beau pull jaune attend également en feuilletant les livres pour ado. Je fais de même, quand la jeune femme se penche vers moi et me dit : « On se connait, tu es George ? », étonnée je réponds que oui : « Je suis Audrey du blog Appelez-moi madame » ! Quelle belle surprise ! Je suis ravie de la rencontrer, appréciant ses commentaires sur mon blog. Les papotages commencent à vitesse grand V. Nous patientons donc ensemble, Jean-Philippe Blondel se fait attendre et finit par arrivé. Toujours égal à lui-même, souriant, il plaisante sur son périple en RER. Audrey a finalement opté pour Blog et lui fait signer en cachette 06h41. C’est mon tour. J’ai choisi Brise-glace. Pendant qu’il écrit, Audrey lui glisse que c’est grâce à mon blog qu’elle a découvert ses romans, ça c’est fait 😉 ! Petite séance photo pour immortaliser le moment.DSCN1584

Maintenant que nous sommes trouvées avec Audrey, nous ne nous lâchons plus ! Petit tour sur le stand d’Actes Sud, histoire d’alourdir un peu plus les sacs. Antoine prend un livre énigme et je craque pour un roman d’Anne Percin repéré déjà hier.

15h, c’est l’heure de rejoindre Chrystel de chez Robert Laffont qui se proposait de nous présenter les prochaines parutions susceptibles de nous intéresser. Outre la queue pour la dédicace Marc Lévy, une nouvelle queue s’est formée pour celle de Jean Teulé. L’homme est grand et je constate qu’il fait encore plus penser au Président de Groland. Chrystel nous rejoint avec son plateau de bonbons qui a fait le bonheur d’Antoine. Elle nous parle des romans, l’un à l’ambiance Downton Abbey, l’autre mettant en scène Virginia Woolf et dont l’auteur est Stéphanie Barron connue pour ces romans policiers dont Jane Austen est le personnage principal. Les blogueuses tardent à venir, nous poursuivons notre conversation, parlant de Marc Lévy, de sa popularité, de l’importance de tels auteurs gros vendeurs pour faire vivre d’autres moins connus. Finalement Miss Bouquinaix nous rejoint, mais il est déjà l’heure de la rencontre de blogueurs. Avant, il nous faut un remontant, vous savez un produit dangereux pour la santé ! Après nous être fait refouler à une sortie, nous parvenons à corrompre un autre agent de sécurité. Audrey et moi ne cessons d’aborder mille et un sujets, perso ou plus liés à notre vie personnelle. Les liens se resserrent. EN cours de route nous avons perdu la Miss qui du coup à filer sur le stand de Buchet Chastel pour tenter de faire dédicacer un livre à Blondel, décidément !

Quand nous arrivons au lieu de rendez-vous de la rencontre des blogueurs, beaucoup sont déjà arrivés. Je retrouve la fine équipe de Vendredi Lecture (Pauline, Nathalie, Lili Galipette est comme le furet, elle est passée par là elle repassera par ici!), Sophie et Kevin, les organisateurs de cette rencontre, Miss G, Charlotte l’Insatiable, Laurence , Claire Roig, Ariane Charton, Sharon, Antoine, la Miss Bouquinaix (qui arrive avec trois livres en plus et trois dédicaces célèbres), et j’en oublie sans doute !

DSCN1588DSCN1590

Soudain, SophieLit nous ramène Foenkinos, si si, himself ! Grand, tout maigre, souriant et plutôt très sympa, il reste quelques minutes avec nous avant de se rendre à une dédicace.

DSCN1585

Inutile de vous dire que je n’ai pas été la seule à sortir l’appareil photo, c’était même assez drôle de nous voir faire !

Tout le monde papote dans tous les coins. On passe de l’un à l’autre, on se raconte notre salon. Les filles de Vendredi Lecture annoncent la naissance de leur Association, ça rigole plus maintenant les filles ! On retrouve certains vus l’an dernier, on en découvre d’autres (contente de t’avoir rencontré Antoine !). Pendant ce temps, Antoine joue sur mon téléphone ou lit.

DSCN1591

Antoine a été bien sage durant tout le salon. Fier quand on le reconnaissait depuis son billet sur Le Journal d’un dégonflé, il est entre dans le cercle prestigieux des blogueurs !

Pour finir en beauté ce salon, nous suivons Sophie Andriansen qui va dédicacer son dernier livre : Quand nous serons frère et sœur sur le stand de la petite maison d’édition Myriapode. Là je fais la connaissance d’Ella Balaert dont j’avais tant aimé le roman sur George Sand et Nohant, me voilà lancer dans un éloge endiablé. Antoine est à nouveau repéré, décidément c’est une star ce garçon !

Mais il est temps de partir. La perceptive du long trajet en métro et RER ne me réjouit guère, tant j’ai mal aux pieds, mais en compagnie de la Miss, finalement, nous l’avons à peine vu passer.

De retour à la maison, je suis trop fatiguée pour avoir le courage d’ouvrir l’ordi. Après un repas vite avalé, je m’affale dans le canapé et me mets à lire Tintin.

Résultats des courses :

SDL 2013 achats loulous samedi

Livres pour les enfants

SDL 2013 achats samedi

Livres pour moi

« Moi et toi » de Niccolo Ammaniti (Rentrée Littéraire 2012)


La littérature italienne contemporaine m’est assez mal connue, et j’ai souvent constaté qu’elle était rarement mise en avant. Aussi quand les éditions Robert Laffont m’ont offert la possibilité de lire ce roman de Niccolo Ammaniti, dont Bertolucci vient de filmer l’adaptation (ce que j’ignorais au moment de mon choix), je me suis dit que cette lecture me permettrait de combler un peu quelques grosses lacunes.

Lorenzo a une quinzaine d’années. Très tôt, il se révèle asocial, incapable de vivre au milieu des autres enfants, il se sent agressé, mal à l’aise. Après des années de collège dans un établissement privé et assez sécurisant pour lui, ses parents décident de l’inscrire dans un lycée public. Commence alors pour lui un jeu de dupe pour passer le plus inaperçu possible. Sa mère est très angoissée par le fait que son fils n’ait jamais d’amis, ne soit invité nulle part, or un jour, il lui annonce qu’il est invité par des amis pour un séjour d’une semaine au ski. Lorenzo entre alors dans un mensonge qui va à la fois le dépasser et le métamorphoser.

Le jeune garçon s’installe dans la cave de ses parents, bien décidé à y vivre pendant une semaine, sorte de havre de paix, retiré du monde. On sent que sa mère, tellement heureuse de cette nouvelle, se laisse finalement trompée assez facilement.

Cette cave c’est un symbole, un lieu à part, alors même qu’il est au centre de l’univers familier du jeune garçon, c’est aussi le symbole utérin par excellence, le seul lieu où il ne craint rien, où il se sent protégé contre toutes les agressions extérieures, jusqu’au jour où surgit sa demi-soeur, Olivia. Elle, c’est l’intruse, avec elle entre dans la cave la dure réalité, la pire : la difficulté de vivre, l’angoisse, le mal-être, mais c’est aussi la découverte, à travers cette confrontation forcée avec l’autre, de l’importance d’autrui et du lien. C’est la découverte du sentiment « amoureux », du corps de la femme, voire du désir.

Cette semaine s’offre alors comme un passage initiatique qui va décider du reste de la vie de Lorenzo, qui va le faire devenir adulte, et accepter le monde autour de lui.

L’écriture est simple et veut se coller au plus proche de la pensée d’un adolescent de 15 ans. Ce qui est assez bien réussi, même si j’ai regretté un récit parfois trop factuel, ainsi qu’un passage avec la grand-mère un peu superficiel et superflu.

Le personnage d’Olivia, jeune fille en rupture sociale et familiale, junkie, entre volonté de vivre et incapacité à le faire, est d’autant mieux rendu qu’il incarne la prise de conscience entre le souvenir de l’enfance et l’arrivée dans l’âge adulte. Elle sera le déclencheur, comme s’il fallait que l’on succombe pour que l’autre renaisse. Dans cette cave humide et sombre ces deux êtres vont s’aider mutuellement l’espace de quelques jours avant de reprendre leur vie.

Un roman assez poignant par son sujet, aux allures autobiographiques mais que j’ai lu sans réel investissement, un peu en spectatrice assise au fond de la salle.

Roman lu dans le cadre du Challenge 1% Rentrée Littéraire, du Challenge Il Viaggio et du Challenge La Littérature fait son cinéma.