« Un Noël à New-York » Anne PERRY


perry-noel-new-yorkAnne Perry, et avant elle Agatha Christie, publie chaque année à noël un petit polar de circonstance. J’avais lu en 2015, Le Condamné de Noël et cette année j’ai eu envie de réitérer l’expérience avec Un Noël à New-York.

Jemina, fille du célèbre couple Pitt, est désignée pour accompagner son amie Delphina Cardew à New-York durant l’hiver 1904. Celle-ci doit en effet épouser le riche aristocrate Brent Albright. Mais le mariage risque d’être entaché par la présence non désirée de la mère de Delphina, Maria, à la vie contestée. Avec le frère du futur marié, Harvey, elle se met à sa recherche pour la convaincre de rester loin de sa fille. Mais voilà que Maria est retrouvée assassinée et que Jemina se retrouve en mauvaise posture.

(suite…)

« Cognitum » Stefan PALK – Rentrée Littéraire 2016 – #9


palk-cognitumCognitum nous plonge dans un futur qui ne serait pas si loin du nôtre. Dans cet avenir proche, les technologies se sont développées et de nombreuses recherches sont faites sur le cerveau et son extension. Tout commence par la mort d’une jeune femme. Son cerveau a explosé alors qu’elle jouait à jeu en trois dimensions. Le lieutenant de la PJ, Yann Braque est chargé de l’affaire. Parallèlement, Maxime Barelli, capitaine des forces spéciales, est envoyée en mission en Afrique : un commando de l’armée a été dessimé de façon extrêmement violente, voire barbare.

(suite…)

« #Scoop » Yann LE POULICHET – Polar


poulichet ScoopLe polar de Yann Le Poulichet nous entraîne dans les coulisses des journaux people. Le chef des infos du magazine Scoop vient d’être retrouvé égorgé dans les toilettes de la rédaction. Baptiste Jourdain, journaliste, cherche à comprendre et sera épaulé par une jeune commissaire, Isabelle. Yann Poulichet est lui-même journaliste people et opère dans Voici, autant dire qu’il connaît bien le milieu dans lequel il plonge ses personnages.

(suite…)

« Fermez les yeux » C. J. COOPER – Polar.


cooper fermez les yeuxSara, londonienne travaillant dans le caritatif, est investie dans son poste et espère succéder à Julian, futur retraité. Mais, pour pouvoir briguer le graal, elle doit absolument dépasser sa phobie de l’avion puisqu’elle serait alors amenée régulièrement à voyager. Après avoir essayé sans succès diverses méthodes, elle décide de recourir à l’hypnose et entre en contact avec le Dr Stephen Devane. Charismatique et distingué, Stephen, qui habite dans le très chic quartier Bloomsbury, est un médecin réputé. Sara dépasse assez rapidement sa phobie, semble enfin libre de prendre l’avion et fonde de grands espoirs pour son avenir professionnel. Mais très vite, elle se trouve sujette à des hallucinations terrifiantes.

(suite…)

Bilan mensuel de lectures : Octobre 2015.


logo-bilan-mensuel1Heureusement qu’il y a les vacances pour lire à son aise, prendre son temps pour traîner au lit ! Au 17 octobre, soit le jour des vacances, je n’avais lu qu’un seul roman, mais durant les quinze jours qui suivirent, je me suis gentiment rattrapée. Alors que, quand je suis dans le bain du boulot, il me semble lire à la vitesse d’une tortue asthmatique, je me suis retrouvée ces deux dernières semaines à lire à la vitesse d’un lièvre poursuivi par un chasseur. Et mon Dieu, que cela fait du bien !

Des lectures assez variées piochées aussi bien dans ma PAL que dans les livres reçus en Service de Presse (SP). Des lectures au fil de mes envies avant tout.

(suite…)

« Intrigue à l’anglaise » Adrien GOETZ – Polar.


Goetz PénélopeAdrien Goetz est un auteur que j’ai découvert il y a déjà deux ans à travers son roman La Dormeuse de Naples dans lequel il convoquait plusieurs peintres du XIXe fascinés par le tableau éponyme d’Ingres, tableau qui a mystérieusement disparu dans les années 1815.

Intrigue à l’anglaise est le premier tome d’une série d’enquêtes menées par la jeune et pétillante Pénélope Breuil, conservatrice du patrimoine. La jeune femme, nouvellement diplômée, prend ses fonctions au musée de Bayeux qui renferme la fameuse tapisserie du XIe siècle. Mais Solange Fulgence, conservatrice en chef, va être victime d’une agression criminelle. Qui en veut à Solange Fulgence ? Pourquoi Pénélope a-t-elle été agressée et lui a-t-on dérobé les diverses pièces de tissus acquises lors d’une vente à Drouot ? Quel mystère recèle la Tapisserie de Bayeux autrement nommée la « tapisserie de la reine Mathilde ».

(suite…)

« Le Purgatoire des Innocents » Karine GIEBEL – Polar


giebel purgatoirePlace Vendôme, quatre braqueurs, trois hommes, une femme : Raphaël, le chef de la bande qui n’en est pas à son premier vol, son jeune frère, William, et leurs associés, Fred et Christel. Des hasards malheureux : Fred qui titre, William doublement blessé… C’est le début de la cavale. Parallèlement un homme, dans une camionnette, surveille une jeune collégienne, Jessica, toujours accompagnée par sa copine, Aurélie.

Chercher un médecin, tomber sur une vétérinaire au sang froid, Sandra qui fera bien l’affaire parce qu’on n’a pas le choix. Planquer. Et le hasard qui s’acharne…

(suite…)

« Les Vestiges de l’aube » David S. Khara


Ce nouveau roman de David S. Khara s’offre comme un policier qui renouvelle le genre en insérant le personnage d’un vampire. Barry Donovan est flic, déprimé depuis la mort de sa femme et de sa fille dans l’attentat du 11 septembre. Son seul réconfort est de chatter avec un certain Werner, dont on sait très vite qu’il s’agit d’un vampire.

Le roman alterne, plus ou plus régulièrement un chapitre sur le filc, un chapitre sur Werner qui s’exprime alors à la première personne. L’enquête policière tourne autour de plusieurs hommes assassinés de la même manière, appartenant tous à la même classe sociale mais n’ayant visiblement aucun lien entre eux. Tandis que Barry patauge, Werner va lui donner un sacré coup de main.

Khara est l’auteur du Projet Bleiberg (que je n’ai pas lu mais que l’Homme a beaucoup aimé!); déception pour ma part concernant ce nouveau roman que je trouve inabouti. L’intérêt pour l’enquête policière est très altéré par le fait que Werner amène tout sur un plateau à Barry. Le personnage de vampire inséré dans un polar rompt un peu avec les romans de vampires très en vogue en ce moment. Werner est un personnage avec une certaine consistance, mais certains de ces pouvoirs semblent un peu trop miraculeusement correspondre aux situations de l’intrigue.

Mais je crois que ce qui m’a surtout gênée dans ce roman est de sentir que l’intrigue policière n’était en fait qu’un prétexte pour mettre en place une intrigue plus profonde qui serait développée dans d’autres tomes. J’ai senti une mise en place d’évènements, de situations en vue d’autre chose, ce qui, du coup, a rendu ma lecture peu passionnante. (la fin confirme mon impression!). Pourquoi ne pas annoncer tout ce suite la couleur, et dire clairement que ce volume est le premier d’une série, cela m’aurait sans douté ôté ce goût d’inachevé…

Merci aux éditions Michel Lafon et au tout jeune Bibliofolie, pour m’avoir permis de lire ce roman, même si mon avis est très mitigé.