Un après-midi à l’Opéra Garnier


Hier j’ai emmené ma progéniture se promener à Paris, ils adorent prendre le RER et depuis que j’ai trouvé un jeu qui les occupe pendant le court trajet, c’est un délice (sur demande je peux vous dire en quoi consiste ce jeu!!!). Qui dit Paris, dit déjeuner avec ma soeur chez Cojean au Printemps, c’est obligatoire, je ne peux résister à leurs wraps !!! Après déjeuner, et beaucoup de papotages, ma soeur est repartie travailler (je compatis!), et j’ai emmené les loulous visiter l’Opéra Garnier !

Cela faisait longtemps que je voulais pénétrer dans ce lieu si magnifique, et je n’ai pas été déçue ! J’ai été éblouie par sa beauté, l’hommage au théâtre, à la musique et à la danse. Dès l’entrée, le grand escalier m’a fait pousser un cri d’admiration, le marbre est partout, coloré, mais rien de lourd, il semble au contraire nous élever vers les plafonds décorés, les lustres.

Bien sûr il y a une impression de démesure, mais on ne sent pas écrasé même si mon Eliot fait bien petit au pied de cette statue :

Le moment que nous avons préféré fut bien sûr l’entrée dans la salle, le plafond naïf de Chagall, les sièges en velours rouge sang, et les décorations murales. Nous sommes restés longtemps au balcon central, face à la scène à admirer les sculptures, et les scènes peintes par Chagall. Les enfants étaient ravis, et veulent désormais revenir pour y voir un « pestacle » !

En repartant nous avons fait un arrêt à la boutique, comme toujours, et j’ai enfreint ma règle en repartant avec 3 livres :

Les librairies des musées ou des monuments historiques permettent souvent de trouver des romans auxquels on ne penserait pas forcément. La BD Polina me tentait depuis longtemps ; je voulais lire depuis longtemps aussi le roman de Gaston Leroux, un classique ; et enfin j’ai trouvé sympa l’idée du roman qui mêle Holmes et l’Opéra de Paris tout en reprenant la trame du roman de Leroux !

J’ai aimé trouver sur une des tables la série que je regardais enfant avec ma soeur : L’âge heureux, l’histoire d’une petite fille qui intègre l’Opéra de Paris comme petit Rat ! Mais j’ai été raisonnable et ne l’ai pas acheté (non, non je ne regrette pas !)

Ce fut donc une belle visite qui m’a autant intéressée que mes enfants (5 et 8 ans). Petite info intéressante, les enfants ne paient pas la visite ! C’est sans doute un lieu où toute petite fille rêve de pénétrer.