« Affinités » Sarah WATERS – Le Mois Anglais.


Margaret Prior appartient à la bonne société londonienne. La mort de son père et un événement (qui sera clarifié au cours du roman) l’ont laissé fragile nerveusement. Cette nervosité est traitée par des doses de chloral que sa mère lui fait boire scrupuleusement chaque soir. Pour lui changer les idées et l’occuper, M. Shillitoe, ami de la famille, lui propose de devenir bonne dame patronnesse à la prison de Millbank. Margaret accepte et pénètre dans cette prison sombre, humide et sinistre où sont enfermées des avorteuses, des voleuses, des suicidaires… Elle y découvre tout le fonctionnement de ce lieu : la rigueur voire la méchanceté de certaines surveillantes, les conditions du vie des pensionnaires, les couloirs où résonnent sans cesse des bruits de clef et de grilles que l’on ouvre ou ferme. Parmi les femmes auxquelles elle rend visite, l’une attire particulièrement son attention : Selina Dawes. Margaret est touchée par cette jeune fille triste et belle, dont on dit qu’elle est une puissante spirite capable de convoquer les esprits.

(suite…)

« Les Sœurs Mitford enquêtent : L’assassin du train » Jessica FELLOWES.


Les Sœurs Mitford enquêtent est le premier tome d’une série policière initiée par Jessica Fellowes, la nièce du créateur de Downton Abbey et l’auteur d’un ouvrage sur la dite série, Chroniques de Downton Abbey. Le deuxième tome de la série est déjà paru en Angleterre et j’ai dorénavant hâte que les éditions du Masque le publie en France. J’ai été immédiatement séduite par la couverture, mais plus encore par le fait que ce roman mettait en scène les célèbres soeurs Mitford au destin si particulier. Dans ce premier tome, c’est Nancy, l’aînée, qui est au centre. La Nancy Mitford que nous connaissons bien pour sa plume souvent satirique sur la société anglaise, auteure notamment de Christmas pudding ou de La Poursuite de l’amour.

(suite…)

Bilan de lecture mensuel : Janvier 2018


logo nouveau bilan de lectureJe n’ai pas fait de bilan de lecture depuis octobre, il est donc largement temps que je m’y remette. L’année 2018 a bien commencé et je suis assez contente de mes lectures mêlant classiques, jeunesse et rentrée littéraire d’hiver. Je regrette seulement de n’avoir pas encore trouvé le temps de rédiger mes chroniques.

(suite…)

« Christmas pudding » Nancy MITFORD.


Processed with Rookie CamLe roman s’ouvre sur une présentation des personnages du roman. Chacun est évoqué rapidement, mais suffisamment pour être saisi par le lecteur.  Seize personnages qui ont tous un lien entre eux et qui vont tous se croiser chez Amabelle Fortescue, ancienne demi-mondaine qui a loué une maison pour Noël dans le Gloucestershire, en pleine campagne. Cette galerie de personnages, appartenant soit à la bonne société anglaise soit gravitant autour, va, sous la plume cyniquement drôle de Nancy Mitford, vivre des vacances quelque peu mouvementées.

(suite…)

« La Poursuite de l’amour » Nancy MITFORD – Mois Anglais


mitford poursuiteQuand je me suis inscrite au Mois Anglais, mon intention était de sortir de ma PAL des romans anglais en sommeil depuis trop longtemps. Je fus le cas pour Emma et c’est aussi le cas pour ce roman de Nancy Mitford, acheté en novembre 2011. Avant de parler du roman, il faut dire quelques mots sur Nancy Mitford. Elle appartenait à l’aristocratie anglaise. Née en 1904, elle fait partie d’une fratrie comprenant 6 filles et un garçon. Parmi les sœurs de Nancy, deux furent, pendant la Seconde Guerre Mondiale, du côté d’Hitler, Diana et Unity qui s’engagea dans le Pari Nazi, tandis que Jessica appartenait au Parti Communiste et rejoignit l’Espagne pour lutter contre Franco ; Pamela s’investit essentiellement dans la cause animale. Nancy, quant à elle, plutôt de gauche, se consacra à une vie mondaine entre les deux guerres, elle rédigea un manuel sur le snobisme anglais (merci Wikipedia) et se consacra bien sûr à l’écriture de romans et de biographies.

Ce préambule me paraît intéressant pour aborder La Poursuite de l’amour. Non qu’il faille connaître la vie des auteurs pour comprendre leur œuvre, mais elle peut parfois donner un petit éclairage.

(suite…)