« Le Collège des éplucheurs de citrouilles » Laure DESLANDES


Elliot entre en cinquième dans le collège des Museaux d’une petite bourgade du Finistère : Trégondern. Il faut dire que les Museaux est un établissement un peu particulier : pas de réseaux ; un chef cuistot qui sert des plats bio à base de quinoa ; un prof de techno impressionnant et intimidant, sans parler que dans ce collège on apprend l’estonien en LV1 à la place de l’anglais et on grimpe aux arbres en EPS. Plusieurs autres garçons intègrent également l’internat en milieu rural. Des garçons en rupture scolaire. Cette arrivée va déstabiliser Péline, jeune fille à la chevelure rousse et aux courbes arrondies. Elle ne reconnaît plus l’ambiance de son collège et elle se trouve la cible du mauvais garçon, Henrique. Mais quand la chambre d’Elliot est fouillée par un  inconnu, Péline a bien l’intention de venir en aide à ce garçon timide aux cheveux rasés.

(suite…)

Publicités

« Traces » Florence HINCKEL


hinckel tracesFlorence Hinckel est une auteure jeunesse, ou plutôt une auteure, tout court. Je suis ses romans avec intérêt car elle a la faculté de se saisir des éléments de la réalité pour construire des intrigues futuristes, mais dans un futur qui n’est peut-être pas si éloigné de notre présent. Que ce soit Théa pour l’éternité ou le très bon #Bleue, ou encore le très récent U4 Yannis, Florence Hinckel pousse les ado lecteurs à réfléchir sur leur quotidien, leur réalité et leurs pratiques des nouvelles technologies.

Dans Traces, elle s’inspire d’une idée qui avait traversé l’esprit d’un ancien président et qui, à l’époque, avait fait polémique : détecter les futurs criminels dès la crèche ou presque. Grâce à la mise au point d’un logiciel, le Traces, les autorités sont, dans le roman, désormais capables d’identifier non seulement le criminel à venir, mais connaître le lieu, la date et jusqu’à l’heure à laquelle va être commis le meurtre.

(suite…)

« Ne retournez jamais chez une fille du passé – Tome2 » Nathalie STRAGIER


stragier la fille du futur tome 2Nathalie Stragier nous offre la suite de Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous, premier tome qui m’avait beaucoup plu. Un an après avoir évité le bouleversement mondial de la société, Pénélope a eu envie de retourner voir si ses amis, Andréa et Pierrick, vont bien. Rassurée assez rapidement, elle constate alors qu’elle ne parvient plus à repartir dans son époque. Bien qu’agrégée et experte du voyage dans le temps, Pénélope ne comprend pas ce qui se passe d’autant que les conditions solaires et lunaires sont parfaites. Quelque chose de plus fort retient Pénélope en 2020, mais quoi ?

(suite…)

« Comment j’ai écrit un roman sans m’en rendre compte » Annet HUIZING – Roman Ado.


huizing comment écrire un romanKatinka a 13 ans, elle vit au Pays-Bas avec son père et son petit frère, Kalle. Sa maman est morte quand elle était encore toute petite. La mort de sa maman, elle en parle naturellement : « ça va, ce n’est pas grave ». Elle n’a pas encore réellement pris conscience de ce que cela veut dire, elle a juste vécu jusqu’à présent avec ça. Katinka veut écrire et il se trouve que sa voisine, Lidwine, est écrivain, elle a écrit et publié de nombreux romans, elle a même reçu des prix. Un jour, elle se lance, elle va demander à Lidwine de lui donner des leçons d’écriture.

(suite…)

« Virus L.I.V 3 ou la mort des livres » Christian GRENIER


grenier virusAu XXIIe siècle, la société se trouve clivée avec d’une côté des Lettrés et de l’autre, hors la loi, les Zappeurs. Allis, une Lettrée, vient d’être saluée pour son roman pourtant polémique, et se voit élue Voyelle, membre du AEIOU, Académie Européenne des Intellectuels Officiels Unis. Mais à peine intronisée, on lui annonce qu’un virus, le L.I.V 3, contamine les lecteurs et efface le contenu des livres. Dans cette société où le livre est roi et les écrans bannis, ce virus annonce la fin de la lecture et donc de cette civilisation. Allis est chargée de pénétrer les clans de Zappeurs pour tenter de trouver un antidote. Ses conversations secrètes sur le web avec Mondaye ont été repérées, et , ayant un pied dans les deux mondes, elle est la seule capable d’être ainsi infiltrée.

(suite…)

« La mort préfère Ava » Maïté BERNARD (tome 3).


bernard ava tome 3 la mortDans ce troisième tome de la série Ava, publié aux éditions Syros, nous retrouvons l’héroïne de Maïté Bernard en partance pour Guernesey où elle doit assister à l’assemblée annuelle des consolateurs de fantômes. Sur le bateau, elle retrouve Marco, son amoureux de l’an dernier, mais aussi quelques fantômes fans qui, dans une bousculade, la précipitent dans un escalier. Mais avant de tomber, Ava constate que Marco a peut-être perçu quelque chose.

(suite…)

« Amour, Vampire et loup-garou » Marie-Aude MURAIL (Ado).


Murail amour vampireBien avant la daube Twilight, Marie-Aude Murail avait écrit, en 1998, ce roman qui allie les trois ingrédients utilisés ensuite par Stéphanie Meyer mais avec tellement moins de talent ! J’ai acquis ce roman (et quelques autres…) fin 2011 lors d’un dégraissage d’une bibliothèque municipale non loin de chez moi, autant vous dire que tous les romans de Marie-Aude Murail disponibles, je les ai raflés vite fait bien fait. Les pauvres ! je ne pouvais pas faire autrement !

Dans la famille Delcroix, il y a la fille aînée, Marianne, qui est assistante du professeur Anatole Le Lyonnais au CEPP (Centre d’Études des Phénomènes Paranormaux), il y a le frère, Antonin qui a un copain fan d’un jeu vidéo un peu (et c’est un euphémisme) trop violent et il y a la petite sœur, Maroussia qui dit des gros mots. Ah il y a aussi leur mère accessoirement, mais elle n’est pas très présente et laisse sa fille aînée se charger des plus jeunes. Un soir, Marianne, en récupérant sa voiture dans le parking souterrain du CEPP, sent une présence dans son dos et une haleine chaude dans son cou…

(suite…)

« Ligne 15, Ma métamorphose, Tome 1 : Joséphine » Florence Hinckel


Lors de ma visite au Salon de Montreuil, dimanche dernier, j’ai découvert une maison d’édition qui a attiré mon oeil de militante. Il s’agit de la maison d’édition Talents Hauts. Cette petite maison d’édition a deux objectifs : promouvoir des livres bilingues (français/anglais) pour les jeunes, et… lutter contre le sexisme dans la littérature jeunesse. C’est essentiellement ce deuxième objectif qui m’a intéressée. Dans leur collection, les filles combattent aussi les dragons, les mamans sont des femmes modernes qui travaillent, les papas s’occupent de leurs enfants, il y en a pour toutes les tranches d’âge, de 3 ans à 12 ans (comme vous pouvez vous en rendre compte en allant LA). Moi qui m’insurge souvent devant les représentations cliché des mamans à la cuisine, et des papas enfermés dans leur garage, j’ai beaucoup aimé cette idée, aussi me suis-je laissé tenter par le premier tome d’une série de 8, Ligne 15.

Le principe de cette série repose sur une bande d’amis de collège, âgés de 15 ans et prenant régulièrement le bus de la ligne 15 pour se rendre au collège. Pendant une année, la dernière de leurs années collège, ils vont, à tour de rôle rédiger un journal sur un mois.La série s’ouvre sur le journal de Joséphine, Jo. Jeune fille de son temps, chatant sur le net, sœur de Stephan, frère zombi passant ses nuits à jouer en ligne, maîtresse d’un chat asthmatique, Texto, fille d’une mère active ayant repris l’entreprise familiale de Pompes funèbres et d’un père en plein désir de reconversion. Joséphine lit Flaubert, mais s’en cache auprès de ses amis pour ne pas passer pour une intellectuelle, elle s’interroge sur les changements de son corps, sur comment embrasser un garçon quand on a le nez au milieu de la figure…

Ce premier tome dresse un portrait assez réaliste des jeunes gens d’aujourd’hui, reprenant les thématiques de l’amour, du mal-être, du conflit avec ses parents. Mais également réfléchissant sur la relation fille/garçon. Pourquoi Joséphine est-elle traitée d’allumeuse quand elle écarte un garçon, et pas son copain qui a lâchement laissé tomber sa petite amie ? Pourquoi Mélanie est-elle dénigrée parce que son string s’aperçoit quand elle est assise ? Pourquoi les consignes  du collège concernant les tenues correctes semblent viser plus les filles que les garçons ?

Outre le message anti-sexiste qui transparaît dans ce roman, j’ai aimé la légèreté de ton, l’humour, et les réflexions de Joséphine m’ont rappelé une ado que j’ai bien connue !

Une série donc à découvrir, et dont on peut cependant regretter le prix un peu élevé (8€90 !).

Ce roman n’a même pas eu le temps d’entrer dans ma PAL !

Vous pouvez découvrir le site de l’auteur, c’est par LA !