« La Calanque de l’aviateur » Annabelle Combes.


J’avais repéré ce roman à sa sortie en 2019, il était resté dans un coin de ma tête parce qu’il parlait de librairie. Le titre m’avait intriguée. Et puis je suis retombé dessus dernièrement, heureuse de le voir sorti en format poche.

Leena arrive dans un petit village du Cotentin balayé par les vents et les embruns. Elle vient d’acheter une ancienne mercerie qu’elle veut transformer en librairie. Le local est à l’abandon depuis la mort de la mercière, Marceline, d’énormes travaux sont à faire mais Leena a une vision très nette du lieu qu’elle veut créer. Leena ne parle pas, ou très peu, elle a tout quitté pour venir s’installer là. Elle achète à Serge, le concessionnaire, une ancienne ambulance rouge qu’elle va transformer en bibliothèque ambulante. Elle se fait aider par quelques habitants du village, les travaux commencent grâce à Vivien, professeur de voile et à Gaspard, les garçons d’Eliane. Leena se sent chez elle, les habitants l’apprivoisent lui font découvrir le passé : avant d’être une mercerie le local était à Hugo, maître ferrant, père de Marceline. Aviateur lors de la première guerre mondiale, il est en revenu la gueule et le moral cassés. Et plus Leena découvre le passé des habitants de sa future librairie, plus elle remonte dans son passé et plus on comprend pourquoi elle ne parle plus. Parallèlement, on suit Jeep, le frère de Leena, lui aussi détruit, lui aussi sur les traces de son passé. Il part à Boston voir une amie de sa mère disparue. Si Leena s’enferme dans les livres, Jeep s’engouffre dans la musique, dans le jazz.

(suite…)