« L’été Chagrin » Henri Husetowski


David, 10 ans, vit à Paris avec sa mère … nous sommes en 1942… il est juif. Un roman écrit à travers les yeux du petit David… un enfant comme un autre, qui ne comprend pas ce qu’il se passe, vivant dans son monde, et notamment dans sa découverte de son zizi… Se mêle à cette histoire, la rafle du Vel’ d’hiv de juillet 1942. Cette écriture en focalisation interne naïve permet au lecteur d’avoir une vision originale de ce terrible drame. Prendre le point de vu de l’enfant, c’est replacer l’enfant au centre de la shoah, voir le nazisme à travers leurs yeux… et c’est précisément ce que j’ai eu beaucoup de mal à supporter.

Faire cette critique est pour moi très difficile parce que cette lecture fut très douloureuse, immanquablement je pensais à mes propres enfants et la lecture fut à la limite du supportable…

Cependant je reconnais un style, une originalité du traitement, la création d’un monde, et de personnages attachants et vivants… mais il faut prévenir qu’il s’agit d’un roman douloureux, par son sujet et sa lecture… âme sensible s’abstenir… Je précise cependant que ma critique est purement subjective, et qu’elle ne doit pas être prise comme un avis négatif sur le roman.

Je tenais à signaler également que j’apprécie beaucoup cette édition « Buchet Chastel » qui propose souvent des livres intéressants et originaaux dont on parle peu dans les médias mais qui connaît un beau succès chez les lecteurs anonymes : L’Annonce de Marie-Hélène Lafon, mais aussi Loving Frank de Nancy Horan, Miel et vin ou encore Avec les olives sans oublier le fameux L’Année Brouillard de Michelle Richmond. Cette précision est personnelle…

Merci à Masse Critique

Ce roman a également été lu par Sandrine.