« La mort préfère Ava » Maïté BERNARD (tome 3).


bernard ava tome 3 la mortDans ce troisième tome de la série Ava, publié aux éditions Syros, nous retrouvons l’héroïne de Maïté Bernard en partance pour Guernesey où elle doit assister à l’assemblée annuelle des consolateurs de fantômes. Sur le bateau, elle retrouve Marco, son amoureux de l’an dernier, mais aussi quelques fantômes fans qui, dans une bousculade, la précipitent dans un escalier. Mais avant de tomber, Ava constate que Marco a peut-être perçu quelque chose.

(suite…)

« Kerfol et autres nouvelles de fantômes » Edith WHARTON


wharton kerfolEdith Wharton, dans les nouvelles de ce recueil, semble prendre plaisir à renouer avec le romantisme noir des Anne Radcliff ou des soeurs Brontë, et ce n’est pas pour me déplaire.  Le recueil contient cinq nouvelles : Kerfol – Les Yeux – Ensorcelé – Miroir et Après coup. Entre romantisme noir à l’anglaise et fantastique aux échos de Maupassant, ces nouvelles permettent de découvrir une autre facette de la romancière américaine.

(suite…)

« Ava préfère se battre » Maïté BERNARD (Tome 2).


Bernard Ava tome 2Ava et moi, on a le même mug et ça, ça veut dire beaucoup !

En mai, je lisais le premier tome des aventures d’Ava (Ava préfère les fantômes), jeune fille de 15 ans, qui a la particularité de voir les fantômes et de mener des enquêtes tentant d’élucider certaines morts suspectes, passe ses vacances chez son oncle à Jersey. Dans ce deuxième tome, Ava, promue consolatrice, va essayer de se faire accepter par les fantômes de l’île, et ce ne sera pas chose facile, car certains ne veulent pas d’une vivante pour consolatrice, mais régler leurs affaires entre eux. En effet le rôle du consolateur est de faire accepter leur mort aux fantômes pour leur permettre de quitter leur état d’esprit.  Ava aura donc à se montrer convaincante et devra affronter des esprits rebelles et pas très conciliants.

(suite…)

« 43, Rue du vieux-cimetière : Trépassez votre chemin » Kate et M. Sarah KLISE


klise 43 rue du vieux cimetièrePetit break dans la Rentrée Littéraire avec ce roman jeunesse que j’ai lu début août avec grand plaisir. Destiné à mon fils Antoine pour ses 10 ans, ce roman me tentait depuis quelques temps. J’avoue que je le lui ai piqué pour une journée, trop curieuse de savoir ce qu’il recélait.

Un écrivain ronchon, qui porte bien son nom, Ignace Bronchon, doit se remettre à l’écriture pour payer ses dettes. Bien qu’il écrive pour la jeunesse, ce mal-appris déteste les enfants. Il loue une vieille maison victorienne, mais ce qu’il découvre est qu’il doit partager les lieux avec un jeune garçon, Lester, et son chat, mais aussi avec Adèle I. Vranstock, l’ancienne propriétaire et fantôme avéré.

(suite…)