« Plan de table » de Maggie Shipstead : Rentrée Littéraire 2012


shipstead plan de tableLa famille Van Meter va marier sa fille aînée, Daphnée. L’intrigue du roman couvre trois jours, du jeudi matin au samedi, jour du mariage. Trois jours durant lesquels des évènements vont venir faire craquer le joli verni de cette famille qui, socialement, paraissait bien sous tout rapport.

Le roman s’ouvre sur le départ du père de famille, Winn pour sa maison de campagne sur l’île de Waskeke, en Nouvelle Angleterre. Homme d’une soixante d’années, marié depuis de nombreuses années à Biddy, il incarne le père et le mari responsables. Mais dés le début du roman, le lecteur sent chez ce personnage quelques failles : sa déception de n’avoir pas eu de fils, son obsession d’intégrer le club de Golf de Waskeke, son attirance sexuelle pour Agatha, amie et demoiselle d’honneur de sa fille aînée. Winn rejoint toute sa famille sur l’île, là les préparatifs vont bon train. Durant ces trois petits jours, le destin de certains des personnages va être quelque peu bouleversé.

Maggie Shipstead dépeint un milieu huppé de l’Amérique, d’une certaine Amérique. Elle centre son roman essentiellement sur deux personnages : Winn et Livia, la fille cadette qui se remet mal d’une rupture récente mais aussi de l’avortement qu’elle a dû subir suite à cette rupture. Cet avortement est d’autant plus douloureux que Daphné, la future mariée, et sœur de Livia, est elle-même enceinte. Aux évènements actuels, l’auteur glisse des retours en arrière sur le passé de Winn et de Livia, qui permettent de mieux saisir la complexité de ces personnages.

Sur cette île et dans cette maison de campagne où tous les personnages se côtoient, les aspirations, les regrets, les rancœurs vont s’exprimer. Maggie Shipstead place plusieurs éléments symboliques qui vont permettre aux personnages de se révéler : une baleine échouée pour Livia, une maison en construction pour Winn. De longues descriptions de l’un et l’autre de ces éléments symboliques permettent d’en comprendre la portée même si parfois je les ai trouvées un peu longuettes.

J’ai surtout apprécié dans ce roman la façon dont l’auteur parvient à nous faire découvrir l’envers du décor, les coulisses d’un évènement organisé à la minute prêt, qui doit incarner la perfection, se figer comme un évènement heureux et mémorable, mais qui n’est en fait qu’une belle photo en papier glacé. Une scène le montre particulièrement : Daphné, choquée par le toast nihiliste de son père sur le mariage, pleure quelques heures avant le passage à l’église. Elle souhaite sécher ses larmes au plus vite pour ne pas avoir les yeux gonflés le lendemain sur les photos, yeux gonflés qui lui rappelleront toute sa vie les larmes versés. Cette scène est une parfaite illustration de ce qui se trame dans ce roman. Tandis que Biddy et l’organisatrice du mariage s’évertuent à rendre ce jour magnifique, la vraie nature des personnages se révèle et rend cet évènement surfait et illusoire.

J’ai également trouvé intéressant le choix narratif de l’auteur. Centrer le récit sur le père et la sœur de la mariée permet de percevoir le mariage avec du recul. Daphné est peu évoquée, paraît superficielle, enfermée dans une perception idéalisée d’elle-même et de son mariage, elle joue parfaitement son rôle et est en total décalage avec son père et sa sœur, qui plus complexes, plus contradictoires, sont cependant plus réalistes.

Un roman familial et de mœurs qui présente de nombreux atouts malgré quelques longueurs parfois.

Roman lu dans le cadre du Challenge 1% Rentrée Littéraire et du Challenge Premier Roman.

Merci aux Éditions Belfond.

Résultats de mon petit concours pour les 3 ans du blog !


Dites, au fait, il serait peut-être temps d’annoncer qui, parmi les 20 participants, a remporté l’un des 7 romans de chez Belfond proposés lors de l’anniversaire de blogounet !

Comme je ne m’y attendais pas du tout, tout le monde a eu juste au questionnaire proposé, soit les questions étaient trop faciles, ce dont je doute, soit vous me connaissez trop, et là, je ne peux que regretter ma part de mystère envolée.

Avant d’annoncer les heureux gagnants, revenons sur ces fameuses questions (en gras les bonnes réponses!)

Quel mon auteur préféré ? (plusieurs réponses possibles)

1. Joyce Carol Oates

2. Marc Lévy

3. Amélie Nothomb

4. George Sand

5. Frédéric Lenormand (attention il y a un piège !!!)

Ce n’était pas les questions les plus difficiles, j’en conviens !

Quel est le but de mon blog ? (là par contre une seule réponse est la bonne)

1. Faire du buzz pour être première au classement ebuzzing : cette réponse aurait dû vous faire hésiter longuement, puisque c’est bien souvent une raison que l’on donne à l’existence de mon blog.

2. Me faire passer pour une lectrice : l’honneur est sauf !

3. Rendre compte de mes lectures

Où je me fournis en livres le plus souvent ? (plusieurs réponses possibles)

1. Sur les sites internet : vade retro satanas !

2. A la Griffe Noire, librairie indépendante

3. Je les vole chez mes copines : impossible, elles sont beaucoup trop méfiantes à mon égard !

4. Je dévalise toutes les librairies qui se trouvent sur mon chemin

Je lis parce que : (une seule réponse possible)

1. ça fait bien : certes, mais ce n’est pas la raison principale !

2. ça occupe : oui, mais on peut aussi palier à l’ennui de plusieurs autres façons.

3. ça me plaît

Mes billets, je les écris : (non non une seule réponse possible ici aussi!)

1. jamais, je ne fais que recopier ceux des autres : Trop fastidieux, imaginez tous les blogs qu’il faudrait lire pour récupérer une phrase par ci une phrase par là.

2. toujours, et parfois ce n’est pas évident

3. avec mes pieds : parfois il m’arrive d’écrire avec mes pieds, mais ce n’est pas très pratique.

Mon pseudo, George, vient de : (une seule réponse possible)

1. George Clooney : What’s else ? mais non ce n’est pas lui !

2. George Harrison : Les Beatles oui, mais non.

3. George Sand

4. Georgette, le prénom de ma marraine ! (véridique!) : j’aime beaucoup ma marraine mais non !

Mes meilleures excuses pour acheter des livres sont : (plusieurs réponses possibles)

1. Antoine, mon fils, n’avait plus de cartouches

2. Il fallait que j’achète une carte postale

3. Je suis une acheteuse addict, c’est maladif

4. Je ne veux pas décevoir mon libraire

5. C’est de la faute de mes copines de blog

Quelques uns d’entre vous ont eu l’audace de répondre en cochant toutes ces réponses, d’autres n’ont pas osé, et pourtant…

Je voulais saluer l’humour de plusieurs d’entre vous, certains commentaires aux réponses m’ont beaucoup fait rire, mention spéciale à : Estellecalim ; Valérie ; Asphodèle et Nathalie mais la palme revient à Lystig qui, par ces commentaires a failli me donner des crampes de mâchoire !

Alors, attention roulement de tambour, 20 petits papiers dans un bol :

7 papiers dans un autre bol avec chacun un titre de roman, et attribution au fur et à mesure du tirage des noms des participants (ça va ? vous suivez ?) :

Et maintenant les noms + les livres :

Bon, OK, on voit un peu rien donc je récapitule ! Ont gagné et se sont vus attribuer les livres suivants :

Zazy remporte :

Nathalie remporte :

Magali remporte :

Giny remporte :

Calypso remporte :

Lolotte remporte :

et enfin Lystig remporte :

Bravo à vous 7, j’espère que les romans vous plairont. Vous serez gentilles de remercier en bas de votre billet notre généreux mécène, les éditions Belfond, sans qui ce concours n’aurait pu avoir lieu !

Je vous remercie tous et toutes pour votre participation, et votre amitié, je vous souhaite de belles lectures, et j’attends vos billets !