« Histoire couleur terre » de Kim Dong-Hwa


20120819-211033.jpg
L’histoire se déroule en Corée. L’auteur raconte l’histoire de sa grand-mère, Ihwa qui, enfant, vivait seule avec sa mère, veuve et encore jeune. Dans ce premier tome de la trilogie on suit la petite fille de l’âge de cinq à quinze ans. Dix années durant lesquelles elle va découvrir les mystères de la féminité, de l’amour naissant et du désir, au gré des saisons et des floraisons. Les fleurs et leur épanouissement miment l’éclosion de la petite fille en jeune fille.
En parallèle c’est aussi l’histoire de sa mère, jeune femme belle et douce, à la fois maternelle et Femme qui aspire encore à l’amour, et qui le trouve dans les bras d’un écrivain public itinérant.
Ihwa s’éveille à l’amour lors de sa rencontre avec un jeune moine bouddhiste puis son cœur s’emballe pour le jeune fils de l’exploitant des arbres fruitiers. Âme poétique, pure et juvénile, la jeune fille se heurte parfois à la crudité de la sexualité.

Les dessins sont magnifiques, le trait est fin et poétique, délicat, comme des estampes japonaises.

Ce premier tome me donne très envie de lire les deux tomes suivants de ce manhwa, hymne aux femmes coréennes et à leur beauté.

Manhwa lu grâce à la bibliothèque municipale