Entretien avec Dominique Dyens.


dyens dominique portraitComment êtes-vous devenue écrivain ?

J’ai toujours considéré que je me nommerais écrivain à partir du dixième roman. Je me nomme plutôt romancière, et j’étais romancière à partir du moment où mon premier roman a été publié, c’est-à-dire à partir du moment où il a été lu par d’autres, et par le plus grand nombre.

Cette période du premier roman me paraissait tellement magique, un peu inaccessible, à tel point que je mettais autour du terme « écrivain » beaucoup d’admiration, il y avait quelque chose qui m’empêchait, par modestie, de me nommer écrivain.

Je dois être fascinée par un certain type de femmes qui sont d’une certaine façon des héroïnes tragiques.

(suite…)

Salon du Livre de Paris 2014 #3 (deuxième et dernière partie).


exlibris couvertureSuite…

L’après midi était déjà bien entamé, quand j’ai découvert, grâce à Sophie, un fabriquant de papeterie, Leuchtturm et notamment un Journal privé de lecture du style du Book Journal de Moleskine mais en mieux. Car le  carnet de Moleskine a le défaut de se présenter uniquement sous forme de répertoire et avec un nombre assez réduit de pages par lettres.

(suite…)

« Intuitions » Dominique DYENS


dyens intuitionsDans une jolie et calme banlieue parisienne des Yvelines, les Royer, bourgeois et catholiques, donnent toutes les apparences d’une famille unie. Nathalie, la mère, dirige une petite agence immobilière, Patrice, le père, a une belle situation professionnelle, seule Amélie, la fille cadette semble rompre un peu, par son attitude rebelle, le portrait de famille. Le fils aîné, Grégoire, après un stage aux Etats-Unis dans une grande banque, décide de rentrer en France après la faillite de Lehman Brothers. Le bel équilibre familial va être bouleversé par ce retour. En effet Grégoire ramène dans ses bagages, Gala, une jeune fille dont les parents habitent également à Bois-Joli. Ce retour et la perspective d’un mariage vont réveiller chez Nathalie des angoisses et un lourd secret de famille.

(suite…)