« Pauvre Miss Finch » W. WILKIE COLLINS (Mois Anglais #5)


Wilkie Collins Miss FinchJ’ai découvert Wilkie Collins à la fin des années 90. Après avoir lu Sans nom, j’ai enchaîné avec La Dame en blanc, puis Armadale (chef d’oeuvre !!!) et enfin BasilPuis je l’ai délaissé, le pauvre, mais ma bibliothèque prouve que je ne l’ai pas oublié, car plusieurs de ses romans siègent sur mes étagères. Aimer à ce point un auteur et n’avoir aucun billet à son sujet sur mon blog est une chose bien triste à laquelle je veux remédier depuis plusieurs mois (pour ne pas dire années !). Grâce à la fois au Club des Lectrices et au Mois Anglais, je me suis décidée à lire Pauvre Miss Finch et grand bien m’en a pris !

(suite…)

« Sherlock Holmes et le chien des Baskerville » Richard UNGLIK (Sélection Noël).


unglik baskervilleRichard Unglik est photographe, passionné par les Playmobils qu’il joue à mettre en scène pour raconter l’Histoire, les civilisations ou les animaux du monde. Avec cet album, il s’attaque à l’adapation de roman et pas des moindres puisqu’il a choisi le fameux Chien des Baskerville de Conan Doyle.

Enfant, j’adorais les Playmobils et donc j’en ai souvent offerts à mes enfants. Dans ce très beau livre, Richard Unglik illustre l’adaptation du roman de Conan Doyle par des mises en scène réalisées grâce aux personnages et aux éléments de décors des non moins célèbres jouets.

(suite…)

« Douze minutes avant minuit » Christopher EDGE


Edge 12 minutesA Londres, en 1899, Penelope Tredwell a repris le journal de son père, Le Frisson illustré, après le décès de celui-ci. Elle y écrit, sous le pseudonyme de Montgomery Flinch, des histoires fantastiques et terribles à la Edgar Allan Poe. Les ventes du journal s’envolent. Penelope a décidé d’embaucher un acteur de seconde zone, Monty Maples, pour incarner l’auteur à succès. Un soir, elle est contactée par le directeur de l’asile d’aliénés pour résoudre un étrange mystère : chaque soir, douze minutes avant minuit, un étrange phénomène se produit. Les malades sont pris d’une frénésie d’écriture. Penelope remarque alors l’étrange manège d’un employé de l’asile et la présence fugitive d’une femme en noir, surnommée la Veuve Noire.

(suite…)

« Le jardin blanc » Stephanie BARRON – Rentrée Littéraire 2013.


barron le jardin blancStéphanie Barron est connue pour sa série mettant en scène Jane Austen en détective privée. Bien qu’ayant les trois ou quatre premiers tomes de cette série dans ma PAL depuis des lustres, je ne l’ai pas encore lue. Dans ce roman, Stéphanie Barron délaisse Jane Austen pour Virginia Woolf et Vita Sackville-West et, par là même, change également d’époque.

Jo Bellamy est américaine et paysagiste. Elle est embauchée par Gray Westlake pour réaliser une copie du jardin blanc de Vita Sackville-West. Elle se rend donc en Angleterre dans l’ancienne demeure de Vita Sackwille-West dont le jardin est entretenu d’une main de maître par Imogène. Dans un carton délaissé, Jo mets la main sur un carnet qui a les accents de l’écriture de Virginia Woolf, mais il commence à une date où l’auteure était pourtant déjà morte…

(suite…)

« Les enquêtes d’Enola Holmes : Le mystère des pavots blancs » Nancy SPRINGER (T.3)


springer Enola Holmes T.3J’ai cherché ce roman pendant une matinée entière lors du Mois Anglais pour participer à une LC. Au bout de deux heures, non seulement je n’avais pas retrouvé ce roman, mais j’avais découvert que j’avais le tome 4 en double exemplaire. C’est finalement en me préparant ma PAL estivale que je l’ai miraculeusement retrouvé : EURÊKA !

(suite…)

« Le Mystère Sherlock » J.M ERRE


erre holmesSi vous cherchez un livre qui vous sorte un peu la tête de vos problèmes et de l’ambiance morose qui règne en ce moment dans notre société, voici un livre parfait pour vous. Si en plus vous aimez les aventures de Sherlock Holmes et l’humour noir, ce sera encore plus savoureux.

Dix universitaires, spécialistes de Sherlock Holmes et réunis pour un colloque destiné à élire le directeur de la toute nouvelle chaire d’holmésologie, sont retrouvés morts dans la chambre froide de l’hôtel Baker Street. L’hôtel, coupé du monde depuis trois jours à cause d’une avalanche, a donc été le théâtre macabre d’évènements  qu’il va bien falloir éclaircir. Les pompiers, le directeur de l’hôtel qui s’était absenté avant l’avalanche, le lieutenant Poséidon et surtout un commissaire, sorte de double de Holmes, vont mener l’enquête à partir de différents documents abandonnés par les victimes : des notes de la journaliste Audrey, des lettres de Dolorès à un abbé, des enregistrements, des écrits d’autres victimes. Le roman est donc composé de tous ces documents rangés chronologiquement et permettant au lecteur de revivre les évènements de ce week-end meurtrier et au commissaire de faire la lumière sur ce mystère.

(suite…)