« AGATHA : La vraie vie d’Agatha Christie » A. MARTINETTI, G. LEBEAU, A. FRANC (BD)


MMartinetti Agatha bioBDLa vie d’Agatha Christie pourrait faire l’objet d’un roman, mais c’est en BD qu’Anne Martinetti (responsable éditoriale aux Editions du Masque), Guillaume Lebau (spécialiste de littérature criminelle) et Alexandre Franc (dessinateur) ont décidé de la raconter. Cette BD, sortie en librairie en septembre 2014, me tentait depuis une émission de radio entendue cet été. Comme dans ses romans, la vie d’Agatha Christie présente une énigme autour de laquelle cette bio-BD est construite.

(suite…)

« Le Château des étoiles : le secret de l’Ether (1ère livraison) » Alex ALICE (BD)


Alice BD journal couvLa BD n’est pas un genre que je lis beaucoup, tout d’abord parce que je le connais mal, hormis les grands classiques de mon enfance, parce que je crois que je suis assez difficile concernant les illustrations, et enfin parce que le prix des albums me semble toujours un peu cher. Mais, cette semaine j’ai découvert une BD très originale surtout par son format.

J’ai d’abord cru qu’il s’agissait une plaquette de présentation gratuite, puis j’ai découvert qu’il y avait un prix et quand je l’ai ouvert, j’ai compris qu’il s’agissait d’une BD selon la forme des anciens feuilletons journalistiques de la seconde moitié du XIXème. J’ai adoré l’idée et je l’ai immédiatement achetée.

(suite…)

« Asterix chez les Pictes » J-Y FERRI et D. CONRAD (BD)


asterix chez les pictesPour la première fois depuis sa création, un album d’Astérix le Gaulois, n’est plus écrit par Goscinny (on le savait déjà), mais plus non plus illustré par Uderzo. Comme pour les albums de Lucky Luke, les aventures se poursuivent mais sans leurs créateurs, ce qui, en soit me pose un léger problème. Hergé avait refusé que son Tintin continue à vivre sous la plume et le pinceau d’un autre et je pense qu’il avait bien raison. Si on prend la même situation dans le roman, on comprend tout de suite mieux ce que je laisse entendre. Mon premier souci se situe du côté des nouveaux auteurs de cette BD : certes cela peut être un exercice de style : vous écrirez et illustrerez un album d’Astérix le Gaulois à la façon de Goscinny et d’Uderzo… ça fait un peu rédac de 3ème ! Et précisément, cet album relève pour moi du simple exercice de style à la façon de… Or on sait que les copies ne sont jamais à la hauteur des originaux.

(suite…)

« Le Mychtère du Château dichparu » G. KOCJAN et J. RICOSSE (BD) – Rentrée Littéraire 2013.


kocjan le mychtérieuxComment allier plaisir de lecture et connaissances historiques ? J’ai la réponse avec cette BD qui nous entraîne visiter les châteaux de la Loire à la suite de quatre personnages un brin barrés. Ils appartiennent à la Z.I.Z.E.M.P.C (Zorganisation Internationale et Zecrète des Enfants qui en ont Marre d’être Pris pour des C…). Il y a le professeur Klutch, éminent scientifique, Laptop, un chat qui a avalé Wikipedia, La Valise, une valise qui parle et renferme tout ce dont on a besoin, Jean-Claude, gros canari costaud, John, la mouche qui conduit La Loco, locomotive volante qui a le seul inconvénient de ne voler qu’en marche arrière.

Cet album est le 4ème d’une série et se voit poursuivi par un 5ème album : Peupeur sur la viville, qui n’est, à ma connaissance pas encore paru.

(suite…)

« Le Crime de l’Orient-Express » d’après Agatha Christie, de François Rivière et Solidor (BD)


Christie le crime de l'Orient BDGrâce aux nombreux participants du Challenge Agatha Christie, j’ai eu l’occasion de découvrir les adaptations en BD des romans de notre reine du crime. L’an dernier dans un CDI où je faisais passer des oraux de français, j’avais eu l’occasion d’en feuilleter une ou deux. Je les avais un peu oubliées jusqu’à samedi où en parcourant les bacs de BD à la bibliothèque municipale, je suis à nouveau tombée dessus. J’ai choisi Le Crime de l’Orient-Express paradoxalement parce que je connaissais l’intrigue. En effet, je voulais surtout lire cette BD pour son adaptation du roman, et comme pour les films, je préfère lire les romans avant de découvrir les adaptations.

Dans cette histoire, un homme d’affaire millionnaire, M. Ratchett, est retrouvé mort dans sa couchette, poignardé à plusieurs reprises. Le célèbre train, l’Orient-Express, se retrouve immobilisé dans la campagne à cause de la neige. En attendant le chasse-neige et la police yougoslave, le directeur du train, ami d’Hercule, lui demande de mener l’enquête.

L’adaptation en BD oblige une condensation de l’intrigue, mais aussi un rendu visuel propre au genre. Cette adaptation permet de se remémorer le roman, de voir s’incarner les différents personnages. Le dessin est académique et fidèle à l’esprit du roman. L’enquête est, d’après mes souvenirs, également fidèle. Hercule Poirot a un petit air de David Souchet, l’acteur qui incarne l’inspecteur Poirot dans la très célèbre série. De façon générale d’ailleurs, j’ai trouvé que cette adaptation était très proche des épisodes de la série.

Je trouve l’initiative intéressante et j’ai aimé lire cette BD, mais quelques points m’ont un peu déstabilisée. Tout d’abord concernant le condensé de l’intrigue. Si la première partie installe bien l’intrigue, la seconde partie, après le crime, m’a paru trop rapide et souvent trop elliptique. Hercule Poirot interroge plusieurs voyageurs, mais à chaque fois, l’interrogatoire tourne un peu court et je suis souvent restée sur ma faim. D’autre part, la multiplicité des personnages et la brièveté de leur apparition ont fait que je me suis souvent sentie un peu perdue, ayant du mal à me souvenir qui était tel et tel personnage. Nous n’avons pas le temps d’identifier un personnage que nous passons à un autre personnage. D’autant plus que certains dessins m’ont un peu déroutée : pour un des personnages j’ai eu du mal à savoir s’il s’agissait d’une femme ou d’un homme, pour une autre, j’ai l’impression qu’elle était chauve et surtout je ne suis pas parvenue à la retrouver dans la suite de l’histoire :

christie BD 2

Nous avons donc une enquête menée tambour battant à tel point que, quand la résolution arrive enfin avec la fameuse scène où Poirot réunit tout le monde pour désigner le coupable, j’avais toujours l’impression que l’enquête ne faisait que commencer. A être trop condensés, le déroulement de l’enquête et les cogitations de Poirot perdent un peu de leur pertinence. J’ai eu l’impression d’avoir sauté des étapes.

Donc, pour conclure, je dirais que cette BD est intéressante quand on s’intéresse à l’œuvre d’Agatha et qu’elle doit être lue en complément du roman. Certes après la lecture vous connaîtrez le fond de l’intrigue et le nom du meurtrier, mais pour ma part, je n’ai pas suffisamment retrouvé le sel du roman et notamment le suspens qui nous fait participer à la résolution de l’intrigue.

BD lue grâce à la Bibliothèque MunicipaleMarilyn bibliothèque

BD lue dans le cadre du Challenge Agatha Christie et du Challenge Polar et Thriller.

challenge Agatha ChristieChallenge thrillers et polars

« Les Colombes du Roi Soleil : Les comédiennes de Monsieur Racine, tome 1 » d’Anne-Marie Desplat-Duc et Mayalen Goust


desplat-Duc les colombes BD tome 1Souvent je fais des cadeaux intéressés, enfin surtout quand les cadeaux en question sont des livres. Lors du dernier Salon du livre jeunesse de Montreuil, j’ai eu le plaisir de rencontrer Anne-Marie Desplat-Duc, auteur de la série Les Colombes du Roi Soleil, ainsi que du livre Les Lumières du théâtre, que je vous incite fortement à lire et à offrir aux collégiens de votre entourage. Je n’ai pas (encore) lu la série des Colombes, mais son adaptation en BD, magnifiquement illustrée par Mayalen Goust, m’a tout de suite tentée. Noël approchant, je la destinais à ma petite nièce de 7 ans, mais, à la lecture, je me suis rendu compte qu’il faudrait sans doute attendre encore un an ou deux pour la lui offrir.

L’intrigue se situe à Saint-Cyr, célèbre institution voulue et créée par Madame de Maintenon, qui avait pour but de donner une éducation aux jeunes filles de la noblesse désargentée en les séparant de leur famille. L’auteur se focalise sur quatre jeunes filles : Hortense de Kermenet ; Isabeau de Marsanne ; Charlotte de Lestrange et Louise de Maisonblanche.

lescolombesduroiEXTRAIT3b

Chacune a son histoire, son caractère, et ce premier tome pose les jalons, nous les présente progressivement laissant planer des interrogations, effleurant quelques mystères qui poussent le lecteur à vouloir en savoir plus.

A Saint-Cyr, l’éducation est stricte, fortement religieuse, et a pour aboutissement soit le mariage, soit le couvent. Quand on n’a pas d’argent, au moins faut-il avoir une éducation digne de son rang. Les jeunes filles se plient aux règles, mais en souffrent : le discipline ; le manque de contact avec leur famille ; l’humidité des lieux qui provoquent des maladies entraînant parfois la mort, etc.

Toutefois, un évènement va venir égayer l’institution. Racine, protégé de Madame de Maintenon, a écrit, sur commande, une pièce pour les jeunes filles de Saint-Cyr : Esther. Pièce religieuse, et donc éducative. Certaines d’entre elles auront la chance d’avoir un rôle, mais pour cela elles doivent apprendre par cœur toute la pièce. Pour l’une d’entre elle, ce sera la révélation d’une vocation.

Au-delà des aventures, des intrigues amoureuses et des personnages qui font de cette BD, une lecture prenante et intéressante, j’ai été surtout sensible aux références historiques et littéraires qui donnent une richesse à l’ensemble et permettent de s’instruire, de découvrir une époque tout en lisant une belle histoire.

Une BD, ce n’est pas qu’un texte, c’est bien sûr aussi des illustrations. Autant je n’aime guère les illustrations du roman, autant je trouve celles de cette BD très belles, fines, à la fois modernes et rendant bien compte de l’époque. Les jeunes filles, individualisée en partie par la couleur de leurs cheveux, sont belles, élégantes et propre à susciter l’identification des lectrices. D’ailleurs, je dois avouer que mademoiselle Charlotte, la brune, est sans doute ma préférée. On plonge réellement dans une époque, dans une atmosphère qui nous fait voyager dans le temps. Que ce soit les personnages ou les décors, tout est travaillé avec finesse, rendant cette BD aussi agréable à lire qu’à regarder.

desplat-duc les colombes BD tome 1 planche

C’est donc un vrai coup de cœur que j’ai ressenti pour cette BD autant pour l’histoire avec un petit h, que pour ce qu’elle dit de l’Histoire avec un grand h.

Lu dans la cadre du Challenge Cartable et tableau noir.

challenge cartable et tableau noir

« Calvin et Hobbes 6 : Allez, on se tire » de Bill Watterson


Fin mars, j’avais lu le tome 1 des délires de Calvin et de son doudou tigre, Hobbes. Lors d’une dernière visite en bibliothèque, j’ai eu envie de retrouver ces deux lurons.

J’avoue que les vignettes qui me font le plus rire sont celles qui intègrent les relations de Calvin avec ses parents. Celui qui subit le plus les remarques ironiques de Calvin est toujours le père qui s’évertue chaque année à emmener sa famille en camping sauvage, ou dont l’autorité est remise en question :

Avec sa petite gueule d’amour, Calvin est un enfant comme les autres qui râle quand il fait trop chaud, trop froid etc., qui déteste ranger sa chambre, qui fait des bêtises, qui désobéit :

Comme la plupart des petits garçons, il est en conflit avec les filles, et ici notamment Susie qui subit le mauvais esprit de Calvin. Celui-ci a d’ailleurs créé une société secrète : D.E.F.I, soit Dehors Enorme Fille Informe. La pauvre Susie ne parvient jamais à jouer avec Calvin, et, comme les autres personnages, ne perçoit Hobbes que comme un simple doudou.

Hobbes, quant à lui, est à craquer. J’adore sa sagesse, son fair-play, et sa bouille. A la fois doudou et être ami « réel » de Calvin, il est le compagnon des délires de Calvin, son ami inséparable. A eux deux, ils forment un couple complémentaire.

Dans ce tome, il y a moins d’histoires imaginées par Calvin, et cela m’a plu car je préfère les planches qui mettent en scène le petit garçon dans son quotidien et dans ses relations avec ses parents, ou ses réflexions de petit garçon philosophe en herbe.

Cette BD est donc toujours aussi agréable et drôle à lire.