L’été à Paris : La Basilique Saint-Denis.


Ce matin, avant les chaleurs caniculaires prévues pour l’après-midi et le retour de la pluie ce week-end, j’ai embarqué mes gnomes à Saint-Denis visiter la Basilique et la nécropole des Rois et Reines.

Après une heure de métro, nous avons donc pénétré dans la basilique et avons été saisis par la beauté des vitraux d’autant plus mis en valeur par le soleil :

Très vite les enfants ont voulu aller voir les gisants dans la nécropole. Cette partie de la Basilique est payante, mais une fois affublés d’audio-guide, comme de vrais touristes, nous avons pu admirer les différentes sépultures. Par chance il n’y avait pas grand monde et il faisait frais, deux conditions essentielles pour profiter au mieux de cette visite. Dès l’entrée nous découvrons le tombeau de François Ier et de Claude de France. Un tombeau monumental où le roi et la reine sont représentés nus et couchés. Les enfants ont retenus que François Ier mesurait presque deux mètres, d’ailleurs on le perçoit très bien, sa statue est nettement plus grande :

Sur le bas relief est représentée la bataille de Marignan (1515, je vous le rappelle).

Il m’est difficile de vous relater dans le détail cette visite qui a duré plus de deux heures, tellement nous nous sentions bien dans ce lieu et tellement il y avait de choses à voir, de détails à noter. Je vais donc surtout vous parler de ce qui m’a le plus ému.

Avant de passer dans l’aile gauche de la nécropole, nous avons visité la crypte qui renferme le caveau des Bourbons. Les tombes de Louis XVI et de Marie-Antoinette s’y trouvent mais ne renferment pas les corps, le Roi et la Reine guillotinés ayant été mis à la fosse commune. C’est Louis XVIII qui les fit inhumer le 21 janvier 1815 à Saint-Denis.

Un peu plus loin est exposé le coeur de Louis XVII, fils de Louis XVI, mort à l’âge de 10 ans dans la prison du Temple. Les enfants ont été un peu impressionnés par ce coeur. J’ai été assez émue aussi devant cette urne funéraire, et, bien que républicaine et démocrate convaincue, horrifiée en imaginant cet enfant, si proche de l’âge d’Antoine, en prison.

La crypte accueille également les tombeaux de Henri IV et la Reine Margot. Mais il faut bien comprendre que ces tombeaux sont vides. En effet pendant la Révolution, les tombes ont été profanées, et les corps des Rois et des Reines ont été jetés dans une fosses communes et recouvert de chaux. C’est donc Louis XVIII qui, en 1817, a ordonné que les dépouilles soient inhumées dans la crypte. Il s’agit d’une toute petite pièce dont deux pans de mur sont recouverts de plaques de marbre sur lesquelles ont été gravés tous les noms des Rois et des Reines.

En ressortant de la crypte nous avons continué notre visite et avons pu admirer le gisant de Clovis. On ressent un étrange sentiment d’intemporalité dans cette nécropole en présence de toutes ces femmes et de tous ces hommes qui ont fait une partie de l’Histoire de France.

Je pourrais encore vous parler de la chapelle expiatoire dans laquelle fut édifié un monument en hommage à Louis XVI et Marie-Antoinette en 1830. Les statues surgissent et on a la sensation de deux personnes vivantes en train de prier :

Reste encore deux monuments, le premier représentant Catherine de Médecis et Henri II :

l’autre à la mémoire d’Anne de Bretagne, ma marraine dont c’est la fête aujourd’hui :

Mes enfants et moi avons passé deux heures fabuleuses de complicité, de découverte et d’émerveillement. En dehors des sépultures, j’ai laissé errer mon œil sur des détails architecturaux que je vous livre ici.

Les photos ne sont pas libres de droit.

Ce billet peut entrer dans le Challenge Paris.