Bilan mensuel de lecture : Mars 2018 – avec des chroniques à l’intérieur…


N’ayant pas écrit ici depuis un mois, vous vous doutez bien que le nombre de chroniques en retard n’a pas baissé d’un poil (de lapin) et a même subi une certaine hausse. Mais, comme en février, j’ai essentiellement pioché dans ma PAL et plus exactement dans les classiques. En mars encore, un seul SP lu et fini ce matin, pile poil (de lapin) pour le bilan. Mais ne vous affolez pas, la PAL n’en a pas diminué pour autant, car le Salon du livre est passé par là, ainsi qu’une petite descente en librairie hier matin. Je suis donc au point mort de ce côté-là. Je cours donc toujours après le temps et après ma PAL, mais le mois de mars s’est achevé de la meilleure façon qui soit pour moi, professionnellement, puisque j’ai été titularisée vendredi. Un immense soulagement. Me voici donc professeur certifiée. Je peux enfin me sentir légitime dans mon métier et ça fait du bien à l’ego.

Bref… Ce bilan de lecture, comme celui du mois précédent, sera l’occasion de rattraper mon retard de chroniques.

(suite…)

Publicités

« La Vie, quelque part » Anita BROOKNER – A Year in England #2


brooknerJe ne sais pas si on lit encore beaucoup Anita Brookner aujourd’hui. Je constate que ses romans apparaissent peu sur les blogs et même durant les Mois Anglais, je ne me souviens pas l’avoir vue évoquée. Il s’agit d’une romancière anglaise, née en 1928, très prolifique dans les années 80/90, et que j’ai découverte grâce à ma mère dans mon adolescence. Ses romans sont essentiellement psychologiques et racontent souvent l’évolution d’une femme en prise avec ses aspirations intellectuelles et sentimentales, et la vie sociale. Dans La vie, quelque part, premier roman de l’auteure paru en Angleterre en 1983, Ruth Weiss, professeur de littérature, spécialiste de Balzac, fait ce constat pessimiste au début du roman :

A 40 ans, le professeur Weiss, docteur ès Lettres, savait que la littérature avait gâché sa vie. (p.9)

(suite…)

« Le Lys dans la Vallée » Honoré de BALZAC


Balzac le lysRevenir à Balzac, c’est revenir au coeur de la littérature. Je me souviens encore très bien du tout premier Balzac que j’avais choisi de lire : Beatrix (relu d’ailleurs depuis). Pourquoi celui-ci alors qu’il ne fait pas, a priori, partie des romans les plus connus ? Tout simplement parce que ce prénom est, aux lettres finales près, celui de mon amie d’enfance. Il s’est avéré que ce roman avait quelque chose de prémonitoire puisque l’un des personnages, Félicité Des Touches, est inspirée de George Sand, herself ! Tout cela pour vous dire que lire Balzac est pour moi un retour aux sources.

(suite…)

Bilan de lecture mensuel : Octobre 2014


logo-bilan-mensuel1Depuis le dernier bilan de lecture mensuel et tous vos conseils et encouragements, je suis devenue plus zen face à ce blog et à la rédaction de mes billets, voire même face à mes lectures. Vous avez eu la gentillesse de partager votre expérience, vos pratiques du blog et grâce à vous, je ne culpabilise plus et je suis mon petit bonhomme de chemin. Et finalement ce bilan d’octobre ne me semble pas si mal que cela.

(suite…)

« Une Double famille » Honoré de BALZAC


Balzac la double familleCourt roman ou longue nouvelle, La Double famille appartient aux Scènes de la vie privée de la Comédie Humaine. Écrit et paru dans les années 1830, ce texte est assez peu connu, je crois. Je l’ai lu il y a maintenant cinq ans et si je n’avais pas encore de blog à l’époque, j’avais cependant pris des notes précises sur ma lecture ce qui me permet d’écrire ce billet ce matin. Ma vie de lectrice ayant commencé bien avant ma vie de blogueuse, comme la plupart d’entre nous (je parle pour les plus vieilles!), je trouve dommage que mon blog soit privé de ces lectures qui ont été importantes pour moi. Bien sûr, je serais incapable d’écrire un billet assez précis juste de mémoire, mais ce petit carnet déniché au fond d’un tiroir, résumant quelques œuvres de Balzac, et des relectures partielles, me donnent l’occasion de combler ces lacunes.

(suite…)