« Nuit blanche au musée » Danielle THIERY – Polar jeunesse.


thiéry polar jeunesseNuit blanche au musée est un roman paru en 2004, mais dont l’édition vient d’être relookée. Ces nouvelles couvertures sont d’ailleurs très réussies. Danielle Thiéry a depuis fait paraître deux autres romans reprenant les mêmes personnages, Lily et son frère Lucas. Celui dont je vais vous parler aujourd’hui est donc le premier tome de cette série policière pour jeune ado.

Lily et Lucas, donc, sont frère et sœur et non seulement ça, mais jumeaux. Leur parent, Jean et Alice sont gardiens de musée. Lily, sportive, veut devenir une super enquêtrice, une seconde Lara Croft capable de vaincre n’importe quel ennemi. Lucas, quant à lui, est plus cérébral, plus mesuré et tente en vain de convaincre sa sœur de travailler un peu plus et de moins rêver à ses futurs exploits.

Continuer la lecture »

Patte de velours, œil de lynx » Maria ERNESTAM


Ernestam Patte de velousSara et Björn, las de la vie citadine et de la promiscuité, décident de s’installer à la campagne dans une maison qu’ils ont entièrement retapée. Ils sont cordialement accueillis par leur voisin le jour de leur arrivée, puis quelques jours plus tard, invités pour un repas amical. Mais, car il y a un mais, les voisins ont un chat : Alexander qui hante leur jardin et terrorise leur douce chatte, Michka. Cette dernière n’ose plus sortir dans le jardin. Sara et Bjorn ont tout tenté pour faire fuir le matou : jets d’eau ou de pierre, mais Alexander se sent sur son territoire et est bien décidé à y rester. Et puis Agneta, la voisine, montre un comportement de plus en plus étrange : jalousie, agressivité. La tension monte.

Continuer la lecture »

Bilan mensuel de lecture : Avril 2016.


logo-bilan-mensuel1Il est temps de se plonger dans le bilan de lecture du mois d’avril.

Ce mois-ci encore, j’ai eu des retards dans la rédaction de mes billets, mais je n’ai pas rompu mon rythme de lecture. Plus les mois passent et plus je m’installe dans ce rythme devenu régulier.

En avril, les lectures de SP ont été plus nombreuses. Il faut dire que j’en reçois beaucoup en ce moment, et qu’il faut bien les lire pour que les piles ne deviennent pas trop démesurées.

Continuer la lecture »

« Le Reste de leur vie » Jean-Paul DIDIERLAURENT


Didierlaurent Le reste de leur vieSort aujourd’hui le troisième livre de l’auteur au quadruple prénom : Le Reste de leur vie de Jean-Paul Didierlaurent. J’avais aimé Le lecteur de 6h27, j’avais été touchée par son recueil de nouvelles, Macadam et j’attendais avec impatience son prochain livre. Didierlaurent est un auteur des métiers décriés, des métiers qui n’ont pas bonne presse, de ceux que l’on choisit par défaut. Dans Lecteur de 6h27, il y avait une dame pipi ; dans Macadam, une guichetière d’autoroute. Des métiers pour le moins peu sexy ! Dans Le reste de leur vie, Didierlaurent convoque un thanatopracteur, ou si l’on veut un embaumeur, Ambroise, et une aide à domicile, Manelle. Mais contrairement aux héros de ces précédents ouvrages, les deux personnages de ce nouveau roman, aiment leur métier. Le premier s’occupe avec humanité des morts pour ceux qui restent, la deuxième aide les plus vieux dans leurs taches ménagères, mais bien plus encore.

Continuer la lecture »

Premières lignes… #4


premières_lignes

En ce 1er mai qui sent enfin le printemps, j’ai passé ma journée avec Emile Zola et Denise, c’est pourquoi je vous propose les premières lignes du Bonheur des Dames.

premières lignes #4

Zola Bonheur des dames

Emile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883

Retrouvez les Premières lignes de Ma Lecturothèque ,  Mokamilla, Nadège (Les mots de la fin), Moglug

« Un écrivain, un vrai » Pia PETERSEN


Petersen un écrivainGary Montaigu, quand s’ouvre le roman, se prépare à recevoir le prestigieux International Book Prize pour son dernier roman. Dans une atmosphère étouffante de canicule, à New-York, il se prépare à la consécration, à la reconnaissance de son travail, épaulé par sa femme, Ruth qui gère son écrivain de mari comme on gère une entreprise. Pour Ruth, le prix est une première étape, mais le meilleur reste à venir : une téléréalité autour de Gary intitulé Un écrivain, un vrai. Pendant plusieurs mois, l’émission se propose de suivre Gary au jour le jour dans la rédaction de son prochain roman. Les téléspectateurs, en interactivité, pourront donner leur avis. Gary a accepté, il y perçoit la possibilité de promouvoir la littérature et le lecture.

Continuer la lecture »

« De Pourpre et de soie » de Mary CHAMBERLAIN


chamberlain pourpre1939 à Londres, Ada Vaughan a une petite vingtaine d’années. Issue d’un milieu modeste, elle rêve de haute couture, se confectionne des robes, des chemisiers, et travaille dans un atelier de mode de Dover Street.  Elle est douée, apprend vite, connaît les tissus, comment les couper pour qu’ils subliment les courbes féminines. Elle rencontre un homme élégant, Stanislaus, qui lui parle de Paris, lui laisse espérer de l’aider dans la création de sa propre maison de couture : La Maison Vaughan. Quand il lui propose un séjour de quelques jours à Paris, elle n’hésite pas. Mais la guerre approche et finit par éclater un matin : Hitler a envahi la Pologne ! Stanilaus et Ada sont bloqués à Paris. Commence alors une longue descente en enfer.

Continuer la lecture »

Premières lignes … #3


premières_lignes

Initié par Ma Lecturothèque 

Après une semaine d’absence, je reviens ce dimanche avec les premières lignes d’un roman qui vient de sortir en librairie et qui me passionne. Un prologue qui donnera toute son explication au cœur du roman.

premières lignes #3

chamberlain pourpre

Mary Chamberlain, De Pourpre et de soie, Editions Préludes.

Retrouvez les Premières lignes de Ma Lecturothèque , de  Moka, d’Estelle. et Moglug.

L’âge de raison !


keep clam et write a blogIl paraît que l’anniversaire des 7 ans fête l’âge de raison et je me dis que ce n’est pas si faux que cela !

Aujourd’hui, 17 avril, Blogounet a 7 ans, (Oui, je l’appelle Blogounet, c’est son petit nom.), après cinq années d’euphorie et de billets quotidiens, après la reprise du travail et un rythme nettement ralenti, voici venir le temps de la sérénité. J’en parlais déjà l’an dernier, mais je sens bien aujourd’hui que j’ai réellement trouvé mon rythme. Il m’a fallu un an pour parvenir à concilier le travail et le plaisir de bloguer. Depuis septembre, les choses se sont mises en place et me conviennent bien ainsi. Certes je blogues un peu moins, je lis un peu moins, mais je reste dans une fréquence qui m’empêche de me sentir frustrée. Souvent je me rattrape les week-end et pendant les vacances, autant  pour les lectures que pour la rédaction des billets. Même si je tarde à publier parfois, j’ai repris ma ligne de publier tout ce que je lis. Je n’ai plus l’impression de délaisser Blogounet et il recommence à me le rendre.

Notre relation s’est assagie, apaisée.

Je me dis que l’essentiel est que ce blog existe toujours et qu’il est toujours cette fenêtre, cet espace à moi, protégé de mon moi social, un  endroit où la maman, la femme mariée, la prof se mettent en sommeil, où je suis juste George, cette identité à la fois virtuelle mais en même temps qui est aussi une autre facette de moi-même qui a besoin d’exister tout comme celles énoncées plus haut. Oui, je suis George, maman, Mme X, et la prof de français, et chacune de ces identités me constituent et ont besoin d’exister.

La femme (et dans doute l’homme aussi) ont besoin d’exister différemment, ont besoin de faire parler les nombreux moi(s) qui le constituent.

Mais un blog et une blogueuse ne sont pas grand chose sans toutes les personnes qui les lisent. Alors, pour finir, je tiens bien sûr à remercier tous ceux qui continuent de venir nous rendre visite et tous ceux qui viennent d’arriver. Je remercie aussi tous ceux qui me font confiance, qui me font croire que mes billets ne sont pas vains et qui contribuent à la poursuite de ce blog.

Bon anniversaire Blogounet, on n’en a pas fini tous les deux, on  a tellement de livres à lire …

keep calm books

« Comment j’ai écrit un roman sans m’en rendre compte » Annet HUIZING – Roman Ado.


huizing comment écrire un romanKatinka a 13 ans, elle vit au Pays-Bas avec son père et son petit frère, Kalle. Sa maman est morte quand elle était encore toute petite. La mort de sa maman, elle en parle naturellement : « ça va, ce n’est pas grave ». Elle n’a pas encore réellement pris conscience de ce que cela veut dire, elle a juste vécu jusqu’à présent avec ça. Katinka veut écrire et il se trouve que sa voisine, Lidwine, est écrivain, elle a écrit et publié de nombreux romans, elle a même reçu des prix. Un jour, elle se lance, elle va demander à Lidwine de lui donner des leçons d’écriture.

Continuer la lecture »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 201 autres abonnés