« L’Echange des princesses » de Chantal THOMAS


Thomas échange princessesChantal Thomas (qu’il ne faut pas confondre avec la créatrice de dessous chic du même nom) est romancière et situe généralement l’intrigue de ses romans historiques au XVIIIème siècle. J’ai découvert son oeuvre, il y a quelques temps déjà (en 2009), en lisant Les Adieux à la reineL’auteur m’avait réellement transportée à Versailles à la veille de la Révolution Française, en juillet 1789, et depuis j’ai suivi les parutions de ses romans, et c’est ainsi que j’ai fini par acheter Le testament d’Olympe, paru en 2013 et donc L’échange des princesses qui vient de paraître en poche.

Continuer la lecture »

« AGATHA : La vraie vie d’Agatha Christie » A. MARTINETTI, G. LEBEAU, A. FRANC (BD)


MMartinetti Agatha bioBDLa vie d’Agatha Christie pourrait faire l’objet d’un roman, mais c’est en BD qu’Anne Martinetti (responsable éditoriale aux Editions du Masque), Guillaume Lebau (spécialiste de littérature criminelle) et Alexandre Franc (dessinateur) ont décidé de la raconter. Cette BD, sortie en librairie en septembre 2014, me tentait depuis une émission de radio entendue cet été. Comme dans ses romans, la vie d’Agatha Christie présente une énigme autour de laquelle cette bio-BD est construite.

Continuer la lecture »

Challenge Amoureux (S.5) by L’Irrégulière.


challengeamoureux2015Depuis cinq ans, le 14 février marque la nouvelle saison du Challenge Amoureux lancé par L’Irrégulière. Cette année encore je m’inscris même si, en 2014, mon bilan fut un échec. Et comme je n’aime pas rester sur un échec…

Comme les deux années précédentes, L’Irrégulière nous laisse libres de choisir nos propres catégories, six au total. Si j’ai échoué en 2014, c’est sans doute aussi parce que, en voulant différencier mes lectures, j’avais choisi des catégories trop éloignées de mes lectures courantes. Du coup pour cette année, je vais faire plus simple et tenter de coller au plus près à mes envies de lecture.

Continuer la lecture »

Descente en librairie un mercredi… juste parce que ça rime !


descentes en librairie 2Mercredi dernier, pour récupérer une bio de Diderot que j’avais commandée le vendredi d’avant et acheter un nouveau cahier de maths jaune format 24/36 pour Antoine, j’ai fait un petit tour à la librairie. J’étais allée chercher Antoine à midi au collège, il faisait beau, un froid sec comme j’aime.

Continuer la lecture »

« Un Hiver à Paris » Jean-Philippe BLONDEL (Rentrée Littéraire Janvier 2015)


blondel un hiverVictor, lycéen brillant de sa ville de province, est monté à Paris pour poursuivre ses études en prépa littéraire dans un établissement reconnu. Il découvre la pression, la somme des devoirs à rendre, les listes abyssales de livres à lire, la froideur des professeurs, l’anonymat, la compétition, le décalage entre lui et les autres élèves, enfants des beaux quartiers. Tandis que ses « camarades » rentrent travailler et dormir dans des appartements de 150 m², Victor prend le RER pour rejoindre sa petite chambre universitaire à Nanterre. En deuxième année, il se rapproche de Mathieu, inscrit en première année. Il partage leurs pauses clope aux récréations. Ce n’est pas réellement une amitié, juste un rapprochement entre deux élèves venant de province. Un matin,  Mathieu claque la porte de son cours de littérature en lançant un retentissant « connard » à son prof, M. Clauzet, et saute par dessus la rambarde du grand escalier.

Continuer la lecture »

Bilan de Lecture mensuel : Janvier 2015


logo-bilan-mensuel1Réjouissons-nous les affaires reprennent ! En ce début d’année, il semble que les choses finissent par se mettre place. Le nombre de lectures n’est toujours pas celui d’avant, mais au moins je me maintiens. Comme lors de ces derniers mois, un petit bilan mensuel de 5 livres, presque 6 puisque je vais sans doute finir le dernier roman de Jean-Philippe Blondel ce soir.

Ce mois-ci encore j’ai privilégié les lectures personnelles. Ma PAL me dit merci !

Continuer la lecture »

« La Place Royale » Corneille, mise en scène de François Rancillac – La Cartoucherie


la place royaleUn des avantages du niveau attentat élevé et de l’interdiction de déplacer des élèves sur l’Île de France, est qu’une de mes collègues, qui avait réservé pour une de ses classes de seconde, s’est retrouvé avec des places à bas prix (tarif de groupe, youpiii !) pour la représentation de La Place royale  de Corneille dans un des théâtres de La Cartoucherie, L’Aquarium. Aussi, hier soir, accompagnée de quatre collègues, j’ai eu le plaisir d’assister à une très belle représentation.

Continuer la lecture »

Où suis-je ? Où vais-je ? Dans quel état j’erre?


Miracle hier soir, un billet a paru sur le blog et voilà qu’un deuxième surgit encore aujourd’hui ! George retrouverait-elle un peu de cerveau disponible pour le blog ? Il faut croire que oui ! Vous constaterez par la même occasion que ma « schizophrénie » (entre guillemets car la dernière fois que j’ai utilisé ce terme je me suis fait remettre en place aux noms de tous les vrais schizophrènes) est toujours bien vivace puisque je parle de moi à la troisième personne, donc vous voyez je n’ai pas tant changé que cela.

Oui, George est bien toujours là, mon moi virtuel survit même si ces derniers temps mon moi réel a pris le dessus. Pourtant cette part de moi liée au blog, si elle est un peu endormie, n’en est pas morte pour autant. Non, non, loin de moi l’envie de mettre un terme ou de faire une pause, je résiste même si, oui, les billets sont beaucoup moins nombreux, que les semaines défilent sans que je prenne le temps ou ai le courage de rédiger un pauvre petit billet. Mon blog est un peu comme une maison de vacances qu’on aurait désertée mais qui est toujours là à attendre le retour de l’été pour de nouvelles escapades estivales. Je n’ai aucune envie de mettre la clef sous la porte, histoire de filer la métaphore !

Le blog était, et l’est toujours mais différemment, un moyen de parler littérature et livres alors que j’avais arrêté mes études interminables puis arrêté d’enseigner. C’était ma façon de parler des livres, de mes lectures, de rester « connectée » à ce qui me définit sans doute le mieux mon amour pour la littérature et tant pis si ça fait pompeux ! Aujourd’hui, et sans doute plus encore cette année, la retour à l’enseignement et à l’enseignement du français et de la littérature comble ce manque et je ressens moins le besoin de partager, mais… Car oui, il y a un MAIS ! On ne tient pas un blog pendant plus de 8 ans (oui parce qu’il y a eu une vie bloguesque avant Les livres de George) sans que cela laisse quelques séquelles. Difficile donc pour moi d’oublier ce petit blogounet, d’oublier celles et ceux qui le visitent, d’oublier les échanges, les discussions… On est blogueuse ou on ne l’est pas, et je crois que je le suis profondément.

Donc, même si je cours de salle en salle, même si je suis toujours taraudée par le prochain cours, le prochain roman à faire étudier, le prochain cours à préparer, les prochaines copies à corriger, blogounet reste niché dans ma tête, et je  vois ses yeux de Chapotté :

chapoté

Vous les voyez vous aussi les yeux du Chapotté ?

Comment l’abandonner ?

Et puis, bizarrement, ces derniers temps l’envie revient, malgré la fatigue, l’envie de rouvrir les volets, de faire la poussière (métaphore filée quand tu nous tiens !), d’aérer, de changer un peu les meubles de place, pour mieux repartir, oui, même si c’est différemment, le tout étant de repartir, d’alléger les bagages, de venir comme on est, et peut-être finalement de revenir à l’essentiel, comme au début, au tout début quand je lisais juste mes livres, que je les choisissais juste par envie, quand je n’imaginais pas les SP, les challenges, les LC et j’en passe. Je ne renie rien, j’ai aimé tout cela, mais aujourd’hui j’ai envie de choses plus simples parce que je ne vis plus de la même façon. On lit et blogue selon notre vie. Je lis donc toujours (il ne pourrait pas en être autrement), mais différemment, il est donc normal que je blogue aussi différemment.

A bientôt !

« Comment (bien) rater ses vacances » Anne PERCIN


Rpercin rater vacances1ien de tel quand on bosse (trop) de lire un roman qui parle de vacances, même si le titre laisse présager le pire, mais rien de tel également, dans ce contexte, que de lire une histoire de vacances ratées, l’envie de dire : « Bienfait ! » pointe alors. Bref, ce fut la raison suffisante mais pas unique, puisque ce qui m’a poussé à lire ce roman ado fut aussi, sans aucun doute, l’envie de lire quelque chose de léger et de drôle, de faire respirer mon cerveau bien trop surchargé voire survolté. Et je dois dire que je n’ai pas été déçue.

Continuer la lecture »

Le Premier jour du reste de ma vie…


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 5 070 autres abonnés