Bilan du RAT du Mois Anglais


Après ces trois jours de lecture, j’ai envie de faire un petit bilan. Vous pouvez retrouver le détail de mon RAT dans le lien ICI. Je ne vais pas tout reprendre, puisque le billet précédent le fait déjà.

Je voudrais tout d’abord remercier Titine, Lou et Mélanie  pour la super organisation et le relais des publications et autres stories. Ensuite toutes celles qui sont venues m’encourager ou déposer un commentaire. J’ai essayé de rendre les visites. C’était un vrai plaisir d’échanger nos avis, nos recettes de scones 😍, nos envies de lecture… Je remercie enfin les participantes qui ont encore faire grossir ma whislist.

Donc du vendredi 12 au matin au dimanche 14 au soir, j’ai :

Au total j’ai lu 630 pages en 3 jours. Ce n’est pas énorme, mais cela m’a permis de retrouver un peu d’avance par rapport à la publication des chroniques. Mais surtout, j’ai retrouvé le plaisir de lire sans interruption, ou presque, de prendre le temps de plonger dans un livre, de s’y immerger au lieu de le faire traîner une semaine. Lire en peu de temps un livre est une expérience particulière, j’ai vraiment la sensation d’être plus imprégnée par l’histoire, plus proches des personnages et donc de mieux apprécier ma lecture.

J’ai eu la chance de lire trois livres qui m’ont plu, je ne me suis jamais ennuyée, bien au contraire. Ce sont des œuvres très différentes et pourtant certaines se sont répondues : dans Lady Helen j’avais tiqué sur deux mots désignant les partis politiques anglais sous la Régence, en commençant Les Soeurs Brontë, je les ai retrouvés et j’en ai compris la signification : whig et tory, le premier désignant les libéraux, le second les conservateurs. J’adore quand les livres se répondent ainsi et puis s’imaginer que Lady Helen a peut-être croisé les sœurs Brontë, puisqu’elles « vivaient » à la même époque, je trouve cela génial, c’est la magie des livres.

Il me reste à écrire ma chronique sur Bienvenue à High Rising avant la fin de la journée Vintage novel.

Le Mois Anglais 2020

 

 

« Lady Helen : Le Club des mauvais jours » d’Alison GOODMAN -Tome 1.


Nous sommes à Londres en 1812, sous la Régence de George IV. Lady Helen Wrexhall a été recueillie par son oncle et sa tante, après la mort de ses parents. Tante Leonore lui montre de l’affection, mais son oncle, plus bourru, a une conception du rôle de la femme de son époque. Il faut dire que sa mère, Lady Catherine, a laissé derrière elle une réputation qui pourrait ruiner celle de sa fille si elle n’avait pas quarante mille livres de rente. Accusée d’espionne à la solde de Napoléon-Bonaparte, la mère de Helen est une paria en Angleterre. La perspective de sa présentation à la cour occupe toutes les préoccupations de Helen et de sa tante. Ainsi que la possibilité que la Reine Charlotte lui pose une question sur sa mère. Dans le même temps, plusieurs événements insolites ont lieu : son amie Délia s’est enfuie avec un certain Mr Trent qui a été retrouvé mort dans une auberge après avoir exhalé une lumière brillante, selon quelques témoins. Une de ses servante, la jeune et jolie Berta a, quant à elle, disparu subitement abandonnant son coffre avec ses affaires. Enfin, le sulfureux Lord Carlston, suspecté d’avoir tué sa femme, est de retour à Londres sous la protection du très chic et dandy Brummell. Helen, perturbée par sa future présentation à la cour et tous ces événements, s’interroge sur sa mère et cherche dans le médaillon qu’elle lui a laissé des réponses à ses questions. Alors qu’elle sait avoir ce don de lire les pensées dans la physionomie de ses interlocuteurs, elle commence également, par moments, à percevoir comme un halo bleu autour d’eux. Et puis l’attitude de Lord Carlston envers elle semble de plus en plus suspecte.

Continuer la lecture »

Read-a-thon – Le Mois anglais 2020


Depuis ce matin un read-a-thon a démarré et s’achèvera dimanche 14. Je ne pouvais pas ne pas participer. Le principe est clair : lire pendant 3 jours.  Vous avez la possibilité de continuer votre petit bonhomme de chemin en lisant votre PAL speciale Mois Anglais ou suivre les mini-challenges suivants :

  • Défi 1 : Partager un tea time de lecteur / lectrice en photos
  • Défi 2 : Lire 9 titres différents, autant de titres que de bougies à souffler pour notre Mois anglais
  • Défi 3 : Lire un titre en VO

Je vous laisse lire le message de l’une de nos organisatrice préférée, Titine.

Vous pouvez aussi seulement participer en encourageant les read-a-thonien.ne.s en laissant de gentils commentaires sur leurs blogs respectifs.

Continuer la lecture »

« Passion et repentir » William Wilkie COLLINS


Un titre aux allures d’un roman de Jane Austen et pourtant il s’agit bien d’un roman de William Wilkie Collins, auteur victorien et incontournable pour un mois anglais. Tout commence pendant la guerre de 1870 sur le front franco-allemand. Deux jeunes anglaises se retrouvent bloquées dans une maison. L’une est infirmière de guerre après un passé infamant, Mercy Merrick, l’autre est en transit pour se rendre chez une parente qu’elle ne connaît pas encore à la suite de la mort de son père, Miss Roseberry. Cette dernière se confie à Mercy. Grâce à la recommandation que son père lui a faite avant de mourir, Miss Roseberry va être placée comme dame de compagnie auprès de Lady Janet. Mercy, issue d’un milieu très modeste, écoute et rêve d’une vie meilleure, mais son passé l’a toujours rattrapée et, dans cette société victorienne corsetée, personne ne lui a donné sa chance. Quand une bombe éclate dans la pièce où elles étaient réfugiées et que Miss Roseberry est laissée pour morte, Mercy saisit l’occasion qui se présente à elle. Alors qu’il faut fuir par crainte de l’arrivée des troupes allemandes, elle endosse les vêtements de la Miss, se saisit de la lettre de recommandation et abandonne ses malades.

Continuer la lecture »

« Affinités » Sarah WATERS – Le Mois Anglais.


Margaret Prior appartient à la bonne société londonienne. La mort de son père et un événement (qui sera clarifié au cours du roman) l’ont laissé fragile nerveusement. Cette nervosité est traitée par des doses de chloral que sa mère lui fait boire scrupuleusement chaque soir. Pour lui changer les idées et l’occuper, M. Shillitoe, ami de la famille, lui propose de devenir bonne dame patronnesse à la prison de Millbank. Margaret accepte et pénètre dans cette prison sombre, humide et sinistre où sont enfermées des avorteuses, des voleuses, des suicidaires… Elle y découvre tout le fonctionnement de ce lieu : la rigueur voire la méchanceté de certaines surveillantes, les conditions du vie des pensionnaires, les couloirs où résonnent sans cesse des bruits de clef et de grilles que l’on ouvre ou ferme. Parmi les femmes auxquelles elle rend visite, l’une attire particulièrement son attention : Selina Dawes. Margaret est touchée par cette jeune fille triste et belle, dont on dit qu’elle est une puissante spirite capable de convoquer les esprits.

Continuer la lecture »

« Code 1879 » Dan WADDELL – Polar


A Londres, un homme est retrouvé mort, les mains tranchées, dans le cimetière près de l’église St John’s. Sur son torse, des griffures laissent découvrir un code : 1A57 et on retrouve la trace d’un appel sur son téléphone venant d’un étrange numéro : 1879. Les inspecteurs Grant Forster et Heather Jenkeins sont chargés de l’affaire. Pour tenter de comprendre le code, ils vont faire appel à Nigel Barnes, jeune homme dont la profession est généalogiste. A l’enquête policière traditionnelle, une autre va donc être menée par Nigel dans les différents lieux d’archives.

Parallèlement, certains chapitres en italique, sont consacrés à des crimes ayant eu lieu au XIXe siècle, dans les quartiers de Kensington et de Notting Hill.

Continuer la lecture »

PAL ? Vous avez dit PAL ?


Mon retour sur le blog va de pair avec l’éternelle question de la PAL. Et c’est un billet de Natiora qui est à l’origine de l’initiative dont je vais vous parler. Dans son billet intitulé « Challenge Je vide ma PAL : le retour« , Natiora nous explique comment elle a voulu remettre tout à plat en comptabilisant tous les livres de sa PAL qui n’était plus vraiment tenue à jour. Pour ce faire, elle a utilisé une application avec scanner : Ma Bibliothèque. Après un bon week-end d’inventaire, elle est donc parvenue à avoir le nombre exact de livres résidant dans ses étagères. En la lisant, j’ai fait un peu ma maligne : » Oh ! moi j’ai arrêté de compter et puis il me faudrait des semaines pour en venir à bout ». Et puis… Continuer la lecture »

« Une avalanche de conséquences » Elizabeth GEORGE – Le Mois Anglais


Première découverte pour moi des romans d’Elizabeth George. Comme je ne fais jamais comme tout le monde, je commence par le tome 18 de la série mettant en scène les inspecteurs Thomas Linley et Barbara Havers. Mais qu’à cela ne tienne, j’ai découvert dans ma PAL abyssale que j’avais les trois premiers tomes, je vais donc pouvoir me rattraper. Alors Elizabeth George est américaine, mais, un peu comme Kate Morton, elle est diplômée de littérature anglaise et ça se sent. Aussi l’intrigue de ce roman se situe-t-elle entre Londres et le Dorset. Les deux inspecteurs appartiennent évidemment à Scotland Yard, sinon c’est moins drôle.

Toute la première partie du roman (jusqu’à la page 176 pour être exacte, sur 758), l’intrigue s’axe sur les membres de la famille Goldcare : les fils, William et Charlie, la mère, Caroline, son mari (mais non le père des garçons), Alestair et les copines des fils : Lily et Inda. Très vite, on voit que la mère Caroline est au centre de cette famille : mère possessive, désagréable, blessante (notamment avec ses futures belles-filles et son mari) et souvent insultante. Les fils semblent dépendants d’elle et notamment William qui fait des crises de logorrhées. Tout s’emballe quand ce dernier se jette du haut d’une falaise du Dorset. Parallèlement à cette famille, on fait rapidement la connaissance de Clare Abbott, féministe et écrivain dont Caroline est une sorte de secrétaire, et de son éditrice Rory. Mais, lors d’une campagne de dédicaces Clare est retrouvée morte dans sa chambre d’hôtel. Interviennent alors Linley et Havers.

Continuer la lecture »

« Les Indiscrétions d’Hercule Poirot » Agatha Christie – Le Mois anglais.


Un Moi anglais ne serait pas un vrai Mois anglais sans la lecture d’un Agatha Christie. Pour cette session, j’ai donc choisi : Les Indiscrétions d’Hercule Poirot. Même si, de plus en plus, j’ai une préférence pour les romans dans lesquels les stars de l’auteure laissent leur place à des personnages inconnus, j’avais envie de retrouver ce cher Hercule.

L’action se situe à Enderby Hall, demeure de Mr Richard Abernethie. Celui-ci vient subitement de passer l’arme à gauche, plus soudainement que l’on s’y attendait. Lors de la lecture du testament, qui réunit les frères et sœurs de Richard ainsi que ses neveux, sa sœur, Cora, qui a la particularité de parler à tort et à travers, lance de façon impromptue : « Il a bien été assassiné, n’est-ce pas ? » Le doute s’installe alors dans les esprits et notamment dans celui de l’avoué et ami de Mr Richard Abernethie, Mr Enthwhistle. Le doute fait d’autant plus son chemin que Cora est retrouvée assassinée le lendemain. Troublé par ses événements, Mr Entwhistle s’en va quérir Hercule Poirot.

Continuer la lecture »

« Mrs America » [Série]


Série en 9 épisodes, « Mrs America » retrace la vie de Phyllis Schlafly, activiste anti-féministe aux Etats-Unis de 1968 à l’élection de Reagan. Mère de 6 enfants, mariée à un avocat réputée, Phyllis prend la tête d’un mouvement de femmes au foyer pour contrer celui des féministes mené par Gloria Steinem et Betty Friedan. L’objet de leur affrontement : l’ERA, Egual Rights Amendement, qui doit être ratifié par 38 états pour être inscrit dans la Constitution des Etats-Unis. Cette proposition d’amendement tend à garantir l’égalité entre les sexes. Evidemment politique, cette série montre le combat rude des féministes américaines et nous fait découvrir ce personnage complexe qu’est Phyllis. Basée sur des faits réels, comme en témoignent de nombreuses images d’archives, cette série est une plongée dans les années 70 et dans l’histoire du combat féministe.

Continuer la lecture »