« Un été en liberté » Mélanie EDWARDS.


Les parents de Brune, Paul, Violette et Elise ne cessent de se disputer. Chacun se renvoie la balle sur l’organisation des vacances d’autant que, comme chaque année, les finances sont à plat. Les enfants âgés entre 17 et 6 ans sont solidaires et unis. Leur mère décide alors de les envoyer tous les quatre en Ardèche, dans un petit village où elle a elle-même passé son enfance, Ferréol. Après avoir dépassé les réserves de leur père, les enfants partent. Là ils retrouvent une maison perdue dans la végétation et inondée de soleil, sans grand confort, mais pour eux, et surtout pour Violette, c’est le paradis sur terre. Plus de disputes de ses parents, la liberté s’ouvre à elle. Les enfants s’organisent, se répartissent les taches. Dans la ferme d’à côté, des amis de sa mère sont des présences rassurantes et leur fournissent confitures, légumes, fruits de leur exploitation. La petite rivière non loin de là est une source de fraîcheur et un lieu idéal pour lire. C’est là que Violette fait la connaissance de Bosco

Continuer la lecture »

« Victor Kessler n’a pas tout dit » de Cathy BONIDAN


J’avais beaucoup apprécié le précédent roman de Cathy Bonidan, Chambre 128, (qui vient de sortir en poche, profitez-en) j’ai donc été ravie de recevoir Victor Kessler n’a pas tout dit. Dans ce roman, l’auteure change de genre et nous emmène dans les montagnes brumeuses des Vosges.

Bertille mène des enquêtes d’opinion dans un supermarché parisien quand un vieil homme s’écroule à ses pieds. Elle sent chez lui la même peur panique de l’autre. Alors que le vieil homme est emporté à l’hôpital, la jeune femme récupère son cabas. Une fois rentrée chez elle, elle y découvre, cachée dans la doublure, une pile de feuilles, un manuscrit. Poussée par la curiosité, elle commence à lire. Il s’agit d’une confession qui relate des faits remontant aux années 70 : la mort d’un jeune garçon retrouvé dans un lac à Saintes-Fosses. Bertille se sent aspirer par ce récit, les mots résonnent en elle. Le vieil homme sort enfin de l’hôpital et se rend chez Bertille pour récupérer son manuscrit. Se noue alors entre eux un lien, de méfiance, mais aussi de reconnaissance. Monsieur André, le vieil homme du supermarché, n’est rien d’autre que le meurtrier qui a purgé sa peine. Pourtant, il semble que ce ne soit pas si simple que cela. Bertille se rend alors à Saintes-Fosses et, en se faisant passer pour une journaliste, tente de reprendre l’enquête. Continuer la lecture »

« Honoré et moi » de Titiou LECOQ


Béatrix est tout le premier roman que j’ai lu de Balzac. Je devais être en seconde, je crois. Ce roman, peu connu ou du moins qui ne fait pas parti des plus connus, est un roman à clefs. Les personnages sont des doubles romanesques de Marie d’Agoult et de Franz Liszt. On y trouve aussi George Sand sous les traits de Félicité des Touches. Je n’avais alors lu aucun roman de George Sand, mais je me plais à penser que ce roman était un premier signe de mon intérêt pour elle. J’ai donc un peu découvert Balzac et Sand en même temps. Depuis j’ai lu plusieurs romans de Balzac, même certains plusieurs fois : le magnifique Splendeurs et misères des courtisanes (qu’il faudrait que je relise), Le Père Goriot (lu 2 ou 3 fois), Le Lys dans la vallée, Illusions perdues, La cousine BetteLes Chouans et puis « Le chef d’oeuvre inconnu », « Sarrasine », Le Colonel Chabert etc etc. Et il m’en reste encore tellement à découvrir. Bref, Honoré et moi, on se fréquente depuis longtemps. Quand j’ai vu la biographie de Titiou Lecoq, avec ce titre qui me parle tellement (mon blog, je vous le rappelle s’intitule : Les livres de George Sand et moi »), et tous les avis élogieux des copinautes, j’ai un peu résisté (un tout petit peu) et j’ai craqué !

Continuer la lecture »

« A la recherche de Karl Kleber » Daniel SANGSUE


Karl Klebert, professeur de littérature à l’université de Morat en Suisse, a subitement disparu en 1987. Quinze ans plus tard, le narrateur du roman, lui aussi professeur de littérature, âgé de 60 ans, approximativement l’âge auquel Karl a disparu, se rend chez Georges, le libraire du coin, qui vient de racheter une partie de la bibliothèque de Klebert. Intrigué par cette disparition, le narrateur s’intéresse à l’affaire et tente de comprendre ce qui a pu pousser cet homme à partir sans avertir personne. Il se penche alors sur ses livres et commence à analyser les notes laissées à l’intérieur des pages. Très vite il remarque que ces annotations ont un point commun : « plusieurs de ces livres racontent des fuites, des fugues, des disparitions ou évoquent le désir d’échapper à l’ici et au maintenant » (p.45). Il remonte les pistes, découvrant un professeur investi, mais aussi déçu par les changements engagés dans l’université et notamment la lente disparition de l’italien et du grec. Qu’est-ce qui a poussé Klebert à la fuite ?

Continuer la lecture »

« Le Diable de la Tamise » Annelie WENDEBERG


Ce roman était prévu pour le Mois Anglais, mais je ne suis pas parvenue à le lire à temps. J’ai mis un temps fou à le finir sans doute que ma boulimie de lecture du mois de juin en est la conséquence. Mon rythme s’est donc considérablement ralenti, mais j’en avais besoin.

Ce roman m’avait été conseillé sur les RS par je ne sais plus qui puisque je ne note jamais, ce qui est très dommage car je ne peux rendre à César… Je ne connaissais pas du tout cette auteure, mais le fait que l’héroïne fasse équipe avec Sherlock Holmes et qu’elle soit obligée de se déguiser en homme pour exercer son métier de bactériologiste a été suffisant pour que je me laisse tenter.

Continuer la lecture »

Bilan de Juin : Le Mois Anglais


Juin tire sa révérence et avec lui le Mois Anglais. Pour cette neuvième édition, nos charmantes organisatrices, Titine, Lou et sur Instagram, Lamousmé, nous avons concocté un programme sur mesure. Un Mois Anglais, ça se prépare comme un marathon, on rassemble ses forces, on s’entraîne à l’avance, et on tient la distance. Cette année a sonné ma 9e participation et sans doute celle où je me suis le plus investie car, pour une fois, j’avais le temps de le faire et une sacrée boulimie de lecture. Je m’en suis donnée à cœur joie et je suis un peu triste que ce soit fini.

Dans cette chronique, on va revenir sur ces 30 jours à l’heure anglaise…

Continuer la lecture »

« Désaccords imparfaits » Jonathan COE – Nouvelles


Jonathan Coe avoue n’être pas un grand auteur de nouvelles, les quatre qui constituent ce recueil d’à peine 100 pages semble lui donner raison. Il s’en amuse en introduction :

Ce recueil représente toute ma production de nouvelles au cours de ces quinze dernières années, ce qui relève de la plaisanterie.

La première « Ivy et ses bêtises » est une histoire de fantôme, la seconde, « 9e et 13e » celle d’une histoire d’amour qui aurait pu avoir lieu, la troisième, « Version originale », nous embarque dans un festival de films d’horreur et enfin la quatrième, « Journal d’une obsession », raconte sa passion pour le film La Vie privée de Sherlock Holmes. Quatre nouvelles, donc, et quatre univers assez différents.

Continuer la lecture »

« Le Passé » Tessa HADLEY


Quand Alice, accompagnée de son beau fils  Kasim, arrive à Kington dans la maison familiale pour y passer trois semaines de vacances, elle réalise qu’elle a oublié les clefs. Harriet, sa sœur aînée, surgit alors au loin. Comme à son habitude, à peine arrivée, elle est partie se promener. La maison s’ouvre. On déballe les valises, on prend possession des chambres. Fran et ses deux enfants, Ivy et Arthur, arrivent à leur tour après un voyage effroyable. Enfin, la superbe auto rutilante de leur frère, Roland fait crisser les graviers de l’allée. En descendent, Molly, sa fille, et Pilar, sa nouvelle épouse, impeccable toute vêtue de blanc. Les vacances peuvent commencer. Dans cet ancien presbytère, maison de leur grands-parents maternels, le passé resurgit, mais également les tensions fraternelles. Les enfants jouent dans le jardin et se collent aux basques des plus grands, Kasim et Molly. Les fragilités des uns et des autres effleurent. On boit le thé, on se promène sur les chemins de l’enfance, on discute de Pilar, du changement opéré chez Roland.

Continuer la lecture »

« La Mystérieuse affaire Agatha Christie » Ch. VAN DEN HEUVEL et N. JACQMIN (BD)


Agatha Christie a mystérieusement disparu, on a retrouvé sa voiture abandonnée aux abords d’un lac. Son mari, Mr Archibald Christie, ne semble pas plus inquiet que cela et devient suspect d’autant qu’il entretient une liaison adultérine avec sa secrétaire. Les inspecteurs chargés de l’enquête tentent de cerner la personnalité d’Agatha. Commence alors l’histoire de la vie de la romancière la plus connue d’Angleterre. Une enfance libre et préservée dans la belle maison d’Ashfield. Enfant timide, elle s’est forgé un monde imaginaire et a appris à lire très jeune avec sa nurse. Les principales étapes de sa vie sont ainsi racontées en trois actes entrecoupées par la poursuite de l’enquête sur sa disparition.

Continuer la lecture »

« City Hall » Tome 1 de Guillaume LAPEYRE et Rémi GUERIN – Manga


Je ne suis pas une grande lectrice de manga, mais j’avais acheté celui-ci pour son sujet. L’intrigue se situe en 1902 dans un Londres futuriste. Le cour de l’histoire a été bousculé, il y a deux cents ans, quand on s’est rendu compte que l’écriture manuscrite entraînait la création de créature, les papercuts, obéissant aux volontés des écrivains. Sauf que comme tout le monde est capable d’écrire, les pires hommes ont créé les pires papercuts et ont provoqué une guerre destructrice. Depuis, l’écriture manuscrite est interdite, les stocks de papier ont été détruits. Au moment où l’histoire commence, le ministre des finances a été assassiné car une explosion monumentale. Sur son corps, une feuille de papier avec une menace de destruction. Malcolm Little, le maire de la ville, convoque alors Jules Verne et Conan Doyle et remet à Jules un cahier et un stylo. Leur mission est de déjouer le papercut auteur de l’assassinat du ministre.

Continuer la lecture »