« De cape et de mots » Flore VESCO


vesco cape et motsLe titre et la couverture sont les deux éléments qui ont attiré mon attention et donné l’envie de découvrir ce roman jeunesse voire ado. Le titre m’a immanquablement fait penser aux romans de Cape et d’épées mais aussi à la BD De cape et de crocs dont je venais de lire les deux premiers tomes. La couverture, avec cette jeune fille aux allures de Fantômette, fut donc, aussi, un élément décisif, moi qui ai lu tant d’aventures de cette dernière durant ma jeune adolescence.

(suite…)

Rencontre avec Jean-Paul DIDIERLAURENT auteur du « Liseur du 6h57 »


Cultura rencontre DidierlaurentVendredi soir dernier, j’ai eu le plaisir d’être invitée à une rencontre avec Jean-Paul Didierlaurent, l’homme aux quatre prénoms, et surtout auteur du roman Le Liseur du 6h27, paru aux Editions du Diable Vauvert. Cette rencontre avait lieu au sein du magasin Cultura de La Défense et rassemblait, autour de l’auteur, David Abiker et plusieurs blogueuses : Miss Bouquinaix, Uty, Marie, Camille, Claire, Lulumae et Emily. Une rencontre en petit communauté dans une ambiance très amicale et chaleureuse grâce à l’équipe de Cultura que j’ai eu grand plaisir à retrouver après ma virée, en septembre dernier, à Bordeaux.

(suite…)

Rencontre avec Daniel Pennac et Nicolas Bary pour « Au bonheur des ogres ».


Au bonheur des ogres film afficheAvant la sortie du film en salle, j’ai été conviée à une table ronde pour rencontrer Daniel Pennac et Nicolas Bary, l’un auteur, l’autre réalisateur de : Au bonheur des ogres. Nous étions plusieurs blogueurs autour de la table, j’étais la seule blogueuse-lectrice, puisque toutes les autres personnes présentes avaient des blogs ou des sites voire des webzines accès davantage sur le cinéma. J’ai un peu tardé à aller voir le film si bien que je constate malheureusement qu’il n’est déjà plus projeté dans les cinémas proches de chez moi au bout de 15 jours d’exploitation. Je voulais vous parler du film et vous raconter cette rencontre dans un seul billet, à défaut de film, ce billet ne parlera que de cette rencontre en espérant qu’il vous donnera envie de voir le film.

(suite…)

« Au bonheur des ogres » Daniel PENNAC (rencontre avec l’auteur).


Pennac au bonheurAu bonheur des ogres est le premier tome de la Saga Malaussène. Contrairement à beaucoup, je crois, j’ai commencé à lire Daniel Pennac par ses livres sur la lecture (Comme un roman et Chagrin d’école), avant de passer aux romans pour la jeunesse. La Saga Malaussène donc me restait à découvrir. Invitée à une table ronde avec Daniel Pennac et Nicolas Bary pour la sortie du film éponyme [dont je vous reparlerai bientôt], il devenait urgent de me lancer dans la lecture de ce roman.

Benjamin Malaussène est le frère aîné d’une fratrie multiple. Leur mère a la mauvaise idée de tomber souvent amoureuse et de faire des enfants dans la foulée. Souhaitant vivre pleinement sa prochaine histoire d’amour, elle confie sa progéniture à Benjamin. Celui-ci est employé dans un grand magasin, à un poste bien peu gratifiant : bouc-émissaire. En effet, lorsqu’un client vient réclamer un dédommagement, il est toujours désigné comme le fautif et est accablé par son patron devant le client, à tel point que généralement, celui-ci retire sa plainte par pitié. Mais quand une bombe explose dans le grand magasin provoquant la mort d’un vieil homme, les autres employés commencent à se poser des questions.

(suite…)

Rencontre avec Marilou Aznar, auteure de « Lune Mauve : la disparue ».


aznar marilou portraitSamedi dernier, j’ai été conviée par les Editions Casterman à une rencontre avec Marilou Aznar, qui vient de faire paraître son premier roman Lune Mauve : la disparue dont je vous ai parlé la semaine dernière.

Cette rencontre s’est tenue dans un salon de thé près de la rue Montorgueil et rassemblait plusieurs blogueuses qui, comme moi, avaient eu la chance de lire en avant première ce roman fantasy pour ado. Ce fut l’occasion de retrouver Sophie Hérisson et Liyah et de passer quelques heures ensemble, mais aussi de faire la connaissance de Faelys venue sans ses madeleines et de beaucoup d’autres, comme Marion ou Nodrey (pardon je n’ai pas  noté tous les blogs et ma mémoire est défaillante!).

Marilou Aznar était aussi intimidée que nous au début ce qui nous a finalement tous mis à l’aise assez vite. Il faut dire que voir débouler autant de blogueuses en folie doit être un peu impressionnant ! Cette rencontre fut très riche en échanges, les questions étaient nombreuses et Marilou Aznar s’y est pliée avec gentillesse, prenant le temps de nous expliquer son parcours professionnel, puis son travail d’écrivain, ainsi que ses inspirations pour son roman.

Nous avons donc pu en apprendre plus sur la création du monde de la Lune Mauve, mais aussi sur les personnages et sur les deux prochains tomes prévus, le second en mai-juin, le troisième en octobre-novembre.

Pourquoi l’écriture ?

Marilou Aznar écrivait et lisait beaucoup quand elle était enfant. Par la suite, son parcours professionnel dans le monde de la musique l’a un peu éloignée de l’écriture, c’est un nouveau job comme traductrice de dialogues de séries ou de films, qui l’a ramenée à l’écriture.

Pourquoi un roman pour ado ? Pourquoi l’imaginaire ?

Pour Marilou Aznar, la période de l’adolescence est sans doute la période la plus riche en émotions, des émotions qui marquent peut-être davantage que celles de l’âge adulte. Tout est nouveau et plus intense. Le personnage de Séléné s’est donc imposé de lui-même et c’est à partir de lui que s’est construit l’intrigue.

Toujours attirée par l’imaginaire dans ses lectures (Science Fiction, romans gothiques, Dracula) mais aussi Wilkie Collins ou des classiques comme Balzac, Gautier (Le Roman de la momie) ou encore Dumas, elle se définit comme une lectrice éclectique qui aime tous les genres sans distinction et sans jugement de valeur.

Outre ses propres lectures, Marilou Aznar a également une passion pour toutes les civilisations anciennes : Babylone, les Mayas, les Égyptiens. Une passion qui a aussi nourri son roman.

A tout cela vient s’ajouter des souvenirs de vacances exceptionnelles sur la presqu’île de Crozon qui l’ont influencée pour situer une partie de son intrigue en Bretagne.

Darcourt, un lycée moderne

Le lycée huppé Darcourt que nous découvrons dans son roman est une pure invention, mais se nourrit autant de souvenirs que d’une certaine permanence de l’adolescence. Pour l’auteur, les ado sont toujours les mêmes quelque soit l’époque, seules changent les nouvelles technologies qui sont venues envahir les lycées aujourd’hui : d’où les mails et le blog de Scarlett dans le roman. Il paraissait impensable de parler des adolescents sans évoquer ces nouvelles technologies, d’autant que Marilou Aznar se définit elle-même comme une accro du net.

Comment ?

Il est toujours intéressant de savoir comment les auteurs travaillent et Marilou Aznar nous a donné beaucoup de précisions sur sa façon de rédiger sa trilogie. Elle le dit elle-même avec beaucoup d’humour : c’est le bordel ! Mais pas totalement quand même si on l’entend bien. Elle dit la nécessité de rédiger le début et la fin, pour savoir où elle va, même si des choses doivent changer au cours de la rédaction. Elle aime aussi rédiger les moments clefs avant de tirer des liens entre eux. Quand elle bloque sur un passage, cela lui permet d’en rédiger un autre. Son imagination étant très visuelle, elle aime s’entourer de photos ou de tableaux qui boostent son imaginaire. Elle a d’ailleurs créé un pinterest dans lequel elle a rassemblé plusieurs images importantes.

L’écriture n’est donc pas chronologique et Marilou Aznar a rédigé les trois tomes en parallèle, ce qui explique les sorties assez rapprochées des 3 tomes.

Auteure novice

Ce qui m’a beaucoup plu dans cette rencontre en plus du reste, était de découvrir une jeune femme totalement émerveillée et un peu effrayée aussi par l’aventure folle qu’elle est en train de vivre avec ce premier roman. Très humble, ne se prenant pas au sérieux, elle révèle sa peur de décevoir, de ne pas plaire, voire de traumatiser certains lecteurs en faisant mourir un de ses personnages. Elle a une réelle préoccupation du lecteur, et un réel respect aussi, ce qui est bien agréable à entendre. Ainsi avons-nous été les premières à recevoir ses dédicaces, et quand elle a sorti son petit kit acheté exprès, on aurait dit une petite fille sortant ses stylos neufs le jour de la rentrée scolaire.

Aznar Marilou

Marilou Aznar très appliquée

Une rencontre donc passionnante sur bien des points car en rencontrant l’auteur d’un roman c’est aussi tout un pan secret de la création qui est révélé et qui permet parfois de considérer les romans autrement, de mieux comprendre certaines choses et aussi de découvrir la personne qui se cache derrière les mots lus.

Merci à Marilou Aznar pour tout ce qu’elle nous a fait partager, merci à Brigitte Gautrand et aux Éditions Casterman pour cette belle initiative.

Lune Mauve : la disparue en librairie à partir du mercredi 6 mars.

aznar lune mauve