« Métamorphoses Marilyn Monroe » de David Wills et Stephen Schmidt


Les livres de photos sur Marilyn sont nombreux, mais celui-ci (offert par ma Lili Galipette pour mon anniversaire) est sans doute un des plus magnifiques. Divisé en 5 parties aux titres évocateurs, il retrace toute la carrière de l’actrice : « Chrysalide : 1942-1946 » ; « Transfiguration : 1947-1951 » ; « Sirius : 1952-1954 » ; « Renaissance : 1955-1961 » et « Icare: 1962 ». De page en page on suit son évolution physique jusqu’à cette apothéose de l’année 1962, où Marilyn apparaît lumineuse, solaire. Chaque photo ou presque est accompagnée d’une citation des personnes qui l’ont connue : des photographes, des amis, des acteurs… Tous soulignent cette photogénie, cette présence brillante, cette âme sensible qui transparaît sur ces photos en papier glacé. Si l’on retrouve plusieurs photos très connues, cet album présente également (comme l’annonce le bandeau) plusieurs photos inédites dont certaines magnifiques avec Marlon Brandon par exemple,

ou une Marilyn filiforme dans les dernières années de sa vie.

Cet album nous montre une Marilyn sensible, naturelle, prise en photo sur le vif, saisie dans un éclat de rire, mais aussi bien sûr la Marilyn façonnée par Hollywood ! Je suis plus sensible, pour ne pas dire émue, par les photos des années 60, les photos de son séjour à New-York quand elle tentait de reprendre sa vie et sa carrière en main.

L’épilogue est la retranscription d’une interview donnée par Marilyn à Richard Meryman et qui parut dans Life le 3 août 1962, elle meurt le 5, deux jours plus tard, elle avait 36 ans. Alors cet interview prend bien sûr une importance et une puissance qui le dépasse. Elle se livre, avoue ne pas se considérer comme un objet, se réjouit des saluts quotidiens des éboueurs dans sa rue, des saluts amicaux, mais aussi des phrases assassines.

Elle clôt son entretien par ses mots :

La célébrité passera : bon, au revoir, je t’aie eue, célébrité. Si elle passe, j’ai toujours su qu’elle était volage. C’est quelque chose dont j’aurai au moins fait l’expérience, mais ma vie est ailleurs.

Lu dans le cadre du Challenge Marilyn Monroe.

Juste envie de lire…


Photo trouvée sur le Blog « The Coffee and  a book chick« 

Ginger Rogers lisant